Milo Manara : « La liberté était l'étoile Polaire d'Hugo Pratt »

Bande Dessinée | Disciple, compagnon de route et de travail, mais surtout ami d’Hugo Pratt, l’immense Milo Manara évoque celui dont il fit sous les initiales HP un héros de bande dessinée.

Vincent Raymond | Mardi 17 avril 2018

Photo : © Simone Florena


Dans quelles circonstances votre rencontre avec Hugo Pratt s'est-elle effectuée ?
Milo Manara :
À l'époque, je ne lisais pas de bandes dessinées, car il n'y en avait pas pour les adultes. Et puis j'ai découvert La Ballade de la Mer salée en 1967 dans Sgt. Kirk, la revue que publiait Florenzo Ivaldi. Deux ans plus tard, alors que je venais de débuter professionnellement la bande dessinée — je faisais de petits fumetti érotiques de qualité… très mauvaise (rires) —, j'ai appris dans la presse qu'il y avait un festival à Lucques. C'était un peu l'équivalent d'Angoulême, mais en plus petit, avec deux ou trois tables. J'y suis allé et je me suis présenté à Hugo Pratt. Comme je venais de la même région que lui, il s'est trouvé tout à fait à l'aise, car il pouvait me parler avec son argot vénitien. Et moi, je l'adorais : je l'ai toujours appelé Maestro, jamais Hugo.

On a commencé à voyager dans toute l'Europe. Il habitait soit à Venise, soit à Milan soit à Saint-Germain-en-Laye. Comme il avait trente mille livres et que j'avais un camping-car, on en transportait à chaque fois d'une maison à l'autre (rires).

Au départ, c'était juste de l'amitié. C'est longtemps après que l'on a commencé à travailler ensemble. Et quand il m'a presque obligé à écrire moi-même mon scénario, je lui ai demandé ce qu'on pouvait prendre comme personnage. Et HP est venu à ce moment-là…

C'était pour HP et Giuseppe Bergman. Grâce à vous, c'était la première fois qu'un auteur de BD devenait le protagoniste d'un album non parodique sous la plume d'un de ses contemporains. Comment Hugo Pratt a-t-il reçu cet hommage ?
Il était très content ! Il a compris dans quel esprit je lui demandais d'être le personnage. On a aussi parlé de certains aspects de l'histoire, avant même que je commence à dessiner. Et puis, il m'a même dessiné son autoportrait (rires). D'ailleurs, ça bougeait beaucoup, car on était dans l'autobus qui nous menait vers le petit village de Malamocco où il habitait, au Lido de Venise. J'ai jalousement gardé cet autoportrait et je ne l'ai montré à personne !

À la fin de l'album Giuseppe Bergman dit à HP : « Tout ce que tu fais, tu le transformes en aventure ». Cette phrase était-elle aussi valable pour Hugo Pratt ?
Oui, tout à fait. Hugo Pratt était un auteur de bandes dessinées qui a vécu comme son personnage. Bien sûr, le monde avait changé depuis l'époque de Corto Maltese, mais Pratt a toujours affronté la vie avec l'esprit d'aventure.

Il se définissait comme “gentilhomme d'aventure”, un vrai aventurier, dans le bon sens du terme. La liberté était son étoile Polaire : il toujours vécu de façon très libre, intellectuellement et physiquement.

Toutes les histoires qu'il racontait étaient des histoires de liberté, qui parlaient de rencontres et de civilisations. Mais c'étaient surtout des histoires d'hommes et d'individus : la démonstration que toutes les sociétés ethniques était formées d'un mélange d'individus bons et mauvais.

Hugo Pratt était vraiment anti-raciste : il a voyagé en Afrique, en Amérique du Sud… Il a vécu plus de 16 ans an Argentine et au Brésil ou il a connu les Indiens. Il trouvait de la fascination et des choses merveilleuses dans chaque coin du monde, dans chaque pays. Les dernières années de sa vie, il habitait en Suisse ; il a écrit Les Helvétiques

Comment avez-vous décidé de travailler ensemble sur Un été indien (1987) et El Gaucho (1995) ?
Je suis honoré d'être le seul dessinateur pour lequel il a écrit des scénarios. C'était très facile de travailler avec lui, car il m'accordait toute sa confiance. On se voyait beaucoup, bien sûr, mais ce n'était pas pour contrôler ce que ce je faisais. Comme il était dessinateur, il était très respectueux de mon travail. Parfois, il me demandait de lui envoyer quelques dessins par fax — il n'y avait que cela à l'époque — mais c'était juste pour s'amuser, pour voir comment j'avais dessiné certaines séquences. D'ailleurs, il y a deux ou trois chapitres entiers de Un Eté indien que j'ai dessinés en Amérique et qu'il n'a même pas eu la possibilité de voir : j'avais été obligé d'aller en Louisiane, à la Nouvelle-Orléans pour le tournage du film Le Déclic.

