Une modernité en ruines

ARTS | L'Institut d'Art Contemporain de Villeurbanne consacre au méconnu Manfred Pernice sa première grande exposition monographique en France. Son parcours s'avère pour le moins déconcertant. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 11 décembre 2013

Photo : Manfred Pernice


Dans une première salle de l'IAC, Manfred Pernice (né en 1963 en Allemagne, vivant à Berlin) présente une grande installation nommée Fiat Lux. Un «Que la lumière soit» qui convient fort mal à l'aune d'une exposition pour le moins déconcertante et floue, où l'on ne sait jamais trop ce qui relève de l'art, de l'objet, du déchet, du matériel urbain récupéré... Ce n'est pas la première fois qu'un artiste brouille ainsi les pistes, mais, ici, l'aspect bric-à-brac ou "bordel" vaguement organisé crève littéralement les yeux - Fiat Lux est aussi un mauvais jeu de mot en référence au constructeur auto, dont le toit-terrasse d'une des usines est ici reproduit à une échelle un peu réduite et que le visiteur peut arpenter à sa guise.
 

Ensuite, on découvre une soixantaine d'œuvres, dont beaucoup fonctionnent sur le mode de l'accumulation d'objets usités. Ainsi de ces grands socles posés au sol, dits Cassette, où l'on trouve des canettes rouillées, de vieux jouets, des emballages, des fragments d'on ne sait quoi, des chiffons... Chacun aurait un sens précis pour l'artiste, que nous serions bien incapables de déchiffrer.
 

Désillusions
 

L'exposition devient un peu plus intéressante avec des salles jouant davantage sur une "ambiance" générale. Ambiance d'intérieur modeste des années 1960-70, reconstitué par l'artiste avec moquette orangée, radio en marche, mobilier et objets de décoration, ou ambiance d'extérieur urbain à la lisière du no man's land. L'artiste présente ainsi du mobilier urbain (poteaux, tuyaux...), des colonnes tronquées aux couleurs fades ou encore des cheminées en fausse brique. De courtes vidéos de travail poursuivent cette esthétique de la ruine, de lieux désaffectés, de banlieue triste, de nœuds routiers inhumains... Il y transpire comme une mélancolie sourde, une modernité en berne, un passé pourtant assez récent déjà essoufflé, souffreteux.

 

Peut-être, au fond, que ce sentiment d'ennui et de grisaille des sensations et des significations est recherché par l'artiste, car révélateur du monde dans lequel nous évoluons ? L'art n'a certes pas pour fonction obligatoire de le ré-enchanter, mais rarement avions-nous ressenti une telle impression d'épuisement et de délabrement devant des oeuvres. A force de jouer la carte de la désillusion, Manfred Pernice finit par nous perdre et nous transformer en visiteur apathique.
 

Manfred Pernice
A l'Institut d'Art Contemporain à Villeurbanne, jusqu'au 23 février


Manfred Pernice

"Fiat (lux)"
Institut d'Art Contemporain 11 rue Docteur Dolard Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Espace en voie de réapparition

ARTS | Que sculpture et peinture soient par définition liées à des problèmes d'espace paraît une évidence. Que l'art contemporain reprenne la question à nouveaux frais est plus excitant et essentiel. Quelques-unes des expositions de la saison 2013-14 entament le sujet... Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 13 septembre 2013

Espace en voie de réapparition

C'est en général lorsqu'on perd quelque chose qu'on lui reconnaît sa pleine importance... Ainsi de l'espace qui, avec l'accélération et la vitesse chez Paul Virilio et le simulacre chez Jean Baudrillard, se serait, sous nos yeux contemporains, réduit à la portion congrue du pixel à la surface d'un écran. À l'heure de cette disparition problématique, l'Institut d'Art Contemporain axe toutes ses expositions et événements sur l'espace : Fabricateurs d'espaces, une exposition récente, son Laboratoire Espace Cerveau, la prochaine exposition consacrée à Manfred Pernice du 6 décembre au 16 février, artiste allemand interrogeant l'espace urbain. L'occasion de saisir les enjeux du travail philosophique de Peter Sloterdijk, qui ne pose plus les traditionnelles questions «Qui  ? Comment  ?  Quand  ?» mais se demande «Où ?» se trouve l'individu humain. Et traque dans sa trilogie Sphères les espaces relationnels, les résonances, les lieux, les contacts, les espaces fragiles et poreux. Qui nous sont essentiels.

Continuer à lire