Alain Garlan, l'initiateur

Portrait | Cet homme a participé au culte collectif Frigo, à l'honneur en ce moment au Musée d'Art Contemporain. Mais aussi aux lancements, dans le désordre, de : TLM, Radio Bellevue, Symposium d'Art Performance, Zap FM, Couleur 3, le Truck et bien plus encore. Mais il faudrait un livre pour tout raconter. Ça tombe bien, il existe et se nomme Rois de la forêt, tout juste paru. Voici (une partie de) l'histoire d'Alain Garlan.

Sébastien Broquet | Mardi 14 mars 2017

Photo : © Anne Bouillot


Fracassant, le retour ! Il faut croire que les vieux rebelles ont le cuir épais. Oh, pas tous... Mais Alain Garlan, l'œil toujours alerte, le regard un brin taquin, oui, c'est certain. L'homme a déjà marqué en profondeur l'underground lyonnais, il y a bien longtemps. Et a continué à naviguer dans l'overground, les années suivantes. Laissant infuser dans la ville un feeling mödern qui aujourd'hui porte son empreinte : pas pour rien que Christophe Mahé, le boss de Radio Espace, accueille de nouveau Garlan et sa bande dans son groupe audiovisuel avec Radio Bellevue Web. Que Vincent Carry, directeur de Arty Farty, les suit de près et pense encore à eux pour son futur incubateur, les renommant « la start-up de vieux »... Comme Cyrille Bonin le boss du Transbordeur, ils ont tous grandi en écoutant Bellevue ou Zap sur leur transistor dans les années 80 ! Et Thierry Raspail, aujourd'hui, leur offre une salle du Musée d'Art Contemporain : come-back pour Frigo. Késako ?

À la base, un court moment, Alain Garlan veut devenir éducateur. Ou directeur de MJC :

Je me suis très vite impliqué dans les comités d'éducation populaire, je voulais faire ce boulot. Mais j'ai vite oublié : c'était pas mon truc... J'ai fait du théâtre. Pour l'envie de jouer, d'abord. Être devant. Être regardé par les filles.

C'est l'époque du Living Theatre, troupe fondée par Judith Molina et Julian Beck à New York, libertaire et joyeuse. « Je suis allé les voir dès que j'ai pu. Mais avant, je suis allé voir des trucs plus classiques. Et Planchon : j'allais au théâtre de la Cité. Ses comédiens permanents venaient jusqu'à La Duchère vendre des tickets. À l'époque, il n'était pas encore traditionnel, pas bourgeois. Planchon, c'était militant, relativement marxiste, il adaptait Brecht. Moderne ! Après, j'en ai pensé autre chose… Mais c'est toujours resté un metteur en scène sachant travailler le plateau. Après, arrive la découverte du happening avec Jean-Jacques Lebel. »

Jeté de képi

Il faut dire qu'Alain Garlan et les conventions bourgeoises ont toujours eu du mal à danser la valse ensemble. Plutôt le pogo...

En 1968, j'ai été embarqué dans le service militaire : j'ai perdu deux ans à apprendre à marcher à pas. Ça laisse des souvenirs désagréables et j'ai mis un moment à m'en remettre. Après, quand je croisais un képi, j'avais envie de le jeter dans le Rhône, d'une force terrible… Maintenant, ça va mieux. Mais l'idée de la hiérarchie et du respect des règles, je n'en suis pas encore guéri complètement.

Forcément, ça laisse des traces. Surtout quand on passe les swinging sixties à se nourrir de pop planante et de protest songs à l'américaine, genre Joan Baez et Bob Dylan :

Because something is happening here
But you don't know what it is
Do you, Mister Jones ?

