Oliviero Toscani : Vous le reconnaissez ?

Portrait | Tirer le portrait d’un photographe relève à tout le moins de l’exercice saugrenu. Sauf lorsqu’il s’agit d'Oliviero Toscani, qui s’est toujours arrangé pour sortir des cadres trop contraignants. À la fois artiste et homme d’appareil, graphiste et homme d’affaires, ce Milanais aux allures tranquilles, maintes fois couronné pour ses créations, n’est pas à un paradoxe près.

Vincent Raymond | Mardi 26 avril 2016

Photo : © Vincent Raymond


À l'origine, le tête-à-tête avec Oliviero Toscani avait été fixé dans un bar de la Presqu'île, dont le nom ronflant résonnait malicieusement : L'Institution. Mais l'établissement ayant fermé ses portes de manière inopinée et anticipée ce jour-là, l'entrevue se translata aux Négociants voisins. Comme si le hasard avait voulu manifester un brin d'ironie taquine au Janus italien de la photographie. Artiste ou boutiquier ? Créateur inspiré ou adroit faiseur ? Agitateur de conscience ou provocateur rétribué ?

Depuis plus d'un demi-siècle, Toscani suscite le débat et clive l'opinion par des images à double-face, qui vendent en faisant parler ; qui donnent une aura singulière à ce que les yeux ne regardent pas, qui interrogent le consommateur au lieu de lui servir une réponse immédiate. Stratège de la communication — pour les autres comme pour sa propre personne —, le Milanais affiche à 74 ans un flegme souriant et souverain de gentleman farmer, ne masquant cependant pas totalement quelques envies de ruer dans les brancards.

Photo de famille

Ainsi se montre-t-il interloqué, au sortir d'une rencontre avec des apprentis photographes : « Les étudiants sont gentils, civilisés, bien éduqués, mais vulnérables. Il leur manque le mal de vivre et le sens de la révolte. Même dans leurs différences et leurs tatouages, ils sont uniformes. C'est partout pareil en Occident : la pub et les médias les ont conditionnés. On leur a donné de mauvais modèles. »

Venant d'un des plus grands concepteurs d'images publicitaires des dernières décennies, le constat ne manque pas de sel ! Mais Toscani carbure à l'ambiguïté. « Ces jeunes ont plus de cœur que ma génération. Nous, on disait “Don't trust anyone over 30”, alors un vieux de 74 ans serait venu, je me serais levé et j'aurais dit “allez vous faire foutre !” » Dans l'instant suivant, il se met à ronchonner contre l'excès de politiquement correct, en reconnaissant ses mérites, mais appelant à déborder ses frontières…

C'est, à en croire sa biographie, ce qu'il a fait pour se démarquer à 15 ans, en immortalisant la veuve de Mussolini sur la tombe de son époux. Le portrait connaît un succès mondial, grâce à son père, Fedele Toscani, photographe au Corriere Della Sera et cofondateur de l'agence Publifoto. Enfant de la balle, Oliviero ne s'étonnait pas de voir s'étaler sur la Une du journal de son maître d'école le cliché tiré par son père qu'il avait amené la veille à la rédaction.

« Quand j'ai fait mes premières images, j'ai cru que j'aidais ma famille à se nourrir, comme le fils cordonnier aide son père. Ce n'était pas chic, être photographe. » Le chic et le glamour viendront plus tard. À 15 ans, il a surtout soif d'espace et d'aventures. Sans doute tient-il cela du paternel obsédé par les news, « pas du genre à passer sa retraite à aller donner des cacahuètes aux canards ». Et d'une enfance passée loin de la ville et des bombardements de la guerre, dans un village de montagne au nord de Bergame — un cadre rudimentaire, sans électricité, à l'origine de son amour pour la terre et les animaux qu'il cultivera plus tard en devenant producteur de vin, d'huile d'olives et d'étalons Appaloosa.

