Serge Clément : «Je trouvais dans la ville une possibilité d'absence»

ARTS | A l'occasion de sa très belle exposition au Réverbère, le photographe canadien Serge Clément revient avec nous sur son parcours, ses partis pris esthétiques et sa passion pour la ville comme espace fantasmatique de diffraction du réel. Propos recueillis par Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 26 mai 2015

Photo : Serge Clement, Roman - Québec, Québec, 2001


Vous présentez au Réverbère une trentaine de photographies qui couvrent l'ensemble de votre parcours depuis quarante ans. Est-ce une rétrospective ? Quelle est la nature de cet ensemble ?
Serge Clément : Non, ce n'est pas une rétrospective mais une sélection d'images pour la plupart inédites, dont beaucoup étaient tombées dans l'oubli, y compris pour moi-même ! Á l'occasion de divers projets, je me suis plongé dans un corpus d'images récentes et anciennes, des années 1970 à aujourd'hui, et j'ai découvert, avec surprise, bien des correspondances et des liens entre mon travail actuel et les images de mes débuts.

Je pense par exemple à une photographie de 1976, présentée au Studiolo [annexe de la galerie du Réverbère, NdlR], montrant un vendeur ambulant de marrons à New York et, derrière lui, un mur de granit qui reflète toute une scène de rue avec des piétons, des voitures, etc.

Tout cela, c'est déjà, pour moi, une "image de Serge Clément" qui s'intéresse aux surfaces réfléchissantes, aux textures, à l'entremêlement ambigu entre le réel et son double, le réel et son reflet... Bien sûr, aujourd'hui, j'aurais certainement cadré l'image de manière différente, plus resserrée... Ca m'intéresse beaucoup de montrer ainsi des images d'époques différentes où des intentions insoupçonnées, inconscientes, qui naîtront plus tard, étaient déjà latentes.

Assez vite, votre travail va se focaliser sur les villes... Pourquoi ?
Á partir de 1975 environ, j'ai effectivement arrêté de photographier des paysages ou le monde rural du Canada pour me concentrer sur la ville. Je crois que mon intérêt pour la ville a des raisons multiples. C'est d'abord un espace photographique d'une grande richesse pour sa diversité de textures, de surfaces, de matériaux, de possibilité de réflexions...

C'est ensuite un intérêt qui remonte à mon enfance. J'habitais une petite ville de 35 000 habitants et chaque dimanche, avec ma famille, on se rendait à Montréal ; puis, adolescent, j'allais y découvrir des films. J'ai commencé la photographie vers 18 ans et, dès lors, je trouvais dans la ville une possibilité d'absence, d'anonymat, de solitude, d'isolement qui me convenait.

J'ajouterais que le fait d'être québécois et donc le fait d'être dans une sorte de "faux pays", un pays qui veut s'affirmer mais qui n'y parvient pas vraiment, influence mes interrogations photographiques sur la différence entre le vrai et le faux, le réel et son double.

Je suis un jumeau et je pense que ça a son importance : il existe quelqu'un à mes côtés qui vit un peu en symbiose avec moi mais qui pense et existe différemment. Cette gémellité a marqué mon rapport à la photographie qui se veut la moins monolithique possible, la moins documentaire possible, mais au contraire empreinte de duplicité, de doubles, de reflets...

Pouvez-vous nous en dire davantage sur ces interrogations ?
On ne sait jamais dans mes images si l'on y voit la réalité ou son reflet. Je joue sans cesse sur cette bascule où l'image virtuelle, celle du miroir, du reflet, devient, par un effet de mise au point, plus "vraie" que le "réel". J'ai débuté ces jeux optiques au milieu des années 1980 avec un projet sur l'Amérique latine intitulée Cités fragiles, où une place importante consacrée au double.

Je suis moi-même un jumeau et je pense que ça a son importance : il existe quelqu'un à mes côtés qui vit un peu en symbiose avec moi mais qui pense et existe différemment. Cette gémellité a marqué mon rapport à la photographie qui se veut la moins monolithique possible, la moins documentaire possible (je suis à l'opposé des Becher par exemple), mais au contraire empreinte de duplicité, de doubles, de reflets...

Quelles ont été vos influences ?
Elles sont nombreuses et ont beaucoup varié selon le temps... Paul Strand m'a marqué dans mes débuts à la chambre, ainsi que Robert Frank, Lee Friedlander, Josef Koudelka et ses contrastes, la force de ses images... Plus récemment, ce sont les photographes japonais qui m'ont beaucoup intéressé et, notamment, leur rapport au monde urbain.

