Petite Poissone n'est pas une street artiste

Portrait | Textes percutants et dessins faussement naïfs collés dans les rues de Lyon, Marseille ou Paris : la Grenobloise Petite Poissone n’est pas qu’une street artiste.

Julie Hainaut | Mardi 2 octobre 2018

Elle l'a collé dans la rue. « Je ne suis pas un street artiste, je suis un être humain. » Petite Poissone refuse de rentrer dans une case. De limiter son art à un seul médium. Elle l'exerce partout, sur des murs, des objets, des toiles immenses ou des livres. Elle aime le monde du street art, pas son effet de mode. « C'est un truc magique : même si tu dessines mal, il suffit que tu dessines 544 fois mal sur des murs pour que ça devienne génial. Un peu comme ces cours de zumba dans les stades : tout seul, tu serais ridicule à faire ces mouvements, mais à 10 000, ç'a l'air trop cool. Je ne me considère pas comme une street artiste, mais j'aime ce milieu, son esprit, indépendamment de ce que la mode peut en faire. »

Exactement le bon taux d'alcoolémie

Chez elle, le texte est indissociable du dessin. Elle écrit, dessine, peint, crée ses propres supports. Toute petite déjà, elle réalisait des fanzines, caricaturait ses profs et camarades. Avec un humour absurde, savant mélange de ses mentors : Woody Allen, Gotlib, Hermann, Glen Baxter, Monty Python. « J'ai été élevée dans la BD, et particulièrement marquée par Jeremiah d'Hermann, puis un peu plus tard, par les Rubricabrac de Gotlib. Ç'a été mon coup de cœur : ça fourmillait de détails, tout était pensé, je pouvais les relire mille fois, je ne m'en lassais jamais. J'avais huit ans. Un peu plus tard, j'ai découvert Fluide Glacial, évidemment trop érotique pour moi à l'époque, mais j'étais émerveillée par le ton. C'était le royaume de la connerie autorisée. »

Elle a fait psycho, s'est demandée si elle n'exercerait pas son art dans le milieu du tatouage, a opté pour une école de design graphique, fait des stages, alterné entre salariat et freelance, continué entre temps à noircir son carnet de dessins et phrases dans les transports en commun et quand elle s'ennuyait, refusé encore une fois de rentrer dans une case. Elle n'aime pas la routine, les choses qui se répètent, les cases, justement. Elle aime lire les BD, pas les faire. « Ça voudrait dire construire des cases, les remplir, dessiner tout le temps le même personnage, je ne peux pas m'astreindre à un truc si répétitif. »

Elle aime la dérision, maîtrise l'autodérision, ne calcule rien, fonctionne au feeling, ne s'interdit absolument rien et s'amuse de tout : des paroles de chansons qu'elle réarrange à sa sauce, du patriarcat qu'elle exècre, de ses histoires d'amour foireuses, de l'absurdité de la vie qui la fascine. Ses textes sont profonds, son ton léger. « Aucun sujet n'est prémédité. Je colle dans la rue des extraits de mes car­nets, dans lesquels j'écris et dessine sur les choses qui me touchent : peu importe au départ qu'elles soient personnelles, amoureuses, politiques, indignées, légères ou engagées. » Elle veut faire sourire les gens dans la rue. Qu'un texte loufoque qui n'a pas lieu d'être là, soit là. Créer du décalage. Et ça fonctionne. Quand elle dégaine sa pochette à stickers qu'elle a (presque) toujours dans son sac, les gens sourient. « Je veux continuer à faire des textes immensément absurdes sur des grands murs, et aussi que partout dans la rue, on parle de moi, que les hommes soient nus et se jettent sur moi » s'amuse-t-elle.

Elle colle ses punchlines dans la rue un peu partout, quand elle le sent et du moment que la surface est lisse (elle a développé un mini-toc, elle caresse souvent les murs) : sur une vieille vitrine, une boîte aux lettres, un trottoir, un poteau électrique, un mur… « L'esthétique des lieux est très importante pour moi, mais aussi et surtout le moment, l'instant présent, carpe diem, tout ça. Il faut que je sois avec les bonnes personnes au bon endroit, exactement le bon taux d'alcoolémie et que mes talons n'aient pas complètement trucidé mes pieds en chemin, ce qui explique que j'ai collé à peu près 23 textes en cinq ans. » Quand elle a commencé à coller dans la rue, en 2011, elle pensait le faire deux ou trois fois, comme ça, paf, au pif. Elle a eu de bons retours, redonné le sourire aux gens. Elle a décidé de continuer.

