Cinq expos à voir en décembre

Bons Plans | Vues ou pressenties comme intéressantes, voici notre sélection de cinq expositions à découvrir ce mois-ci. Dans les musées et les galeries de Lyon.

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 6 décembre 2018

Claude, un empereur au destin singulier

Né à Lyon en 10 av. J.-C., empereur inattendu à cinquante ans, après l'assassinat de Caligula, Claude est une figure romaine peu connue (ses épouses le sont davantage : Messaline, Agrippine...), voire moquée pour sa faiblesse légendaire. L'exposition qui lui est consacrée dévoile un nouvel éclairage historique sur son importance, et, surtout, donne à revoir l'histoire de l'Empire romain sous un tout autre angle. Ce parcours historique original est servi par une scénographie sobre et lumineuse, et une grande diversité de documents et d'objets (d'éléments antiques à des représentations peintes postérieures, en passant par des moulures de bas reliefs).

Au Musée des Beaux-Arts jusqu'au 4 mars 2019


Bernard Buffet et Jean Couty, parcours croisés

Le très agréable Musée Jean Couty, voisin de l'Ile Barbe, présente une exposition confrontant les peintures de Jean Couty (1907-1991) à celles de Bernard Buffet (1928-1999). Ce dernier, voué aux gémonies par l'histoire de l'art récente (on le trouvait caduque, si ce n'est pas un peu réac'), fait son grand retour depuis sa rétrospective au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris l'an passé. Nous, nous aimons surtout ses toiles de jeunesse, aussi glauques que tranchées... Et l'on est heureux de le retrouver aux côtés de Jean Couty, son contemporain, avec qui il partage la même franchise picturale, le goût du dessin, et bien des thématiques communes.

Au Musée Jean Couty jusqu'au 14 avril 2019


Les vingt ans de la galerie Estades

Défendant surtout des peintres régionaux ou méridionaux (souvent peintres et hors des sentiers battus de l'art contemporain), la galerie Estades fête son vingtième anniversaire avec une exposition collective réunissant des œuvres d'artistes connus : des toiles de Bernard Buffet, des œuvres du Lyonnais Fusaro, du nouveau réaliste Arman, de Picasso ou de Jean Cocteau, ou encore du peintre et dessinateur d'origine japonaise Foujita.

À la Galerie Estades jusqu'au 12 janvier 2019


Le sable se retire

Fruit d'une collaboration entre l'École Nationale des Beaux-Arts de Lyon et la galerie Regard Sud, Le sable se retire réunit cinq artistes, diplômées il y a peu de l'ENSBA (Ruth Cornelisse, Charlotte Denamur, Emma Marion, Amandine Mohamed-Delaporte, Nina Patin). Comme le titre de l'exposition l'indique, il est question, à travers des médiums hétérogènes (photographies, dessins, peintures...), de la fragilité de la matière et des choses, d'effacement, d'oscillation entre le réel et l'imaginaire.

À la galerie Regard Sud jusqu'au 29 décembre


En merveille

La toute jeune galerie Paul Ripoche, en bas des pentes de la Croix-Rousse, présente sa troisième exposition sous le signe de l'imaginaire et de l'enchantement. Elle réunit le graveur David Hamey et la plasticienne Muriel Moreau dont les œuvres d'aspect végétal attirent le regard à travers une infinité de détails, de traits, d'étrangetés formelles...

À la Galerie Paul Ripoche jusqu'au 22 décembre

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cinq expos à voir en janvier

Bons Plans | Vues ou pressenties comme intéressantes, voici notre sélection de cinq expositions à ne pas manquer en cette nouvelle année dans les musées et les galeries de la région.

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 31 décembre 2018

Cinq expos à voir en janvier

Un peuple de l'herbe, les coléoptères On les chasse de nos cultures agricoles, on les loue pour leur symbolisme religieux, on les mange, on les représente dans des œuvres d'art, on en fait même parfois, au Japon, des animaux de compagnie... Les 387 000 espèces de coléoptères répertoriées sur la planète (coccinelles, doryphores, scarabées, lucioles, hannetons...) constituent un véritable monde dans le monde ! La petite exposition qui leur est consacrée jette un quadruple regard sur ces bestioles étonnantes : scientifique, relationnel (les liens entre les humains et les coléoptères), mythologique et artistique. Passionnant ! Coléoptères, insectes extraordinaires Au Musée des Confluences jusqu'au 28 juin 2020 Plier, frotter, suspendre, cacher L'artiste allemande Katinka Bock déploie à Villeurbanne un univers plastique très singulier, composé pour l'essentiel de sculptures faites de matériaux bruts et de gestes très simples (plier,

Continuer à lire

Musées, collections automne-hiver

Dans les musées... | La sculpture contemporaine et l'Antiquité seront les deux grandes "stars" des prochaines expositions temporaires des musées de la région. C'est une bonne nouvelle, tant ces événements sont prometteurs a priori !

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 19 septembre 2018

Musées, collections automne-hiver

L'oublié Bernard Venet ? Ce nom d'artiste ne dit plus aujourd'hui grand chose à quiconque, hormis peut-être aux habitants de Nice, où beaucoup de ses œuvres monumentales occupent l'espace public. Très connu dans les années 1980, Bernard Venet (né en 1941) s'en est allé ensuite faire carrière aux États-Unis. Il revient en grand format au Musée d'Art Contemporain qui lui consacre une rétrospective (du 21 septembre au 6 janvier 2019) rassemblant pas moins de 170 œuvres ! Celui qui souhaitait, dès les années 1960, « retirer toute charge d'expression contenue dans l’œuvre pour la réduire à un fait matériel », est l'auteur d’œuvres minimalistes dans leurs formes (lignes, arcs, cercles, quadrilatères...) mais souvent "maximalistes" dans leurs dimensions et leurs poids. Il réservera même au MAC de Lyon la primeur de ses toutes récentes créations. L'antique Après l'assassinat de Caligula, Claude est désigné empereur de Rome contre toute attente en 41 après Jésus-Christ. La littérature antique en a dressé un portrait peu flat

Continuer à lire

Plan B pour Buffet

ARTS | A dix-neuf ans il décroche le prestigieux Prix de la Critique, à vint-huit, il est au volant d'une Rolls. Une trajectoire fulgurante, digne d'un trader, (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 8 janvier 2014

Plan B pour Buffet

A dix-neuf ans il décroche le prestigieux Prix de la Critique, à vint-huit, il est au volant d'une Rolls. Une trajectoire fulgurante, digne d'un trader, pour un peintre tout en paradoxes : Bernard Buffet (1928-1999). Oublié des livres d'histoire de l'art et des institutions nationales (le Japon, en revanche, lui consacrera carrément un musée en 1973), Buffet a connu jusqu'à un succès commercial et populaire quasi-inentamé aujourd'hui.  Le critique d'art Eric Troncy explique l'absence d'exposition muséale de Buffet en France par un «risque majeur» : «celui que, tandis que les choses ont changé, que la célébrité n'est plus un facteur de disqualification, que le succès n'est plus tabou, l'on voit enfin la richesse incongrue d'une œuvre qui n'est pas simplement à la surface des toiles». Au-delà, le problème avec Bernard Buffet, c'est qu'il en fait peut-être un peu trop (aucun genre pictural ne lui échappe et sa production est prolifique), que son style graphique (avec ses fameux traits noirs aux angles aigus) surenchérit sur lui-même, que sa signature, au sens propre comme au figuré, crève les ye

Continuer à lire