Pec, un grand enfant

Portrait | Vous connaissez tous Pec : c’est le créateur des Birdy Kids. Ces oiseaux ronds et colorés, vous n’avez pas pu passer à côté. Mais ces gentils volatiles ne sont que la face émergée de l’iceberg.

Lisa Dumoulin | Mardi 29 août 2017

Photo : © Anne Bouillot


Souriant, grand, svelte, jean et tee-shirt gris chiné assorti à sa barbe et perles en bois au poignet. Il s'est cassé la main, il n'en parle pas tout de suite, mais finira par lâcher qu'il bout intérieurement à cause de ce chômage technique. Un artiste lyonnais a priori lambda. Si ce n'est cette précision de son collègue et ami d'enfance Cart'1 :

Il faut savoir que Pec est l'un des plus anciens graffeurs lyonnais. C'est la deuxième génération, mais c'est l'un des plus anciens aujourd'hui. Et c'est celui, personne ne dira le contraire, qui a le plus défoncé le périph' à Lyon. Les gens le respectent pour ça. »

On ne sait pas trop pourquoi, on avait imaginé un mec aussi bariolé et insouciant que ses peintures. S'il y a une chose qui définit son œuvre, c'est bien la couleur. Un univers enfantin, rond, joyeux et coloré. « On venait de banlieue, d'un univers gris, et on avait juste envie de foutre de la couleur sur ces putains de murs gris » poursuit Cart'1.

Pas de revendication politique, chose que Pec revendique : « Je pars du principe que tu es suffisamment matraqué avec toutes les pubs, tous les slogans, tout ce que tu peux croiser sans t'en rendre compte et qui finalement pourrit ton quotidien visuel. Je mets une tâche de couleur, elle intervient sur la personne, ça lui donne le sourire, j'ai fait mon job » explique-t-il modestement, en assumant complètement ses influences : « J'ai toujours été ancré BD et tout ce qui est enfantin. J'aime bien, c'est lisse, c'est doux, c'est propre, il y a des courbes, c'est pas agressif, ça me correspond. Je peux regarder toute la journée des Walt Disney, ça ne me dérange pas. Je vais rigoler comme mes gamins. »

Paradoxalement, l'un de ses premiers boulots était égoutier. Un univers dans lequel on a du mal à l'imaginer. « J'avais choisi ce métier parce qu'il me laissait le temps de faire ce que je voulais à côté. Au final, quand je sortais j'avais encore plus d'énergie pour mettre de la couleur partout. Ça a joué même si j'ai toujours aimé la couleur, c'est mon côté joyeux. Je suis quelqu'un de très positif, j'aime quand ça avance, j'aime pas regarder en arrière, donc forcément ça se traduit dans mes peintures. » C'était pas déprimant comme boulot ? « Si si. Mais quelque part ça m'a boosté sur mes créations. Surtout à l'époque ça me permettait de manger et d'acheter des bombes. »

L'embrouille Birdy Kids

Un homme de l'ombre au sens propre comme au figuré. Cet autodidacte chérit ses moments de solitude sur l'autoroute la nuit et n'a pas signé ses œuvres pendant longtemps. « Je n'ai jamais cherché à être quelqu'un de reconnu ou à gagner ma vie avec ça, je l'ai toujours fait pour le plaisir. Aujourd'hui, j'en vis. Au bout d'un moment tu as des commandes de toiles, de murs à faire et quand tu as un autre métier à côté, physiquement tu ne tiens plus. Il faut faire un choix délicat. J'étais déjà père de famille, c'était compliqué. J'ai quand même fait le saut et je ne le regrette pas. C'est pas tous les jours la fête, mais comment se plaindre ? Bon là, je me suis cassé la main… Mais c'est génial, je fais ce que j'aime, je mets de la couleur partout où j'ai envie d'en mettre ! »

Ils continuent pour le moment d'exploiter mes œuvres sans mon autorisation.

Birdy Kids : c'est sa carte de visite empoisonnée. Il crée la marque en 2010 avec deux associés, un sérigraphe et un commercial, avec l'idée de créer des tee-shirts, des stickers, développer du merchandising autour de ses personnages à plumes. Mais l'affaire prend une tournure qui ne lui plaît pas. « C'était devenu uniquement lucratif, ce qui n'est pas du tout mon leitmotiv. Vendre des œuvres en impression numérique à 300 euros, je trouve ça proprement scandaleux. Mettre des œuvres à Ikea, j'en parle même pas... Je me suis posé la question de me battre pour récupérer Birdy Kids et continuer sous ce nom là, ou leur laisser et partir suivre mon propre chemin comme je l'avais fait pendant des années. Très vite, je me suis rendu compte que ça ne valait pas le coup de se battre pour une marque qui ne me représentait pas. Ils continuent pour le moment d'exploiter mes œuvres sans mon autorisation. »

Une légende urbaine...

Il ne peint plus d'oiseaux, sauf quand on lui demande, et s'éclate à recréer un univers, à peindre avec d'autres artistes (notamment Jakè), à voyager, participer à des festivals… Quand on le questionne sur ses inspirations, il repense à ses débuts « Quand j'ai commencé j'ai surtout été influencé par les Suisses. Ils arrivaient à sortir des trucs microscopiques, avec beaucoup de détails et des traits hyper fins. Sachant qu'une bombe ça fait 2cm, 2cm et demi, ils sortaient des traits de 2mm ! J'étais choqué. Du coup je me suis mis à faire plein de personnages à la Star Wars, Alien, bon ça ressemblait un peu à rien. J'ai toujours préféré les personnages... et j'étais dans un collectif où tout le monde faisait des lettrages. Puis s'est posée la question de peindre en grand et en illégal : faire des trucs tout petits dans le noir c'est compliqué, et quand tes potes balancent des trucs énormes et toi des trucs minuscules qui passent inaperçus, tu changes de technique. J'en suis venu à faire des grosses couleurs à plat, des traits plus épais, à changer complètement la forme de mes personnages. »

Des modèles, des idoles, il n'en cite pas. Préfèrant se focaliser sur la personne que sur l'œuvre, avec une éthique qu'on aimerait rencontrer plus souvent : « parce qu'ils peuvent faire des trucs super, si c'est des connards ça ne m'intéresse pas.

Pec est l'objet d'une légende urbaine, selon laquelle il aurait reçu une autorisation écrite de la Ville de Lyon pour peindre sur le périph'. Cart'1 nous raconte l'histoire du coup de fil du Grand Lyon sur son portable (« - on aime bien ce que vous faites » ; « - où est-ce qu'ils ont trouvé mon numéro ? »). Pec démonte tout : « Mais bien sûr ! C'est une fable. Je n'ai absolument pas d'autorisation. J'ai la chance qu'ils n'effacent pas mes œuvres, mais je n'ai rien demandé. Un jour, j'ai été contacté par la SNCF et j'ai travaillé pour eux parce qu'ils aimaient bien ce que j'avais fait en vandale sur leur réseau ! La Ville de Lyon, c'est le même retour. Mais sur le périph' je me fais arrêter comme les autres et je prends les mêmes amendes que les autres. C'est un système complètement fou. En même temps, je fais quelque chose d'illégal donc s'il y a des sanctions, c'est normal. Quand tu fais du graffiti, tu sais ce que tu risques. Je n'ai pas d'autorisation. Je n'ai pas de papier. Si même Cart'1 le croit, ça va être compliqué (rires) ! »


TrubLyon

Festival de street art
Collège Maurice Scève 8 rue Louis Thévenet Lyon 4e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Dominique Lawalrée, un minimaliste à découvrir au festival Superspectives

Minimalisme | Le festival de musique contemporaine Superspectives consacre toute une soirée au compositeur belge Dominique Lawalrée. Une figure clandestine de la musique minimaliste au charme artistique aussi discret qu’irrésistible.

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 9 juin 2021

Dominique Lawalrée, un minimaliste à découvrir au festival Superspectives

Quel est le point commun entre la Belgique, Led Zeppelin et la liturgie dominicaine ? Dominique Lawalrée. Né en 1954, le compositeur belge a sorti une trentaine de disques singuliers, traversé une crise mystique en 1994, tout en sortant coup sur coup en 2014 et 2015 un ouvrage fouillé et admiratif sur les Beatles, puis un autre sur Led Zeppelin ! Une carrière tout sauf monocorde donc, même si, à l’écoute de certaines de ses quelque cinq cents œuvres (pour piano, orgue, synthétiseur, orchestre à cordes ou musique de chambre), ressort son goût pour le minimalisme et la musique répétitive. Erik Satie, Brian Eno, Morton Feldman, John Cage, Messiaen sont parmi ses influences les plus importantes. Dans Taciturne, journal écrit en 1984-85, Dominique Lawalrée se qualifie lui-même de… « gros plein de sons » ! « Morton Feldman a dit que si l’on ouvrait le ventre de Stockhausen on y trouverait quelque part John Cage. Si l’on ouvrait le mien on y trouverait non seulement Stockhausen, Feldman et Cage, mais encore des dizaines d’autres musiciens… Je dois donc maigrir, condition s

Continuer à lire

Un non-festival pour Superspectives

Musique Contemporaine | À peine embarqué dans sa deuxième édition que paf !, le coronavirus oblige le festival de musique contemporaine Superspectives à revoir ses plans et son programme, sous la forme, du 27 juin au 11 juillet, d'un non festival qui ressemble quand même sacrément à un oui festival. On démêle tout ça.