Simone de Bon Vouloir

Durant les années cinquante, l'adolescent fasciné par l'architecture sillonne l'Europe en autostop. La France, l'Espagne pour la corrida. Et la Suède, pour les filles : « Elles étaient plus généreuses que les Italiennes, elles nous voyaient comme des gens du Sud, comme les Noirs de l'Europe ». Il sacrifie au rituel des études et décroche en 1965 un diplôme de photographie à l'Université de Zurich. Et met rapidement son talent au service de la presse et des marques de luxe, en refusant toujours de concéder la moindre exclusivité. « Je n'en ai jamais eu et je n'en veux pas. Même pas avec ma femme, et c'est pour ça qu'on est fidèle. À un moment, un titre l'a exigée de moi. Alors, j'ai signé Zorro ailleurs pendant deux ans, jusqu'à ce que les choses soient découvertes… » rigole Toscani.

Harper's Bazaar, Esquire, GQ, Elle… La liste des titres auxquels Oliviero a émargé est prestigieuse, tout comme celle de ses modèles. Ce qui n'empêche pas les loupés… ni les regrets. Tel Sartre, croisé à la Coupole en 1971. Subjugué par son pull-over rouge, le photographe aborde le philosophe à sa table et lui propose de réaliser son portrait pour la couverture de Vogue Homme. Flatté, Sartre se tourne vers sa compagne « — Qu'est-ce que tu en penses, Simone ? — Tu ne fais pas ça ! », lâche, inflexible, de Beauvoir. « Il m'a regardé déçu comme un enfant… Là, j'ai fait une faute, s'en veut encore Toscani. J'aurais dû demander aux deux en même temps. »

Procès durs, process d'art

En 1982, il commence à œuvrer pour Benetton, « un de mes projets, glisse-t-il avec une désinvolture feinte, celui qui a été le plus vu, pour lequel j'ai travaillé le plus : dix-huit ans. C'est très rare, dix-huit ans. » Suivront 124 campagnes mondiales choc, la direction artistique de la marque et d'un magazine en dix langues, Colors, la création de la Fabrica, et des procès à foison. « C'est facile de parler de ça maintenant. Mais à l'époque, je doutais, je me demandais si je n'étais pas un peu fou. Ce n'est pas facile de gérer les critiques. Enfin, je n'ai jamais été condamné ni en prison, quand même ! »

L'aventure textile s'achève dans la douleur en 2000, après une série sanctionnée aux États-Unis par une chaîne de distribution. Toscani ne manque pas de ressources : Costa-Gavras l'appelle alors pour concevoir l'affiche de son adaptation du Vicaire d'après Hochhuth. « Dans les rushes que je vois, j'entends Kassovitz parler de la religion et l'officier lui répondre : Amen ! J'ai dit à Costa : c'est ton titre. » Deux jours après, il envoie l'affiche reprenant le symbole de la svastika se prolongeant en croix catholique par… fax, enthousiasmant Costa-Gavras. « On a encore eu un procès contre des fondamentalistes catholiques. On a gagné, mais on n'a pas encaissé l'argent : on a encadré les chèques. »

Parmi ses dernières provocations en date, une série sur le mariage réalisée pour la galerie La Hune avec YellowKorner, l'enseigne qui édite ses photographies d'art en édition limitée. Le concept de la photo numérotée et signée étonne Toscani : « Je le fais parce que je trouve ça drôle, mais c'est absurde. » Lui estime que posséder une œuvre d'art originale, c'est un « truc de maniaque » et militerait pour leur confiscation par l'UNESCO, serait prêt à tirer ses multiples photographies à des millions d'exemplaires afin de donner du travail et d'inciter les gens à… collectionner de l'art. Jamais à court d'un paradoxe.

YellowKorner
69 Passage de l'Argue
Centre commercial Confluence au 112 cours Charlemagne

Repères


1942 : naissance à Milan le 28 février. « Je suis né dans un pays fasciste allié avec les Allemands et en guerre contre vous, les Français, alors un peu de respect ! (rires) »

1989 : remporte l'un de ses 4 Lions d'Or pour une campagne publicitaire Benetton

1992 : sa photo Kissing-nun, montrant un prêtre et une nonne échangeant un baiser, crée le scandale ; prix de la Photographie appliquée décerné par le Centre international de la photographie

2007 : campagne pour No-l-ita avec Isabelle Caro, jeune femme souffrant d'anorexie

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Quand l’Europe tentait le régime sans Grèce : "Adults in the Room"

Thriller | Comment la Grèce a tenté de résister, grâce à Yánis Varoufákis, au chantage de l’Eurogroupe et à l’intrusion humiliante des technocrates dans son économie… Costa-Gavras revient en force avec un thriller économico-politique constatant un déni de démocratie ordinaire.

