Fréquentation des salles à Lyon : chronique d'un été

Cinéma | Bousculées durant l’été par de nouvelles mesures sanitaires, les salles de cinéma se sont adaptées et ont fait mieux que résister dans un contexte difficile. Au bilan, une fréquentation en hausse, des gagnants et un moral retrouvé notamment à Lyon et Grenoble.

Vincent Raymond | Vendredi 20 août 2021

Photo : Kaamelott © SND


Revenus du diable Vauvert et de sept mois (!) de fermeture, malgré l'arsenal de mesures déployées pour préserver la sécurité de ses clients-spectateurs, et surtout l'absence de foyer de contamination avéré constaté sur leurs sites, les exploitants cinématographiques ont vécu un ascenseur émotionnel depuis leur réouverture progressive le 19 mai dernier. Soumises à des jauges variables, au couvre-feu en vigueur dans leur territoire respectif jusqu'au 20 juin, à l'inexistence d'entente et de régulation entre distributeurs (et surtout, d'arbitrage par les tutelles) quant aux sorties, les salles ont ensuite vu avec effroi resurgir la concurrence de l'été — cette envie de sortir qui supplante celle de retrouver le grand écran. Et, pis que tout, la résurgence de la pandémie assortie du variant Delta avec un cortège de nouvelles restrictions. Au programme, un énième abaissement des jauges à 50 personnes et l'instauration du passe sanitaire (ou la présentation d'un test négatif de moins de 72h) pour la clientèle âgée de plus de 18 ans à compter du mercredi 21 juillet. « On est passé sous de nouvelles fourches caudines, soupire Bernard Wolmer, directeur d'exploitation des 6 Rex à Grenoble, il a bien fallu s'adapter. »

Un choix cornélien s'est posé pour certains : soit limiter la jauge à 49 spectateurs par écran (et se priver d'entrées sur des films porteurs), soit réclamer le passe (et se priver d'entrées en refusant les spectateurs ne disposant pas encore du schéma vaccinal idoine). Choix temporaire puisqu'au 9 août, le passe ou le test devenait obligatoires. « Le public a été pris de court par les annonces et on a atteint le creux de la vague le week-end suivant le 21 juillet, se souvient Alexis Guillaume, directeur de Pathé Grand Lyon. Et puis, avec l'offre disponible (Kaamelott, suivi par OSS 117, Jungle Cruise, Suicide Squad…) c'est remonté rapidement.

Astier sur un trône

L'examen des entrées à mi-août n'a, à première vue, rien de catastrophique. Sur les agglomérations de Lyon et Grenoble, les deux premières semaines de cette période estivale traditionnellement calme montrent par comparaison aux semaines équivalentes de 2020 une progression encourageante : +83%* et +101%* pour Lyon ; +115%* et même +143%* pour Grenoble. Actant que les nouvelles contraintes ont été “digérées“ par le public et que la proposition surtout, a été suffisamment intéressante (et abondante) pour le convaincre de franchir le pas. « Les festivals de Cannes, de Fourvière et un certain nombre de magnifiques manifestations ont pu exister grâce au passe sanitaire, rappelle Alexis Guillaume. C'est un “mal” pour un bien s'il nous permet de ne plus fermer. Rien n'est pire que la fermeture et, au-delà de l'économie, que la perte de vie culturelle, de sociabilisation. »

Si l'été 2020 avait été atypique, convalescent (les cinémas relevant d'une fermeture de trois mois) le doublement de la fréquentation en 2021 rend compte d'une dynamique globale de relance. Bien sûr, il faut sans doute nuancer cette “globalité“ côté box-office. Des distributeurs et producteurs ont ainsi déploré que leurs films n'aient pu avoir la carrière escomptée. C'est le cas notamment de Onoda, 10 000 nuits dans la jungle — film fleuve magistral d'une puissance épique égale à sa radicalité épurée signé Arthur Harari — qui comptabilisait au 10 août 32 975 entrées* en troisième semaine sur 107 copies, ou dans un autre registre de Titane de Julia Ducournau, plafonnant à 225 542 entrées* en quatrième semaine sur 323 copies à la même date, cela malgré une Palme d'Or on ne peut plus prescriptrice ! On comprend d'autant mieux le désarroi des financeurs de films qui auraient pu, “en temps ordinaire”, profiter à la rentrée de l'appoint des salles indépendantes et d'agglomération. Seulement, l'afflux de films sera tellement important dès septembre que ces dernières auront aussi à absorber une partie des exclusivités. Il reste à Onoda et Titane une ultime cartouche : la période avant et après les César. Sans être grand clerc, on peut gager qu'ils en seront les triomphateurs — au moins en nominations…