Stéphane Duchêne | Mardi 30 juin 2020

Un non-festival pour Superspectives

C'est qu'il faut en avoir de l'imagination ces temps-ci, quand on tient une petite entreprise de lives musicaux, fut-elle ponctuelle. Car alors que théâtres et cinémas rouvrent dans une ambiance mi-exaltée, mi-chien de faïence (allez donc reconnaître avec un masque le cinéphile immunisé ou le théâtreux asymptomatique du quidam infecté (et inversement)). Mais comme dans la culture l'imagination, montée à l'huile de coude, c'est pas ça qui manque eh bien on continue de s'adapter. Exemple : après (ou plutôt pendant) Jazz à Vienne et son "édition limitée", voici le non-festival Superspectives. Festival de musique contemporaine tout ce qu'il y a de plus classique, si l'on peut dire, face à la super perspective d'une cinglante annulation de cette deuxième édition seulement, c'est donc bien un non événement, pourtant bien riche, qui s'annonce à La Maison de Lorette, propriété des Œuvres Pontificales Missionnaires qui abrita Pauline Jaricot (en passe d'être béatifiée, c'est dire si l'été sera chaud) et s'est mué en lieu d'ouverture au monde. La chose a débuté comme prévu le 27

Continuer à lire

The Inspector Cluzo : du circuit court au court-circuit

Rock débranché | Agitant une version acoustique de son dernier album, The Inspector Cluzo déshabille son blues-rock AOC pour sublimer sans artifice sonique l'artisanat d'un songwriting fiévreux.

Stéphane Duchêne | Mardi 4 février 2020

The Inspector Cluzo : du circuit court au court-circuit

Il fut un temps où l'album acoustique était dans une carrière pop un jalon à poser, une médaille à arborer. La chaîne MTV, qui fit à la musique autant de bien que de mal — « What is this fucking MTV ? » hurlait pour lui-même l'incorruptible critique Lester Bangs —, s'autoproclama gardien d'un temple qui se mit à convoquer dès 1989 des concerts — filmés — d'idoles invitées à renier la fée électricité. Dont certaines, de Bruce Springsteen à Shakira, d'Alanis Morrissette à Korn, accoucheraient de disques plus ou moins utiles. Même le ronchon Bob Dylan accepta de couper la sono branchée sous des cris de haine un soir de 1965 à Newport. Si vous passiez dans MTV Unplugged, vous étiez une star et si vous étiez une star alors il vous fallait venir offrir votre empreinte acoustique à ce Walk of Fame d'un nouveau genre. Lequel fut définitivement sanctifié en 1994 quand le Christ grunge Kurt Cobain — apostat sacrifici

Continuer à lire

PEC signe une collaboration haute en couleur avec Weiss

GUIDE URBAIN | L’artiste street art PEC, bien connu pour ses oiseaux colorés et stylisés, les Knar, signe une collection originale pour la Maison Weiss. Au programme, un calendrier de l’Avent, des Crock’ines et deux tablettes. Une gamme complète pour colorer la fin d’année !

Article Partenaire | Lundi 6 janvier 2020

PEC signe une collaboration haute en couleur avec Weiss

On se souvient de la très belle collaboration avec les papiers-peintres stéphanois Ella & Pitr, qui ont habillé de la plus belle des manières un des murs des Ateliers Weiss de Saint-Étienne en 2018. Ils avaient alors peint un géant gourmand de 506 m² librement inspiré par les traits d’Eugène Weiss, fondateur de la chocolaterie. En 2019, la Maison Weiss poursuit sur sa lancée créative en ayant convié un autre street artiste, le Lyonnais PEC, à signer une collection inédite pour la fin de l’année. Une vraie rencontre humaine entre artisans et artistes qui débouche sur une gamme unique, composée de plusieurs créations gourmandes, stylisées par l’espièglerie de PEC et toutes en édition limitée. Le premier calendrier de l’Avent chez Weiss Tout d’abord, petits et grands se réjouiront de l’arrivée du tout premier calendrier de l’Avent proposé par la chocolaterie Weiss. Intitulé « PersPective », décliné en deux graphismes, ce calendrier est un condensé de plaisirs gustatifs et ludiques. Il comporte un jeu de personnages à assembler à l’infini pour recréer des histoires en famille.

Continuer à lire

Street art : cuvée d’automne

Street Art | Après les murs de la ville et ceux des galeries d'art, le street art s'invite cet automne sur les pavés, au centre commercial et au stade !

Lisa Dumoulin | Jeudi 6 décembre 2018

Street art : cuvée d’automne

Après la vague d’expositions de street art à la rentrée dont on vous parlait ici, l’automne regorge encore de projets artistiques dédiés à cet art urbain. Du côté du crew décidément superactif de Superposition, plusieurs projets d’envergure ont vu le jour. Comme la fresque peinte à même le sol de la rue Victor Hugo et de la place Ampère, un projet mené en partenariat avec la Taverne Gutenberg, Maison G et l’association My Presqu’île. Onze artistes ont mis la main à la pâte : Azed, Bambi, Alex Beretta, Laurent Claveau, Khwezi, Masta, Koey, Osru, Quetzilla, Sphinx et Yandy. Le résultat filmé en vidéo est bluffant. Autre projet ambitieux : la réunion d’une trentaine d’artistes lyonnais et internationaux sur les murs d’un magasin du centre commercial Confluence. Une “coque” vide dans le jargon, en attente avant l’emménagement prochain d’une nouvelle marque. La boutique est transformée en galerie ép

Continuer à lire

La transe des canards

Rock | De retour dans les bacs avec le bien nommé et acclamé We the people of the soil, alternance de blues rock qui tache garanti sans OGM et sans basse et de (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 2 octobre 2018

La transe des canards

De retour dans les bacs avec le bien nommé et acclamé We the people of the soil, alternance de blues rock qui tache garanti sans OGM et sans basse et de ballades habitées, les gentlemen-rockers-farmers de The Inspector Cluzo (six mois à la ferme, six mois en tournée) n'ont toujours pas remisé leur langue dans leur poche, ni d'ailleurs leurs instruments et leurs idéaux. Les voilà à nouveau de passage à Lyon, au Kao, ce jeudi 4 octobre, pour un concert qui s'annonce fiévreux à l'occasion duquel il vous sera peut-être possible de faire l'acquisition d'une boîte de leur fameux foie gras maison, partie prenante du merchandising des plus rock'n'roll des éleveurs de canard.

Continuer à lire

Grand bain musical

Musilac | Vieilles gloires, valeurs sûres, piliers de festoches, jeunes pousses, smoothies de genres, et autres étrangetés à découvrir, le festival lacustre baigne l'été musical d'un éclectisme qui attire les foules comme les amateurs éclairés, jusqu'à les confondre.

Stéphane Duchêne | Mardi 19 juin 2018

Grand bain musical

Jeudi : old wave D'une certaine manière, s'il fallait un hymne en ouverture de cette édition 2018 de Musilac, il pourrait consister en trois bouts de refrains se répondant depuis le fin fond des âges 80, quand les uns martèleraient : « I Just can get enough », les autres répondraient « Don't you forget about me » ou « Always the sun ». Car on l'aura compris c'est une soirée très marquée "ressac de la new-wave" que celle-ci, avec Depeche Mode, Simple Minds et The Stranglers – quand bien même les carrières de chacun n'auraient pas résisté d'égale manière au passage du temps. Pour le reste, on notera que J. Bernardt, transfuge des Belges de Balthazar, remplacera numériquement son collègue Warhaus, présent l'an dernier ce même soir, que le rock indé répondra présent avec le Stroke Albert Hammond Jr. (le

Continuer à lire

Caravane de films aux couleurs d’Afrique !

Festival | La Caravane des Cinémas d’Afrique du Ciné-Mourguet marque sa 15e étape à Sainte-Foy-lès-Lyon. Dans ses bagages, 40 films, 20 invités, 30 cinémas partenaires, un défilé de mode et un concert. Rencontre avec son président, François Rocher.

Aliénor Vinçotte | Mercredi 21 mars 2018

Caravane de films aux couleurs d’Afrique !

On pourrait l’appeler le “Festival de Cannes du cinéma africain”. Créé il y a un quart de siècle, à l’initiative d’amis passionnés, Caravane des cinémas d’Afrique a vocation à faire connaître sa plus récente production cinématographique et mettre en valeur un pan de cette culture « souvent trop méconnue en France ». La soixantaine joviale et les yeux pétillants, son président François Rocher tient à souligner qu'il ne s'agit pas « d'un festival avec des films sur l’Afrique, mais bien avec des œuvres réalisées par des cinéastes issus de ce continent. » Lorsque la première salle du Mourguet a été créé en mai 1988, il y eut cette volonté de rattacher le nouveau cinéma à un festival. Plutôt que d’en créer un plus classique, les fondateurs de Caravane font le choix de porter une thématique qui les rassemblait et inexistante jusqu’alors : le cinéma africain. Faute de programme complet, l’événement est transformé en biennale, histoire de pouvoir recevoir les réalisateurs dans les meilleures conditions possibles — une vingtaine seront présents cette anné

Continuer à lire

Une expérience de gangster, deuxième édition

Festival | Les Mauvais Gones nous font une offre que nous ne pouvons pas refuser. Le collectif qui promeut le cinéma de gangster, lance la deuxième édition de son (...)

