“La Conspiration des belettes“ de Juan José Campanella

Vincent Raymond | Jeudi 15 juillet 2021

Photo : © Eurozoom


Dans une grande demeure à l'écart de la capitale argentine vit un ménage à quatre de vieilles gloires du cinéma qui s'insupportent mutuellement : un réalisateur, un scénariste, un comédien paraplégique ainsi que son épouse, actrice à la mémoire défaillante. Leur haine routinière est perturbée par l'irruption d'admirateurs : des agents immobiliers désireux de faire main basse sur leur bâtisse. Mais on ne s'attaque pas si aisément à des experts en construction dramatique…

Jadis lauréat d'un Oscar pour un thriller politico-sentimental — Dans ses yeux — et vieux routier des plateaux étasuniens où il a tourné bon nombre de séries, Juan José Campanella concocte ici un délice de manipulation auto-réflexive et métafilmique jouant autant avec les règles du genre policier qu'avec le public. En découle une comédie noire sardonique très Sunset Boulevard sur les vieilles peaux encapsulées dans leur passé, une réflexion mélancolique sur l'éphémère de la séduction (et à ses faux-semblant troubles), ainsi qu'un éloge vachard et jouissif du pouvoir absolu de la création artistique, du jeu ou du mensonge, magnifiés par le 7e art. Un très plaisant moment de cinéma… sur le cinéma ; avec en sus le toujours excellent Oscar Martinez.

★★★☆☆La Conspiration des belettes
Un film de Juan José Campanella (Arg-Esp, 2h09) avec Clara Lago, Graciela Borges, Oscar Martinez…
En salles le mercredi 21 juillet

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Kóblic" de Sebastián Borensztein

Thriller | de Sebastián Borensztein (Arg-Esp, 1h32) avec Ricardo Darín, Oscar Martinez, Inma Cuesta…

Vincent Raymond | Mercredi 5 juillet 2017

Argentine, sous la dictature. Pilote dans l’armée, Kóblic déserte après avoir dû larguer des opposants au-dessus de l’océan. Pensant se fondre dans l’anonymat d’un village du Sud, il est identifié par un flic local retors et vicieux, qui veut connaître la raison de sa présence chez lui… Si le point de départ — c’est-à-dire les méthodes d’élimination — rappelle Le Bouton de nacre de Patricio Guzmán, évoquant la dictature du voisin chilien, ce puissant contexte historique reste à l’état de lointain décor. La menace qu’il représente s’avère plus que diffuse, les personnages se retrouvant, dans ce Sud profond, livrés à eux-mêmes et à leurs passions. Incontournable interprète du cinéma argentin, Ricardo Darín donne du flegme tourmenté au héros-titre, dans une prestation honorable mais prévisible. Heureusement qu’il a face à lui ce caméléon d’Oscar Martinez, déjà impressionnant ce début d’année dans

Continuer à lire

Citoyen d'honneur : Inspirez ; expi(r)ez !

ECRANS | De retour dans son village natal pour être célébré, un Prix Nobel voit se télescoper ses œuvres avec ceux dont il s’est inspiré… à leur insu. Il va devoir payer, ou au moins, encaisser. Un conte argentin subtil et drôle sur cet art de pillard sans morale qu’on appelle la littérature.

Vincent Raymond | Mardi 7 mars 2017

Citoyen d'honneur : Inspirez ; expi(r)ez !

Reclus dans sa villa espagnole depuis l’attribution de son Prix Nobel de littérature, Daniel Mantovani n’écrit plus et ne répond guère aux invitations. Lorsque survient la proposition de Salas, son village natale d’Argentine, de le faire "citoyen d’honneur", il accepte autant par nostalgie que curiosité. Mais était-ce une si bonne idée que cela ? Mariano Cohn et Gastón Duprat n’étaient pas trop de deux pour signer ce film jouant simultanément sur autant de tableaux : s’engageant comme une comédie pittoresque teintée de chronique sociale, Citoyen d’honneur change au fur et à mesure de tonalité. L’aimable farce tourne en effet à l’aigrelet, transformant un auteur habitué depuis des lustres à gouverner son destin (et celui de ses personnages, en bon démiurge) en sujet dépendant du bon vouloir de ses hôtes. Mantovani semble alors propulsé dans un épisode inédit de la série Le Prisonnier, qu’on jurerait ici adaptée par Gabriel García Márquez, avant de plonger dans une inquiétante transposition du film Delivrance – cette fois retouchée par Luis Sepúlveda ! Comm

Continuer à lire

Aux yeux de tous

ECRANS | de Billy Ray (É-U, 1h51) avec Julia Roberts, Chiwetel Ejiofor, Nicole Kidman…

Vincent Raymond | Mardi 22 mars 2016

Aux yeux de tous

Hollywood, usine à remakes… En signant celui de El secreto de sus ojos (2009), Billy Ray n’a cependant pas la main trop malheureuse. Car si Juan José Campanella intégrait son film dans un contexte politique rarement exploré (les prémices de la dictature argentine), son thriller manquait de substance, de rythme. Quitte à choir dans la caricature, Aux yeux de tous peut essuyer des reproches opposés : l’efficacité prime sur l’ancrage historique — la période consécutive à l’attentat contre le World Trade Center. On perd en originalité ce que l’on gagne en sensations pures — mais l’on conserve une très correcte séquence dans un stade ! Aux yeux de tous permet également d’opérer un constat : en plaçant côte à côte Julia Roberts et Nicole Kidman, on voit très clairement laquelle des deux ne mise pas tout sur son apparence et livre une réelle composition. VR

Continuer à lire

Dans ses yeux

ECRANS | De Juan José Campanella (Arg-Esp, 2h09) avec Ricardo Darin, Soledad Villamil…

Christophe Chabert | Vendredi 30 avril 2010

Dans ses yeux

En 1974, le magistrat Benjamin Esposito enquêtait sur le meurtre sauvage d’une jeune femme ; 25 ans plus tard, il décide d’écrire un roman sur cette affaire, et se rapproche de celle qui, à l’époque, était sa supérieure. Juan José Campanella raconte en flashbacks et avec une certaine virtuosité d’écriture cette double enquête, l’enrichissant d’autres niveaux de lecture — notamment une réflexion sur la corruption de la justice argentine. Niveau mise en scène, le film est assez impressionnant, notamment lorsqu’il orchestre un plan-séquence époustouflant qui passe d’une vue aérienne au-dessus d’un stade de foot jusqu’à une course poursuite allant des tribunes aux coursives. Brillant, Dans ses yeux paraît pourtant un peu vain. Campanella a sûrement vu Memories of murder, mais il ne possède pas le génie de la rupture de ton de Bong Joon-ho. Par moments, on a même le sentiment que cette histoire n’est qu’un prétexte à démontrer son talent d’auteur et de réalisateur, tant le cœur battant du film — la fascination d’Esposito pour la victime — est oublié en cours de route. Comme si Campanella faisait de l’œil aux studios hollywoodiens en leur glissant sa jolie carte de v

Continuer à lire