Ann Veronica Janssens : ouvrir l'oeil à l'IAC

Art Contemporain | À travers un parcours simple et ouvert à tous, Ann Veronica Janssens propose de multiples expériences artistiques désorientant et élargissant nos perceptions visuelles.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 25 avril 2017

Photo : © DR


Traverser un frêle rideau de vapeur d'eau, contourner une surface bleue pailletée comme jetée sur le sol du musée, regarder au ralenti des particules blanches et cotonneuses s'échappant d'un vaporisateur... Telles sont quelques-unes des nombreuses expériences visuelles, et plus largement perceptives, que propose l'artiste d'origine britannique Ann Veronica Janssens (née en 1956 et vivant actuellement à Bruxelles) à l'Institut d'Art Contemporain.

Depuis la fin des années 1970, Ann Veronica Janssens réalise principalement des œuvres in situ à partir de matériaux très simples (bois, verre, béton...) qui provoquent chez le spectateur des sensations physiques directes, en relation avec l'architecture du lieu. Pour son exposition monographique à Villeurbanne, l'artiste explique s'être focalisée en particulier sur des œuvres, récentes ou anciennes, « où il y a peu de choses préhensibles, et beaucoup d'idées de mouvement, de transformation.. »

L'impalpable (la lumière et son spectre de couleurs, la brume, les particules invisibles à l'œil nu...) prend ici paradoxalement forme et apparence, mais des formes et des apparences en perpétuel changement. Le parcours de l'exposition est accompagné aussi d'un bruit sourd d'explosion, un son violent et inquiétant, contrastant avec la légèreté et la poésie des œuvres présentées.

Sculptures immatérielles

La lumière traverse à l'IAC tous les états de la matière : liquide, solide, gazeux. Et dans ces "blocs lumineux", Ann Veronica Janssens sculpte (l'artiste s'est souvent définie comme « sculpteur ») ses œuvres, comme cette grande et très belle étoile, Rose (2007), se formant peu à peu sous nos yeux, et composée des faisceaux de sept projecteurs capturés dans une brume en suspension.

Ou comme ces aquariums contenant de l'eau et de l'huile de paraffine au sein desquels s'opèrent différents phénomènes optiques de réfraction et de disparition de la couleur... Parfois, c'est le visiteur lui-même qui sculpte l'impalpable en traversant notamment l'un des célèbres "brouillards colorés" de l'artiste. Ici, il s'agit d'un environnement de brouillard blanc, le premier réalisé par l'artiste en 1997 à Anvers, où l'on ne voit même plus ses pieds, et où (non sans un soupçon d'angoisse parfois) on se retrouve littéralement au milieu de nulle part !

Cette perte des repères sensoriels, cette invitation à percevoir les choses et notre environnement autrement est l'une des autres grandes composantes de l'œuvre d'Ann Veronica Janssens.

Laboratoire d'idées

L'agréable et clair parcours de l'exposition s'enroule en spirale autour d'un espace central intitulé Le cabinet en croissance. Là, fourmillent pêle-mêle des vidéos projetées, de petites ou grandes sculptures, des mini-installations... Ce sont autant d'expérimentations, de prototypes, de maquettes d'œuvres encore inachevées.

On y découvre des pépites comme cette sculpture miniature réalisée avec de l'aérogel, le matériau le plus léger au monde, ou des films d'éclipses solaires tournés en Mongolie... Ce cabinet rappelle l'intérêt de l'artiste pour les connaissances scientifiques (physique, optique, astrophysique, neurosciences...), et son appui sur celles-ci pour réaliser ses œuvres.

Ce croisement entre les sciences et les arts, avec pour enjeu principal nos modes de perception, rappelle la démarche des impressionnistes puis des pointillistes qui eux-aussi s'étayaient sur les savoirs de leur époque, les lois du mélange des couleurs de Chreveul en particulier. Avec d'autres médiums, et à une autre ère, Ann Veronica Janssens poursuit cette quête passionnante d'un élargissement de nos capacités perceptives.

Ann Veronica Janssens, Mars
À l'Institut d'Art Contemporain jusqu'au 7 mai

En résonance

Plusieurs événements culturels lyonnais résonnent particulièrement avec l'univers plastique d'Ann Veronica Janssens et son approche à la fois sensible et scientifique de la création :

- L'exposition de Meris Angioletti et de Flora Moscovici (à la BF15 jusqu'au 27 mai) qui toutes deux s'appuient sur la qualité de la lumière du centre d'art. La première déploie une sorte de partition plastique entremêlant plans colorés, textes et pièce sonore (Thema de Berio) ; la seconde crée un environnement pictural sur les cimaises de la BF15, partant du gris du sol jusqu'à l'incandescence de la lumière solaire.

- La publication par les Presses Universitaires de Lyon de Machines à voir, une passionnante anthologie (réunissant 200 textes et beaucoup d'illustrations) établie par Delphine Gleizes et Denis Reynaud, sur les "instruments à regard" les plus sérieux ou loufoques (microscope, diorama, lanterne magique...) du 17e au 19e siècle.


