Matisse au crayon

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 29 novembre 2016

Photo : Henri Matisse, Étude pour la danse, 1909-1910



Henri Matisse

Le laboratoire intérieur, peinture
Musée des Beaux-Arts 20 place des Terreaux Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Les motifs de Matisse chez Yves Saint Laurent

Par Sandrine Tinturier, responsable de la conservation textiles et arts graphiques à la Fondation Bergé - Saint Laurent
Musée des Beaux-Arts 20 place des Terreaux Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un Matisse au Musée des Beaux-arts

Peinture | C’est une femme sans visage, vêtue de jaune, peinte par Matisse (1869-1954) en 1951, qui vient rejoindre les collections du Musée des Beaux-Arts de Lyon. (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 18 mai 2021

Un Matisse au Musée des Beaux-arts

C’est une femme sans visage, vêtue de jaune, peinte par Matisse (1869-1954) en 1951, qui vient rejoindre les collections du Musée des Beaux-Arts de Lyon. Épure des formes, absence de traits de la figure, psychologie du modèle effacée : on retrouve là quelques-uns des motifs récurrents de la dernière période de l’artiste. Katia à la chemise jaune rejoint plusieurs œuvres de Matisse déjà conservées au musée (dessins et peintures), et son acquisition fait suite à l’importante exposition Henri Matisse, le laboratoire intérieur présentée en 2016-2017. Acheté à la Fondation Pierre et Tana Matisse à New York pour la coquette somme de 4 800 000 euros, le tableau a été financé par des mécènes du musée (4 100 000 euros), l’État (500 000 euros) et la Ville de Lyon (200 000 euros). À partir du mercredi 19 mai, il est présenté au public parmi un nouvel accrochage des collections du XXe et XXIe siècles. Parallè

Continuer à lire

« Matisse, ce n'est que ça »

Verbatim | Matisse a beaucoup écrit et parlé autour de son œuvre (réflexions réunies dans l'ouvrage Écrits et propos sur l'art). Voici une sélection de ses citations sur son travail et sa conception de l'art.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 20 décembre 2016

« Matisse, ce n'est que ça »

Famille artistique « De Delacroix à Van Gogh et principalement à Gauguin en passant par les impressionnistes qui font du déblaiement et par Cézanne qui donne l'impulsion définitive et introduit les volumes colorés, on peut suivre cette réhabilitation du rôle de la couleur, la restitution de son pouvoir émotif. » Création « J'ai travaillé des années pour qu'on dise : "Matisse, ce n'est que ça". » « Créer c'est exprimer ce que l'on a en soi. Tout effort authentique de création est intérieur. Encore faut-il nourrir son sentiment, ce qui se fait à l'aide des éléments que l'on tire du monde extérieur. Ici intervient le travail, par lequel l'artiste s'incorpore, s'assimile par degré le monde extérieur, jusqu'à ce que l'objet qu'il dessine soit devenu comme une part de lui-même, jusqu'à ce qu'il l'ait en lui et qu'il puisse le projeter sur la toile comme sa propre création. » Modèle « Je n'ai pas assez cultivé la mémoire des formes pour me passer de la présence du modèle qui compte non comme une possibilité de renseignement sur sa constitution, mais pour me tenir en émotion, en état d'une s

Continuer à lire

Matisse, trait à trait

Musée des Beaux-Arts | L'exposition Matisse au Musée des Beaux-Arts nous ouvre les portes de son "laboratoire intérieur", à travers, surtout, sa pratique du dessin. Là, comme plus ostensiblement dans ses toiles ou ses sculptures, l'artiste fait vaciller la figure pour l'emporter parmi un flux et un élan vital plus vastes.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 20 décembre 2016

Matisse, trait à trait

Henri Matisse est un besogneux et n'a pas les mêmes facilités virtuoses, ni le style tonitruant, que son contemporain Picasso. On l'éprouve très concrètement en découvrant ses dessins au Musée des Beaux-Arts : il cherche de feuille en feuille, il expérimente, il échoue, il recommence, il répète, il hésite... Devant un dessin de femme allongée, Matisse confie en 1931 à un critique d'art : « Pouvez-vous imaginer que je suis resté plus de deux mois à ce dessin ? Chaque soir j'y ai travaillé une heure et demie. Il consiste si vous voulez en centaines d'esquisses superposées... Si vous regardez la feuille avec attention, vous verrez par exemple combien de fois j'ai changé l'attitude du bras. » Plus rarement chez Matisse, le dessin jaillit en une ligne limpide et semble alors facile, évident, léger. Il semble paradoxal d'organiser une exposition centrée sur les dessins de Matisse, alors qu'il est emblématiquement l'un des inventeurs de la modernité de la couleur, de sa libération contre la domination classique du... dessin ! Mais, comme souven

Continuer à lire