Pierre Deroudilhe | Jeudi 22 mars 2018

Une expérience de gangster, deuxième édition

Les Mauvais Gones nous font une offre que nous ne pouvons pas refuser. Le collectif qui promeut le cinéma de gangster, lance la deuxième édition de son festival. Trois films, trois séances, trois expériences thématiques différentes. Chaque soirée sera rythmée par des animations avant ou après la séance afin de faire vivre le film et son univers au-delà de la salle de cinéma. Au programme : The Usual Suspect de Bryan Singer (1995) dans lequel le labyrinthe des fragments mémoriels de Verbal Kint (Kevin Spacey) nous plonge dans une intrigue forte en suspense au sujet d’un mystérieux massacre dans le port de San Pedro. Dans Suburra de Stefano Sollima (2015), la bataille politique et criminelle pour la conquête d’Ostie révèle les ramifications de la corruption et de l’illégalité au sein de la mafia italienne. Enfin, pour la clôture du festival, La French de Cédric Jimenez (2014), met en scène le juge Pierre Michel (Jean Dujardin) dans une guerre sans merci contre l’intouchable parrain du milieu marseillais, Gaëtan Zampa (Gilles Lellouche), au cœur de la French Connection à Marseil

Continuer à lire

Watching You à Fourvière : Merci Marie

Street Art | L’exposition Watching You au Musée d’Art Religieux de Fourvière invite le street art dans une ancienne chapelle du monument religieux le plus important de Lyon. Rencontre au sommet.

Lisa Dumoulin | Mardi 9 janvier 2018

Watching You à Fourvière : Merci Marie

Un grand chantier de réhabilitation du site de Fourvière va débuter cette année. La Basilique restera bien sûr ouverte, mais le Musée d’Art Religieux de Fourvière va fermer ses portes pour de grands travaux de restauration et d’agrandissement. Et la Fondation Fourvière a eu une idée de génie. À l’instar de la Tour Paris 13, de Rehab à la Cité Universitaire de Paris et de nombreux autres lieux qui, de plus en plus, confient leurs murs à des street artistes pour une exposition éphémère avant travaux ou démolition, le Musée d’Art Religieux de Fourvière à pris le parti d’inviter des artistes à repeindre ses murs avant le début des travaux - à priori début février, mais aucune date fixe n’a encore été précisée. Un contraste détonnant qui traduit l’ambition de la Fondation d’être en phase avec l’actualité culturelle et urbaine de Lyon, d’attirer des nouveaux publics, de moderniser son image… Et c’est réussi ! Vitraux coquins L’ancienne chapelle désacralisée est passée à la peinture fraîche, parfois sur des

Continuer à lire

Depeche Mode à Musilac

Festival | Premier nom annoncé par le festival Musilac, et ça claque : Depeche Mode sera sur l'esplanade du lac le jeudi 12 juillet 2018 ! Ce sera dans le cadre de (...)

Sébastien Broquet | Mardi 7 novembre 2017

Depeche Mode à Musilac

Premier nom annoncé par le festival Musilac, et ça claque : Depeche Mode sera sur l'esplanade du lac le jeudi 12 juillet 2018 ! Ce sera dans le cadre de ce qui ressemble fort à une tournée des festivals majeurs de l'été, puisque le groupe anglais sera aussi aux Vieilles Charrues, au festival Beauregard ou encore au Main Square. L'occasion de présenter leur récent et 14e album, Spirit. Joli coup qui va booster d'emblée les ventes de tickets (ouverture de la billetterie le 1er décembre) et faire saliver en attendant le 28 novembre prochain où de nouveaux noms seront dévoilés.

Continuer à lire

Graine de coco : "Le Jeune Karl Marx" de Raoul Peck

Biopic | de Raoul Peck (All-Fr-Bel, 1h58) avec August Diehl, Stefan Konarske, Vicky Krieps, Olivier Gourmet…

Vincent Raymond | Mardi 26 septembre 2017

Graine de coco :

1844. Chassé d’Allemagne pour ses écrits jugés subversifs, le jeune Karl Marx s'expatrie à Paris avec son épouse Jenny. Au même moment à Londres, le jeune Engels s’insurge contre son père industriel et exploiteur. La rencontre entre Marx et Engels va accoucher d’une nouvelle doctrine… Raoul Peck se ferait-il une spécialité de dresser les portraits des grandes figures politico-morales progressistes ? Après son très récent documentaire consacré à James Baldwin (I am not your Negro) et surtout son Lumumba (2000) qui ressuscitaient des visages méconnus du grand public, le cinéaste haïtien braque ici sa caméra sur le totem rouge par excellence. Ce biopic polyglotte à hauteur “d'honnête d’homme”, en cela certainement fidèle au contexte de l’époque, ne sacralise pas le philosophe en le renvoyant régulièrement à ses contingences physiques (sexe, faim…) et matérielles — ce qui est, somme toute, d’une grande logique concernant le théoricien du matérialisme. Karl est un corps massif, qui use de sa présence pour asseoir ses idées. Si son am

Continuer à lire

Guache : « L’art urbain est un miroir des villes qui l’accueillent »

Street Art | Oscar Gonzàlez Guache est l’un des artistes phares de la nouvelle scène street art en Colombie. Il puise dans les racines de la culture sud-américaine et y apporte un souffle de modernité. Rencontre avec cet artiste mis à l’honneur au TrubLyon Festival.

Corentin Fraisse | Mardi 29 août 2017

Guache : « L’art urbain est un miroir des villes qui l’accueillent »

Comment avez-vous commencé le graff ? Guache : J’ai commencé à peindre mes images dans la rue de manière régulière en 2003. Avant ça, j’avais déjà peint pour soutenir des causes sociales. Je viens de l’école de design graphique et j’ai toujours aimé les travaux d’impression, particulièrement la sérigraphie. Au début des années 2000, j’éditais des fanzines et peu à peu, a germé l’idée de produire mon travail de manière autonome : j’ai exploré les techniques de reproduction de l’image avant de m’arrêter sur le dessin au pochoir. Là, j’ai rencontré plusieurs graffeurs et j’ai commencé à peindre avec eux. Quelles sont vos techniques et supports préférés ? Je combine peinture acrylique et spray. J’utilise des outils de design graphique pour mes compositions, photomontages, projections… Mais j’aime constamment explorer de nouvelles techniques pour mes réalisations murales. Quels artistes vous ont inspiré ? De nombreux artistes m’ont inspiré, aussi bien dans le street art que dans le muralisme traditionnel, dans la gravure et la sérigraphie. J’aime

Continuer à lire

Cart'1 : « Un art sans leader, spontané, protéiforme »

Le feeling du directeur artistique | Street artiste et graphiste lyonnais, Cart'1 est l'un des fondateurs et le directeur artistique du nouveau festival TrubLyon consacré au street art durant trois jours.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 29 août 2017

Cart'1 : « Un art sans leader, spontané, protéiforme »

Comment définiriez-vous le street art ? Cart'1 : C'est un art difficile à définir car il est en constante mutation depuis le début des années 1980, se séparant notamment peu à peu du seul graffiti. Disons que, sous cette appellation, on regroupe maintenant les activités artistiques qui se pratiquent dans la rue, avec une multitude d'approches (graph'futuristes, muralisme, mosaïque...). C'est aussi un mouvement sans leader, spontané et protéiforme. N'a-t-il pas perdu un peu de son côté sauvage et rebelle aujourd'hui ? Il a forcément lâché un peu de lest. Mais il y a toujours des artistes très engagés et rebelles, et d'autres qui vont davantage vers les beaux-arts sans message particulier. Tous, quoi qu'il en soit, sont engagés au sens où ils pratiquent un art gratuit. De plus, les street artistes sont toujours considérés comme des délinquants. Aujourd'hui, le marché et les galeries tentent de récupérer le mouvement (et il faut bien que les artistes vivent), mais le plus important selon moi c'est qu'ils gardent le contact avec la rue. Certains artistes malheureusement ne s'en servent que comme un tre

Continuer à lire

Vous avez dit street art ?

TrubLyon + Urban Art Jungle | L’art visuel se résume-t-il aux œuvres exposées dans les galeries et les musées ? L’art de rue n’est-il que vandalisme ? La réponse est non. Prenant ses marques au milieu du siècle dernier, le street art est devenu progressivement un art à part entière.

Corentin Fraisse | Mardi 29 août 2017

Vous avez dit street art ?

Le street art, ou art urbain, n'est pas toujours considéré à sa juste valeur par l'ensemble des esthètes. Mais son succès populaire impose le respect et, surtout, affole les galeries. Loin d’un simple art vandale, la discipline regroupe diverses techniques s’emparant de la rue pour en faire un support artistique : graffitis sur les murs, réclames, pochoirs, affiches, stickers et même mosaïques, voire des installations de yarn bombing (tricot urbain). Innover, c’est sortir du cadre. Nouvelle manière d’écrire, le street art se veut mode d’expression alternatif en prolongement de ce que l’art peut proposer. Éphémère et parfois hors-la-loi, il est majoritairement l’expression d'une contre-culture en quête de liberté. Son histoire débute à Philadelphie dans les années 1960. La première création de street art naît d’un acte d’amour : Darryl McCray, aka Cornbread, submerge la ville de sa signature en graffitis, pour attirer l’attention d’une jeune femme nommée Cynthia Custuss. Philadelphie voit bientôt s’inscrire, sur tous les murs de ses quartiers Nord, de larges inscriptions « Cornbread loves Cynthia

Continuer à lire

David Kimelfeld : « Dans des lieux déjà existants, on peut développer des concepts nouveaux »

Politique Culturelle | Il est le dauphin désigné, celui que Gérard Collomb a choisi pour lui succéder à la mairie de Lyon. David Kimelfeld, actuel maire du 4e arrondissement, est toujours resté discret question culture. Il a inauguré ce mois-ci un concept de scène ouverte à la Maison des Associations et s'est connecté aux pratiques urbaines du street art et du skate : mots choisis.