Vincent Raymond | Mardi 5 novembre 2019

Quand l’Europe tentait le régime sans Grèce :

Grèce, janvier 2015. Syriza, parti de gauche radicale, remporte les législatives. Élu député, l’économiste Yánis Varoufákis est nommé aux Finances et s’emploie à convaincre les instances européennes de renégocier la dette, sans nouveaux sacrifices. Une mission quasi impossible… La Providence aurait-elle un goût pervers pour l’ironie ? Aurait-elle ourdi cette tragédie grecque 2.0 que constitue la crise de la dette publique ayant frappé la République hellénique à partir de 2008, pour qu’au terme d’un infernal sirtaki dans les hautes sphères, Costa-Gavras puisse signer ce thriller économico-politico-diplomatique, retrouvant le mordant combatif faisant défaut à sa dernière réalisation en date, Le Capital (2012) — promenade dans l’univers de la haute finance plus désabusée qu’à l’accoutumée ? À l’instar des précieux Z, L’Aveu ou Missing, Adults in the Room relate le parcours d’un individu contre une machine étatique que sa puissance bureaucratique et sa doctrine économique ou politique ont transformée en monstr

Continuer à lire

Costa-Gavras, acte 2 : Nos culpabilités

Intégrale, saison 2 | On aurait envie de parler de deuxième round tant l’œuvre de Costa-Gavras compte de coups de poings et de coups de force cinématographiques. Réunissant ses (...)

Vincent Raymond | Mardi 23 janvier 2018

Costa-Gavras, acte 2 : Nos culpabilités

On aurait envie de parler de deuxième round tant l’œuvre de Costa-Gavras compte de coups de poings et de coups de force cinématographiques. Réunissant ses longs-métrages tournés entre 1986 et 2012, ce coffret prend la suite des “années Montand” et étrangement, coïncide avec la première cohabitation — donc la déception de la gauche mitterrandienne. Après deux films américains, Costa revient en France avec une comédie policière interprétée par un Johnny Hallyday inattendu, Conseil de Famille (1986). En souterrain, il interroge le déterminisme social et déjà, le sentiment de culpabilité qui contamine profondément la suite de son œuvre. Jamais procureur ni juge, le cinéaste met en lumière des tendances ou des faits sous des prismes insoupçonnés. Ce sont d’abord les spectres de l'extrême-droite et du nazisme, à rebours, à travers ses rejets contemporains dans La Main droite du diable (1988), puis Music Box (1989) mettant face à face présent et passé, et enfin Amen. (2002) qui plonge au cœur de la mach

Continuer à lire

Costa-Gavras : « Il faut aller à l’utopie ! »

Entretien | Toujours dans le mouvement, Costa-Gavras prépare un film d’après Conversations entre adultes de Yánis Varoufákis, s’apprête à sortir ses souvenirs et présente la suite de son intégrale en DVD. Entretien exclusif avec un indispensable humaniste.

Vincent Raymond | Mardi 23 janvier 2018

Costa-Gavras : « Il faut aller à l’utopie ! »

Quel regard porte-t-on sur ses propres films au moment de leur restauration ? Costa-Gavras : On ne voit pas vraiment les films dans la continuité, on les passe morceau par morceau pour faire ceci ou cela car les couleurs et les sons ont changé. Et on avance… Parfois on décide de les voir, mais ce n’est pas facile d’avoir passé deux jours à les regarder morceau par morceau et de les voir entièrement. Quand même, le retour en arrière est intéressant : on a incontestablement une nouvelle vision d'un film sur ce qu’on a fait par rapport à la technique, aux acteurs. Surtout lorsqu’on ne l’a pas touché depuis des années. A posteriori, voyez-vous une continuité se dessiner à travers vos œuvres ? Comme je n’ai jamais eu de programme, je ne vois pas de continuité — et je n’en cherche pas. La seule continuité, c’est que ce sont des sujets qui m’ont intéressé au moment où ils ont été tourné. Des situations qui me touchaient profondément. J’ajoute qu’il y a des choses qui m’ont touché, mais que je n’ai pas eu les moyens de faire en film.

