Benjamin Bruneau : les images de l'intranquillité

Peinture | Le galeriste Henri Chartier reprend son activité à Lyon avec un nouveau lieu et une nouvelle exposition, consacrée à Benjamin Bruneau. Un peintre méconnu qui met l'image sous tension et la confronte à son refoulé.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 23 mai 2017

Photo : © Yann Bohac


Bonne nouvelle ! La galerie Henri Chartier, après trois ans d'absence, rouvre ses portes dans un nouveau lieu, rue Auguste Comte. L'espace d'exposition est à la fois coquet et modeste en surface, et le galeriste espère y poursuivre la ligne artistique impulsée dans ses deux précédents lieux sur les pentes de la Croix-Rousse : des artistes souvent écorchés vifs, pas toujours sous les feux de la rampe, dont les œuvres déploient des univers étranges, sensibles, dénués de toute esthétique pompeuse... Tels, par exemple, Philippe Jusforgues et ses curieux photo-collages quasi dadaïstes, Grégoire Dalle et ses dessins labyrinthiques fourmillant de détails, Caroline Demangel et ses corps et visages tourmentés...

Dissonances

La première exposition rue Auguste Comte est consacrée à un artiste qui a très peu présenté son travail jusqu'à présent. Benjamin Bruneau est né en 1974 à Montpellier, a été formé aux Beaux-Arts de Paris à l'atelier de Jean-Michel Alberola, et déploie, depuis, un monde pictural que les critiques désignent souvent comme baroque ou surréaliste. Le peintre n'hésite pas, par exemple, à singer Poussin, Ingres ou Le Bernin tout en intégrant à ses tableaux des éléments ultra contemporains, ou des personnages mi-travestis mi-monstrueux. Il transfère aussi directement sur ses toiles des éléments "extérieurs" photographiques, et s'emploie à gratter, voire à écorcher la surface de ses œuvres...

Il en ressort des images "impures" (teintées d'humour aussi) où les choses ne cessent de se déplacer et d'être poussées vers leur point de rupture: des régimes d'images différents, des références historiques différentes, et surtout des figures qui basculent souvent vers l'informe (la tache, la matière brute, le spectral...).

À partir de ces dissonances, de ce voisinage quasi impossible entre le réel et ses fantômes, la figure et son refoulé, Benjamin Bruneau parvient à composer d'étonnantes images intranquilles.

Benjamin Bruneau, Le voyage immobile
À la Galerie Henri Chartier jusqu'au 17 juin


Benjamin Bruneau

Le voyage immobile
Galerie Henri Chartier 3 rue Auguste Comte Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les 5 expos à voir en juin

Art | 1/ Frédéric Khodja à la galerie Françoise Besson, jusqu'au 31 juillet L'artiste lyonnais présente trois nouvelles séries de dessins à partir de réminiscences (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 1 juin 2017

Les 5 expos à voir en juin

1/ Frédéric Khodja à la galerie Françoise Besson, jusqu'au 31 juillet L'artiste lyonnais présente trois nouvelles séries de dessins à partir de réminiscences d'images et de souvenirs personnels : des Paysages mentaux, des Architectures fantômes. Ou encore des Rêves d'expositions, notre série favorite, où Frédéric Khodja met en scène une sorte de studio photo où rideaux, cadres vides, figures géométriques s'ouvrent sur de nouveaux espaces énigmatiques. Ces rêves s'avèrent être d'ailleurs étonnamment proches de l'univers d'un David Lynch et des prémices de la troisième saison de Twin Peaks ! 2/ Frédéric Houvert à Néon, jusqu'au 24 juin Frédéric Houvert a invité au centre d'art Néon trois autres artistes (Daniel Mato, Laurent Proux et Fabio Viscogliosi) pour une exposition épurée aux confins de l'abstraction, de l'ornementation et du minimalisme. Les formes et les sensation

Continuer à lire

L'enfance coupée en deux

ARTS | La galerie Chartier présente le travail tout à la fois léger et émaillé de cruauté de Guillemette Coutellier. Soit une vingtaine de dessins récents, invitant au rêve et à la dérive des sensations... Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 3 avril 2012

L'enfance coupée en deux

Des êtres hybrides à têtes de lapin, de chien ou de crocodile peuplent le monde apparemment naïf et enfantin de Guillemette Coutellier. Ils surgissent sur des chemins de campagne ou se profilent sur fond de montagnes ou de collines... Les couleurs restent discrètes et pâles, le trait est simple et spontané. Le tout semble comme flotter sur le papier, la composition ne tenant qu'à un fil ténu, menaçant de craquer et de laisser éclater les figures aux quatre coins de la feuille. Parmi ces représentations à tonalité onirique, on est surpris, ici et là, de croiser un individu dans un bain de sang, ou un autre encore aux pieds tranchés ! «J'aime entretenir cette confusion entre la violence et la douceur», confie l'artiste. «Mon univers reste globalement onirique et l'on peut retrouver d'un dessin à l'autre certains motifs (les montagnes, des chaussures, une tête de lapin...), un vocabulaire... J'essaye de déplier les choses et, pour cette exposition, j'ai dessiné beaucoup de formes animales». Aigre-doux

Continuer à lire

Collections passions

ARTS | Expositions / Des collectionneurs privés s’invitent dans les musées et les galeries, proposant trois expositions très réussies au Musée des Beaux-Arts, au Réverbère et à la galerie Henri Chartier. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 30 septembre 2011

