Quand l'art questionne le présent : 5 expos contemporaines

Dans les galeries | Petite sélection de très bonnes expositions à découvrir dans les galeries lyonnaises, les centres d'art, ou un lieu atypique comme le Couvent de la Tourette.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 12 septembre 2017

Photo : Julien Magre, EllesClaude Gazier, Paysage de CoblenceThaiva Ouaki, Supervision


L'intime de Julien Magre

« Elle puis elles. Elle est d'abord arrivée comme une pierre précieuse. Elles sont ensuite venues comme de petites tempêtes de vie. Caroline, Louise et Suzanne. Ma vie dans vos bras. Mes bras comme des branches » écrit le photographe Julien Magre à propos de sa femme et de ses deux filles. Depuis 1999, l'artiste photographie sa vie intime en la transfigurant dans les domaines de la poésie et de la fiction, avec une sensibilité poignante. Il aime à présenter ses images dans des boîtes ou des livres, et présentera quelque 300 œuvres au Réverbère, sa nouvelle galerie depuis mars 2017.

Julien Magre, Elles
Au Réverbère​ du 16 septembre au 10 novembre


Les paysages de Claude Gazier

Grand admirateur de Edward Hopper, le peintre lyonnais Claude Gazier était connu jusqu'à présent pour ses reprises et ses transfigurations de scènes de cinéma, des scènes notamment où transparaissait une certaine tension entre différents personnages. Pour sa nouvelle exposition à la galerie Pallade, l'artiste change de registre et se plonge dans le paysage. Des paysages "matiérés", atmosphériques, ouverts au cheminement de l'imagination, et dont les motifs de départ proviennent parfois encore du cinéma (des paysages de films de Wim Wenders, Alfred Hitchcock, Werner Herzog...), mais aussi de tableaux de Gerhard Richter ou d'autres peintres.

Claude Gazier, Paysages
À la Galerie Anne-Marie et Roland Pallade du 16 septembre au 11 novembre


Des écrans à la galerie Besson

« Depuis toujours, on souligne inlassablement les pouvoirs de l'image. Mais qu'en a-t-il été et qu'en est-il, aujourd'hui, des pouvoirs des écrans ? Sans aucun doute, il serait restrictif de parler de notre condition simplement comme d'un vivre parmi les écrans, car il s'agit très souvent d'un vivre par eux dans les mondes flottants qui sont devenus les nôtres » écrit le philosophe Mauro Carbone qui enseigne l'Esthétique à Lyon. Pour tenter de répondre à ces questions, Mauro Carbone organise une exposition collective à la galerie Besson (réunissant Bruno Metra, Laurent Mulot, Marta Nijhuis, et Thaïva Ouaki), un colloque à l'Université Lyon 3 (Penser les écrans, du 21 au 23 septembre), et une conférence grand public à l'Amphithéâtre de l'Université de Lyon le 10 octobre.

Des pouvoirs des écrans
À la Galerie Françoise Besson ​du 14 septembre au 15 octobre


Des indiens au Bleu du ciel

« Qu'est-ce que la vie ? C'est l'éclat d'une luciole dans la nuit. C'est le souffle d'un bison en hiver. C'est la petite ombre qui court dans l'herbe et se perd au couchant » écrit Crowfoot, chef Blackfeet. Envers possible d'une Amérique ultra-technologique et ultra-rationnaliste, les cultures indiennes seront à l'honneur au Bleu du Ciel à travers les regards de huit photographes (Stéphane Barbato, Marie Baronnet, Guy Le Querrec, Carlotta Cardana, Marion Gronier, Stephanie Keith, Felix von der Osten, White Eagle). Et à travers leurs images relatant des luttes actuelles dans le Dakota Nord contre la construction d'un pipeline, ou des luttes plus anciennes comme le massacre de Wounded Knee en 1890...

The way back
Au Bleu du Ciel du 1er décembre au 27 janvier 2018


Lee Ufan à La Tourette

Toujours très réussies, les expositions du Couvent de la Tourette font dialoguer un ou plusieurs artistes avec l'architecture remarquable du Corbusier... Cette année, la Tourette invite le peintre et sculpteur coréen Lee Ufan (né en 1936) à investir les lieux. Artiste de l'effacement, des matériaux naturels (bois, pierre, coton) et de la lumière, Lee Ufan met sous tension, dans ses œuvres superbes, le volume et le vide, la présence et l'absence.

