Les "imotges" de Claude Horstmann au Goethe Institut

Dessin | Au Goethe-Institut, Claude Horstmann rouvre les mots et l’écriture à leurs racines graphiques et gestuelles. Et leur redonne une épaisseur inquiète et émouvante.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 22 janvier 2019

Photo : © Claude Horstmann


« Écrire et dessiner sont identiques en leur fond » disait Paul Klee. Cette phrase de Klee n'est rien moins qu'une petite bombe lancée dans l'ordre occidental de l'écriture. Ce dernier, en effet, à force de discipline et d'apprentissage scolaire, impose à l'écriture manuscrite une transparence anonyme, débarrassée de ses scories corporelles et subjectives : taches, tremblements, expressivité personnelle, fioritures diverses… Depuis Paul Klee au moins, les mots se remettent en mouvement, en danses dessinées, retrouvant leur expressivité originaire, leur gestuelle. Beaucoup d'artistes de l'art brut, ou d'autres comme Henri Michaux, Cy Twombly, Irma Blank, voire Joseph Kosuth ou Bruce Nauman, ont fait trembler l'écriture alphabétique vers le dessin ou le matériau plastique. Les mots, dans leurs œuvres, sont aussi des images, des "imotges" pour ainsi dire…

Sens dispersé

Dans cette veine, l'artiste allemande Claude Horstmann interroge les liens entre « dessin et langage, signes et espaces, gestes physiques et environnements urbains ». Au Goethe Institut, où elle expose actuellement, on découvre notamment des représentations de textes comme caviardés ou recouverts d'encre, des mots esseulés sur une feuille, quelques tags, des balbutiements de signes. Ou encore, à l'étage de l'institut culturel allemand, des sérigraphies reproduisant des "notes anonymes" trouvées par l'artiste dans l'espace urbain de différentes villes en France et en Allemagne. Les significations des mots s'estompent pour laisser place à des événements plastiques très simples : des ratures, des positions incongrues dans l'espace, des élancements d'encre… L'émotion esthétique naît dans ce "presque" de la signification soudain ouverte, cette hésitation entre écriture et dessin, cet entre-deux du sens et du geste.

Claude Horstmann, Dessination
Au Goethe-Institut ​jusqu'au 14 février


Claude Horstmann

Dessin
Goethe-Institut 18 rue François Dauphin Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

L’œuvre, une tentative de survie

Entretien avec Anne Brun | Psychanalyste et enseignante à Lyon 2, Anne Brun s'intéresse particulièrement aux liens entre psychanalyse et création. Son dernier livre, Aux origines du processus créateur (Erès), synthétise ses nombreux travaux antérieurs. Une lecture passionnante, accessible, et qui ouvre de nouvelles perspectives sur la création, création d’œuvres autant que de soi-même. Entretien avec l'autrice.

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 19 septembre 2018

L’œuvre, une tentative de survie

Le peintre et écrivain Henri Michaux, auquel vous avez consacré un ouvrage, Henri Michaux ou le corps halluciné, écrivait « je suis né troué ». Avec Michaux, nous nous éloignons de l’artiste démiurge, et nous rapprochons d’un artiste "troué", plongé dans le doute, en constante interrogation sur soi et son identité. Est-ce cette dimension qui vous a intéressée chez Michaux, puis chez d’autres créateurs ? Anne Brun : Ce qui m’intéresse dans le processus créateur, c’est en effet la façon dont l’œuvre tente d’explorer ce "troué" dont parle Michaux, c’est-à-dire les parts de soi inconnaissables, infigurables, qui renvoient souvent à des catastrophes psychiques. L’œuvre représente alors une tentative de survie pour échapper à cette véritable mort psychique : elle est une tentative de figuration par les artistes de cet étranger en soi, de ces éprouvés, souvent archaïques, de détresse, qui n’ont pas pu être transcrits, ni en images ni en mots. L’artiste tente de se les approprier, de devenir enfin sujet de ces vécus insaisissables, en leur donnant forme et figure dans son travail créateur. C’e

Continuer à lire

Zao Wou-Ki : traversée des apparences

Estampe | Alors qu'il fait actuellement l'objet d'une grande rétrospective à Paris, Zao Wou-Ki est exposé aussi à Lyon, à travers une vingtaine d'estampes superbes, au 1111.

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 10 septembre 2018

Zao Wou-Ki : traversée des apparences

En contrebas d'un paysage, une femme croise les bras derrière sa tête et offre son opulente poitrine au regard du curieux. La poitrine est proportionnellement opulente, mais le personnage minuscule, filiforme, tracé sommairement comme dans un dessin d'enfant ou de Paul Klee. Et, bientôt, la femme comme toute autre figure disparaîtront de l’œuvre de Zao Wou-Ki (1920-2013), pour laisser place à une abstraction que les spécialistes qualifient généralement de lyrique. Lyrique, vraiment ? Certes, les œuvres de Wou-Ki laissent chanter et vibrer de loin en loin les échos des peintres occidentaux qu'il rencontra, après son installation à Paris en 1948 : Pierre Soulages, Hans Hartung, Joan Miro, Nicolas de Staël... Et puis il y a aussi de la musique dans sa vie personnelle, avec une première épouse musicienne, et la fréquentation d'Edgar Varèse et de Pierre Boulez. Mais l'abstraction de Wou-Ki est aussi bien informelle, gestuelle, et pour en rajouter une "couche" : chinoise ! Dans un instant, tout est là Le petit personnage féminin précité est encadré de deux arbres et de deux maison

Continuer à lire