Sébastien Broquet | Mardi 9 mai 2017

David Kimelfeld : « Dans des lieux déjà existants, on peut développer des concepts nouveaux »

Vous inaugurez un concept de scène ouverte à la Maison des Associations... La Maison des Associations fonctionne de manière classique : on y empile des activités, parce que les gens ont besoin de créneaux horaire pour faire leurs réunions, des répétitions... Cette maison-là, pour qu'elle mérite son nom, il fallait lui donner du sens et une identité : comment faire, comment la rendre utile aux associations au-delà des bureaux temporaires ? On en a déjà fait un lieu de vie, avec un bar, un babyfoot, on a voulu l'animer pour le rendre convivial, avec des rencontres, des cafés-débats. Maintenant, les gens qui ont une activité là-bas se croisent. De là, l'idée a germé de le mettre à disposition d'équipes émergentes dans la culture, pas forcément intégrées dans des réseaux, qui cherchent des lieux sans savoir forcément à qui s'adresser. Des gens ont besoin d'un lieu pour montrer ce qu'ils savent faire, dans le domaine de la musique mais aussi du théâtre ou de la lecture publique : tous les arts sont possibles. On a donc équipé le lieu, pour faire de la musique. On met aussi à disposition de la communication, nos réseaux. Et on va réfléchir à ce que l'on

Continuer à lire

Ememem, l'enjoliveur du quotidien

Street Art | Raccommodeur secret de bitume, Ememem est un adepte du "flacking". Cette technique remplit nos trottoirs tristes de carrelages multiformes, aux couleurs qui détonnent du triste gris du béton.

Anaïs Gningue | Mardi 14 mars 2017

Ememem, l'enjoliveur du quotidien

Comment es-tu tombé dans le street art ? Ememem : C’est la faute d’une vieille traboule trouée où j’avais mon atelier il y a quelques années. Il y a cinq ans, je me suis amusé à combler les brèches avec des chutes de mosaïques, pour colorer un peu. C’est l’hiver dernier, en tombant dans une flaque gelée devant mon nouvel atelier, que cette histoire m’est revenue en tête avec des dimensions toutes nouvelles... Je me suis mis à raccommoder le vilain trou le jour-même. Avant même d’y avoir réfléchi, le premier flacking était né. 1.9kg, 70cm, et toujours en excellente santé malgré le camion poubelle qui l’écrase chaque matin. Où trouves-tu tes carrelages ? Est-ce de la récupération ? Ça dépend. La majorité est de la récupération, trouvée ou donnée par des âmes charitables. Finalement, on peut en trouver un peu partout. Vous n’imaginez pas tout ce qu’on jette... À propos, vous n’avez pas fait refaire votre salle de bain récemment ? Envoyez vos dons ! Qu'est-ce que le flacking ? C’est un acte d’am

Continuer à lire

The Inspector Cluzo, rockeurs en circuit court

Rock | De la guitare à l'élevage de volailles, une même éthique indépendante et une même volonté de combler les sens : The Inspector Cluzo, rockeurs et fermiers, font une halte au Ninkasi.

Sébastien Broquet | Mardi 28 février 2017

The Inspector Cluzo, rockeurs en circuit court

Si le rock garage est omniprésent sur la scène internationale et bien loti à Lyon, voici venir au Ninkasi un nouveau genre moins urbain, que l'on pourrait nommer... rock "étable", du coup. Car The Inspector Cluzo, fiers gascons, se revendiquent fermiers autant que musiciens : leur dernier disque, le cinquième, est un double album et se nomme Rockfarmers. Entièrement autoproduit : la paire se veut totalement indépendante, de bout en bout. Villageois affirmés et engagés, Laurent Lacrouts (guitare) et Mathieu Jourdain (batterie) élèvent en parallèle oies et canards et fabriquent leur propre foie gras et confits, qu'ils vendent sur le marché de Mont-de-Marsan via Lou Casse, leur ferme gasconne. C'est pour ça qu'ils ne tournent pas d'octobre à janvier : c'est alors le temps des oies, à Eyres-Moncube où ils résident, au cœur des Landes. Mais avec le printemps qui s'approche, voici revenir celui des concerts qu'ils maîtrisent avec un art consommé du show sans fioriture : si ce tour 2017 se clôturera en beauté aux Vieilles Charrues, le début les voit passer par le Kao où l'on savourera ce heavy rock légèreme

Continuer à lire

Insomniaque

MUSIQUES | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 24 janvier 2017

Insomniaque

27>01>17 LE SUCRE MATTHEW DEAR Le fondateur du label Ghostly International pose ses valises à Lyon le temps d'une nuit où l'homme qui multiplie les pseudonymes (Jabberjaw, Audion, False...) dévoilera sa techno atmosphérique et sombre, voisinant avec ses influences pop, new wave voire industrielles. Le Texan sera accompagné sur ce line-up du parisien Amandra, fondateur du label Ahrpe Records, et de la jeune pousse locale Bärchen. Dark. 27>01>17 L'EMPREINTE WILD ASPECT Encore un nouvel espace dédié aux musiques électroniques dans la ville... On frise l'overdose et l'on se demande lequel va jeter l'éponge en premier, à force. Voici donc venir sur ce terrain L'Empreinte, du côté de Jean Macé dans le 7e, qui convie une fois par semaine un collectif lyonnais. Ce vendredi, se relaieront Wild Aspect, Istigkeit (repéré récemment par le label Blackwater) et Milenko. Newcomer. 28>01>17 LE PETIT SALON GIORGIA ANGIULI La révélation italienne Giorgia Angiuli fait son pr

Continuer à lire

Dans les yeux de Bowie

Street Art | Big Ben rend hommage à l'auteur de Rebel Rebel disparu il y a un an, avec une œuvre intense à dénicher au cœur des pentes de la Croix-Rousse.

Louis Beaufort | Mardi 24 janvier 2017

Dans les yeux de Bowie

« J’essayais pratiquement tout. J’étais vraiment avide de découvrir tout ce que la vie avait à offrir, de la fumerie d’opium à n’importe quoi d’autre. Et je pense que j’ai fait à peu près tout ce qu’il est possible de faire. Sauf des choses vraiment dangereuses, comme être un explorateur. Mais je me suis introduit dans la plupart de tout ce que la culture occidentale a à offrir. » Cette citation fait référence à un moment sombre de l'année 2016. Pour le monde de la musique, et bien au-delà. Nous ne faisons bien évidemment pas allusion à la dernière tournée de Keen'V, mais à la mort de David Bowie : véritable icône de la pop culture, ce fut la première étoile disparue de cette année mortifère, laissant derrière elle des millions d'admirateurs attristés. Parmi eux, l'artiste Big Ben. Dès l'annonce du décès, ce dernier savait qu'il dédierait l'une de ses pièces à Bowie : il s'agissait juste de trouver l'endroit idéal pour lui rendre hommage. Peintre pochoiriste depuis 2012, Big Ben utilise les mu

Continuer à lire

Un portrait de la France par Thierry Pech

Villa Gillet | Normalien, directeur de rédaction du magazine Alternatives économiques, enseignant, chroniqueur à la radio et directeur du think tank de centre gauche Terra (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 17 janvier 2017

Un portrait de la France par Thierry Pech

Normalien, directeur de rédaction du magazine Alternatives économiques, enseignant, chroniqueur à la radio et directeur du think tank de centre gauche Terra Nova, Thierry Pech a encore le temps d'écrire des livres, dont ce dernier essai : Insoumissions. Il y compose le portrait d'une France contemporaine qui aurait mis fin (sous les coups de boutoir du capitalisme), ou presque, au contrat social d'après guerre : « sécurité professionnelle, éducation et pouvoir d'achat contre subordination salariale, consommation de masse et docilité politique. » Certains, selon l'auteur, en profitent pour inventer d'autres modes d'existence sociale : slashers (trentenaires qui mènent plusieurs activités de front), hackers, nouveaux entrepreneurs, consommateurs responsables, etc... D'autres, plus nombreux, vivent la sortie du salariat comme un drame et une précarité désastreuse, rejoignant pour beaucoup les rangs du populisme et du Front National. Il y aurait, pour Thierry Pech, des « insoumissions créatives »

Continuer à lire

Costa-Gavras ou la preuve par 9

ECRANS | La première partie de l’indispensable œuvre de Costa-Gavras est à redécouvrir en DVD. Et l’homme, prodigieux d’humanité comme d’humilité, à rencontrer.

