Le ballet futuriste de Christopher Bauder et Robert Henke

Sébastien Broquet | Mardi 6 décembre 2016

Photo : © DR


S'il est bien une performance que l'on attend avec une immense impatience, c'est celle menée par Robert Henke et Christopher Bauder à l'Hôtel de Région. Ce devait être une création, avant l'annulation des festivités l'an dernier, c'est donc Berlin via le CTM Festival qui eut l'honneur de la première en février dernier ; avant le retour à Lyon de cet ingénieux tandem, pour leur seconde Fête des Lumières, après la présentation de Grid en 2013 (tous deux avaient déjà collaboré pour Atom, en 2007, pas vu à Lyon).

Deep Web, ainsi est baptisée leur nouvelle idée, est une gigantesque installation complètement immersive utilisant douze lasers de précision et 175 sphères mobiles emplies d'un liquide absorbant la lumière, réunis au sein d'une structure interactive de 25 mètres de long. Voilà pour la fiche technique. Durant quinze minutes à chaque fois, les deux artistes vont mêler leurs médiums et leurs algorythmes, les figures géométriques ainsi composées en une sculpture de trois dimensions réagissant en direct aux mélopées électroniques de Henke, via un son surround.

Ce dernier n'est pas un inconnu dans le domaine de l'innovation technique au service de l'art : pour situer, celui qui enregistre aussi sous le nom de Monolake est le co-inventeur d'Ableton Live, lancé en 2001 en compagnie de Gerhard Behles. Avec ce logiciel, ils ont tout simplement révolutionné le live de musique électronique.

C'est à un ballet des temps modernes, une chorégraphie lumineuse que Henke et Bauder nous convient là.

Deep Web
À l'Hôtel de Région du 8 au 10 décembre, de 20h à minuit
Dans le cadre de la Fête des Lumières

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un 8 décembre dessiné

CONNAITRE | Tony Bertrand et Tola Vologe ou la chute du pape... Depuis 18 mois, L'Épicerie Séquentielle publie la bande dessinée mensuelle Les Rues de Lyon et vous dit (...)

Nadja Pobel | Mardi 6 décembre 2016

Un 8 décembre dessiné

Tony Bertrand et Tola Vologe ou la chute du pape... Depuis 18 mois, L'Épicerie Séquentielle publie la bande dessinée mensuelle Les Rues de Lyon et vous dit tout de la ville et de ses illustres habitants. C'est peu dire que cette revue de douze pages donne un coup de jeune à l'histoire du patrimoine de cette ville de plus en plus visitée par les touristes. Et voilà qu'il est question de revisiter la tradition du 8 décembre de l'an 177 à aujourd'hui, avec comme à chaque fois des artistes différents : c'est Rebecca Morse, dessinatrice de la revue jeunesse Alyssa alliée à la romancière Virginie Ollagnier qui retracent avec brio cette épopée si locale. Disponible en librairie pour 3€.

Continuer à lire

Saint-Jean ou la prophétie d'Ez3kiel

ARTS | Avec son Lux tour il y a tout juste deux ans, Ez3kiel livrait au Transbordeur un de ces concerts qui vous laissent dans un état de béatitude, yeux et (...)

Nadja Pobel | Mardi 6 décembre 2016

Saint-Jean ou la prophétie d'Ez3kiel

Avec son Lux tour il y a tout juste deux ans, Ez3kiel livrait au Transbordeur un de ces concerts qui vous laissent dans un état de béatitude, yeux et oreilles baignés de rock vaporeux et de lumières chiadées sans être maniérées. On n'avait alors pas imaginé les revoir à la Fête des Lumières, de surcroît sur l'un des sites les plus visités, le plus prestigieux et donc pas celui qui est le plus prétexte à innovations : la cathédrale Saint-Jean. C'est Yann Nguema, membre du groupe tourangeau, qui va déconstruire pierre par pierre, pixel par pixel, cet édifice récemment restauré et revenir aux fondements de son édification. À l'occasion de la dernière tournée du groupe, il avait inventé avec son complice Arnaud Doucet le "Magic-Screen" composé de 48 projecteurs Magicpanel disposés sur une grande matrice. Ici, l'histoire de la cathédrale va s'écrire avec des traits en noir et blanc, peu à peu coloriés et un laser pointera, comme un stylo, les pierres numérisées. Evolutions Place Saint-Jean, Lyon 5e Du 8 au 10 décembre de 20h à minuit Dans le cadre de la Fête

Continuer à lire

Benedetto Bufalino : "faire du monde une chambre d'enfants"

Fête des Lumières | Il y a les mercenaires de la Fête des Lumières (TILT, Joseph Couturier…) ; et quelques outsiders qui (re)passent par là, cette année. Parmi eux Ez3kiel, Christophe Bauder et surtout Benedetto Bufalino. Celui qui avait transformé une cabine téléphonique en aquarium revient, en cette édition ultra-sécurisée et post black-out des attentats, éclairer un dancefloor grâce à une bétonnière à facettes.

Nadja Pobel | Mardi 6 décembre 2016

Benedetto Bufalino :

Ne jamais réduire un artiste à une œuvre. Tenter d'épaissir le trait. Mais indubitablement, réapparaît la cabine téléphonique / aquarium lorsqu'il est question de Benedetto Bufalino. En 2007, le Lyonnais n'est titulaire que depuis deux ans de son diplôme supérieur d'arts appliqués de la Martinière Terreaux et, après avoir imaginé des interventions sur le territoire du premier arrondissement (mettre des échafaudages pour tutoyer le sommet des arbres, poser des bandes de prairie entre les mini fontaines au sol de la place des Terreaux...), il répond avec son ami concepteur lumière Benoit Deseille à un appel à projet pour la Fête des Lumières, qui ne connaît pas alors l'affluence d'aujourd'hui. Se considérant plus comme un plasticien que comme un designer, aimant « jouer avec le réel, le décaler, le laisser divaguer », il s'empare d'un objet existant – quoique voué à disparaître, la cabine téléphonique, et la détourne de sa fonction en y logeant un aquarium. Cette « évasion urbaine » telle qu'il l'avait nommée sera l’une des a

Continuer à lire