Daniel Knipper : le maître de la lumière

Fête des Lumières | Plus que jamais, et après l’édition tristement avortée de 2015, la Fête des Lumières est le reflet de Lyon, mettant en avant les marqueurs de la ville (Guignol dans le 5e, le cinéma aux Terreaux…). Daniel Knipper a collé des regards picturaux sur la colline de Fourvière et habillé la cathédrale Saint-Jean ; cette année, et durant tout le mois de décembre, il s’empare de l’Hôtel-Dieu. Découverte de ce maître de la lumière.

Nadja Pobel | Mardi 5 décembre 2017

Photo : © DR


En 2015, il n'en restait qu'un : Daniel Knipper. Quand tout a été annulé tant par décence que pour des raisons de sécurité, son installation a résisté. Ses Regards, les yeux familiers de Botticelli, Matisse, Warhol, de la Tour se sont tournés vers nous et s'y sont adjoints les prénoms de toutes les victimes des attentats parisiens, une longue litanie que nous avons regardé défiler hébétés.

Daniel Knipper, plus de trente ans de métier, a commencé par être intermittent à l'école du TNS (Théâtre National de Strasbourg), où il se glisse dans les cours et embraye sur un festival naissant au début des années 80, Musica, via l'Atelier du Rhin de Colmar. Il crée déjà de la lumière, mais teste tout : le son, le jeu, la construction. Ensuite, il se spécialisera sur la lumière et la scénographie, à la manière d'un d'Éric Soyer sur les spectacles de Joël Pommerat. Daniel Knipper va lui aussi collaborer avec des artistes de théâtre, comme la compagnie du Talon Rouge ou le Théâtre Lumière, où déjà il imagine un rideau de scène évoquant Magritte et au sein duquel il est encore directeur technique.

La colline a des yeux

Mais une rencontre sera déterminante : Jean-François Zurawik, qui dirige une société de prestation de projections monumentales à Strasbourg et est nommé (en 2003) à la tête des Grands événements à la mairie de Lyon. C'est le début d'une aventure dont le prochain épisode se déroulera sur les murs de l'Hôtel-Dieu. Daniel Knipper n'est pas un débutant : il a été très longtemps en charge de l'éclairage estival de la cathédrale de la capitale alsacienne, dès 1986. Et Zurawik, comme lui, ne souhaite pas tomber dans ce qui se développe alors : le tout-mapping. Knipper s'est fait la main avec des projecteurs. Une des figures l'ayant marqué fut Henri Alekan, directeur de la photo incontournable du XXe siècle, pour Cocteau ou René Clément. Il lui apprend la notion d'espace créé par la lumière, bien avant l'invention des techniques modernes.

Bien sûr, il travaille aujourd'hui avec la vidéo, mais il prend bien soin qu'elle n'écrase pas la surface sur laquelle elle est projetée. Il s'agit de laisser apparente la matière qu‘il connait par cœur à Strasbourg, mais aussi très bien à Lyon avec l'église Saint-Nizier qui est son outil en 2008, et plus encore la cathédrale Saint-Jean : c'est à lui que revient en 2011 de l'habiller de lumière, juste après sa totale réfection extérieure. Le titre ne trompe pas : Le Chant de la pierre. Il vise la lumière naturelle, manière de rappeler les siècles précédents de cette bâtisse. Pas tape-à-l'œil et parfaitement millimétrée, cette réalisation de dentellière est séduisante. Il y reviendra en 2013 pour un très (trop ?) énergique Rencontres, où les projecteurs sortent d'un cube installé devant l'église et embrasent toute la place. Cette fois, les passants ne sont plus passifs mais immergés dans la lumière.

Passé en 2014 par la place des Célestins pour des Fantaisies chromatiques hautes en couleurs, c'est certainement sur les très grandes surfaces que Daniel Knipper s'exprime le mieux. Dès 2012, il s'essaye aux quais de Saône avec Et si ?. Déjà la colline se transforme en musée à ciel ouvert avec des tableaux de Mondrian, Miró ou Picasso. C'est simple et pourtant puissant. En 2015, ces murs deviennent lieux de mémoire.