Mais le livre de photographies qui m'a le plus profondément marqué reste paradoxalement Nothing personal de Richard Avedon [sorti en 1964, il rassemble des portraits d'anonymes, de militants, de politiciens, d'artistes..., NdlR]. Contrairement à Avedon, je fais très peu de portraits, mais le contenu social et politique du livre, ainsi que le texte de James Baldwin [figure du mouvement pour les droits civiques aux États-Unis, NdlR], m'ont incroyablement intéressé !

Parmi les images exposées au Réverbère, quelle est votre image "coup de cœur" et en même temps représentative de votre travail ?
C'est sans doute Roman, Île d'Orléans, prise au Québec en 2001. C'est une image plutôt indéfinie où l'on voit une sorte de cabane prise en plongée et, au premier plan, une forme indéterminable, onirique, floue... C'est à la fois l'image d'un fantasme et une image où le spectateur perd ses repères visuels habituels.

Serge Clément [+ Chuck Samuels]
Au Réverbère jusqu'au 31 juillet


Serge Clément + Chuck Samuels

"Dépaysé" + "Le photographe"
Galerie Le Réverbère 38 rue Burdeau Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Fondus au monde

Photographie | Le Réverbère réunit quatre photographes qui ont le voyage dans le sang de leur création : Thomas Chable, Serge Clément, Jacques Damez et Bernard Plossu.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 18 février 2020

Fondus au monde

Il est cinq heures du matin à New York, à Dakar, Mumbai, Istanbul, Bangkok... Aux pays des ombres, la vie doucement s'éveille : au pied d'un pont, en bordure de plage, à l'intérieur d'une voiture, ou au reflet d'une vitrine... Et, dans cette montée timide de la lumière, le photographe canadien Serge Clément capte le lent remuement de silhouettes sombres à l'orée du jour. L'accrochage, au Réverbère, de ses images prises aux quatre coins du monde, toujours à la même heure, nous saisit par sa dominante de noirs, cette sorte de brume sombre et flottante d'humanité, parmi laquelle, peu à peu, les images comme les corps se dessinent, se précisent. Ce fondu des formes, cet entre-deux du flou et du réel nous renvoie à l'image d'un autre photographe, Bernard Plossu, métamorphosant un car touristique à Rome en présence fantomatique. Comme si chez l'un et chez l'autre de ces photographes voyageurs, le

Continuer à lire

Éclairs de lucidité au Reverbère

Photographie | Serge Clément, Baudoin Lotin, Julien Magre et Bernard Plossu présentent au Réverbère leurs éclats photographiques, visions fugaces ou fulgurantes de leurs rencontres avec le réel.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 5 février 2019

Éclairs de lucidité au Reverbère

En exposant quatre photographes aux styles différents (Serge Clément, Baudoin Lotin, Julien Magre et Bernard Plossu), aux formats allant de la quasi miniature au grand format, et utilisant aussi bien le noir et blanc que la couleur, Le Réverbère s'est donné beaucoup de liberté pour son nouvel accrochage. L'improvisation, le jazz, la poésie sont d'ailleurs convoqués dans le texte accompagnant l'exposition. D'une plume lyrique, Jacques Damez écrit encore que ces quatre photographes « font se confronter les plans, les surfaces, les valeurs, les couleurs, les miroitements, les échos, les contrastes, le temps et la lumière pour, dans l’éclair de leurs états d’âme, foudroyer leur sujet. Ils mettent à vif le réel, ils ne lui laissent pas d’échappatoire. » Ce serait donc à force de volonté d'approcher, au plus près, de la peau du "réel", que ces quatre artistes trouveraient leur univers poétique et formel, parfois jusqu'à l'abstraction (le Canadien Serge Clément et ses jeux de reflets, de résonances et de doubles, notamment). Espaces transitionnels On découvre ainsi le rée

Continuer à lire

5 œuvres, 5 expos à (re)voir

ARTS | Cinq œuvres à voir ou à revoir cet été à Lyon ou à proximité, dans des galeries ou des musées. Cinq œuvres ouvrant à cinq très belles expositions à ne pas rater. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 7 juillet 2015

5 œuvres, 5 expos à (re)voir

Patrice Giorda – Les deux chemins, 2e version, La Promenade N°5, 1986 Le peintre lyonnais Patrice Giorda (né en 1952) se réclame lui-même de l'expressionnisme du nord de l'Europe que l'on retrouve beaucoup dans ce tableau. Une œuvre qui, comme toutes les autres, se propose comme un «espace de méditation», simple et solitaire, une croisée des chemins qui est aussi un travail précis sur les lumières et la couleur. Patrice Giorda Au Plateau jusqu'au 25 juillet

