Félicien Rops : la franchise d'Eros

Félicien Rops | C'est au Creusot que l'on peut découvrir actuellement quelque cent dix œuvres (gravures, dessins, tableaux) du plus transgressif des artistes belges du 19e siècle, Félicien Rops.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 29 novembre 2016

Photo : © Sylvain Balligand


« Vertueux ne puis. Hypocrite ne daigne. Rops je suis » écrit Félicien Rops (1833-1898) dans une lettre à un ami. En quelques mots, l'artiste belge révèle son éthique de la vérité et de la simplicité, qui le fera à la fois prendre goût au métier du journalisme, à la caricature, et, aussi, honnir la société bourgeoise de son époque. Contre ses duperies et ses hypocrisies, il oppose dans ses dessins, ses gravures et ses peintures, l'éloge de l'érotisme, la fatalité de la mort et les beautés féminines.

On le connaît aujourd'hui beaucoup pour ses œuvres licencieuses, mais Rops s'est d'abord passionné pour la botanique, le canotage et la gravure qu'il maîtrisait en virtuose. C'est à Paris semble-t-il, dans les années 1860, que l'artiste s'encanaille en fréquentant les "cocottes" et les atmosphères sulfureuses des cafés, et ouvre son œuvre aux délices d'Eros comme aux angoisses de Thanatos.

Pornokratès

L'ami de Charles Baudelaire illustre alors nombre d'ouvrages érotiques et joue à plein les cartes de l'obscène et du sacrilège pour secouer les mœurs de la fin du 19e siècle. En 1879, il signe notamment l'un de ses dessins les plus célèbres La dame au cochon - Pornokratès, où l'on voit comme il la décrit lui-même une « belle fille nue chaussée, gantée et coiffée de noir, soie, peau et velours, et, les yeux bandés, se promenant sur une frise de marbre, conduite par un cochon à "queue d'or" à travers un ciel bleu. » Influencé quelque peu par le Romantisme et le Symbolisme, membre un temps du groupe d'avant-garde belge des XX, Félicien Rops demeure cependant un artiste à part qui « tâche tout bêtement et tout simplement de rendre ce que je sens avec mes nerfs et ce que je vois avec mes yeux, c'est là toute ma théorie artistique. »

Vous avez dit Félicien Rops !?
À l'ARC Scène nationale Le Creusot jusqu'au 16 décembre

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Expositions : ce qui vous attend

De Kandinsky à Matisse | Jan Fabre, Henri Matisse, Vassily Kandinsky : tels seront les ténors de la saison artistique qui s'ouvre cet automne... Avec, en contrepoint, et pour faire crisser un peu les yeux et leur offrir des cheminements plastiques plus aventureux, quelques énergumènes singuliers : Félicien Rops en tête, ou encore Jason Dodge et Jean-Luc Parant.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 13 septembre 2016

Expositions : ce qui vous attend

Au Mac, la diversité Si le chorégraphe, performeur et plasticien belge Jan Fabre fera figure au Musée d'art contemporain de tête d'affiche avec une rétrospective centrée sur ses performances, deux autres événements lui feront "concurrence", voire de l'ombre : Wall drawings, une exposition internationale consacrée au street art, et Le bonheur de deviner peu à peu dévoilant des œuvres (signées Orlan, Ilya Kabakov, Cai Guo-Qiang...) qui, justement, ont pour caractéristique de ne se dévoiler au visiteur que "peu à peu", gardant une part de mystère... Dans le cadre de ce dernier événement, l'artiste-poète Jean-Luc Parant poursuivra son fascinant "work in progress" Éboulement, entassant dans le musée ses boules de différents formats, avec pour but final d'envahir totalement le MAC ! À partir du 10 mars, le musée enchaînera avec une exposition sur le groupe lyonnais Frigo et une autre sur la scène artistique de Los Angeles. Jan Fabre + Wall drawings + Le bonh

Continuer à lire