Lee Ufan
Au Couvent de la Tourette à Eveux (69) ​du 20 septembre au 20 décembre


Julien Magre

Elles, photographie
Galerie Le Réverbère 38 rue Burdeau Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Claude Gazier

Paysages, peinture
Galerie Anne-Marie et Roland Pallade 35 rue Burdeau Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Des pouvoirs des écrans

Exposition collective
Galerie Françoise Besson 10 rue de Crimée Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lyon : cinq expositions à voir en juin

Bons Plans | Des frères Flandrin à l’entreprise de bio-chimie Monsanto, en passant par l’enfance vue par Marine Joatton, le mois de juin est placé sous le signe de la diversité, dans les musées et les galeries du Grand Lyon.

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 3 juin 2021

Lyon : cinq expositions à voir en juin

Aller voir ailleurs La galerie photo Le Réverbère a eu des envies d’ailleurs et a proposé à (presque) tous ses photographes de présenter un petit ensemble d’images autour de cette thématique. L’ailleurs ici peut être bien sûr le voyage lointain, mais aussi l’ailleurs intime et nocturne avec deux photographies prises depuis une voiture par Julien Magre, l’ailleurs des images avec un travail sur leur texture par Serge Clément, l’ailleurs dans le temps avec des images anciennes de Bernard Plossu. Envie(s) d’ailleurs ! Au Réverbère jusqu’au 31 juillet La fratrie Flandrin Auguste, Hippolyte et Paul Flandrin ont marqué la scène artistique lyonnaise du XIXe siècle, et au-delà. Artistes et frères, ils furent aussi et surtout complices dans leurs projets de création, formant une sorte de collectif familial. Le Musée des Beaux-Arts propose de (re)découvrir leurs œ

Continuer à lire

Cinq expos à voir en février

Bons Plans | Vues ou pressenties comme intéressantes, voici notre sélection des cinq expositions à découvrir en février dans les musées et les galeries de la ville.

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 6 février 2019

Cinq expos à voir en février

Fragments photo du réel Le Réverbère présente quatre photographes qui s'approchent au plus près du réel, afin d'y puiser leur propre vision du monde et de sa structure poétique... C'est, par exemple, le réel et son double chez Serge Clément qui joue de reflets et de répétitions de motifs, le réel et son trouble avec le regard poétique de Bernard Plossu, le réel et sa structure géométrique chez Baudoin Lotin. Ou encore le réel et ses épiphanies chez Julien Magre, retenant fugacement dans ses images ce qui est voué à s'absenter, disparaître. La poésie abstraite du réel Au Réverbère ​jusqu'au 20 avril La géométrie délicate de Léon Tutundjian La Fondation Bullukian consacre à Léon Tutundjian (1905-1968) une

Continuer à lire

Éclairs de lucidité au Reverbère

Photographie | Serge Clément, Baudoin Lotin, Julien Magre et Bernard Plossu présentent au Réverbère leurs éclats photographiques, visions fugaces ou fulgurantes de leurs rencontres avec le réel.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 5 février 2019

Éclairs de lucidité au Reverbère

En exposant quatre photographes aux styles différents (Serge Clément, Baudoin Lotin, Julien Magre et Bernard Plossu), aux formats allant de la quasi miniature au grand format, et utilisant aussi bien le noir et blanc que la couleur, Le Réverbère s'est donné beaucoup de liberté pour son nouvel accrochage. L'improvisation, le jazz, la poésie sont d'ailleurs convoqués dans le texte accompagnant l'exposition. D'une plume lyrique, Jacques Damez écrit encore que ces quatre photographes « font se confronter les plans, les surfaces, les valeurs, les couleurs, les miroitements, les échos, les contrastes, le temps et la lumière pour, dans l’éclair de leurs états d’âme, foudroyer leur sujet. Ils mettent à vif le réel, ils ne lui laissent pas d’échappatoire. » Ce serait donc à force de volonté d'approcher, au plus près, de la peau du "réel", que ces quatre artistes trouveraient leur univers poétique et formel, parfois jusqu'à l'abstraction (le Canadien Serge Clément et ses jeux de reflets, de résonances et de doubles, notamment). Espaces transitionnels On découvre ainsi le rée

Continuer à lire

Lee Ufan x Le Corbusier = pierre papier ciseaux

Art Contemporain | Après Versailles en 2014, l'artiste coréen Lee Ufan se confronte au Couvent de La Tourette et dialogue avec l'architecture de béton du Corbusier. Un dialogue tout en poésie, contrepoints et délicatesse.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 3 octobre 2017

Lee Ufan x Le Corbusier = pierre papier ciseaux

Tenant une conférence de presse improvisée au Couvent de La Tourette, Lee Ufan (né en 1936 en Corée du Sud) insiste à plusieurs reprises sur l'ébranlement qu'a provoqué chez lui l'architecture du Corbusier... « Ce n'est pas un endroit qui met en avant la beauté. Au contraire, Le Corbusier refuse la beauté et la chaleur avec son utilisation du béton brut. J'ai dû lutter longtemps contre cela. » Que faire (comme dirait Lénine), à l'intérieur d'un bâtiment qui, pour le moins, ne vous caresse pas dans le sens du poil, voire vous griffe la peau et les yeux ? Lee Ufan a pris l'option artistique « de souligner et d'occuper les interstices, de faire voir des choses peu ou pas vues. » Et aussi de jouer de déplacements de sens ou de contrepoints quasi musicaux : la fragilité du papier japon contre la robustesse du couvent, des éléments « primitifs » (des pierres trouvées dans la campagne environnante) contre les matériaux