Vincent Raymond | Mardi 22 novembre 2016

Costa-Gavras ou la preuve par 9

Comme Roman Polanski, Costa-Gavras est de ces auteurs multiculturels dont le cinéma français peut s’enorgueillir. Et qui a pu accomplir une carrière aussi diverse grâce à l’ouverture d’esprit et l’accueil bienveillant de la profession hexagonale à son égard dans ses jeunes années — c’est, en tout cas, le constat que le cinéaste opère aujourd’hui dans le passionnant entretien réalisé par Edwy Plenel, bonus de L’Intégrale Volume 1 (1965 – 1983) (Arte Cinéma). Un coffret réunissant ses neuf premiers longs-métrages, dont la parution vaut la visite lyonnaise de cet indispensable géant. Gavras, de Costa à Z À la fois conteur et conscience de son époque, Costa-Gavras n’a cessé de secouer des mentalités assoupies par des œuvres lucides sur l’état du monde. Son cinéma, qui ne se réduit pas au champ du seul “cinéma politique”, est davantage celui de plusieurs interrogations : peut-on s’affranchir des carcans et des idéologies barbares — voir la “trilogie Montand” avec Z

Continuer à lire

Wall drawings : murés à l'intérieur

Musée d'Art Contemporain | Le Musée d'art contemporain réunit une dizaine d'artistes urbains internationaux, et tente une exposition paradoxale : montrer dedans ce qui ne peut exister que dehors.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 18 octobre 2016

Wall drawings : murés à l'intérieur

Les prémices du street art, il est vrai, proviennent historiquement du champ de l'art contemporain, et il est d'une certaine manière logique qu'il y revienne, même dans l'enceinte un peu "officielle" d'un musée. Les précurseurs de l'art urbain se nomment Ernest Pignon Ernest qui peint au pochoir en 1963 sur le Plateau d'Albion en réaction à la nucléarisation militaire, les étudiants des Beaux-Arts de Paris qui créent de multiples affiches pour Mai 68, Keith Haring qui peint sur les espaces publicitaires libres du métro new-yorkais au début des années 1980... À Lyon, une dizaine d'artistes de rue venus des quatre coins de la planète (La Réunion, Mexique, Ukraine, Pérou, Chine...) investissent les cimaises du MAC de leurs couleurs chatoyantes, de leurs figures allègres et rythmées, et de leur sens virtuose du trait direct et imaginatif. Le tout chapeauté par un commissaire d'exposition qui à lui seul fait caution : Julien Malland (né en 1972), alias Seth, qui a débuté ses œuvres dans les années 1990 sur les murs du 20e ar

Continuer à lire

Jusqu'au bout, art de rue

Street Art | « Gloire à l'art de rue, jusqu'au bout art de rue » : c'est par ces premiers mots en 2001 que la Fonky Family rendait hommage aux activistes de l'art (...)

Louis Beaufort | Vendredi 16 septembre 2016

Jusqu'au bout, art de rue

« Gloire à l'art de rue, jusqu'au bout art de rue » : c'est par ces premiers mots en 2001 que la Fonky Family rendait hommage aux activistes de l'art urbain. Depuis des décennies, la rue a toujours été un support privilégié pour quiconque voudrait partager, se faire entendre et fédérer. C'est avec cette volonté que le festival Graff-ik’ Art lancera sa 4e édition du 17 septembre au 1er octobre, sur le thème : L’Art de transmettre ?. Un rassemblement sur plusieurs journées, centré sur les arts urbains (graphiques, musicaux et chorégraphiques), des performances live et des ateliers d’initiation collaboratifs. En parallèle et toujours avec la même assiduité, différentes galeries continueront de promouvoir les valeurs généalogiques du street art. L'occasion de réfléchir sur la thématique de L’art Engagé chez Spacejunk avec une sélection de six artistes (re)connus pour leurs démarches humanistes et sociales :

Continuer à lire

Les street artistes à l'œuvre au MAC

Street Art | À l'occasion de sa future exposition Wall drawings, Icônes urbaines, le Musée d'art contemporain ouvre ses portes lors du montage (du 10 au 28 septembre, (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 9 septembre 2016

Les street artistes à l'œuvre au MAC

À l'occasion de sa future exposition Wall drawings, Icônes urbaines, le Musée d'art contemporain ouvre ses portes lors du montage (du 10 au 28 septembre, sauf le dimanche 25) et vous propose de découvrir en direct plusieurs artistes internationaux (venus de Chine, du Pérou, de La Réunion ou de Belgique) en pleine phase de création. Entrée libre et réservation conseillée en cliquant ici

Continuer à lire

Concert spécial : Mogwai pour une nuit atomique

Nuits Sonores | En guise de concert spécial, après le coup de mou Nan Goldin-ien de l'an dernier, Nuits Sonores dégaine rien moins que l'arme atomique sans se départir de son goût du concept : Mogwai venant y jouer son dernier album, Atomic.

Stéphane Duchêne | Mercredi 4 mai 2016

Concert spécial : Mogwai pour une nuit atomique

Dans la grande tradition, plutôt récente, désormais convenue mais néanmoins toujours intéressante conceptuellement et esthétiquement, du concert où un groupe mythique vient jouer intégralement et souvent dans l'ordre l'un de ses non moins mythiques albums, Nuits Sonores propose cette année un beau compromis. Mais un compromis, c'est paradoxal, plutôt radical : inviter un groupe sinon mythique, du moins culte — les Ecossais de Mogwai, référence du post-rock n'ayant jamais vraiment fait les choses comme tout le monde, et lui faire jouer non seulement son récent dernier album — qui n'a donc pas encore eu le temps d'infuser l'esprit de son public comme ont pu le faire les classiques Young Team, Rock Action ou Come on die young. Mais qui plus est un album qui n'était peut-être pas destiné à en être un, au sens, là encore, classique du terme. On s'explique. En 2015, Mogwai écrit le score d'un film réalisé par Mark Cousins pour la BBC à l'occasion du 70e anniversaire d'Hiroshima. Une petite "sucrerie" documentaire entièrement constituée d'images d'archives et consacrée à la question nucléaire, à la mort mais aussi à la vie à l'âge atomique, d'Hiros

Continuer à lire

Rentrée cinéma 2016 : une timide bobine ?

ECRANS | Après une année cinématographique 2015 marquée par une fréquentation en berne —plombée surtout par un second semestre catastrophique du fait de l’absence de films qualitatifs porteurs —, quel sera le visage de 2016 ? Outre quelques valeurs sûres, les promesses sont modestes…

Vincent Raymond | Mardi 5 janvier 2016

Rentrée cinéma 2016 : une timide bobine ?

L’an dernier à pareille époque se diffusaient sous le manteau des images évocatrices illustrant la carte de vœux de Gaspar Noé et extraites de son film à venir, Love ; le premier semestre 2015 promettait d’être, au moins sur les écrans, excitant. Les raisons de frétiller du fauteuil semblent peu nombreuses en ce janvier, d’autant que, sauf bonheur inattendu, ni Desplechin, ni Podalydès, ni Moretti ne devraient fréquenter la Croisette à l’horizon mai — seul Julieta d’Almodóvar semble promis à la sélection cannoise. Malgré tout, 2016 recèle quelques atouts dans sa manche… Ce qui est sûr... Traditionnellement dévolu aux films-à-Oscar, février verra sortir sur les écrans français The Revenant (24 février) de Iñarritu, un survival dans la neige et la glace opposant Tom Hardy (toujours parfait en abominable) mais surtout un ours à l’insubmersible DiCaprio. Tout le monde s’accorde à penser que Leonardo devrait ENFIN récupérer la statuette pour sa prestation — il serait temps : même Tom Cruise en a eu une jadis pour un second rôle. S’il n’est pas encore une fois débordé par un outsider tel que

Continuer à lire

Les soirées du 8 au 21 avril

MUSIQUES | 5 RDV nocturnes à ne pas manquer d'ici le 22 avril : Audio Werner au DV1, DJ Deep à la Plateforme, la 45 Live Party du Kafé, la Dial Label Night du Sucre et Soundstream au Kao. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 7 avril 2015

Les soirées du 8 au 21 avril

11.04 In/side #10 De bourdonnements en cliquetis, il est fréquent qu'un morceau de musique électronique soit accueilli par des comparaisons avec des bruits d'insectes. Le Berlinois Audio Werner, fondateur du label Hartchef Discos, a pris la chose au pied de la lettre : Zwrtshak Drive, le petit tube de house minimale qui l'a fait connaître en 2004, était porté par le chant de centaines de crickets. Il n'a depuis pas renouvelé l'expérience. Des morceaux pareillement obliques et maniaques, il en a en revanche enregistré suffisamment pour que la seule annonce de sa venue au DV1 nous mette des fourmis dans les jambes.

Continuer à lire

Le disco d'un roi

MUSIQUES | Couronné roi du nu-disco septentrional sur la foi de singles à l'humeur badine contagieuse, le Norvégien Todd Terje déjoue les attentes avec un album de musique de salon ultra-sophistiqué. Sacré bonhomme. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 8 avril 2014

Le disco d'un roi

An de grâce 885 : après des décennies à faire flancher les défenses franques, les Vikings, qui compensent leur infériorité numérique par l'effroi qu'inspirent leur irrespect du sacré et leur maîtrise de l'effet de surprise, s'accaparent ce qui deviendra la Normandie. An de grâce 2014 : rebelote, les Scandinaves sont à nos portes et cette fois, du haut de ce drakkar aux airs de navire de croisière que manœuvre Todd Terje depuis le milieu des années 2000, ils n'ont pas l'intention de se contenter d'un bout de littoral. C'est en tout cas ce que laisse entendre It's Album Time, le très attendu premier long-format du Norvégien constituant, sous des airs de pochade moroderienne pour cocktail au milieu de la Mer des Caraïbes - ou de bande son rêvée d'un épisode du jeu d'aventure ringardo-coquin Leisure Suit Larry (un morceau s’intitule d'ailleurs Leisure Suit Preben, tandis que sur la pochette Terje porte la tenue emblématique de l'éternel puceau pixelisé qui donne son nom à la série) - une déclaration de guerre à notre très sainte French Touch. A la bonne heure Delorean Dynamite ?

Continuer à lire

Jeux d'enfants

ARTS | Invader a ses envahisseurs pixelisés, héritiers de faïence de ceux que massacra toute une génération d'early gamers au début des années 80. Thomas Vuille a M. (...)

