Thomas Foucher au coeur du corps

ARTS | La galerie Domi Nostrae consacre une fascinante exposition au peintre lyonnais Thomas Foucher. Un artiste du corps, du geste et de la matière, toujours hantés par leur possible effondrement. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Dimanche 17 novembre 2013

Photo : Thomas Foucher


Le noir et blanc sert aux photographes et aux peintres à mettre un peu de distance avec leurs motifs, à abstraire quelque peu leurs représentations. Thomas Foucher (né en 1976 à Suresnes, vivant à Lyon) utilise très précisément des gris colorés pour réaliser ses tableaux. Malgré ce filtre, quand on parcourt son exposition à la galerie Domi Nostrae, nous sommes immédiatement plongés parmi des entrelacs et des saillies de muscles, de veines, de nerfs, de peaux... Dans un monde de sensations brutes, fortes, frappantes. L'artiste représente pourtant des gestes simples dans ses différentes séries : une main posée à plat sur une poitrine, deux mains essorant une sorte de torchon imbibé d'eau... Gestes qu'il cadre hors de leurs contextes et de manière très serrée. Il y a chez Thomas Foucher une volonté de plonger au plus près de la matière, tout à la fois humaine et picturale. Volonté qui s'emblématise dans un tableau où les torsades de ceps de vignes se reflètent sur les lunettes de soleil d'un personnage, comme saturant son regard.
 

Fragiles présences


Ainsi que nous l'avons déjà indiqué, cette quête existentielle du corps est aussi brouillée, filtrée, abstraite : par une utilisation du gris, et aussi par des zones de flou, des projections de goutelettes de peinture... L'art figuratif et réaliste de Thomas Foucher se trouble, vacille (et fait vaciller nos certitudes visuelles), se confronte à la complexité d'une chair qui poudroie en atomes, qui se déchire ou se tord dans certains mouvements. Il y a dans ses œuvres une tension permanente et fascinante entre la figuration la plus précise et la défiguration qui la ronge, l'inquiète.

On pourra y voir une proximité avec Antonin Artaud qui, à propos de ses propres dessins, écrivait : «Je me souviens dans une existence perdue avant de naître dans ce monde-ci avoir pleuré fibre à fibre sur des cadavres dont les os poussière à poussière se résorbaient dans le néant. Ai-je connu leur anatomie ? Non, j'ai connu l'être en lambeau de leurs âmes dans chaque petit os de poussière qui gagnait les ténèbres premières et de chaque petit os de poussière j'ai eu l'idée dans la musique sanglotante de l'âme de rassembler un nouveau corps humain».

Tentative de conjoindre la forme à sa dispersion qui se retrouve encore dans la dernières salle de l'exposition, impressionnante avec ses représentations de crânes posés au milieu d'une architecture esquissée. Crânes ou antres abyssales, cavernes platoniciennes qui attirent dangereusement le regard et donnent étrangement au vide une certaine consistance.

 

Thomas Foucher
A la galerie Domi Nostrae, jusqu'au 4 janvier 2014


Thomas Foucher

"Essorage"
Galerie Domi Nostræ 39 cours de la Liberté Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le corps en déraison de Thomas Foucher à la Demeure du Chaos

Peinture | Depuis onze ans, Thomas Foucher abreuve les murs de la Demeure du Chaos de portraits. Aujourd’hui, son fondateur Thierry Ehrmann lui a confié l’exposition annuelle du musée, lui permettant de dévoiler des travaux personnels hautement sensitifs et vertigineux.

Sarah Fouassier | Mardi 22 mai 2018

Le corps en déraison de Thomas Foucher à la Demeure du Chaos

Dans le ventre de l'imprenable Demeure de Saint-Romain-au-Mont-d’Or, se tisse la petite histoire d’un peintre dans les interstices de murs qui se risquent à nommer une humanité au bord du précipice. L’inintelligibilité du monde, ou plutôt sa déraison, fascine et traverse le corps de Thomas Foucher. Si le monde a peur du précipice, lui le regarde de biais et poursuit sa quête de sens de l’existence. « En haut, en bas, partout, la profondeur, la grève, / Le silence, l’espace affreux et captivant… / Sur le fond de mes nuits Dieu de son doigt savant / Dessine un cauchemar multiforme et sans rêve » (C. Baudelaire, Le Gouffre, vers 4 à 8). De ce cauchemar baudelairien pour l'abîme, l’on ne vacille point au regard des peintures grand format enfoncées dans les chapelles du jardin de la Demeure du Chaos. Elles triomphent. Pas d’une façon suffisante. Elles triomphent dans la modestie et se délectent de ses images que l’on a forcément vues sur un journal, un vieux livre de photographies ou rencontrées dans la nature. Le cor

Continuer à lire

Pas de repos pour les expos

ARTS | Ludiques, émouvantes ou impressionnantes, ces expositions ont, à l'instar de celle du CHRD, rythmé notre automne. La trêve hivernale est l'occasion (la dernière pour certaines) de les revoir ou de les découvrir. Jean-Emmanuel Denave et Nadja Pobel