Espérons toutefois qu'ils laisseront des places à celui qui règne en maître sur les entrées de cet été, Kaamelott, comptant 2 121 858** spectateurs en quatre semaines (OSS 177 en affiche 982 356** en deux, Fast & Furious 9 et Black Widow, respectivement 1 891 361** et 1 640 376** en cinq), et va sous peu dépasser Tenet, champion 2020. Même si l'on peut chipoter sur son score en valeur absolue, ce résultat est à la fois un triomphe personnel pour Alexandre Astier validant son obstination, mais aussi un formidable euphorisant pour le 7e Art hexagonal ainsi qu'une locomotive pour le public. Tous les signaux sont au vert : « les préventes pour Hallucinations Collectives et pour la venue de Mathieu Amalric dès l'envoi de notre newsletter montrent qu'il y a une attente », confirme Frédérique Duperret, directrice du Comœdia. « Et le James Bond en octobre va bien aider », ajoute Bernard Wolmer. Ultime preuve de la confiance des salles ? Pathé lance à Lyon Bellecour un équipement unique au monde combinant écran Onyx LED et son Dolby Atmos, « parce que c'est à nous de faire préférer le cinéma sur grand écran aux plateformes ». La salle n'a donc pas livré sa dernière image…

Sources : * Le Film Français, ** CBO-Box Office

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

“Titane” de Julia Ducournau : au lit, motors !

Palme d'Or 2021 | Une carrosserie parfaitement lustrée et polie, un moteur qui rugit mais atteint trop vite sa vitesse de croisière pépère… En apparence du même métal que son premier et précédent long-métrage, Grave, le nouveau film de Julia Ducournau semble effrayé d’affronter la rationalité et convoque le fantastique en vain. Dommage.

Vincent Raymond | Jeudi 15 juillet 2021

“Titane” de Julia Ducournau : au lit, motors !

Victime enfant d’un accident de voiture dont elle a été la cause, Alexia vit depuis avec une plaque de titane dans le crâne. Devenue danseuse, elle se livre en parallèle des meurtres affolant le sud de la France et “s’accouple” avec une voiture. Pour se faire oublier après une soirée très sanglante, Alexia endosse l’identité d’Adrien, un adolescent disparu depuis dix ans. Son père, un commandant de pompiers détruit, va cependant reconnaître ce “fils” prodigue et l’accueillir… Programmé par la Semaine de Critique en 2016, le sympathique Grave avait instantanément transformé Julia Ducournau, dès son premier long-métrage, en nouvelle figure de la hype cinématographique française. Sans doute les festivaliers, déjà peu coutumiers des œuvres se revendiquant d’un “autre cinéma” louchant vers le fantastico-gore, la série B et les séances de minuit, avaient-il été titillés par le fait que ce film soit signé non pas par l’un des olibrius vaguement inquiétants fréquentant les marches du Palais (Gaspar

Continuer à lire

Au temps pour lui : "Tenet" de Christopher Nolan

Thriller | Attendu comme le Messie, le nouveau Nolan peut exploser le box-office si les spectateurs consentent à voir plusieurs fois ce "Mission : Impossible" surnaturel pour être sûr de bien le comprendre. Il y aura donc un avant et après "Tenet". Encore que…

Vincent Raymond | Mardi 25 août 2020

Au temps pour lui :

Agent travaillant pour une organisation gouvernementale, Tenet est chargé d’enquêter sur un trafic de matériaux aux propriétés physiques insolites puisqu’ils inversent le cours du temps. Derrière tout cela se cache un mafieux russe cruel, Sator, doté d’une belle femme malheureuse… Quand un concept surpasse la chair de l’intrigue… Nolan nous a habitués à manipuler — et de façon osée — les deux composantes “deleuziennes“ du cinéma : l’image-temps et l’image-mouvement. À modeler la texture de la première pour qu’elle accueille la seconde. Une démarche aussi productive qu’inventive entamée avec Inception, poursuivie avec Interstellar et étrangement Dunkerque (où le montage approfondissait différemment l’intrication d’espaces temporels disjoints et cependant parallèles). Tenet suit logiquement cette ligne, aussi sûrement qu’une obsession proustienne pour le temps perdu, avec donc ce qu’elle comp

Continuer à lire