Continuer à lire

Costa-Gavras ou la preuve par 9

ECRANS | La première partie de l’indispensable œuvre de Costa-Gavras est à redécouvrir en DVD. Et l’homme, prodigieux d’humanité comme d’humilité, à rencontrer.

Vincent Raymond | Mardi 22 novembre 2016

Costa-Gavras ou la preuve par 9

Comme Roman Polanski, Costa-Gavras est de ces auteurs multiculturels dont le cinéma français peut s’enorgueillir. Et qui a pu accomplir une carrière aussi diverse grâce à l’ouverture d’esprit et l’accueil bienveillant de la profession hexagonale à son égard dans ses jeunes années — c’est, en tout cas, le constat que le cinéaste opère aujourd’hui dans le passionnant entretien réalisé par Edwy Plenel, bonus de L’Intégrale Volume 1 (1965 – 1983) (Arte Cinéma). Un coffret réunissant ses neuf premiers longs-métrages, dont la parution vaut la visite lyonnaise de cet indispensable géant. Gavras, de Costa à Z À la fois conteur et conscience de son époque, Costa-Gavras n’a cessé de secouer des mentalités assoupies par des œuvres lucides sur l’état du monde. Son cinéma, qui ne se réduit pas au champ du seul “cinéma politique”, est davantage celui de plusieurs interrogations : peut-on s’affranchir des carcans et des idéologies barbares — voir la “trilogie Montand” avec Z

Continuer à lire

Costa-Gavras, une conscience en action

ECRANS | ​Avec Costa-Gavras, plus d’un demi-siècle d’images et d’histoire nous saisissent. L’institut Lumière lui rend hommage par une rétrospective, une exposition et deux soirées en son indispensable présence.

Vincent Raymond | Mardi 8 septembre 2015

Costa-Gavras, une conscience en action

Si durant les cinquante dernières années, moult intellectuels se sont laissé berner par les miroirs aux alouettes tendus à droite comme à gauche, il en est un qui a su résister aux aveuglements idéologiques : Costa-Gavras. Usant du cinéma pour dessiller les yeux de ses contemporains, le réalisateur a consacré l’essentiel de son œuvre à mettre au jour les atteintes aux libertés fondamentales et à l’humanité. À cartographier les impasses sociales et politiques sous les régimes dictatoriaux autoritaires (L’Aveu) comme sous les démocraties (Le Couperet) ; en temps de guerre (Section spéciale, le mésestimé Amen.) comme en temps de paix (Mad City). Malgré de rares accidents (Le Capital), son parcours artistique demeure l’un des plus éblouissants du cinéma mondial ; et son style nerveux — non dénué de causticité ni d’élégance — a su rendre visibles puis sublimes des causes honnêtes. Ce que l’on pourra constater mardi 15 avec Z, explosive critique du régime des Colonels, Oscar du montage et du film étranger. Costa

Continuer à lire

Le Capital

ECRANS | De Costa-Gavras (Fr, 1h53) avec Gad Elmaleh, Gabriel Byrne, Natacha Régnier…

Christophe Chabert | Mercredi 7 novembre 2012

Le Capital

Incorrigible Costa-Gavras ! Il semble être le dernier à croire aux vertus du cinéma à thèse, ce rouleau compresseur de la dénonce courroucée dont l’objet varie au gré des circonstances politico-sociales. Ici, c’est le libéralisme qui en prend plein les dents, du moins en apparence. En montrant l’accession d’un énarque anonyme à la tête d’une grande banque européenne pour préparer sa reprise en main par des actionnaires avides, puis sa détermination à conserver le poste et les avantages qui vont avec, Gavras décrit un prototype de crapule que l’on devrait se plaire à détester. Conçu comme un thriller (la musique, envahissante, nous le fait bien comprendre), Le Capital s’égare toutefois dans une triple intrigue sentimentale aussi démonstrative et lourde que son propos politique. Mais là n’est pas le plus grave : par scrupule ou par paresse, Gavras invente une conscience à son anti-héros, qui se manifeste à l’écran par des flashs de violence fantasmée avant retour à la réalité. Le procédé est cinématographiquement éculé et dédouane le personnage de sa bassesse, pourtant affichée dès le départ (l’argent, l’argent, l’argent). On a oublié de parler de Gad Elma

Continuer à lire