Benjamin Mialot | Mardi 11 mars 2014

Jeux d'enfants

Invader a ses envahisseurs pixelisés, héritiers de faïence de ceux que massacra toute une génération d'early gamers au début des années 80. Thomas Vuille a M. CHAT, matou rigolard et ailé dont on s'étonnera toujours qu'il n'ait pas fait des petits dans le comté de Cheshire. Les Birdy Kids, eux, ont de tout aussi identifiables volatiles au plumage acidulé et atteints de strabisme divergent, dont ils recouvrent éléments de mobilier urbain (comme les bowls du skate park des berges du Rhône) et produits dérivés depuis vingt-cinq ans. Initiée dans la clandestinité et devenue au gré de son expression à travers l'Europe un gagne-pain légitime, cette démarche de réenchantement du béton est pour le moins salutaire.  Elle trouve toutefois sa limite dans la revendication de sa vacuité : là où Invader se présente comme un hacker et pense son art comme une contamination et où Vuille, avant de se rapprocher des collectivités territoriales, définissait sa mascotte autant comme un vecteur d'optimisme que comme un défi lancé à l'autorité, ce trio parisiano-lyonnais avoue n'avoir d'autre

Continuer à lire

Blues celebration

MUSIQUES | Vieilli, usé, fatigué, Depeche Mode ? Sûrement pas : entre recettes maison, perpétuelles innovations sonores et production fureteuse et grandiose, les trois Anglais donnent avec "Delta Machine" un aperçu détonnant de leurs obsessions blues. Le blues couleur pétrole d’un groupe qui, à l’âge du Christ, n’a de fossile qu’une inépuisable énergie sans cesse transfigurée. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Vendredi 17 janvier 2014

Blues celebration

D’inspiration affichée Violator / Songs of Faith & Devotion / Ultra, Delta Machine aurait pu n’être que l’addendum tardif et donc éculé, à bout de souffle et de soufre, d’une quadrilogie fantasmée. Mais le trio de Basildon (soit l’Hydre Gahan-Gore, affublée de la "Super Nanny" Andy Fletcher, homme-lige de toujours), guère enthousiasmant sur ses précédentes sorties plus électro, retrouve le moyen de programmer ses machines – et plus largement le rouleau compresseur DM lui-même – aux confins de leurs possibilités pop. La production confiée aux vieux briscards Ben Hillier et Flood s’affiche en bouillon de culture vénéneux découlant d’un vaste bayou sonique où rock et électro sont indémêlables, où l’un et l’autre se hantent, autour de pop songs plus sophistiquées qu’on ne le croit et pourtant universelles – car enfin DM renoue avec les tubes qui ont fait sa grandeur. Filons et trésors Depeche Mode, c’est un fait, n’a jamais fait la révolution, sa révolution, qu’à de rares occasions, et jamais de manière violente – y compris sur l’embardée gospelo-grunge de Songs of Faith & Devotion. Mais a toujours évolué en une sorte de porosité bowienne à l’air du

Continuer à lire

La Loi du retour

MUSIQUES | A force de la pratiquer, on le sait, la programmation musicale n’est régie par rien d’autre que les antiques lois de l’éternel retour. Nouvelle année, nouveau printemps, perpétuel recommencement. Stéphane Duchêne.

Stéphane Duchêne | Jeudi 2 janvier 2014

La Loi du retour

On peut, en cette période d’Epiphanie généralisée et à la manière de Nietzsche dans le Gai Savoir, voir l’«éternel retour du même» comme une malédiction ou une bénédiction. C’est tout l’enjeu de l’expérience humaine. Pour ce qui nous intéresse ici, gageons qu’il faille prendre le mouvement renouvelé des saisons musicales, la succession des «cycles de manifestation», pourrions nous-dire en tordant un concept si cher à l’essayiste Pacôme Thiellement, comme une chance de (re)vivre des instants essentiels. A ceux pour qui rater un concert équivaut à passer à côté de sa vie, quelle belle saison s’ouvre devant vous après un automne de carême : auriez-vous loupé, en vrac, le lutin démiurgique Woodkid (le 21 février à la Halle), les exorcistes de la «Mauvaise Nouvelle» Fauve («Ne crains rien, car je suis avec toi. (…) Je te fortifie, je viens à ton secours, je te soutiens de ma droite triomphante

Continuer à lire

Programme complet du Cinéma Lumière

ECRANS | À l'heure du bouclage lundi dernier, nous ne disposions pas du programme de la semaine du Cinéma Lumière. Il est tronqué, et même faux, dans la version papier (...)

Nadja Pobel | Mercredi 6 novembre 2013

Programme complet du Cinéma Lumière

À l'heure du bouclage lundi dernier, nous ne disposions pas du programme de la semaine du Cinéma Lumière. Il est tronqué, et même faux, dans la version papier du journal parue ce mercredi. La programmation du 6 au 12 novembre est la suivante : Avant-première :The Immigrant V.O.De James Gray (EU, 1h57) Mer 21h15Furyo V.O.De Nagisa Oshima (1983, Jap, 2h06)Mer 16h30Une femme douceDe Robert Bresson (Fr, 1h28)Sam 14h30L'Ami retrouvé V.O.De Jerry Schatzberg (1h50)Sam 16h15 - lun 14h15L'Impasse V.O.De Brian de Palma (2h24)Sam 21h - dim 19h - lun 18h30 - mar 18h15Nos plus belles années V.O.De Sydney Pollack (1h58)Dim 16h45 - lun 16h15 - mar 21hRétrospective Tarantino

Continuer à lire

Street art mode d’emploi

CONNAITRE | Jérome Catz, Editions Flammarion

Benjamin Mialot | Vendredi 19 juillet 2013

Street art mode d’emploi

Si tout le monde ou presque voit à peu près à quoi correspond le street art, les choses se compliquent nettement lorsqu’il s’agit de le définir un peu plus précisément. Quand démarre exactement ce courant artistique ? Quelles disciplines recouvre-t-il ? De quelle manière s’est-il développé sur chaque continent ? Quel rapport entretient-il avec l’art contemporain ? Est-il porteur d’un propos politique ? Ce sont à ces différentes questions (et une pléiade d’autres !) que tente de répondre Jérome Catz, fondateur grenoblois du réseau de centres d’art Spacejunk et commissaire d’exposition indépendant, à travers ce dixième volume de la collection Mode d’emploi. Après une première partie consacrée à sa définition, et une deuxième à ses moyens d’expressions (graffiti, pochoir, tag & lettrage, interventions, sculptures urbaines, collage, anamorphose…), le livre bifurque ensuite sur un état des lieux du street art continent par continent et une sélection de trente artistes essentiels, que viennent enfin compléter une multitude de petites rubriques bien pensées (mots-clefs, dates repères, premières fois, liens avec l’art

Continuer à lire

L’Autre Oncle Sam

ECRANS | Qui, du nihilisme de son auteur ou de son ressentiment vis-à-vis d’une industrie hollywoodienne n'ayant cessé de le rudoyer, a entraîné le cinéma de Sam Peckinpah sur une pente d’amertume qui fait aujourd’hui encore toute sa modernité ? Réponse grâce à la rétrospective que lui consacre l’Institut Lumière… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 2 mai 2013

L’Autre Oncle Sam

Au cœur d’un des plus beaux films de Sam Peckinpah, Apportez-moi la tête d’Alfredo Garcia, on trouve une séquence qui étonne à chaque nouvelle vision. Tout commence par une fusillade entre l’anti-héros Benny (Warren Oates, acteur fétiche et alter ego parfait du cinéaste) et deux tueurs poursuivant le même but que lui : retrouver Alfredo Garcia, séducteur mexicain qui a eu le malheur de mettre enceinte la fille d’un riche propriétaire terrien, affront que celui-ci ne digère pas et qui le pousse à mettre sa tête à prix. S’ensuit un pur moment de mise en scène à la Peckinpah où la violence est déconstruite par des ralentis qui créent deux temporalités désynchronisées — il y a ceux qui meurent et celui qui survit. Mais le cinéaste place un addendum inattendu à la scène : un des deux tueurs se rapproche de l’autre à l’agonie et murmure son nom avec des sanglots dans la voix. Au-delà de la révélation de leur homosexualité, c’est ce moment de tendresse désespérée qui saisit le spectateur. Apportez-moi la tête d’Alfredo Garcia (1974) pousse le nihilisme de Peckinpah jusqu’au point où la

Continuer à lire

Revue des revues

ARTS | Malgré leur mort clinique annoncée, les revues d’art bougent encore. Mieux, à Lyon, "Initiales" vient de naître à l’Ecole des Beaux-Arts. Et d’autres, guère plus anciennes (Hippocampe, Specimen, Rodéo), nous donnent rendez-vous pour une rencontre avec leurs responsables à la galerie Descours. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 7 février 2013

Revue des revues

Désuet le papier ? Enterrées les revues ? Passée de mode la critique d’art prenant son temps et son souffle ? A Lyon, en l’espace de quelques mois et à contre-courant de toutes les idioties proférées sur le tout numérique, trois revues d’art de qualité ont vu le jour. Et c’est loin d’être l’affaire de "vieux cons" hors de l’époque et ne sachant pas manier une souris… Gwilherm Perthuis, qui n’a pas passé la barre de la trentaine, a fondé il y a quelques années la belle revue semestrielle et pluridisciplinaire Hippocampe (arts, littérature, sciences humaines), dont nous avons déjà fait l’éloge dans ces colonnes et qui sortira ces jours-ci un nouvel opus consacré au Liban. Non content de cela, l’agitateur d’idées a lancé en octobre dernier un mensuel du même nom : quatre grandes pages débordant de textes où l’on peut lire de longues critiques d’expositions, des chroniques de spectacles, de livres ou de disques. Dans un premier édito tonitruant, il écrit : «De plus en plus de médias publient des papiers généraux sur des expositions qui n’ont pas encore ouvert leurs portes et sur lesquelles ils proposent simplement quelques arguments tirés des dossiers de presse. Les mag

