Les phénomènes atmosphériques de Claude Gazier

Peinture | Toujours accroc au cinéma, le peintre Claude Gazier présente une série de paysages inspirés notamment de films, ouvrant ainsi une nouvelle fenêtre thématique dans son œuvre.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 19 septembre 2017

Photo : © Claude Gazier


Dans son atelier, Claude Gazier parle de ses peintures avec à la fois beaucoup de modestie et de précision technique : « La captation des nuances des vibrations de la lumière est le véritable sujet pictural de cette série de paysages. Pour cela j'utilise la transparence de la caséine en superposant des couches colorées sur la silice qui recouvre préalablement les tableaux : il s'agit pour moi de jouer de la contradiction entre l'affirmation de la matérialité granuleuse de la surface sablée et la recherche de l'illusion de la profondeur, tant atmosphérique que spatiale. » On entend là les leçons tirées par l'artiste des impressionnistes, mais contrairement à ses aînés, Claude Gazier ne peint pas sur le motif mais à partir de photogrammes de cinéma ou de tableaux d'autres peintres (Gerhard Richter notamment).

Le paysage me regarde

Sur ses toiles de différents formats, on reconnaît un paysage de La Mort aux trousses de Hitchcock, une scène d'Aguirre ou la colère de Dieu de Werner Herzog, et, pour les plus cinéphiles, Au fil du temps de Wim Wenders... Depuis ses débuts, Claude Gazier est fasciné par l'univers du cinéma et revisite des scènes filmiques en les transposant picturalement à sa manière. Mais le paysage est pour lui un tournant nouveau, troquant ici les tensions des relations entre des personnages de cinéma pour « les variations atmosphériques de l'air, les fumées, les brouillards, les formations nuageuses, la chaleur qui parfois trouble la vue... »

Bref, cet insaisissable et pourtant fondamental entre-deux qui à la fois sépare et relie un sujet et un objet, un observateur et un paysage. L'artiste poursuit par là l'idée d'une certaine modernité picturale (des impressionnistes à Richter) de considérer le paysage peint non plus comme une fenêtre ou un miroir, mais comme une surface de partage, de relation. Surface où je regarde autant le paysage que celui-ci me regarde, dans tous les sens du terme.

Claude Gazier, Paysages
À la Galerie Anne-Marie et Roland Pallade jusqu'au 11 novembre


Claude Gazier

Paysages, peinture
Galerie Anne-Marie et Roland Pallade 35 rue Burdeau Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les 5 expos à voir en septembre

Sélection | Les expositions fourmillent à Lyon et alentour ce mois-ci. Sélection de cinq immanquables a priori.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 12 septembre 2017

Les 5 expos à voir en septembre

14e Biennale d'art contemporain, « Mondes flottants » du 20 septembre au 7 janvier 2018 à la Sucrière, au Musée d'art contemporain et sur la place Antonin Poncet Emma Lavigne, commissaire invitée, propose une Biennale placée sous le signe des émotions, de la fluidité et du mélange des disciplines (art, musique, danse...). Une édition fort prometteuse, avec parmi la soixantaine d'artistes invités : la Brésilienne Lygia Pape, le cinéaste et plasticien thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, la musicienne et artiste Laurie Anderson, ou des œuvres plus anciennes de Alexander Calder, Lucio Fontana, Hans Haacke... « Le monde de Fred Deux » du 20 septembre au 8 janvier 2018 au Musée des Beaux-Arts de Lyon Écrivain (on lui doit notamment le mythique récit autobiographie La Gana publié en 1958), graveur, dessinateur, Fred Deux (1924-2015) conçoit chacune de ses œuvres comme une descente, à la fois précise et imaginaire, dans les mondes de l'organique et du sexuel. Soit dans les soubassements même des êtres humains et de quelques autres créatures. Le Musées des Beaux-Arts consacre à l’artiste une grande et rare rétrospective qui

Continuer à lire

Quand l'art questionne le présent : 5 expos contemporaines

Dans les galeries | Petite sélection de très bonnes expositions à découvrir dans les galeries lyonnaises, les centres d'art, ou un lieu atypique comme le Couvent de la Tourette.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 12 septembre 2017

Quand l'art questionne le présent : 5 expos contemporaines

L'intime de Julien Magre « Elle puis elles. Elle est d’abord arrivée comme une pierre précieuse. Elles sont ensuite venues comme de petites tempêtes de vie. Caroline, Louise et Suzanne. Ma vie dans vos bras. Mes bras comme des branches » écrit le photographe Julien Magre à propos de sa femme et de ses deux filles. Depuis 1999, l'artiste photographie sa vie intime en la transfigurant dans les domaines de la poésie et de la fiction, avec une sensibilité poignante. Il aime à présenter ses images dans des boîtes ou des livres, et présentera quelque 300 œuvres au Réverbère, sa nouvelle galerie depuis mars 2017. Julien Magre, Elles Au Réverbère​ du 16 septembre au 10 novembre Les paysages de Claude Gazier Grand admirateur de Edward Hopper, le peintre lyonnais Claude Gazier était connu jusqu'à présent pour ses reprises et ses transfigurations de scènes de cinéma, des scènes notamment où transparaissait une certaine tension entre différents personnages. Pour sa nouvelle exposition à la galerie Pallade, l'artiste

Continuer à lire

Cinq regards contemporains sur le passé

ARTS | La galerie Anne-Marie et Roland Pallade a proposé à cinq artistes lyonnais de revisiter des œuvres du Musée des Beaux-Arts et de les réinterpréter en fonction (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 15 décembre 2011

Cinq regards contemporains sur le passé

La galerie Anne-Marie et Roland Pallade a proposé à cinq artistes lyonnais de revisiter des œuvres du Musée des Beaux-Arts et de les réinterpréter en fonction de leurs propres style, univers, point de vue (jusqu'au 28 janvier). Une vanité de Picasso prend ainsi du relief avec Bernard Bovagnet, un Rubens est "éclaté" en trois fragments quasi cinématographiques par Claude Gazier, La Fuite en Égypte de Poussin prend un caractère actuel et autobiographique avec Viviane Sermonat... Cette exposition est aussi l'occasion de découvrir deux univers artistiques particulièrement étranges : celui de Lionel Stocard réinterprétant le cauchemar de Louis Janmot dans un univers bleuté et vertigineux de thermes imaginaires ; celui du jeune Frantz Metzger (né en 1980) où les corps sont traités de manière fantomatique et évanescente, pures apparitions plastiques et inquiétantes parmi des paysages déchirés faits de blancs et de bruns... Ce peintre, proche par certains aspects de Francis Bacon, travaille à contre-courant de la mode dominant les arts plastiques et l'on vous renvoie à son site (www.frantzmetzger.com) pour

Continuer à lire