Manège de cristal

ARTS | Mais pourquoi diable vous inciter à aller au Musée d’art contemporain alors que deux des trois artistes exposés en ce moment y proposent des œuvres sans grand intérêt ? Pour découvrir un drôle d’énergumène, Gustav Metzger, incorruptible défenseur d’un art autodestructif et auto-créatif. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 21 février 2013

Photo : Blaise Adilon


Latifa Echakhch (née au Maroc en 1974) détient un curriculum vitae dont rêvent bien des étudiants en écoles d'art : son diplôme à peine en poche, la jeune femme a multiplié les expositions collectives (dont la Biennale de Lyon en 2009) et personnelles, rejoint la très branchée galerie parisienne Kamel Mennour (à l'instar de Huang Yong Ping, exposé comme elle au Musée d'Art Contemporain depuis le 15 février) et vient d'être nommée comme lauréate potentielle du prestigieux Prix Marcel Duchamp ! C'est donc peu dire qu'on attendait beaucoup d'elle. On aurait pu se laisser aller aux charmes de l'intéressée et de son discours quand, patatras, pris d'un réflexe professionnel, on se mit à comparer les paroles aux actes.

"À côté" du récit de l'histoire complexe des soldats marocains qui combattirent aux côtés de Franco pendant la Guerre civile espagnole, on vit quelques pierres et quelques cartes éparpillées sur le sol ; "à côté" d'une jolie fable sur une île où des oiseaux rares sont protégés, on découvrit des cerfs-volants bricolés accrochés aux cimaises du lieu.

Latifa Echakhch a une sensibilité évidente pour l'histoire, les croisements du passé et du présent, les échos entre les mémoires et les signes, dont elle pourrait peut-être faire des livres passionnants. Ses travaux plastiques, eux, s'avèrent malheureusement d'un intérêt limité et d'une aridité déconcertante. Même ses quatre-vingt chapeaux melons dispersés sur le sol, remplis d'encre noire et évoquant Magritte ou Chaplin, ne nous font ni chaud ni froid. Quand on ne se pince pas de rire lorsque l'artiste déclare rendre hommage, à travers cette installation, aux poètes qui ont de l'encre dans la tête. Sans le cocon de la signification et de la référence entourant les œuvres, le visiteur ne verra que quelques bricoles disséminées au sol ou sur les murs et, surtout, le sol et les murs du musée eux-mêmes.

Programme synthétique

À l'étage suivant, l'artiste chinois Huang Yong Ping passe à la vitesse supérieure. Éléphant et reproduction d'échoppe chinoise grandeur nature, porte-bouteille géant façon Marcel Duchamp croisé avec une déesse aux mille bras, Bouddha se faisant bouffer les tripes à la Prométhée par quelques vautours naturalisés… On en prend plein les yeux dans un premier temps et l'on savoure ces hybridations monumentales, drolatiques et provocatrices entre les religions, les cultures, les époques… On s'arrêtera même longtemps devant sa chimère à tête de loup et corps de crocodile s'apprêtant à dévorer un Christ-hameçon au bout d'une  ligne de pêche tendue par une déesse chinoise ! Une installation, avouons-le, impressionnante.

Acteur du mouvement "Xiamen Dada", qui a pour devise «Le zen est Dada, Dada est le zen», Huang Yong Ping déclare avoir beaucoup appris de Duchamp, redécouvrant avec lui «les objets quotidiens, regardant différemment ce qui me semblait "habituel", "l'ordinaire" devenant tout à coup source d'inspiration pour moi». En 1989, lors de la célèbre et désormais historique exposition Les Magiciens de la terre au Centre Pompidou, l'artiste avait passé dans trois machines à laver des livres sur l'art chinois et l'art occidental avant d'en exposer le résultat : de la pâte à papier informe. Au MAC, il renouvelle la formule en y lavant trois tonnes de journaux d'information gratuits. Le procédé résume bon nombre de ses œuvres : brasser des signes et des symboles jusqu'à obtenir une sorte de bouillie du sens.

Programme acide

Au troisième et dernier étage du musée, changement de décor : dans l'obscurité on découvre d'abord les cinq manifestes de l'artiste d'origine allemande Gustav Metzger. Né en 1926 à Nuremberg, Gustav Metzger s'est exilé en Angleterre en 1939, échappant aux camps d'extermination nazis où périrent les autres membres de sa famille. Flirtant avec les mouvements de l'Actionnisme viennois et Fluxus (mais sans jamais en être un acteur patenté), l'artiste a placé au cœur de son œuvre, notamment marquée par la Seconde Guerre mondiale, l'idée d'expérience limite.