Garlan comprend vite, lui. Il a été à bonne école. « Je me suis battu dans la cour de récréation contre la constitution de 1958… J'avais dix ans ! On était très peu à être contre ce référendum. J'avais une conscience, mais d'enfant : j'avais pas lu Marx, encore ! » rigole-t-il, avant d'expliquer plus sérieusement que le Parti Communiste Français, alors, était « un outil de connaissance, d'apprentissage. Ça a été quelque chose d'important pour notre génération et celle d'avant. Il fallait faire sa culture soi-même. Et j'avais été viré du lycée Jean Perrin avant le bac. J'étais un élève extrêmement turbulent, voire désagréable. Sauf en cours de français. Et au cours de théâtre du lycée, où je passais mon temps. »

C'est en 1962 que la famille est venue s'installer à La Duchère, fuyant la crise du textile qui privait le papa d'un emploi à Paris : « Mon père avait trouvé du boulot rue des Feuillants, dans une boutique qui fournissait des textiles brodés pour le roi du Maroc. J'avais pas encore 14 ans ».

Mais je ne suis pas lyonnais et je ne le serais jamais : je suis né à Paris. Ce qui est un mauvais début, pour être un Lyonnais...

Enfance passée dans les quartiers populaires de la capitale, à Bastille, aux Batignolles, au pied du Sacré-Cœur, avec un petit frère et une sœur : « J'ai vécu une enfance heureuse, à l'époque dans les quartiers populaires il y avait une vraie solidarité entre ritals, espagnols, bretons… tout le monde se dépannait car personne n'avait rien : c'était assez facile de partager. Dans une famille de prolos classiques, militants coco, très impliqués. Ils ont milité jusqu'à Budapest, quand l'URSS s'implique de manière visible dans les pays de l'Est pour ramener l'ordre, cassant le Printemps de Prague et les suivants. »

Ouvrir un Frigo

Le spectacle vivant, forcément vivant, lui devient vite vital. « Avec ma première épouse, dès 20 ans, on a fait des marionnettes ; j'ai vécu de ça, pendant trois ans, on tournait dans les écoles maternelles. Après, avec les gens qui m'avaient appris le théâtre à La Duchère, j'ai monté une compagnie : La Grenette, à Villeurbanne. On fait encore beaucoup de jeune public, surtout on tourne dans les banlieues rouges. » C'est à ce moment-là que vient la rencontre avec les deux Gérard, Bourgey et Couty. Les deux bossaient beaucoup en graphisme pour les mairies communistes. Ils sont embauchés par la troupe pour les décors et autres visuels.

« On est devenus copains et ils ont décidé de quitter les pentes de la Croix-Rousse, où ils avaient participé à la création de Faits Divers Magazine, au sein de la galerie Traboule 69 » qui allait être détruite. C'est là où s'est constitué ce groupe de jeunes gens modernes de Lyon, en référence à Actuel : Bourgey et Couty ont trouvé un local rue Saint-Michel, une ancienne fromagerie, « dont je suis devenu colocataire au black, la revue s'est installée dans ce local qui est devenu le Frigo. C'était en 1978. »

Une revue est souvent un ferment d'unité autour de gens qui ont une esthétique, une pensée politique.

Costume et cravate fine de rigueur, c'est l'époque : s'ensuit l'aventure Frigo, mêlant art très moderne, déniaisant l'art vidéo (collaborant avec le magazine Infermental), fricotant avec la performance.

« On était très intéressés par la société, par le monde. Par l'international. On a été très vite en contact avec des artistes internationaux grâce au Symposium d'art performance, qui avait été monté par Orlan et Hubert Besacier, un curateur. Ils ont réussi à convaincre la fille qui venait de prendre la direction de l'ELAC, l'Espace Art Contemporain Lyonnais : Marie-Claude Jeune. Et avec un peu de naïveté feinte, elle les a laissé faire. Il se passait beaucoup de choses du coup à l'ELAC. C'est à ce moment-là que l'on a rencontré Charles Picq, qui était vidéaste.

Très peu de gens faisaient de la vidéo : ça coûtait deux bras et c'était très lourd.

On avait convaincu une boîte de nous prêter du matos. On a travaillé en vidéo pour des institutions, ça nous a permis d'acheter notre matériel. Et de faire nos propres trucs. Voilà comment on a monté notre business en parallèle de notre activité de création. » Autofinancé, Frigo.