Continuer à lire

Levées de rideaux

ARTS | Si une image peut en cacher une autre, elle peut aussi disparaître ou muter. De rideaux contemporains en œuvres déliquescentes et jusqu'aux expériences hybrides de l'Asie du Sud-est, l'année 2015 s'annonce plastiquement ouverte et surprenante. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 6 janvier 2015

Levées de rideaux

Curieuse année qui s'annonce, avec des thématiques qui pourraient sembler caduques ou oubliées. La prochaine Biennale d'art contemporain (à partir du 10 septembre), par exemple, ouvre un cycle de trois éditions consacrées au terme... "moderne" ! Alors que l'on se pensait au moins post-post-modernes, Thierry Raspail parie sur ce concept pour dire le contemporain et invite le britannique Ralph Rugoff à plancher sur cette problématique. Plus surprenant encore, l'Institut d'Art Contemporain invite l'historienne d'art Marie de Brugerolle pour une exposition collective sur le thème du rideau (du 6 février au 3 mai) ! Une fois passée l'idée désuète du rideau peint de théâtre, on attend beaucoup de cet événement qui invitera sans doute à passer derrière le miroir, à réfléchir sur la notion essentielle de seuil, d'écran, de suspens, etc. Et ce "à travers" les œuvres de Marc Desgrandchamps, Felix Gonzales-Torres, Urs Lütti, Gustav Metzger, Steven Parrino... En résonnance à cette exposition, on signalera celle du photographe canadien Serge Clément au Réverbère (mai-juillet), qui joue avec le "rideau" des surfaces miroitantes (vitri

Continuer à lire

Le Réverbère sort ses réserves

ARTS | La galerie photo Le Réverbère réunit six de ses artistes pour une exposition consacrée à des œuvres récentes, décalées ou rarement montrées. Simple et efficace. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 26 janvier 2012

Le Réverbère sort ses réserves

Au rez-de-chaussée du Réverbère règne un certain esprit de liberté et de simplicité. La Lyonnaise Arièle Bonzon nous accueille avec des vues de désert, dont un très bel arbre esseulé dépliant ses rameaux au-dessus d'une dune... Un peu plus loin, Lionel Fourneaux associe librement des dessins enfantins (griboullis, oiseaux, empreinte de main...) à des photographies. Un procédé déjà souvent utilisé mais qui, là encore, révèle tout son potentiel de décalage et de poésie. «Ces dialogues obéissent à une seule loi, celle de l’attraction personnelle, elles ne s’imposent donc à personne, mais peuvent toucher ceux qui n’ont pas oublié cette dimension du jeu et du plaisir propre aux premières années de la vie. La proximité de mes enfants, leurs sentiments mêlés au spectacle de la bizarrerie du monde m’aident à recouvrer cet état d’innocence, de fraîcheur – disons cela – et de rêverie volontiers naïve, mais verticale qui m’autorisent à fabriquer ces images métisses» écrit le photographe. À ses côtés, Jean-Claude Palisse poursuit son tr

Continuer à lire

Éclats new-yorkais

ARTS | Le photographe canadien Serge Clément a passé six mois à parcourir New York, notamment ses quartiers méconnus encore marqués par l’architecture du début du XXe (...)

Dorotée Aznar | Mardi 25 mai 2010

Éclats new-yorkais

Le photographe canadien Serge Clément a passé six mois à parcourir New York, notamment ses quartiers méconnus encore marqués par l’architecture du début du XXe siècle. Il s’y est interrogé sur une ville en mutation, à l’unisson d’un «empire et d’une puissance économique qui s’effrite»... Mais ce qui s’effrite, se fragmente et se démultiplie ce sont surtout l’espace, les bâtiments, les lignes de la ville à la surface complexe de ses images noir et blanc. Comme dans ses travaux précédents, l’artiste capte à même “la peau“ de New York des images qui “existent déjà“, produites par des reflets sur des vitrines, des jeux de transparence, des ombres projetées... Avec un œil de sorcier géomètre, Serge Clément repère puis enregistre sans truquage des images où ce qui est devant et ce qui est derrière, dans le champ et hors champ, voisinent sur le même plan, ainsi que de multiples traces, tags, signes, présences fantomatiques... D’une image à l’autre, et au sein d’une même image, il orchestre des points de vue éclatés, comme en une suite de musique dodécaphonique. À ce mille feuilles spatial, l’artiste ajoute aussi tout un jeu sur les matières où le métal côtoie la toile, où le t

Continuer à lire