Ann Veronica Janssens

Mars
Institut d'Art Contemporain 11 rue Docteur Dolard Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Meris Angioletti + Flora Moscovici

Adagio
La BF15 11 quai de la Pêcherie Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les 5 expos à voir en mai

Art | Cinq expos qu'il faut voir ce mois-ci.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 2 mai 2017

Les 5 expos à voir en mai

1. Vagabondages, au Musée Paul Dini à Villefranche-sur-Saône jusqu'au 17 septembre Chaque année, le Musée Dini présente une exposition thématique rassemblant plusieurs artistes contemporains de la région. Cette nouvelle édition est consacrée aux '"vagabondages", errances tant physiques dans le paysage que psychiques dans l'imaginaire ou le rêve... On y découvre de très belles œuvres signées Marc Desgrandchamps, Jacques Truphémus, Jacques Monory, Max Schoendorff, Djamel Tatah, Carole Benzaken... 2. Pierre de Maria, Figuratif de l'imaginaire à la galerie Michel Descours jusqu'au 17 juin

Continuer à lire

Des expos qui feront bouger les lignes

Expositions | Qu'elle prenne pour origine un souffle indistinct ou au contraire une limpidité idéale, l'image artistique tente de faire bouger nos perceptions, nos émotions et nos manières de penser. Et va parfois, pour cela, jusqu'à "s'encanailler" avec la littérature, le cinéma et le design.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 3 janvier 2017

Des expos qui feront bouger les lignes

« Le rêve sait à sa façon que l'image est chaos » écrit le psychanalyste Pierre Fédida dans un article au titre évocateur : Le souffle indistinct de l'image. Rêves et œuvres artistiques, selon Fédida, auraient pour origine fluctuante et floue une sorte d'haleine, de brume d'images mouvantes, charriant quelques fantômes et réminiscences ancestrales... C'est dans cette "ambiance", sous ce point de vue, que l'on peut appréhender les tableaux si singuliers du jeune peintre lyonnais Frantz Metzger que la galerie Anne-Marie et Roland Pallade présentera pour la deuxième fois, du 19 janvier au 11 mars. Les corps de ses personnages y semblent composés autant de chair que d'air brumeux, et revisitent avec force et trouble quelques scènes classiques : annonciation, mythe de Diane et Actéon, descente de la croix... Dans un tout autre genre (installations, environnements...), l'artiste belge Ann Veronica Janssens (née en 1956) travaille elle aussi à partir de matériaux informels comme la lumière, le son, ou ses fameux brouillards col

Continuer à lire

Matière grise : le laboratoire espace cerveau à l'IAC

IAC | En 2009, l'artiste belge Ann Veronica Janssens et la directrice de l'Institut d'Art Contemporain de Villeurbanne, Nathalie Ergino, inventaient un drôle (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 2 novembre 2016

Matière grise : le laboratoire espace cerveau à l'IAC

En 2009, l'artiste belge Ann Veronica Janssens et la directrice de l'Institut d'Art Contemporain de Villeurbanne, Nathalie Ergino, inventaient un drôle de lieu de recherche : le Laboratoire espace cerveau. L'idée est de réunir des scientifiques (des sciences dures aux sciences humaines en passant par la philosophie, voire par des savoirs un peu borderline comme la télépathie ou l'hypnose) et des artistes pour réfléchir, au regard des découvertes et recherches les plus récentes, sur les liens entre espace, temps, corps et cerveau. Expositions et journées de réflexion se déclinent en "stations" et la prochaine (la "station (1)0" les 4 et 5 novembre à l'IAC) ouvre un nouveau cycle autour de l'idée de monde cosmomorphe : soit une expérience étendue de l'environnement, entre infiniment grand et infiniment petit. Ces deux journées d'étude (entrée libre sur réservation) réuniront notamment les philosophes Didier Debaise

Continuer à lire

Ann Veronica Janssens

ARTS | Née en 1956 à Folkestone (Royaume-Uni), vivant actuellement à Bruxelles, Ann Veronica Janssens est connue notamment pour ses environnements de brumes colorées (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 10 juillet 2009

Ann Veronica Janssens

Née en 1956 à Folkestone (Royaume-Uni), vivant actuellement à Bruxelles, Ann Veronica Janssens est connue notamment pour ses environnements de brumes colorées où le visiteur vient à se perdre ou, en tout cas, à éprouver quelques nouvelles sensations (à Lyon lors de la Biennale d'art contemporain 2005, par exemple). De manière plus générale, l'artiste, à partir de matériaux pauvres, explore la diversité de nos perceptions et sensations, et leurs rapports à l'espace. À l'Institut d'art contemporain de Villeurbanne (jusqu'au 16 août), Ann Veronica Janssens et Nathalie Ergino inaugurent la première étape d'un laboratoire artistique et scientifique, confrontant espace et cerveau.

Continuer à lire