Pour El Gaucho, Hugo Pratt m'a même fait des croquis en couleurs, parce qu'il y avait des choses que je ne connaissais pas, comme l'habillement des soldats de marine ou de l'infanterie qui étaient très précis. Mais il me donnait le maximum de liberté. C'était tout à fait le contraire de Fellini, qui me dessinait un storyboard ou qui me faisait faire des corrections… C'était l'école, de travailler avec Fellini, tandis qu'avec Hugo Pratt, c'était du plaisir…

Les seuls moments où je l'ai vu vraiment fâché, c'est quand quelqu'un tentait de limiter sa liberté, comme son éditeur qui lui demandait de signer des contrats (rires). Avec moi, il ne s'est jamais fâché : je savais toujours quand il était temps de le laisser et de partir.

Aviez-vous d'autres projets ensemble ?
Oui, car El Gaucho n'était pas terminé. Ce n'était que la première histoire : le protagoniste Tom Brown ne devient un gaucho que dans le dernier chapitre. Le deuxième tome aurait dû être consacré à la recherche d'une ville mythique en Terre de Feu, vers le Détroit de Magellan, au Sud de l'Argentine — il y a eu beaucoup d'expéditions parties à la recherche de cette mythique ville. On avait encore un autre projet : l'histoire d'un prisonnier celtique à l'époque de la Rome antique qui devient un gladiateur — cela a beaucoup à voir avec le film de Ridley Scott. C'était une très grande histoire, car Hugo Pratt était passionné par l'histoire des Celtiques. Je crois qu'il aurait fait un chef-d'œuvre. Et moi aussi, je crois… On en parlait beaucoup. Je le regrette, mais il est parti avant. Cet album restera malheureusement un rêve. Avant tout pour moi.

HP et Giuseppe Bergman, de Milo Manara, réédité sous le titre Giuseppe Bergman, tome 1 : Aventures vénitiennes, de Milo Manara (Glénat)

Un été indien, Hugo Pratt & Milo Manara (Casterman) El Gaucho, Hugo Pratt & Milo Manara (Casterman)


Hugo Pratt

Lignes d'horizons
Musée des Confluences 86 Quai Perrache Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Hugo Pratt, lignes d’horizons : planches de salut(s)

L'exposition | Arpenteur du globe, défricheur de la “littérature dessinée”, Hugo Pratt (1927-1995) a été toute sa vie à la confluence des arts et de l’aventure. Il est aujourd’hui au Musée des Confluences.

Vincent Raymond | Mardi 17 avril 2018

Hugo Pratt, lignes d’horizons : planches de salut(s)

Depuis quelques jours, les voyageurs transitant par Perrache ne peuvent manquer sa silhouette reconnaissable entre mille, répliquée par vitrophanie sur les parois de la passerelle enjambant la gare. De trois-quarts dos, tourné vers l’immensité d’un ailleurs — des ailleurs —, Corto Maltese, l’incitation au voyage faite homme, n’est-il pas en ce lieu à sa place ? Il lorgne également la Confluence et son musée pluriel, où son créateur lui aussi a trouvé un asile virtuel et temporaire unissant les innombrables facettes de son existence diffractée. Une existence gouvernée par l’appel du large, de l’autre, de l’inconnu ; et le besoin de ressentir l’aventure pour en distiller les mystères. La route est droite, mais la planche est forte D’entrée, l’exposition met les voiles — au sens propre. Des toiles marines et cinématographiques accueillent en effet le visiteur, rappelant que la jeunesse d’Hugo Pratt fut vénitienne et baignée d’images autant que de mots. « Dans ma cité lacustre à broyer des fadaises »… Malaxe de Bashung prend ici tout son sens : on

Continuer à lire

Les 5 expos à voir en avril

Sélection | Avec le printemps arrivent cinq expositions placées sous le signe du voyage, qu'il soit exploration intérieure ou à travers le monde, migration forcée ou échange fructueux, et même parfois tout à la fois.