Une expérience qui se décline chez lui en art autodestructif puis en art auto-créatif. «L'art autodestructif rejoue l'obsession de la destruction qui frappe les individus comme les peuples. L'art autodestructif démontre le pouvoir donné à l'homme d'accélérer les processus de désintégration de la nature et de les provoquer. L'art autodestructif reflète le perfectionnisme compulsif des manufactures d'armes – la perfection jusqu'au point de destruction.», écrivait-il en 1960. Un an plus tard, Gustav Metzger projettait de l'acide sur plusieurs toiles en nylon, les faisant disparaître en une vingtaine de minutes.

Chantre de la contre-culture, figure de l'underground londonien - il réalisa notamment des projections psychédéliques pour les concerts des Who ou des Cream, l'artiste est aussi un créateur intransigeant et radical. «Un art de conscience et d'extrême sensibilité. Nous évacuons l'art des galeries et des musées. L'artiste doit détruire les galeries d'art. Institutions capitalistes. Zones d'imposture», assène son quatrième manifeste en 1962.

Programme libre

Cinquante ans plus tard, Metzger a mis un peu d'eau dans son vin en produisant pour le Musée d'Art Contemporain une installation dont la genèse remonte à 1965. Soit le moment où son art autodestructif se double d'un art auto-créatif («art du changement, du mouvement et de la croissance») et de premières expérimentations autour d'une œuvre auto-générative réalisée à partir de cristaux liquides. Sur plusieurs grands écrans, des projections montrent de tels cristaux liquides réagissant à la chaleur et évoluant, dans leurs formes et leurs couleurs, selon des processus incontrôlables.

Avachis sur un gros pouf noir, nous découvrons, fascinés, des mouvements de tâches, de traces et de formes quasi cellulaires, des brillances, des méandres mouvants… Des "paysages" biologiques qui pourraient être aussi quelques fresques écaillées se régénérant peu à peu. D'une simplicité confondante (malgré son utilisation de techniques avancées), cette installation efface d'un coup l'accumulation de signes ou les jeux de symboles un peu lourdauds vus dans les deux expositions précédentes.

Ici le sens laisse place à la sensation, tout en évitant le piège de l'art pour l'art, Metzger se faisant le témoin de son temps et créant avec les sciences et les techniques de son époque. Avec lui, l'art ne représente pas avec distance l'histoire ou la vie, mais entre en écho et en «empathie alchimique» avec les flux et les devenirs historiques et vivants.

Gustav Metzger, Huang Yong Ping, Latifa Echakhch
Au Musée d'art contemporain, jusqu'au dimanche 14 avril


Gustav Metzger, Huang Yong Ping et Latifa Echakhch

"Supportive 1966-2011" et "Amoy/Xiamen"
Musée d'Art Contemporain Cité Internationale, 81 quai Charles de Gaulle Lyon 6e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Une Biennale en mode XXL

Biennale d'Art Contemporain | Trois hangars, 29 000 m² de surface au sol : les dimensions du lieu central de la Biennale d'art contemporain 2019 sont démesurées ! À deux jours de (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 17 septembre 2019

Une Biennale en mode XXL

Trois hangars, 29 000 m² de surface au sol : les dimensions du lieu central de la Biennale d'art contemporain 2019 sont démesurées ! À deux jours de l'ouverture, quand nous parcourons cet ancien site industriel (les usines Fagor dont l'activité de production de machines à laver s'est brutalement interrompue en 2015), nous découvrons un lieu aux multiples stigmates, ceux des différentes époques de sa mutation : le paysage industriel, les tags, la réfection minimaliste pour y accueillir des événements culturels. Le parcours du visiteur, au travers des œuvres de 56 artistes (une sélection paradoxalement plus restreinte qu'à l'accoutumée lors d'une biennale), totalisera 1, 4 kilomètres de marche. Et la découverte sera totale, car la quasi intégralité des œuvres exposées seront des créations, réalisées en tenant compte de l'histoire du lieu, des métamorphoses du quartier et du tissu associatif et technologique de la région (les productions ont souvent été réalisées avec des entreprises locales). Singulier pluriel Aux