Cette année, il s'attelle à une autre surface immense, côté Rhône. Faisant fi des échafaudages complètement intégrés à son projet, il dresse une histoire du lieu entre médecine et gastronomie. Là encore, il s'agit d'un site où le visiteur doit se mouvoir pour l'apprécier. Ne pas se figer ! Et Knipper pourra peut-être alors s'offrir ce luxe suprême : faire redécouvrir un bout de la ville par la force de son talent.

Rayonnement
Au Grand Hôtel-Dieu du 4 au 29 décembre


Rayonnement

Par Laurent Langlois et Daniel Knipper
Grand Hôtel-Dieu 1 place de l'Hôpital Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Premières images de la Fête des Lumières

Fête des Lumières | Du jeudi 7 au dimanche 10 décembre, la fête des Lumières retrouvera sa durée initiale. Voici déjà un aperçu de quelques-uns des principaux spots. Où il apparait que la place Bellecour n'a jamais été si bien servie.

Nadja Pobel | Jeudi 7 décembre 2017

Premières images de la Fête des Lumières

Continuer à lire

Terre de flânerie, Bellecour retrouvée

Fête des lumières | Façades trop éloignées les unes des autres pour être le tableau d’une même création, bordée d’arbres… la majesté de la place Bellecour n’a jamais été un atout lors de (...)

Nadja Pobel | Mardi 5 décembre 2017

Terre de flânerie, Bellecour retrouvée

Façades trop éloignées les unes des autres pour être le tableau d’une même création, bordée d’arbres… la majesté de la place Bellecour n’a jamais été un atout lors de la Fête des Lumières, si bien que depuis des années les organisateurs s’appuyaient sur la grande roue pour en faire un réceptacle de film, avec des animations plus ou moins pyrotechniques et humaines autour. De quoi stagner une bonne demi-heure sur la place, le temps d’attendre et de voir cette boucle souvent longue, et bien souvent ne rien y voir de marquant alors que de grands noms s’y sont collés : en 2013, Joseph Couturier annonçait un gigantesque spectacle de marionnettes décevant, en 2014 Damien Fontaine rendait pompeusement hommage à Saint-Exupéry et l’an dernier Nathanaëlle Picot (programmée cette année aux Terreaux) installait "un songe forain" à l’intention louable (évoquer Burton, Fellini et Nino Rota) mais peu esthétique. Il faut remonter à la boule à neige de Jacques Rival en 2011 (programmé cette année sur la place des Jacobins avec Golden hours) pour trouver la simplicité, pourtant largement secouée par le vent. Mais la vraie bonne idée est pour ce

Continuer à lire

Entretenir la flamme

CONNAITRE | Logiquement annulée pour cause d’attentats et de trauma national, la Fête des lumières a été remise aux calendes 2016. Reste l’œuvre de Daniel Knipper et un hommage aux victimes, le temps d'un retour à une tradition des lumignons qu'on espère plus que jamais empreinte de laïcité.

Nadja Pobel | Lundi 7 décembre 2015

Entretenir la flamme

Au Petit Bulletin, la raison qui nous pousse chaque année à accorder une large place à la Fête des Lumières est artistique. Point d'étude des taux de remplissage des hôtels locaux. Juste des créateurs et leur potentiel, souvent immense, à inventer des spectacles de haute tenue. Il n'en sera rien cette année. Mais comment aurait-il pu en être autrement ? Jeudi 19 novembre, moins de six jours après les attentats de Paris, au lendemain de l’assaut à Saint-Denis, toutes les instances de Lyon et la préfecture ont en effet dit «non». La Fête des Lumières 2015 n’aura pas lieu et sera reconduite à l’identique l’année prochaine. Parce que la décence et le recueillement sont plus appropriés à cette période sombre que des déambulations festives. Mais surtout parce qu'il était, selon Michel Delpuech, préfet de Rhône-Alpes et du Rhône, impossible d’assurer correctement la sécurité des trois millions de badauds attendus, en raison notamment de la COP 21 qui, se déroulant au même moment à Paris, monopolise les forces vives de la nation. Au-delà de la menace, la crainte étant grande que le moindre pétard déclenche des mouvements de foule. «Renoncer à

Continuer à lire