Continuer à lire

Steven Spielberg, une rétrospective

CONNAITRE | Richard Schickel Éditions de la Martinière

Christophe Chabert | Mardi 5 février 2013

Steven Spielberg, une rétrospective

Aussi étrange que cela puisse paraître, peu d’ouvrages ont été consacrés à la filmographie pourtant conséquente de Steven Spielberg. La réponse à ce mystère est partiellement avancée par Richard Schickel dans cette «rétrospective», beau livre richement illustré où l’auteur ne cache pas son admiration pour l’œuvre, même s’il émet parfois des réserves surprenantes concernant certains opus — Minority report, notamment. Le succès remporté par Spielberg tout au long de sa carrière et sa capacité à passer d’un registre "sérieux" à un autre plus léger et ouvertement divertissant a longtemps rendu le cinéaste suspect aux yeux de la critique. De fait, on découvre dans ce travail made in USA que la défiance envers le cinéma de Spielberg n’est pas seulement l’apanage d’une partie de la critique française — qui s’est exprimée, encore, lors de la sortie de Lincoln. La presse américaine aussi lui a toujours cherché des poux dans la tête, lui reprochant tantôt de se complaire dans le cinéma pop corn, tantôt de s’aventurer vers des sujets qui le dépassent. Or, c

Continuer à lire

Nuits Sonores 2013 - La prog de jour

MUSIQUES | «Nuits Sonores n'est pas un festival de blockbusters». La phrase est de Vincent Carry, le directeur de Nuits Sonores et elle a rarement été aussi appropriée que pour l'édition 2013 du festival, l'équipe d'Arty Farty ayant choisi de rester stable sur ses fondamentaux plutôt que de se lancer dans la course à la surenchère que laissait entrevoir le très solennel dixième anniversaire de l'événement. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Jeudi 24 janvier 2013

Nuits Sonores 2013 - La prog de jour

Ça pour une belle fête d'anniversaire, c'était une belle fête d'anniversaire : de l'édition du bouquin commémoratif 10 ans sans dormir à l'accueil des séminaux New Order en passant par la conclusion de sa programmation nocturne sur un plateau secret, le festival Nuits Sonores a l'an passé mis les petits plats dans les grands au moment de célébrer sa décennie d'existence. A tel point qu'on ne voyait pas bien comment il allait pouvoir poursuivre sa croissance sans verser dans l'excès. Arty Farty nous a ouvert les yeux ce matin : l'édition 2013 de l'événement ne sera ni plus maousse ni plus timide que les précédentes, elle sera dans leur droite lignée, c'est-à-dire urbaine, sélective, éclectique et réflexive. A ceci près qu'elle durera six jours, mitoyenneté calendaire du 8 mai et de l'Ascension oblige.Pour le reste donc, les habitués du festival seront en terrain connu, en tout cas pour ce qui concerne la partie diurne des

Continuer à lire

In Trust we trust !

MUSIQUES | Trust se serait donc une nouvelle fois reformé pour une tournée qui passerait par le Sonic ? Il faudrait être naïf pour le croire mais sur le papier tout porte à croire que c'est effectivement le cas. À moins qu'on ait affaire là à un cas d’homonymie caractérisé et accidentel. Ce sont des choses qui arrivent. Stéphane Duchêne.

Stéphane Duchêne | Vendredi 11 janvier 2013

In Trust we trust !

Bien, asseyons-nous tranquillement, détendons-nous les jambes – nous en aurons besoin plus tard pour danser – et évacuons d'entrée le malentendu qui sourd à l'horizon car on voit d'ici les fans d'un certain groupe punk français avoir des vapeurs anti-sociales et perdre leur sang froid. Alors voilà : non, Trust n'est pas la formation culte de Bernie Bonvoisin et du guitariste Nono – de toute manière une récente jurisprudence passée totalement inaperçue interdit, on cite, «à tout guitariste d'une formation d'inspiration rock de se faire appeler Nono, ça fait plouc». Précisons que cela vaut également pour les Dédés, les Gégés, les Momos, tous invités à se tourner vers l'accordéon ou la guitare manouche. Certes, on n'est pas beaucoup mieux barré avec le chanteur de notre Trust à nous : Robert Alfons, un patronyme qui fait davantage sous-secrétaire d'État aux hémorroïdes que rock star. Reste qu'avec son binôme Maya Postepski (on progresse), Robert est à la tête d'un Trust au magnétisme certain. Le genre de truc qu'on écoute sans trop y penser et qui vous colle au papier peint avant de vous envelopper avec, façon chrysalide. Confusion des gen

Continuer à lire

Jours de pêche en Patagonie

ECRANS | De Carlos Sorin (Arg, 1h18) avec Alejandro Awada, Victoria Almeida…

Christophe Chabert | Jeudi 20 décembre 2012

Jours de pêche en Patagonie

La Patagonie, Carlos Sorin la connaît bien ; c’est là qu’il tourna le film qui l’a rendu célèbre — et qu’il n’a jamais réussi à dépasser depuis — Historias Minimas. Jours de pêche en Patagonie est aussi une de ces "petites histoires" façon Raymond Carver. Un quinquagénaire prend la route pour s’offrir un week-end de pêche au requin, mais ce n’est qu’un prétexte pour retrouver sa fille, qu’il n’a pas vue depuis longtemps. Mauvais mari, alcoolique repenti, Marco tente maladroitement de renouer le contact et cela donne quelques séquences d’une belle justesse, très bien écrites et interprétées au cordeau, où les silences trahissent tout le ressentiment de la fille envers son père. Sorin emporte le morceau par la modestie de son propos et son amour pour ses personnages ordinaires, notamment quelques beaux seconds rôles comme ce manager grande gueule d’une boxeuse taciturne, eux aussi promis à la désillusion. Christophe Chabert

Continuer à lire

Vendredi, c'est soirée disco

MUSIQUES | Le clip de Inspector Norse, le dernier single en date du producteur norvégien Todd Terje est, de mémoire de boulimique de vidéos musicales, l'un des plus (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 9 novembre 2012

Vendredi, c'est soirée disco

Le clip de Inspector Norse, le dernier single en date du producteur norvégien Todd Terje est, de mémoire de boulimique de vidéos musicales, l'un des plus fun et l'un des plus seyants qu'on ait vu cette année. Tourné à la façon d'un documentaire tout en empruntant aux codes de la fiction indépendante scandinave (la grisaille en plan fixe, les contre-jours brumeux, les gros plans taxidermiques, tout y est), on y fait la connaissance de Marius Solem Johanson, moustachu paumé qui, à l'écoute de «certains types de musique électronique», ne peut s'empêcher de danser. Au bowling, sur les trottoirs de sa banlieue pavillonnaire, au magasin de bricolage, sur la plage, dès qu'il enfile son casque audio, il s'agite en une chorégraphie à mi-chemin d'une routine de qi gong et d'une chasse aux mouches. Et cela en dit long. D'une part, sur l'enjouement contagieux que propagent les tracks de Terje et, a fortiori, les sets qui les inclut (les siens sont, soit dit en passant, réputés pour leur charge érotique). D'autre part, sur la place à part que le bonhomme occupe au sein de la scène nu-disco, alors même qu'il règne sur elle aux côt

Continuer à lire

Dans la peau de Michel Delpech

ECRANS | À 66 ans, Michel Delpech, chanteur ayant su traverser les époques sans se caricaturer, se réinvente au cinéma dans une fiction où il s’incarne lui-même. À moins que ce ne soit un autre ? Christophe Chabert

Christophe Chabert | Dimanche 4 novembre 2012

Dans la peau de Michel Delpech

Quand commence L’Air de rien, épatant premier film de Stéphane Viard et Grégory Magne, on découvre que le Michel Delpech dont parlent les personnages est bien le Michel Delpech que l’on verra à l’écran. Une question surgit alors : "Pourquoi Michel Delpech ?" Peu à peu, une autre la remplace : "Qui d’autre que Michel Delpech ?" Après la projection, on fait le tour des chanteurs de sa génération pour imaginer un remplaçant possible : Johnny Hallyday ? Trop connu, et déjà embaumé par le cinéma français dans le navet Jean-Philippe. Sardou ? Trop antipathique. Souchon ? Trop sympathique, et pas crédible dans un rôle qui nécessitait fatalement une part de mystère concernant sa propre vie. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : un chanteur dont tout le monde connaît les chansons, mais dont peu savent l’itinéraire personnel, et qui pourrait ainsi à loisir entretenir une confusion entre la fiction et la réalité. Chansons ordinaires Delpech confirme : «C’était une façon de m’amuser, de bousculer mon image et mon histoire. C’était aussi un avantage à mon âge, à cette période de ma vie, d’y mettre quelque chose d’un peu fou.» Son âge : 66

Continuer à lire

L’Air de rien

ECRANS | Un huissier de justice doit s’occuper du cas de Michel Delpech, avec qui il se lie d’amitié puis qu’il va aider à payer ses dettes. Sur cette idée aussi incongrue que formidable, Grégory Magne et Stéphane Viard signent une comédie réjouissante, toujours juste et discrètement subversive. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 30 octobre 2012