Lisa Dumoulin | Mercredi 4 avril 2018

Les 5 expos à voir en avril

Laho, Serpentine Illustratrice protéiforme, Laho dessine, créé des affiches et des céramiques, édite des objets en papier ou en tissu… Ses dessins ultra colorés proposent une plongée onirique dans des univers peuplés de créatures transgenres. Pour cette exposition Serpentine, elle évoque un mouvement ondulé, un chemin sinueux, où l’on glisse d'un songe à l'autre, guidé par les traces du reptile, l'œil grand ouvert. À la galerie Superposition du 19 avril au 24 mai Giuliana Racco, Little Interpreters Artiste canadienne d’origine italienne, Giuliana Racco étudie les méthodes d’apprentissage des langues destinées à des apprenants allophones, plus particulièrement réfugiés et migrants. Elle mène des enquêtes, réalise des vidéos ou créé des manuels de langue. Cette première exposition personnelle en France représente la troisième étape de son projet, et a été l’occasion d’accompagner des groupes d’apprenants en langue française sur le territoire.

Continuer à lire

Les expos à voir en 2018

Panorama Expositions | En ce premier semestre, plusieurs expositions initieront de nouveaux horizons de pensée. D’Est en Ouest, du Sud au Nord, la traversée mondiale de l’art se voudra engagée dans la découverte. Qu’il s’agisse de personnalités aussi célèbres que Warhol, Luther King ou Hugo Pratt dont on pensait presque tout connaître, ou d’artistes moins éminents, chacune de ces expositions nous incitera à questionner nos certitudes.

Sarah Fouassier | Mercredi 10 janvier 2018

Les expos à voir en 2018

Le génie publicitaire de Warhol Warhol, avant de devenir l’artiste totem du pop art, était un formidable communicant ayant débuté sa carrière dans la presse en tant que dessinateur publicitaire. Le Musée de l’Imprimerie et de la Communication Graphique va accueillir une formidable collection privée, celle du Québécois Paul Maréchal, sur le thème des imprimés éphémères. L’occasion de se souvenir que c’est l’objet publicitaire qui a amené le maître de la Factory vers les Beaux-Arts, et notamment vers la peinture, dans laquelle il infusa bon nombre des codes de la communication graphique. Une collection qui s’agrandit perpétuellement, et qui regroupe un important fond d’affiches, brochures publicitaires, cartes postales, cartons d’invitations, étiquettes de vin, ainsi que des accessoires tels que des sacs de shopping ou des vêtements. On espère aussi y voir des pochettes d’albums, pas forcément celle du Velvet Underground, mais toutes les autres, puisque plus d’une centaine de covers ont été dessinées par l’artiste notamment pour Aretha Franklin, les Rol

Continuer à lire

Canales et Pellejero rhabillent Corto Maltese pour l'hiver

CONNAITRE | Les héros de BD ne meurent jamais, mais ils ne sont pas tous égaux devant les affres du temps. Pour un Spirou plus vert (enfin, rouge) que jamais depuis (...)

Benjamin Mialot | Mardi 17 novembre 2015

Canales et Pellejero rhabillent Corto Maltese pour l'hiver

Les héros de BD ne meurent jamais, mais ils ne sont pas tous égaux devant les affres du temps. Pour un Spirou plus vert (enfin, rouge) que jamais depuis sa reprise par Yoann et Vehlmann, combien de personnages emblématiques du 9e art gagnés par la sénilité, d'Asterix (never forget le très franchouillard Le Ciel lui tombe sur la tête) à Lucky Luke (un temps confié à Laurent Gerra) ? Tout juste reparti à l'aventure après plus de vingt ans de mouillage, Corto Maltese, le romantique marin d'ascendance gitane créé par Hugo Pratt à la fin des années 60 n'a pour sa part rien perdu de sa virilité flegmatique. Les bienfaits du climat méditerranéen, sans doute : Sous le soleil de minuit, le treizième tome de ses périples sur fond d'ésotérisme et de piraterie a été confié aux Espagnols Juan Díaz Canales (scénariste du polar anthropomorphique à succès Blacksad) et Ruben Pellejero (dessinateur, notamment, de la fresque post-communarde Secrets). À moins que ce ne soit le froid qui le conserve, les auteurs l'envoyant dans un Yukon assoiffé d'or délivrer une lettre signée de la main de Jack London. De là, Canales et Pellejero ont

Continuer à lire