Attention : logo ! Un logo peut en cacher un autre

Design graphique | Que cache un logo ? Bien des surprises ! C’est ce qu’explore le Musée de l’Imprimerie et de la Communication Graphique, avec cette plongée dans l’univers des logos.

Lisa Dumoulin | Mardi 9 janvier 2018

Photo : © Bureau 205


Selon Lester Beall, créateur de logos pour de nombreuses firmes américaines dans les années 50, le graphiste doit « intégrer des éléments qui se combinent pour produire un résultat qui véhicule, non pas seulement un message commercial statique, mais aussi une réaction émotionnelle. » L'origine du logo se trouve du côté des symboles héraldiques (les blasons sont les premiers logos de l'Histoire), puis des marques utilisées par les imprimeurs pour identifier la provenance et prévenir la contrefaçon, et explose bien sûr avec les pratiques commerciales. On pourrait épiloguer sur le sujet, et on espère bien le faire puisque cet accrochage signe le début d'une série de quatre expositions sur les logos, qui se tiendra chaque automne.

Cette année, le logo culturel est examiné, à travers l'exemple du Musée lui-même : il renaît en 2014 avec un nouveau nom et une nouvelle charte - avant il n'avait même pas de logo ! Pour chaque évènement, le nom de l'établissement était inscrit dans la police utilisée pour le document. « Quand on nous demandait notre logo, nous préférions utiliser celui de la Ville de Lyon, sous lequel nous avions la hardiesse de rajouter “Musée de l'Imprimerie”, ce qui est totalement illégitime au regard de la charte graphique de la Ville » raconte l'équipe. Mais il revient de loin : Musée de l'Imprimerie et de la Banque dans les années 60, puis Musée de l'Imprimerie tout court dans les années 2000, il devient en 2014 le Musée de l'Imprimerie et de la Communication Graphique.

Le studio de design graphique lyonnais Bureau 205 a conçu l'identité visuelle du nouveau Musée, avec un logo typographique qui évoque à la fois l'évolution du Musée et son patrimoine graphique. L'exposition décrit le travail effectué par Bureau 205 pour créer un logo dynamique, sans icône mais plutôt une charte graphique qui se prête aux jeux tout en respectant la grille de construction. Les identités de trois autres institutions culturelles sont présentées en écho : l'Institut d'Art Contemporain de Villeurbanne, la Salle de Bains à Lyon et la Haus der Kunst de Munich. Les caractères typographiques utilisés sont comparés, les versions non retenues des affiches sont analysées et enfin les influences et références majeures de Bureau 205 sont dévoilées. Une plongée fascinante dans les coulisses de la communication visuelle.

Attention : Logo !
Au Musée de l'Imprimerie et de la Communication Graphique jusqu'au 11 février


Attention : Logo !


Musée de l'Imprimerie et de la communication graphique 13 rue de la Poulaillerie Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Insomniaque - Semaine du 30 janvier au 5 février

MUSIQUES | 01.02.2013 – Haste #6Dans le langage (plus ou moins) courant, un locked groove est un sillon, généralement silencieux, qui se répète en boucle à la fin (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 25 janvier 2013

Insomniaque - Semaine du 30 janvier au 5 février

01.02.2013 – Haste #6Dans le langage (plus ou moins) courant, un locked groove est un sillon, généralement silencieux, qui se répète en boucle à la fin d'une face de vinyle. Dans celui d'Airflex Labs et Totaal Rez, les co-organisateurs des soirées Haste (au Club Transbo), c'est le moniker de Tim Van De Meutter, jeune producteur belge qui monte – Tiga et Scuba lui faisant la courte échelle via leurs labels respectifs, Hotflush et Turbo. D'une impressionnante versatilité – techno, house, bass music, il sait tout faire -, il sera la tête affiche de la sixième déclinaison des dites soirées. 01.02.2013 – Inauguration du PlatiniumLe Gotha est mort, vive le Platinium. À peine plus d

Continuer à lire