Continuer à lire

Un belvédère sur l’art contemporain

Biennale d'Art Contemporain | L’exposition internationale de la 15e Biennale d’Art Contemporain sera consacrée au thème du paysage. Un thème revu et corrigé par une cinquantaine d'artistes méconnus, de toutes générations, qui se confronteront notamment à l’immensité des anciennes usines Fagor-Brandt.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 30 avril 2019

Un belvédère sur l’art contemporain

La 15e Biennale d’Art Contemporain est la biennale de tous les changements : dirigée par Isabelle Bertolotti qui succède au créateur de l’événement Thierry Raspail, avec un commissariat invité composé de sept jeunes individus (le collectif qui dirige le Palais de Tokyo à Paris, grand centre d’art contemporain capable du meilleur comme du pire), et un déménagement du site central de la Sucrière et ses 6000 m² vers la friche industrielle des anciennes usines Fagor-Brandt et ses… 29 000 m² ! Les 55 artistes conviés ont donc tout intérêt à ranger leurs miniatures pour des réalisations de plus grande envergure s’ils veulent exister. Parmi eux, aucune star, seulement quelques noms connus des mordus d’art contemporain (Gustav Metzger, Abraham Poincheval, Yona Lee…), beaucoup de jeunes artistes internationaux, un tiers de Français. Tout (et c’est bien là l’intérêt d’une biennale) sera donc à découvrir ou presque, jusqu’aux œuvres elles-mêmes, créées pour 90 % d’entre elles pour l’occasion, et produites en collaboration avec des artisa

Continuer à lire

L'IAC vous emmène aux frontières du réel

ARTS | Il y a 25 siècles, à Athènes, d'après Pline, deux grands peintres s'affrontèrent dans un concours. Zeuxis peignit des grappes de raisin tellement réalistes que (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 17 février 2015

L'IAC vous emmène aux frontières du réel

Il y a 25 siècles, à Athènes, d'après Pline, deux grands peintres s'affrontèrent dans un concours. Zeuxis peignit des grappes de raisin tellement réalistes que des oiseaux essayèrent de les picorer. Il pensait avoir gagné quand son rival Parrhasios l'invita à découvrir son propre tableau. Zeuxis tenta alors d'écarter ce qu'il croyait être un rideau cachant la peinture. Il fut en fait lui-même leurré et battu : le tableau n'était autre que le rideau qu'il voulait écarter ! Au-delà de ce challenge en trompe-l’œil et en virtuosité technique, cette histoire nous enseigne aussi sur notre désir de voir dans et au-delà des images : d'autres images, du sens, une narration, une représentation "vraie" de la "réalité", etc. La modernité, depuis au moins Manet, rabroue et frustre ce désir : il n'y a rien à voir d'autre que la peinture elle-même, voire sa seule matérialité. Et Steven Parrino aura beau casser, en 2003, des monochromes noirs, il n'y verra rien derrière, montrant seulement la violence de son geste et sa colère contre une certaine abstraction trop formaliste... Dans la salle inaugurale de RIDEAUX / blinds, Marie de Brugerolle réinterroge en que

Continuer à lire

Esprit ouvert

ARTS | L’année artistique 2013 débute sous le signe de l’ouverture : ouverture à des artistes intrigants et peu connus du grand public, et aussi ouverture de l’art à la vie quotidienne, à l’actualité, à l’ethnologie, à la poésie… Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 4 janvier 2013

Esprit ouvert

Après les grandes têtes d’affiche de l’automne (Pierre Soulages, John Cage…), les musées nous invitent à découvrir des artistes et des œuvres moins connus, voire des expositions assez singulières. Ce sera notamment le cas au Musée des Beaux-Arts qui ouvre ses cimaises à deux drôles de collectionneurs lyonnais, Denise et Michel Meynet, en présentant 300 de leurs 3 000 pièces d’art. D’un tabouret dogon ou une pirogue bozo à des estampes signées Andy Warhol ou Robert Combas en passant par des objets hybrides (mi-traditionnels, mi-contemporains) et de nombreuses céramiques, Métissages (du 22 février au 19 mai) promet de dépasser les frontières artistiques et bien des surprises esthétiques. Une ouverture transdisciplinaire que connaît et explore l’artiste chinois Huang Yong Ping dont le travail consiste à se faire rencontrer différentes communautés, cultures et civilisations. Au Musée d’Art Contemporain, il exposera notamment, sur le mode du recyclage et du croisement, une installation réalisée à partir d’une collection de statuettes chinoises. Il sera accompagné au MAC (du 15 février au 14 avril) par deux autres artistes dont nous avons hât

Continuer à lire