Ébullition !

On a eu beaucoup de chance : pas grand monde faisait des choses intéressantes à cette époque à Lyon. Et il y a eu 1981, l'espoir du changement.

Le collectif Frigo durant dix ans, jusqu'à la chute du mur de Berlin, agite le microcosme local mais aussi international, s'aventurant jusqu'en Inde. Investit la bande FM avec Radio Bellevue, puis fait une télé pirate, en 1983. Culte.

Alain Garlan en parallèle monte un projet de télévision privée avec des investisseurs : c'est ce qui amènera TLM en 1988, dont il devient directeur d'antenne, avant d'être rapidement licencié. « J'ai toujours fait plusieurs choses à la fois ! » En 1989, il participe à l'aventure du Truck, salle mythique de Vénissieux devenue Bizarre! l'an dernier, où toute la crème du rock'n'roll de l'époque a joué avant implosion un an plus tard, en même temps qu'il monte Zap FM. Avec l'équipe de Zap, s'ensuit Virage FM, qui propose les premiers décrochages de Couleur 3 à Lyon. Avant rachat de Virage par... Christophe Mahé, qui aujourd'hui les héberge, donc, avec Radio Bellevue Web. Une boucle de bouclée ? Avec Alain Garlan, rien n'est moins sûr : ce grand lecteur de Jean Genet a toujours un projet d'avance.


Frigo Generation 78/90

Retour sur 10 années d’intuition et d’énergie pure : dans les années 80, FRIGO a été un des groupes emblématiques de la culture alternative en Europe, et ça se passait à Lyon !
Musée d'Art Contemporain Cité Internationale, 81 quai Charles de Gaulle Lyon 6e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

100 ans de la radio : « je n’ai jamais parlé dans un micro de ma vie »

Médias | Hommes de radio, pirates des ondes, doux dingues ayant senti le vent tourner à l’aube des années 80 quand Mitterrand élu s’apprêtait à libérer les fréquences : Serge Boissat et Christophe Mahé ont tous deux vécu pied au plancher l’époque baptisée "radios libres". Ils ne se parlaient pas, n’avaient rien à fricoter ensemble, l’un doit son succès aux cocos, l’autre ses débuts à Chirac. Mais ils partagent ce même amour inconditionnel d’un média qui a marqué des générations : la radio. Et sont les deux faces d’une même pièce ayant fait vibrer les ondes lyonnaises des 80’s. Au micro, les deux protagonistes de cette fabuleuse histoire : Serge Boissat, dictateur de la cultissime Radio Bellevue, décédé durant l’été 2018, et Christophe Mahé, entrepreneur à succès et patron de Espace Group. Ce sont les 100 ans de la radio : pump up the volume !

Sébastien Broquet | Mardi 1 juin 2021

100 ans de la radio : « je n’ai jamais parlé dans un micro de ma vie »

Serge Boissat : My name is Serge Boissat. 1973, j’ouvre ma boutique Bouldingue. 1975, mon frère et trois potes montent une structure nommée Veronica. Plein de petits concerts sont organisés, des trucs de rock progressif comme Van Der Graaf Generator ou Caravan. Et les Rolling Stones au Palais des Sports. À un moment, ils ont trop grossi. Jean-Pierre Pommier démarrait, en tant que banquier il a commencé à financer un concert ou deux. Pommier, il a plein de défauts, il m’horripile des fois, même tout le temps… Sauf quand il est bourré. Lui venait de faire Kevin Ayers, bien dans le même style que ce que faisait Veronica. Donc, ils se sont associés. Et ils ont ouvert le Rock’n’Roll Mops. J’y ai passé deux mois et demi. Le Rock’n’Roll Mops, c’est le début

Continuer à lire

Harout Mekhsian associé à Cartel Concerts, candidats à la reprise du Transbordeur

Transbordeur | La délégation de service public du Transbordeur, la salle de concerts située à Villeurbanne, prend fin le 30 juin 2020. Deux candidats se sont positionnés : les actuels délégataires Transmission, et un nouveau venu, Hors-Bord, dont nous vous dévoilons en exclusivité le projet.

