Caroline Demangel et carte blanche à Frédéric de Florenne

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 8 septembre 2011

Photo : Caroline Demangel, sans titre


La galerie Henri Chartier récemment implantée rue René Leynaud est un espace à la fois particulièrement agréable et riche en découvertes artistiques (pas forcément à la mode). Pour sa rentrée, la galerie présente les dessins très tourmentées de la jeune Parisienne Caroline Demangel, inscrits sous le signe d'Antonin Artaud ; et donne carte blanche au collectionneur Frédéric de Florenne qui exposera des œuvres de Hans Hartung, Pierre Molinier, Olivier Debré, Hans Bellmer… !Jusqu'au 15 octobre, à la Galerie Henri Chartier.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Benjamin Bruneau : les images de l'intranquillité

Peinture | Le galeriste Henri Chartier reprend son activité à Lyon avec un nouveau lieu et une nouvelle exposition, consacrée à Benjamin Bruneau. Un peintre méconnu qui met l'image sous tension et la confronte à son refoulé.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 23 mai 2017

Benjamin Bruneau : les images de l'intranquillité

Bonne nouvelle ! La galerie Henri Chartier, après trois ans d'absence, rouvre ses portes dans un nouveau lieu, rue Auguste Comte. L'espace d'exposition est à la fois coquet et modeste en surface, et le galeriste espère y poursuivre la ligne artistique impulsée dans ses deux précédents lieux sur les pentes de la Croix-Rousse : des artistes souvent écorchés vifs, pas toujours sous les feux de la rampe, dont les œuvres déploient des univers étranges, sensibles, dénués de toute esthétique pompeuse... Tels, par exemple, Philippe Jusforgues et ses curieux photo-collages quasi dadaïstes, Grégoire Dalle et ses dessins labyrinthiques fourmillant de détails, Caroline Demangel et ses corps et visages tourmentés... Dissonances La première exposition rue Auguste Comte est consacrée à un artiste qui a très peu présenté son travail jusqu'à présent. Benjamin Bruneau est né en 1974 à Montpellier, a été formé aux Beaux-Arts de Paris à l'atelier de Jean-Michel Alberola, et dép

Continuer à lire