Anish Kapoor fait comme chez lui au Couvent de la Tourette

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 29 septembre 2015

Photo : Anish Kapoor, crédits : Laszlo Horvath.


Loin des feux de l'actualité, le sculpteur Anish Kapoor (né à Bombay en 1954, vivant en Grande-Bretagne) expose actuellement une quinzaine d'œuvres au Couvent de la Tourette. Il y dialogue avec l'architecture du lieu, à la fois si subtile et impressionnante, signée Le Corbusier et inaugurée en 1960. «Sur place, on l'a vu attentif à la façon dont la lumière est mise en scène, créant des jeux d'ombre et de lumière ; très touché par les textures des murs de crépis rugueux ou de béton brut qui laissent percevoir les veines du bois des coffrages et sur lesquels la lumière vient jouer» écrit le frère Marc Chauveau, commissaire de l'exposition.

De grands miroirs, notamment, diffractent ou inversent les espaces et les silhouettes des visiteurs, recueillent ailleurs le reflet du ciel et le passage des nuages. C'est là une part connue et toujours visuellement efficace du travail de Kapoor, au même titre aussi que sa grande spire métallique installée dans la nef de l'église ou sa colonne infinie recouverte de pigments rouge vif...

Mais cette partie de l'exposition, à connotation assez spirituelle, contraste avec des œuvres plus récentes et plus déroutantes : des "tableaux" en trois dimensions – faits de cire ou de silicone – représentant des entrailles sanguinolentes ! Kapoor semble nous inviter à cheminer entre chair et esprit, incarnation et transcendance. Dommage que le chemin soit un peu chiche pour ce qui est du nombre d'œuvres présentées...

Jean-Emmanuel Denave

Anish Kapoor chez Le Corbusier
Au Couvent de la Tourette à Eveux, jusqu'au 3 janvier


Anish Kapoor chez Le Corbusier

Expo monographique en écho au modernisme de l'architecte
Couvent de la Tourette Route de la Tourette Éveux
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

On pense à vos dimanches : 5 expos à voir absolument

Au Musée | Que voir cet automne dans les musées ? Des anatomies étranges, de l'effervescence fin de siècle, des bougies d'anniversaire, des psys urbains et même des... Mexicains en embuscade !

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 12 septembre 2017

On pense à vos dimanches : 5 expos à voir absolument

Anatomies au Musée des Beaux-Arts Écrivain (on lui doit notamment le mythique récit autobiographie La Gana publié en 1958), graveur, dessinateur, Fred Deux (1924-2015) conçoit chacune de ses œuvres comme une descente, à la fois précise et imaginaire, dans les mondes de l'organique et du sexuel. Soit les soubassements même des êtres humains et de quelques autres créatures. Le Musée des Beaux-Arts consacre à l’artiste une grande et rare rétrospective qui réunira quelque 180 dessins, en suivant le fil chronologique des grands cycles de dessins de Fred Deux : Otages, Spermes noirs, Spermes colorés, Autoportraits… Le Monde de Fred Deux Au Musée des Beaux-Arts du 20 septembre au 8 janvier 2018 La galerie Michel Descours présente en parallèle une exposition Fred Deux du 19 septembre au 18 novembre Effervescence au Musée Dini On va beaucoup parler cet automne de modernité, thème sous-jacent à la 14e Biennale d'Art Contemporain... La naissance de la modernité artistique est discutée, mais elle est souvent da

Continuer à lire