Corps rebelles : La danse, quelles histoires !

Musée des Confluences | Avec précision, pédagogie et sérieux, l'exposition Corps Rebelles nous immerge dans l'histoire de la danse contemporaine à travers différents dispositifs vidéo. Clair, plaisant et réussi.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 13 septembre 2016

Photo : Extrait du film


Corps rebelles nous (re)plonge dans l'histoire de la danse moderne et contemporaine, coiffés d'un casque audio. Au cœur de l'exposition, six chorégraphes filmés pour l'occasion nous expliquent, au sein d'une "box" composée de trois grands écrans, leur démarche en mots et en mouvements, déclinant chacun une thématique qui lui est chère.

L'ancienne danseuse de William Forsythe, Louise Lecavalier, nous parle et nous montre "la danse virtuose", Raimund Hoghe "la danse vulnérable", François Chaignaud et Cecilia Bengolea les liens entre "danse savante et danse populaire"... Ces six séquences de six minutes environ ont été filmées en noir et blanc, sans effet spectaculaire : les discours sont clairs voire éclairants, les images simples et belles.

On prend beaucoup de plaisir esthétique, et l'on apprend aussi énormément en déambulant d'un espace thématique à l'autre. En contrepoint, de petits extraits de pièces historiques se rapportant au sujet défilent sur des téléviseurs : tous les grands chorégraphes de la danse contemporaine s'y retrouvent.

La danse et le monde

Agnès Izrine, la commissaire, a voulu insister sur les liens entre danse et société. Sur d'autres écrans, elle a relié l'histoire de la danse au regard de l'histoire politique et sociale : les chorégraphes de la "non danse" et l'apparition du sida, le butô et la Seconde Guerre Mondiale...

L'exposition se termine sur la pièce ouvrant en 1913 l'épopée de la danse moderne : le Sacre du Printemps de Stravinski et Nijinsky. Un même tableau du Sacre est ici décliné à travers huit versions (sur les 250 réinterprétations existantes !) signées Maurice Béjart, Pina Bausch, Jean-Claude Gallotta, Angelin Preljocaj...

Dans un petit studio voisin de l'exposition, le visiteur pourra encore entrer dans les "cuisines" de la chorégraphie (vidéos de chorégraphes au travail, documents sur la notation chorégraphique...) et danser lui-même une courte chorégraphie intitulée Joe.

Corps rebelles
Au Musée des Confluences jusqu'au 5 mars 2017


Corps rebelles

La danse contemporaine comme langage universel
Musée des Confluences 86 Quai Perrache Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Salsa du printemps

Maison de la Danse | Le Sacre du printemps de Stravinsky, créé en 1913 pour le chorégraphe Nijinsky et les Ballets russes, en a vu de toutes les couleurs et de toutes les (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 14 février 2017

Salsa du printemps

Le Sacre du printemps de Stravinsky, créé en 1913 pour le chorégraphe Nijinsky et les Ballets russes, en a vu de toutes les couleurs et de toutes les interprétations (250 versions au moins). L'exposition Corps rebelles au Musée des Confluences en présente huit sous forme d'extraits vidéos, et la Maison de la Danse (les 15 et 16 février) en présente l'une des plus récentes et des plus singulières, celle du chorégraphe israélien Emanuel Gat. Sur un tapis rouge quasi phosphorescent au milieu de l'obscurité, cinq danseurs interprètent la musique rythmique et percutante de Stravinsky à travers d'étonnantes "passes" en lignes continues empruntées à la... salsa ! Ce Sacre datant de 2004, en rouge et noir, est une pièce plus intimiste que tragique et tribale (comme on en avait l'habitude) et vise moins à produire une

Continuer à lire

Une Biennale sous perfs

SCENES | La seizième Biennale de la danse, toujours aussi prolifique et hétéroclite, se place cette année sous le signe de la performance et de ses avatars contemporains. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 10 juin 2014

Une Biennale sous perfs

Pour sa deuxième Biennale, Dominique Hervieu enfonce le clou de ses convictions et de sa sensibilité. Si sa programmation, comme celle de son prédécesseur Guy Darmet, s'ouvre à tous les styles de danse contemporaine (du hip hop avec l'incontournable Mourad Merzouki au néoclassique en passant par le flamenco avec Rocío Molina et quelques chorégraphes inclassables), elle s'enrichit d'un nombre de créations plus important (comme cette Carmen selon Dada Masilo) et, surtout, se teinte de deux ensembles thématiques : le cirque contemporain et la performance. Si le premier, notamment représenté par James Thierée et la Compagnie XY, est aujourd'hui une quasi porte enfoncée, la réflexion annoncée sur l'actualité de la seconde promet d'être beaucoup plus stimulante ! Le fil rouge tissé par Dominique Hervieu

Continuer à lire

Sur Stravinski ou New Order

SCENES | Jusqu'au 5 décembre, le Centre Chorégraphique National de Rilleux-la-Pape propose son deuxième temps fort, "Play Time", ouvert à tous les publics (dès 3 ans (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 20 novembre 2013

Sur Stravinski ou New Order

Jusqu'au 5 décembre, le Centre Chorégraphique National de Rilleux-la-Pape propose son deuxième temps fort, "Play Time", ouvert à tous les publics (dès 3 ans pour Têtes à têtes de Maria Clara Villa-Lobos) et rassemblant les propositions les plus diverses. Les "grands" pourront ainsi s'immerger dans le Sacre du printemps de Roger Bernat (également au programme du festival Micro Mondes) pour une expérience scènique inédite en hommage à Pina Bausch, et les "petits" dans Partituur de la très renommée performeuse croate Ivana Müller, pièce dans laquelle trente enfants sont invités à imaginer une histoire et une chorégraphie dans un pays fictif - et qui sera reprise à la Maison de la danse du 11 au 18 décembre.  Il y aura aussi du hip hop féminin avec le duo Yonder Woman d'Anne Nguyen et un spectacle promettant son pesant de cold rock : The Him de Yuval Pick (directeur du CCN). Cette pièce inspirée de la musique de New Order (et tout particulièrement de leur premier album, le bien no

Continuer à lire

L’épreuve Hoghe

SCENES | Danse / Né à Wuppertal en 1949, ancien dramaturge de Pina Bausch (de 1980 à 1990), Raimund Hoghe s’est lancé dans la danse en 1994 avec un premier solo, (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 7 novembre 2008

L’épreuve Hoghe

Danse / Né à Wuppertal en 1949, ancien dramaturge de Pina Bausch (de 1980 à 1990), Raimund Hoghe s’est lancé dans la danse en 1994 avec un premier solo, Meinwärts. Bossu, l’interprète et chorégraphe répète à l’envi avoir «jeté son corps dans la bataille». Depuis, toutes les scènes se l’arrachent. Par snobisme moutonnier ? Pas seulement, car les pièces de Hoghe, difficiles d’accès, donnent à voir une beauté singulière, faite de gestes rares, de lignes de tension entre des corps immobiles disséminés ici et là sur le plateau, de rituels lents, ressassés et élégants. Une danse réduite à l’essentiel donc : à l’émergence d’un mouvement, une posture, un rapport sensible à l’espace et à ses potentialités dramatiques. Depuis 2004, Raimund Hoghe revisite les grands classiques de l’histoire de la danse : Le Sacre du printemps, Le Boléro et le Lac des Cygnes… Soit autant d’épreuves ! Épreuve pour le public qui doit accepter les durées longues de Hoghe. Mais aussi épreuves au sens quasi photographique du terme : à partir de négatifs ou de clichés de la danse, Hoghe tire des épreuves, des essais et d

Continuer à lire