J'aurais pu m'appeler Crayon Papier Ciseau

« Il me semble qu'il m'a fallu choisir le surnom le plus pourri qui soit pour que les gens ne placent pas d'emblée trop d'espoir en moi, et pouvoir m'assurer que quoiqu'il advienne dans ma vie, je ne sois pas en mesure de me la péter en société. Non, en réalité, j'ai créé mon premier site Internet en pleine nuit et je souhaitais un autre nom de domaine que celui de mon nom et prénom. J'ai acheté un nom pour rire, en attendant de trouver un vrai nom de graphiste. J'aurais pu m'appeler Crayon Papier Ciseau aussi. Bref, j'ai gardé Petite Poissone. Parfois, ce que tu fais en dilettante, c'est ce que tu fais de mieux. »

Comme lorsqu'elle a détourné les paroles de la célèbre chanson Capri, c'est fini, d'Hervé Vilard, en 2013. « Nous n'irons plus jamais où tu m'as dit je t'aime » est devenu « Nous n'irons plus où tu m'as dit ta gueule ». Le chanteur a posé à côté et posté une photo sur les réseaux sociaux. « À mon message de remerciement gêné, il a répondu magnifiquement par des encouragements à continuer quoi que je fasse, au nom de l'art et de la liberté ; nulle part n'était fait mention de mon incommensurable talent. J'étais quand même super émue. Un mois après, nous nous sommes croisés dans Paris. Je me suis présentée timidement, il m'a tenu les épaules et il a dit « Qu'elle est belle, Petite Poissone, qu'elle est belle ». Et il est parti. Et c'est vrai que je suis une bombe. »

Petite Poissone rit d'elle-même, de tout. De Jean-Claude ravi d'avoir vendu autant de pin's pendant la campagne présidentielle, de Josette qui vit une vie tranquille et dont tout le monde se fout, de Jean-René qui carbure aux amphétamines pour faire genre en société (et qui ne se rend pas compte à quel point ça se remarque, et ô combien il est ridicule), de Marine et des Balkany qui enfument tout le monde, et de l'hypocrisie de Jean-Michel face à ses employés.

Petite Poissone, Je ne suis pas une street artiste (Critères Éditions)
Au Livre en Pente le vendredi 5 octobre à 19h


Petite Poissone

Pour son livre Je ne suis pas une street artiste
Le Livre en Pente 18 rue des Pierres plantées Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Histoires de murs au CHRD

Street Art | Puisque pour les vingt ans de la Chute du Mur de Berlin, le CHRD avait fait une expo historique et didactique, pour le trentenaire de ce haut fait, il convie six street artistes pour une parenthèse simple voire simpliste.

Nadja Pobel | Mardi 10 décembre 2019

Histoires de murs au CHRD

Force est de constater que faire appel aux artistes de l’espace urbain, aux slameurs et danseurs hip-hop pour les nombreuses déclinaisons de l’expo (entamée début novembre) réussit au CHRD. Les chiffres de fréquentation sont importants chaque week-end (400 personnes), le public rajeunit. Et ce n’est jamais une anecdote pour un lieu patrimonial et de mémoire comme celui-ci. Les artistes réunis sont bien conscients du terrain qu’ils investissent comme en témoigne l’un d’eux dans le (seul) cartel vidéo : « le CHRD est chargé d’Histoire. Ça nous renvoie à une époque où il fallait faire hyper attention si on voulait écrire des choses sur les murs pour ne pas se faire attraper et qui n’a rien à voir avec notre époque, car on ne met pas nos vies en danger en faisant de l’art. » Au premier niveau, des mots de Petite Poissone au sol et en l’air guident vers un travail collectif : derrière un mur est abandonnée une statue de Liberté misanthrope. Dans la contre-allée,

Continuer à lire