Plan B pour Buffet

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 8 janvier 2014

Photo : Bernard Buffet


A dix-neuf ans il décroche le prestigieux Prix de la Critique, à vint-huit, il est au volant d'une Rolls. Une trajectoire fulgurante, digne d'un trader, pour un peintre tout en paradoxes : Bernard Buffet (1928-1999). Oublié des livres d'histoire de l'art et des institutions nationales (le Japon, en revanche, lui consacrera carrément un musée en 1973), Buffet a connu jusqu'à un succès commercial et populaire quasi-inentamé aujourd'hui.
 

Le critique d'art Eric Troncy explique l'absence d'exposition muséale de Buffet en France par un «risque majeur» : «celui que, tandis que les choses ont changé, que la célébrité n'est plus un facteur de disqualification, que le succès n'est plus tabou, l'on voit enfin la richesse incongrue d'une œuvre qui n'est pas simplement à la surface des toiles». Au-delà, le problème avec Bernard Buffet, c'est qu'il en fait peut-être un peu trop (aucun genre pictural ne lui échappe et sa production est prolifique), que son style graphique (avec ses fameux traits noirs aux angles aigus) surenchérit sur lui-même, que sa signature, au sens propre comme au figuré, crève les yeux. On peut se lasser de Buffet, comme on se lasse d'un Robert Combas ou d'un Ben, en dépit de leur talent.
 

Si tel est vôtre cas, nous vous proposons d'aborder l'accrochage de ses travaux à la galerie Estades en vous focalisant sur quelques créations alternatives : une puissante œuvre de jeunesse quasi-abstraite (Phare et sémaphore, 1951, ci-dessus), un bouquet d'hortensias étonnamment dépouillé, un étrange dessin de visage aux yeux bandés ou une lithographie de lupanar aux effluves licencieuses.
 

Jean-Emmanuel Denave


Bernard Buffet

A la Galerie Estades, jusqu'au samedi 18 janvier


Bernard Buffet

Huiles sur toiles et œuvres sur papier, lithographies et gravures (1951-1999)
Galerie Michel Estades 61 quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cinq expos à voir en décembre

Bons Plans | Vues ou pressenties comme intéressantes, voici notre sélection de cinq expositions à découvrir ce mois-ci. Dans les musées et les galeries de Lyon.

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 6 décembre 2018

Cinq expos à voir en décembre

Claude, un empereur au destin singulier Né à Lyon en 10 av. J.-C., empereur inattendu à cinquante ans, après l'assassinat de Caligula, Claude est une figure romaine peu connue (ses épouses le sont davantage : Messaline, Agrippine...), voire moquée pour sa faiblesse légendaire. L'exposition qui lui est consacrée dévoile un nouvel éclairage historique sur son importance, et, surtout, donne à revoir l'histoire de l'Empire romain sous un tout autre angle. Ce parcours historique original est servi par une scénographie sobre et lumineuse, et une grande diversité de documents et d'objets (d'éléments antiques à des représentations peintes postérieures, en passant par des moulures de bas reliefs). Au Musée des Beaux-Arts jusqu'au 4 mars 2019 Bernard Buffet et Jean Couty, parcours croisés Le très agréable Musée Jean Couty, voisin de l'Ile Barbe, présente une exposition confrontant les peintures de Jean Couty

Continuer à lire

Musées, collections automne-hiver

Dans les musées... | La sculpture contemporaine et l'Antiquité seront les deux grandes "stars" des prochaines expositions temporaires des musées de la région. C'est une bonne nouvelle, tant ces événements sont prometteurs a priori !

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 19 septembre 2018

Musées, collections automne-hiver

L'oublié Bernard Venet ? Ce nom d'artiste ne dit plus aujourd'hui grand chose à quiconque, hormis peut-être aux habitants de Nice, où beaucoup de ses œuvres monumentales occupent l'espace public. Très connu dans les années 1980, Bernard Venet (né en 1941) s'en est allé ensuite faire carrière aux États-Unis. Il revient en grand format au Musée d'Art Contemporain qui lui consacre une rétrospective (du 21 septembre au 6 janvier 2019) rassemblant pas moins de 170 œuvres ! Celui qui souhaitait, dès les années 1960, « retirer toute charge d'expression contenue dans l’œuvre pour la réduire à un fait matériel », est l'auteur d’œuvres minimalistes dans leurs formes (lignes, arcs, cercles, quadrilatères...) mais souvent "maximalistes" dans leurs dimensions et leurs poids. Il réservera même au MAC de Lyon la primeur de ses toutes récentes créations. L'antique Après l'assassinat de Caligula, Claude est désigné empereur de Rome contre toute attente en 41 après Jésus-Christ. La littérature antique en a dressé un portrait peu flat

Continuer à lire