Crise énergétique à l'IAC

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 23 juin 2015

Photo : Myriam Mechita, Le masque de glace, Vue de l’exposition OTIUM #1. De Mineralis, pierres de visions, 2015, Institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes © Blaise Adilon


Exposition collective en deux volets, Otium propose de «revisiter certaines approches de la matière et des énergies dont nous sommes issus. Depuis la relation tellurique au monde jusqu'aux perceptions de type mythique, animiste ou astral qui procèdent d'une vision" enchantée" de l'univers». Un joli programme dont on ressort plutôt très désenchanté : de l'érotisme frelaté de Paul-Armand Gette à la navrante installation de Basserode qui, à travers quelques silex fixés à une cimaise, voudrait faire croire à une pluie de météorites entrées en collision avec la Terre, la majorité des œuvres présentées nous ont indifféré.

Peut-être manquons-nous d'imagination, mais rien ici ne semble doté d'une quelconque énergie et notre relation tellurique au monde reste sans voie plastique. Myriam Mechita sauve un peu la mise avec son travail sur papier mélancolique et ses étranges pierres de couleurs incrustées dans les murs.

Et désenchantés nous sommes restés, mais de manière plus intéressée et idoine, en découvrant l'environnement de Steve Bishop, invité à l'IAC par La Salle de bains. Ce jeune artiste canadien propose en effet une sorte de parcours en boucle dans des espaces génériques (une salle d'attente d'entreprise lambda notamment) volontairement désaffectés et froids. Nous ne sommes plus à l'âge de pierre, mais à l'âge du virtuel et de l'artificiel, dont l'artiste parvient ici à nous faire éprouver la fascinante et bêtifiante vacuité.

Jean-Emmanuel Denave

Otium #1 + Steve Bishop
À l'Institut d'Art Contemporain jusqu'au 9 août


Steve Bishop

"Noclip"
Institut d'Art Contemporain 11 rue Docteur Dolard Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Otium #1

"De Mineralis, Pierres de visions" + Kata Tjuta
Institut d'Art Contemporain 11 rue Docteur Dolard Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

M. sous le signe de W.

ARTS | S'inscrivant dans l'univers littéraire de Virginia Woolf, Myriam Mechita présente à l'URDLA des œuvres fortes aux formes diverses, nouant quelques paradoxes existentiels fondamentaux : la violence et le désir, la vie et la mort, l'homme et l'animal... Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 4 octobre 2013

M. sous le signe de W.

Ce sont, dans une estampe, de longues langues de feu léchant une maison en bois que l'on découvre au seuil de l'exposition de Myriam Mechita (née en 1974, installée à Berlin) à l'URDLA. C'est, plus loin, la langue dardée et comme pendue d'une inquiétante femme masquée qui se tend vers un ciel étoilé... La langue se répand dans l'exposition de Myriam Mechita comme s'y dépose celle, littéraire, de Virginia Woolf, figure tutélaire des œuvres présentées, l'URDLA éditant en parallèle sous le titre EnFin deux courts textes de l'écrivain anglaise traduits par Jacques Aubert et illustrés par Mechita. Comme souvent à l'URDLA, la littérature et le signe résonnent avec la plastique et les formes esthétiques. Le courant de conscience de Woolf s'instille parmi le courant de sensations des œuvres de Mechita, qui nous parlent tour à tour, ou concomittament, de désir, de mort, de violence, de beauté... Paradoxes Dans ses romans, Virginia Woolf traque des «moments d'être ou de non-être», des équival

Continuer à lire

Collection 2013/2014

ARTS | Dix expositions à ne pas rater cette saison. Où l'on apprendra que les artistes figent l'eau de la Saône, passent le permis moto, trompent l'oeil parmi des friches, lisent Virginia Woolf, retournent angoissés en enfance ou bien encore résument en quelques images toute (ou presque) la philosophie de Peter Sloterdijk ! Jean-Emmanuel Denave

Benjamin Mialot | Lundi 16 septembre 2013

Collection 2013/2014

Anna et Bernhard Blume Les époux Anna et Bernhard Blume ont l'air de bien s'amuser chez eux. Ils se mettent en scène et se photographient dans des perspectives baroques, avec des objets ou de la nourriture qui voltigent, des regards hallucinés, des corps presque contorsionnés... Au-delà de cet aspect comique, les deux photographes interrogent autant qu'ils se réfèrent à l'abstraction géométrique, au Bauhaus et à la grande histoire de la photographie.   Au Centre d'Arts Plastiques de Saint-Fons, jusqu'au 31 octobre   Myriam Mechita Née en 1974, vivant à Berlin, Myriam Mechita surprend par l'hétérogénéité des moyens plastiques qu'elle emploie, autant que par la diversité des formes qu'elle déploie. On verra à l'URDLA de grands dessins inte

Continuer à lire