L’Air de rien

Au fin fond de la province, là où le surendettement fait rage, Maître Grégory Morel a repris le cabinet de son père défunt en compagnie d’un associé tatillon, Max Paturel. Le quotidien de ces deux huissiers de justice consiste à se rendre chez des quidams pour expertiser leurs biens avant saisie et mise aux enchères. Un jour, Morel tombe sur un client tout sauf ordinaire : Michel Delpech ; le chanteur, retiré de la musique, vit en ermite sans le sou dans une petite maison où il fait de la cibie en amateur. Criblé de contraventions, il doit toutefois payer ses dettes. Pour Morel, c’est un cas de conscience : son père était fan de Delpech, et l’atavisme familial se heurte donc à une plus complexe affaire de transmission. Précisons : si Grégory Morel est incarné par l’incroyable Grégory Montel, révélation comique et acteur au bas mot génial, Michel Delpech est Michel Delpech. Dans son propre rôle ? Plus exactement dans les interstices énigmatiques de sa biographie, le film lui inventant notamment une expérience de producteur pour un polar à la française dont l’affiche trône encore dans son grenier ! Bougon, peu loquace, l’œil malicieux mais fatigué, Delpech est formidable e

Continuer à lire

Une famille respectable

ECRANS | De Massoud Bakhshi (Iran-Fr, 1h30) avec Babak Hamidian, Mehrdad Sedighian…

Christophe Chabert | Jeudi 25 octobre 2012

Une famille respectable

S’inscrivant dans le courant, visiblement en plein essor, du réalisme social iranien, Massoud Bakhshi jette un regard particulièrement sombre et désespéré sur son pays. Le destin du protagoniste se retrouve ainsi obstrué de tous les côtés : le souvenir douloureux d’une enfance où son père, violent et tyrannique, est allé jusqu’à faire subir des électrochocs à sa propre femme qui le déteste au point de refuser l’argent qu’il lui lègue, et qui lui permettrait de quitter le pays ; et la rigidité bureaucratique de l’État iranien, qui refuse à ce professeur d’enseigner librement, mais aussi de rentrer en Europe où il a pourtant passé la majeure partie de sa vie. Avec des éclats de cinéma qui rappellent le film noir — l’enlèvement au début filmé en caméra subjective, mais aussi la séquence avec le frère dans la tour — Une famille respectable révèle un cinéaste à suivre, même s’il lui manque encore le style et la rigueur d’un Asghar Farhadi. Christophe Chabert

Continuer à lire

La contre-culture dans les Waters

ECRANS | Connu pour son sens du mauvais goût, John Waters a enfin droit à l’hommage qu’il mérite avec une rétrospective de son œuvre au cours du festival Écrans mixtes. Où la question du cinéma gay sera déclinée à travers des films aussi divers que passionnants. Textes : Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 1 mars 2012

La contre-culture dans les Waters

Il fut un temps (que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, même s’ils ont téléchargé comme des malades sur Megaupload) où le cinéma avait une fonction subversive. Si, si… Une époque où des cinéastes se contrefoutaient de tourner avec quatre dollars cinquante, persuadés que cette contrainte-là leur autorisait toutes les libertés. Mieux encore : leur marginalité leur permettait de s’adresser directement aux vrais marginaux, quand ils ne les montraient pas sur l’écran. Et, cerise sur le gâteau, leurs films faisaient figure de gros fuck lancé à la face du cinéma commercial, dont ils n’hésitaient pas à détourner dans une version underground et satirique les pires clichés. Leur pape s’appelait John Waters et derrière son élégance (costard impeccable et moustache finement taillée) se cachait un sens admirable du mauvais goût et de la vulgarité. Un gentleman punk — et gay. Divine mais dangereuse La réputation de John Waters commence avec son troisième long-métrage, Pink flamingos (1972) qui va devenir un classique des Midnight movies, ces films diffusés le week-end à minuit mais qui tiennent l’affiche pendant des années. Cela fait

Continuer à lire

A capela

SCENES | Depuis 1998, les mises en scène de Gwenaël Morin (né en 1969) n'ont guère changé : absence de décors, d'effets spectaculaires et de costumes, pour un (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 20 janvier 2012

A capela

Depuis 1998, les mises en scène de Gwenaël Morin (né en 1969) n'ont guère changé : absence de décors, d'effets spectaculaires et de costumes, pour un investissement total de la présence et de la parole de l'acteur. Il adapte au Point du Jour un texte de jeunesse de Peter Handke, Introspection, écrit en 1966 et qui recèle bien des idées qui éclateront au grand jour en... mai 1968. Ce monologue pour deux personnages est ici interprété par un chœur (antique et contemporain) de sept acteurs, la plupart du temps simplement en ligne face au public. Il y est question de l’histoire d'un être humain, de sa naissance à aujourd'hui, en passant par toutes les étapes de sa vie, ses déboires, ses espoirs et ses transgressions. Le texte est acide, drôle, répétitif, vindicatif, poétique, musical : le chœur se fait d'ailleurs aussi souvent chorale (des moments chantés et surtout des moments rythmiques où le texte est scandé). Et l'on retient de cette stimulante mise en scène la mise en collectif du singulier, en multiplicité de l'individuel. Un «Je» parle ou chante en chœur : façon à la fois de s'aliéner aux autres (le règlement) ou de pouvoir lutter, se révolter, résister en s

Continuer à lire

Forces spéciales

ECRANS | De Stéphane Rybojad (Fr, 1h47) avec Diane Kruger, Djimon Hounsou…

Dorotée Aznar | Vendredi 28 octobre 2011

Forces spéciales

L’armée de terre, c’est super, mais les forces spéciales, c’est encore mieux. Franchement, y a une super ambiance de camaraderie virile, on sort des vannes entre deux fusillades, on voyage dans plein de pays, on peut buter autant d’enturbannés qu’on veut et on fait tomber toutes les meufs, même les journalistes gauchistes qui sous-entendent qu’on n’a rien à foutre en Afghanistan (les putes). C’est simple, ces enfoirés de terroristes ne sont en fait que des jaloux, qui kiffent leur race quand ils trouvent par hasard un tube de Nestlé (©). Fort de toutes ces constatations, Stéphane Rybojad emballe donc la version (très) longue du récent spot de l’armée de terre avec une réalisation insupportable à force de décadrages et un scénario qui ne relève pas vraiment de la suspension d’incrédulité, mais plutôt de sa pendaison. Aux deux tiers du film, coupant court à un magnifique débat sur l’ingérence militaire, le personnage de Djimon Hounsou, s’exprimant vraisemblablement pour l’auteur du film, déclare «On n’est pas là pour faire de la politique». Malgré le niveau de bêtise réactionnaire et d’irresponsabilité de Forces spéciales, on réalise, fasciné, qu

Continuer à lire

Le Songe d’une nuit d’été

SCENES | Ses spectaculaires relectures rock et multimédia de Shakespeare (Hamlet et Richard III) ont fait de David Gauchard un metteur en scène important, qui ne (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 2 septembre 2011

Le Songe d’une nuit d’été

Ses spectaculaires relectures rock et multimédia de Shakespeare (Hamlet et Richard III) ont fait de David Gauchard un metteur en scène important, qui ne sacrifie pas le dramaturge anglais sur l’autel de la mode mais le resitue comme un formidable raconteur d’histoires pleines de bruit et de fureur. Changement de registre toutefois cette saison, puisque c’est le répertoire comique shakespearien qu’il adapte : André Marcowicz signe une nouvelle traduction de ce Songe, et c’est l’excellente Laetitia Shériff qui viendra lui donner de la voix en live sur scène. Lundi 23 et mardi 24 janvier au Théâtre de Villefranche ; du mardi 7 au vendredi 10 février à La Renaissance

Continuer à lire

Super Hamlet

SCENES | La Cie La Cordonnerie de Samuel Hercule et Métilde Weyergans continue son joyeux périple cinématographico-théâtral à travers les mythologies, revues par (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 2 septembre 2011

Super Hamlet

La Cie La Cordonnerie de Samuel Hercule et Métilde Weyergans continue son joyeux périple cinématographico-théâtral à travers les mythologies, revues par l’imaginaire débridé et enfantin des acteurs-auteurs-metteurs en scène. Ici, Hamlet donne lieu à une mise en abyme où l’image révèle des mystères enfouis, où les combats rendent hommage aux films de cape et d’épée, où les héros shakespeariens deviennent des super-héros (presque) hollywoodiens… Jeudi 1er et vendredi 2 mars à La Renaissance ; samedi 12 mai à Villefranche.

Continuer à lire

Le Poteau noir

SCENES | L’écriture de Sandrine Bauer est pleine de tact. Elle avait abordé l’affaire Audry Maupin et Florence Rey loin du romantisme Bonnie & Clyde dans lequel (...)

Nadja Pobel | Vendredi 2 septembre 2011

Le Poteau noir

L’écriture de Sandrine Bauer est pleine de tact. Elle avait abordé l’affaire Audry Maupin et Florence Rey loin du romantisme Bonnie & Clyde dans lequel les médias avaient enfermé ces deux ados et loin aussi de tout discours moralisateur. Avec Le Poteau noir, elle part dans la zone agitée, redoutée par tant de marins, le Pot-au-Noir, au large de l’Équateur. Deux femmes, réunies par le hasard d’une disparition, nouent une amitié. La mise en scène est signée André Sanfratello, directeur du lieu. À redécouvrir après sa création en janvier dernier. Du 3 au 13 novembre, à l’Espace 44

Continuer à lire