Collections passions

Collections, piège à cons ? Il est toujours tentant de caricaturer le collectionneur (ou la collectionneuse) comme un type plein aux as qui sort de son 4X4 une baudruche de Jeff Koons ou une vache coupée en deux baignant dans le formol de Damien Hirst pour décorer son salon et épater ses amis imbibés de champagne… Certes, cela doit bien exister. Mais le collectionneur peut être aussi «petit» ou obsessionnel, ou tout simplement passionné et éclairé… Antoine de Galbert a été galeriste à Grenoble pendant une dizaine d’années et a créé en 2004 la fondation privée parisienne La Maison rouge qui présente souvent de très bonnes et très originales expositions d’art contemporain. Sa collection est elle aussi assez singulière. «Ma collection est constituée, pour l’essentiel, d’œuvres d’artistes vivant aujourd’hui, mais le voyage mental et visuel que j’effectue depuis de longues années se situe dans le culte de l’objet et la trace de l’homme, et non dans l’Histoire de l’art et ses classifications qui m’ennuient» déclare-t-il. «Je m’attache, consciemment ou non, à bâtir des ponts transversaux entre les choses. Je regarde avec le même plaisir une œuvre ancienne, un objet primitif, une vidéo

Continuer à lire

Caroline Demangel et carte blanche à Frédéric de Florenne

ARTS | La galerie Henri Chartier récemment implantée rue René Leynaud est un espace à la fois particulièrement agréable et riche en découvertes artistiques (pas forcément à la (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 8 septembre 2011

Caroline Demangel et carte blanche à Frédéric de Florenne

La galerie Henri Chartier récemment implantée rue René Leynaud est un espace à la fois particulièrement agréable et riche en découvertes artistiques (pas forcément à la mode). Pour sa rentrée, la galerie présente les dessins très tourmentées de la jeune Parisienne Caroline Demangel, inscrits sous le signe d’Antonin Artaud ; et donne carte blanche au collectionneur Frédéric de Florenne qui exposera des œuvres de Hans Hartung, Pierre Molinier, Olivier Debré, Hans Bellmer… ! Jusqu’au 15 octobre, à la Galerie Henri Chartier.

Continuer à lire

Grégoire Dalle

ARTS | Au premier regard, l'univers de Grégoire Dalle (né en 1976) est des plus séduisants : des êtres hybrides nés d'une mythologie toute personnelle émergeant au beau (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 23 février 2011

Grégoire Dalle

Au premier regard, l'univers de Grégoire Dalle (né en 1976) est des plus séduisants : des êtres hybrides nés d'une mythologie toute personnelle émergeant au beau milieu d'une myriade de petits détails et motifs tracés avec une infinie patience, au Bic ou au feutre de couleur. Un travail pulsionnel, délirant et fantasmagorique à souhait. Trois autres artistes invités nous ont cependant davantage séduit, en particulier les dessins sautillants, fragiles et minimalistes (quelques traits de couleur, quelques boucles rapides) de Lionel Pratt composant de feuille en feuille une attachante « Mélodie ». Le tout est à découvrir à la galerie Henri Chartier jusqu'au samedi 26 mars. JED

Continuer à lire

Stéphane Guénier, rencontre

ARTS | La galerie Henri Chartier a ouvert un nouvel et grand espace au 35 rue Leynaud et c'est l'artiste parisien Stéphane Guénier qui y présente une première et (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 10 décembre 2010

Stéphane Guénier, rencontre

La galerie Henri Chartier a ouvert un nouvel et grand espace au 35 rue Leynaud et c'est l'artiste parisien Stéphane Guénier qui y présente une première et puissante exposition (jusqu'au samedi 8 janvier). Avec une quinzaine de toiles et autant de dessins dont l'abstraction expressive, existentielle, organique pourrait être située entre Cy Twombly, Michel Basquiat et l'œuvre graphique d'Antonin Artaud. Une rencontre est organisée ce mercredi 15 décembre à 19h30 avec l'artiste, ainsi que le philosophe Yves Cusset, le psychanalyste Jean-Paul Chartier et nous-mêmes. L'entrée est libre, il suffit de réserver au 04 72 44 02 58. JED

Continuer à lire

Stéphane Guénier, Grégoire Dalle et Lionel Pratt

ARTS | Pour fêter ses trois ans, la petite galerie Henri Chartier présente trois artistes trentenaires et travaillant le dessin (jusqu'au 27 février). Parmi eux, (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 11 février 2010

Stéphane Guénier, Grégoire Dalle et Lionel Pratt

Pour fêter ses trois ans, la petite galerie Henri Chartier présente trois artistes trentenaires et travaillant le dessin (jusqu'au 27 février). Parmi eux, Stéphane Guénier nous a fait très forte impression. L'ancien élève du peintre Velickovic (dont on perçoit un peu l'héritage et, à travers lui, celui de Bacon) dessine, découpe, colle, rature, écrit... Ses taches fulgurantes ou ses corps fragmentés s'inscrivent, dans ses petits formats, parmi des formes géométriques ou des successions de plans, multipliant les impressions. Sur de plus grandes toiles récentes, l'artiste, en bel héritier de Cy Twombly, laisse libre cours à ses traits de couleurs, entre graphie et dessin. On dirait du gribouillage, mais c'est en réalité un chaos de sensations qui «tient» sur la toile, saisit, émeut. JED

Continuer à lire