Continuer à lire

Les phénomènes atmosphériques de Claude Gazier

Peinture | Toujours accroc au cinéma, le peintre Claude Gazier présente une série de paysages inspirés notamment de films, ouvrant ainsi une nouvelle fenêtre thématique dans son œuvre.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 19 septembre 2017

Les phénomènes atmosphériques de Claude Gazier

Dans son atelier, Claude Gazier parle de ses peintures avec à la fois beaucoup de modestie et de précision technique : « La captation des nuances des vibrations de la lumière est le véritable sujet pictural de cette série de paysages. Pour cela j'utilise la transparence de la caséine en superposant des couches colorées sur la silice qui recouvre préalablement les tableaux : il s'agit pour moi de jouer de la contradiction entre l'affirmation de la matérialité granuleuse de la surface sablée et la recherche de l'illusion de la profondeur, tant atmosphérique que spatiale. » On entend là les leçons tirées par l'artiste des impressionnistes, mais contrairement à ses aînés, Claude Gazier ne peint pas sur le motif mais à partir de photogrammes de cinéma ou de tableaux d'autres peintres (Gerhard Richter notamment). Le paysage me regarde Sur ses toiles de différents formats, on reconnaît un paysage de La Mort aux trousses de Hitchcock, une scène d

Continuer à lire

Les 5 expos à voir en septembre

Sélection | Les expositions fourmillent à Lyon et alentour ce mois-ci. Sélection de cinq immanquables a priori.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 12 septembre 2017

Les 5 expos à voir en septembre

14e Biennale d'art contemporain, « Mondes flottants » du 20 septembre au 7 janvier 2018 à la Sucrière, au Musée d'art contemporain et sur la place Antonin Poncet Emma Lavigne, commissaire invitée, propose une Biennale placée sous le signe des émotions, de la fluidité et du mélange des disciplines (art, musique, danse...). Une édition fort prometteuse, avec parmi la soixantaine d'artistes invités : la Brésilienne Lygia Pape, le cinéaste et plasticien thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, la musicienne et artiste Laurie Anderson, ou des œuvres plus anciennes de Alexander Calder, Lucio Fontana, Hans Haacke... « Le monde de Fred Deux » du 20 septembre au 8 janvier 2018 au Musée des Beaux-Arts de Lyon Écrivain (on lui doit notamment le mythique récit autobiographie La Gana publié en 1958), graveur, dessinateur, Fred Deux (1924-2015) conçoit chacune de ses œuvres comme une descente, à la fois précise et imaginaire, dans les mondes de l'organique et du sexuel. Soit dans les soubassements même des êtres humains et de quelques autres créatures. Le Musées des Beaux-Arts consacre à l’artiste une grande et rare rétrospective qui

Continuer à lire

Cinq regards contemporains sur le passé

ARTS | La galerie Anne-Marie et Roland Pallade a proposé à cinq artistes lyonnais de revisiter des œuvres du Musée des Beaux-Arts et de les réinterpréter en fonction (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 15 décembre 2011

Cinq regards contemporains sur le passé

La galerie Anne-Marie et Roland Pallade a proposé à cinq artistes lyonnais de revisiter des œuvres du Musée des Beaux-Arts et de les réinterpréter en fonction de leurs propres style, univers, point de vue (jusqu'au 28 janvier). Une vanité de Picasso prend ainsi du relief avec Bernard Bovagnet, un Rubens est "éclaté" en trois fragments quasi cinématographiques par Claude Gazier, La Fuite en Égypte de Poussin prend un caractère actuel et autobiographique avec Viviane Sermonat... Cette exposition est aussi l'occasion de découvrir deux univers artistiques particulièrement étranges : celui de Lionel Stocard réinterprétant le cauchemar de Louis Janmot dans un univers bleuté et vertigineux de thermes imaginaires ; celui du jeune Frantz Metzger (né en 1980) où les corps sont traités de manière fantomatique et évanescente, pures apparitions plastiques et inquiétantes parmi des paysages déchirés faits de blancs et de bruns... Ce peintre, proche par certains aspects de Francis Bacon, travaille à contre-courant de la mode dominant les arts plastiques et l'on vous renvoie à son site (www.frantzmetzger.com) pour

Continuer à lire