Sébastien Broquet | Lundi 14 octobre 2019

Harout Mekhsian associé à Cartel Concerts, candidats à la reprise du Transbordeur

Les deux candidats à la prochaine délégation de service public (DSP) du Transbordeur ont été auditionnés la semaine dernière : vendredi en ce qui concerne les sortants, Transmission, représentés par l'actuel directeur Cyrille Bonin dont nous avons évoqué le projet, qui s'aligne dans la continuité de l'actuel fonctionnement, dans notre édition du mercredi 18 septembre dernier. Et un jour plus tôt, jeudi, pour le second projet porté par Harout Mekhsian. Ce dernier est basé à Lyon, où il est né en 1974 et l'on en sait un peu plus sur le dossier qu'il a présenté au jury : sous le nom de Hors-Bord, une SAS créée pour l'occasion dont il serait le PDG, il propose de s'associer avec la société de billetterie lyonnaise créée en 2011 Yurplan (à hauteur de 40% du capital de 50 000€), le producteur de concerts Cartel (30% du capital, il s'agit d'une agen

Continuer à lire

Serge Boissat, patron de Boul'Dingue, est décédé

Disparition | Figure emblématique de la scène rock lyonnaise, érudit des contre-cultures, féru de bandes dessinées, Serge Boissat est décédé dans la nuit du mercredi (...)

Sébastien Broquet | Jeudi 2 août 2018

Serge Boissat, patron de Boul'Dingue, est décédé

Figure emblématique de la scène rock lyonnaise, érudit des contre-cultures, féru de bandes dessinées, Serge Boissat est décédé dans la nuit du mercredi 1er au jeudi 2 août à l'âge de 66 ans, vaincu par le cancer. Il était l'un des plus anciens bouquinistes de la ville, ayant lancé sa boutique Boul'Dingue en 1974, où l'on peut dénicher raretés et occasions. Mémoire de la scène musicale lyonnaise, ami de Choron et Cavanna, il avait marqué durablement les esprits mélomanes de la ville en assurant la direction d'antenne de Radio Bellevue de 1981 à 1986, recrutant des animateurs qui deviendront célèbres (tels Rachid Taha ou Philippe Vecchi) et donnant à la radio sa couleur musicale exigeante, curieuse et plurielle : Serge avait mis les 20 000 disques de sa collect

Continuer à lire

Frigo : complètement givrés !

Avant-Garde | Le Musée d'art contemporain ouvre ses cimaises au collectif d'artistes Frigo, qui officia à Lyon de 1978 jusqu'au début des années 1990. Une exposition réussie où l'on retrouve, presque palpable, l'électricité de ce groupe avant-gardiste.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 21 mars 2017

Frigo : complètement givrés !

1978 : Valéry Giscard d'Estaing appuie sur les touches de son accordéon dans les palais de l'Élysée. Le baron Empain est enlevé, Claude François s'éteint dans sa baignoire et la légion saute sur Kolweizi... À Lyon, Collomb (Francisque de son prénom) entame son premier mandat à l'Hôtel de Ville. Bref, rien de bien folichon quand on a une vingtaine d'années et qu'on sort de l’École des Beaux-Arts. Mais si le contexte ne porte ni n'enthousiasme, alors autant essayer de le changer, histoire au moins d'affirmer son arrogance et d'attirer le regard des filles... « Quelques-uns de ces jeunes gens modernes refont le monde en ouvrant une galerie expérimentale. Les cours d'histoire de l'art leur ont appris que chaque génération depuis la Renaissance, existe en tournant le dos à celle qui lui a précédé. » écrit Alain Garlan dans

Continuer à lire

Radio Bellevue Web, start-up de vieux (punks)

Des radios libres à la webradio | « Les webradios sont les nouvelles radios libres ! » Pour apprécier la pertinence du propos, signé Alain Garlan et Robert Lapassade, il faut remonter aux (...)