Benjamin Mialot | Vendredi 20 décembre 2013

Pas de repos pour les expos

Joseph Cornell et les surréalistes à New York  C'est l'événement artistique de ce début de saison à Lyon. Le Musée des Beaux-Arts nous invite à découvrir Joseph Cornell (1903-1972), drôle d'artiste américain n'ayant jamais ni peint ni sculpté. Proche des surréalistes émigrés à New York dans les années 30-40, Cornell est un fabuleux "fabricateur" d'images usant de techniques aussi diverses que le collage, des montages personnels d'images filmées ou l'assemblage poétique d'objets dans de petites boîtes ou de mini-théâtres. Un univers très émouvant et inventif qui est présenté au milieu d’œuvres d'artistes surréalistes importants (Max Ernst, Salvador Dali, Yves Tanguy, René Magritte...). A noter aussi, la sortie récente d'un beau catalogue sur l'exposition aux éditions Hazan. Au Musée des Beaux-Arts, jusqu'au lundi 10 février   Tony Cragg et Sigmar Polke 

Continuer à lire

Collection 2013/2014

ARTS | Dix expositions à ne pas rater cette saison. Où l'on apprendra que les artistes figent l'eau de la Saône, passent le permis moto, trompent l'oeil parmi des friches, lisent Virginia Woolf, retournent angoissés en enfance ou bien encore résument en quelques images toute (ou presque) la philosophie de Peter Sloterdijk ! Jean-Emmanuel Denave

Benjamin Mialot | Lundi 16 septembre 2013

Collection 2013/2014

Anna et Bernhard Blume Les époux Anna et Bernhard Blume ont l'air de bien s'amuser chez eux. Ils se mettent en scène et se photographient dans des perspectives baroques, avec des objets ou de la nourriture qui voltigent, des regards hallucinés, des corps presque contorsionnés... Au-delà de cet aspect comique, les deux photographes interrogent autant qu'ils se réfèrent à l'abstraction géométrique, au Bauhaus et à la grande histoire de la photographie.   Au Centre d'Arts Plastiques de Saint-Fons, jusqu'au 31 octobre   Myriam Mechita Née en 1974, vivant à Berlin, Myriam Mechita surprend par l'hétérogénéité des moyens plastiques qu'elle emploie, autant que par la diversité des formes qu'elle déploie. On verra à l'URDLA de grands dessins inte

Continuer à lire

Dans quelle étagère ?

ARTS | Il serait tout de même dommage de rater l’exposition anniversaire de la galerie-appartement Domi Nostrae (derniers jours jusqu’au 7 février). Pour ses 20 (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 30 janvier 2009

Dans quelle étagère ?

Il serait tout de même dommage de rater l’exposition anniversaire de la galerie-appartement Domi Nostrae (derniers jours jusqu’au 7 février). Pour ses 20 ans, le lieu propose une sorte de «cabinet de curiosités» autour du thème des métamorphoses du corps, l’une des obsessions de sa ligne artistique. Une petite dizaine d’artistes (dont Philippe Cognée, Samuel Rousseau, Eric Emo, Eudes Menichetti…) «triturent», déforment, explorent la représentation de la figure et de l’anatomie humaines, à travers leurs photographies, leurs peintures ou leurs vidéos. Et remettent sans cesse en question les identités trop figées et les normes établies.

Continuer à lire

En appartement ou intimement

ARTS | Galeries / On ne saurait trop vous conseiller la fréquentation assidue de la galerie-appartement Domi Nostrae. Le lieu fête ses 20 ans avec une exposition (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 16 décembre 2008

En appartement ou intimement

Galeries / On ne saurait trop vous conseiller la fréquentation assidue de la galerie-appartement Domi Nostrae. Le lieu fête ses 20 ans avec une exposition collective consacrée à l’une de ses obsessions thématiques : les représentations du corps, ses métamorphoses et autres défigurations. « Dans quelle étagère ?» (du 7 janvier au 7 février) jettera ainsi un regard errant des masques de Eric Emo aux nus de Philippe Cognée en passant par les êtres hybrides de Dominique Paul, les vanités de Thomas Foucher ou les facéties de Samuel Rousseau… Le grand Ernest Pignon Ernest, quant à lui, est un artiste connu pour ses peintures ou interventions en milieu urbain. C’est pourtant bien au chaud et entre les quatre murs de la galerie Pallade (du 26 février au 18 avril) qu’on le retrouvera, aux côtés de Herman Braun-Vega et de Didier Rivière… Intimité et poésie, si ce n’est intériorité, seront au programme des expositions photo du Réverbère qui enchaîne, coup sur coup, la superbe exposition d’Arièle Bonzon saisissant le «familier» entre bonheur et effroi (jusqu’au 21 février), L’Illusion du tranquille de François Deladerrière et Géraldine Lay (du 4 mars au 30 avril) mettant en scène la fragilité

Continuer à lire