Lisa Dumoulin | Mardi 13 décembre 2016

Radio Bellevue Web, start-up de vieux (punks)

« Les webradios sont les nouvelles radios libres ! » Pour apprécier la pertinence du propos, signé Alain Garlan et Robert Lapassade, il faut remonter aux sources de Radio Bellevue dans les années 1980, née radio pirate au sein du collectif Frigo. Pan essentiel de l’underground artistique des eighties, ce collectif d’artistes touche alors à tout : la musique et notamment le rock, la BD (deux disciplines encore peu respectées), la danse contemporaine, la performance, l’art vidéo. Frigo s'impose même leader de l’art vidéo : c’était le début des clips et « on montait des images sur la musique » soit tout le contraire de ce qui se faisait jusqu’alors côté cinéma. En passant, la paire a ressuscité Radio Bellevue qui devient RBW (Radio Bellevue Web)

Continuer à lire

Webradios : retour vers le futur

LYL & RADIOSHIC | C'est un vent de fraîcheur soufflé par une poignée d'agité-e-s retrouvant l'esprit des radios libres du début des années 80 : éclectiques et militantes, artisanales et indépendantes, les webradios fédèrent les énergies tout en éclatant les formats.

Lisa Dumoulin | Mardi 13 décembre 2016

Webradios : retour vers le futur

Ce n'est pas une histoire d'âge. Ni de style. Mais d'énergies. « Notre animateur le plus jeune a 19 ans, le plus vieux 74 ans : il s’agit de Michel Caillat, à Genève » explique Lucas Bouissou, le fondateur de LYL, qui poursuit : « c'est une bible du jazz, qui anime l’émission Des musiques créoles. Nous avons des professeurs du conservatoire, des DJs, des patrons de labels, des disquaires, des chercheurs en musicologie… » détaille-t-il encore. De fait, sa radio balaye un large spectre de styles : de l'electro-acoustique à la musique baroque médiévale, en passant par le funk, la soul, le jazz et la new wave, le disco, la techno... On peut y entendre un professeur de musique classique qui étudie Jimi Hendrix, un collectif féminin qui programme exclusivement des musiques produites par des femmes (Polyphones), ou encore l’émission Chose contraire qui mêle littérature et musique. Créée durant l’été 2015 par Lucas, LYL possède un studio fixe qui n'a rien à envier aux FM, installé depuis début février 201

Continuer à lire

La Vérité ou presque

ECRANS | de et avec Sam Karmann (Fr, 1h35) avec Karin Viard, André Dussollier, François Cluzet...

Christophe Chabert | Mercredi 19 septembre 2007

La Vérité ou presque

Vaudeville comique dans le microcosme de la bourgeoisie quadra lyonnaise (à peine plus crédible que dans le Chabrol, ce qui est un exploit !), le nouveau film de Sam Karmann est le genre de produit inoffensif qui fera les beaux jours de France Télévisions d'ici quelques années. Autant dire que l'affaire se regarde avec distraction, à quelques détails involontairement amusants près, que l'on ne peut s'empêcher de raconter ici : Karin Viard y bosse à TLM, décrit dans le film comme un sommet de ringardise provinciale dirigé par un requin démago obsédé par le «local». Bon, toute ressemblance avec des faits et des personnes existants ne serait que pure coïncidence, hein... Les traboules y deviennent un lieu de drague homosexuelle, propices aux petits coups vite faits dans les coins sombres. Et cette classe moyenne-là baise dans les 4 étoiles et a les moyens de se faire livrer par le traiteur le repas du soir. Dernier point au crédit du film : chaque fois que François Cluzet apparaît à l'écran, pour défendre un personnage pourtant gratiné (un businessman macho et menteur), il est simplement génial. Cet acteur-là est un miracle. Dire qu'il surclasse tous ses camarades du cinéma français e

Continuer à lire