Lugdunum Calling

Exposition | Un peu plus de quarante ans après le fameux "Lyon capitale du rock" de Libération, le Département Musique de la Bibliothèque Municipale revient, sous la forme d'une exposition merveilleusement documentée, sur la grande aventure rock qui agita la ville entre 1978 et 1983 et rend hommage aux acteurs qui l'ont menée. Forcément capital.

Stéphane Duchêne | Mardi 21 mai 2019

Photo : © Jean-Paul Bajard


On le sait, quelque part dans le Surmoi lyonnais vient se nicher un complexe vieux comme Lugdunum. Celui de n'être pas capitale à la place de l'arrogante Paris, fille trop facile du jacobinisme. Étrange quand on sait, car on le sait aussi, que Lyon croule sous les titres de "capitale" : des Gaules sous l'Empire Romain ; de la Résistance ; de la gastronomie ; de la soie ; des goals même pendant une décennie 2000 où la bande à Coupet et Juni rêgna sur la Ligue 1 pré-Qataris. Il est même établi qu'en 1528, François 1er hésita à faire de Lyon la capitale de son royaume. Même le journal... Le Parisien surnomma Lyon, "L'autre capitale" dans un article daté du 8 juin 2018. Et puis bien sûr, il y eut ce titre, historique, éphémère mais éternel, décerné un jour de juillet 1978 par Libération, à l'époque bible du bon goût s'il en fut : "Lyon, capitale du rock".

Un titre justifié par l'effervescence musicale qui agita la ville pendant une poignée d'années, au tournant des années 70 et 80, du punk et de la new-wave, et à laquelle la Bibliothèque Municipale de Lyon consacre une exposition très fouillée. Dans le documentaire Saloperie de rock'n'roll : Cœur de Lyon de Jean-Paul Delamarre, diffusé mercredi 15 mai dernier en marge de l'expo, cet impayable puriste punko-marxiste de Pochron Back (Born to Kill) martèle ainsi : « le rock c'est New-York, Londres et Lyon, Paris c'est le business. »

Guérilla rock

Pourtant en 1978, les conditions ne sont guère réunies pour voir s'épanouir une scène rock digne de ce nom. Ou peut-être que si, justement. Au fond, tout commence, c'est en tout cas là que l'exposition place la première balise, avec un concert de Patti Smith à la Bourse du Travail pour lequel on a vendu plus de billets que la salle ne contient de places. Frustration, incidents, blessés et interventions policières s'en suivent qui aboutissent à un arrêté d'interdiction des concerts de rock à Lyon – l'agitation ça fait désordre. Et puis on ne peut pas dire que les salles rock soient légion dans l'ancienne Lugdunum, le Salut pour les groupes locaux résidant dans d'hypothétiques premières parties pour lesquelles on s'écharpe volontiers – quand on n'est pas carrément tiré au sort, comme pour le concert des Stones à Gerland en 1982.

Alors les initiatives personnelles et le do it yourself s'organisent. La guérilla rock prend forme. Les frères Demonet ouvrent le Rock 'n' Roll Mops inauguré par Jacques Higelin en avril 1978. Une aventure qui ne dure que deux mois en dépit du succès et de têtes d'affiche comme les Talking Heads, mais aboutira par la bande le 29 juillet 1978 à un concert de... quinze heures au Théâtre Antique de Fourvière – le mythique New Wave French Connection. Starshooter, Ganafoul, Bijou, Téléphone, les canettes de bière pleuvant sur Marie et les Garçons, la chose est entrée dans l'Histoire.

Au rythme de Bajard

À Lyon on n'a pas de salle rock, ou peu – Le Palais d'Hiver et les concerts organisés à l'ENTPE par Emmanuel de Buretel comblent le vide – mais on a des groupes, par dizaines, avec parfois de l'or plein les doigts. C'est à eux que l'exposition consacre logiquement l'espace central de l'exposition, via un focus important sur huit d'entre eux, incontournables : les "trois" de Givors : Factory, Ganafoul, le Killdozer de Robert Lapassade ; Starshooter évidemment, porte-drapeau d'un punk coloré et malin ; les cultes Marie et les Garçons (qui enregistrèrent avec John Cale) et Electric Callas ; la doublette Affection Place/Petersen et bien sûr Carte de Séjour, qu'on ne présente plus.

Ici, l'on peut admirer pochettes de disques, affiches de concerts et objets de collection (la guitare de Kent, la batterie de Marie, la pochette de Starshooter designée par Kiki Picasso du collectif Bazooka, un costume d'Yves Matrat, chanteur jaggerien de Factory...), visionner ou écouter des interviews des groupes dans leur jus. Et tout du long, les photographies noir et blanc de Jean-Paul Bajard, grand témoin de l'époque, dont le travail rythme l'exposition et en constitue le ciment. Plus loin une salle d'écoute propose une playlist exhaustive de la période mais aussi des fanzines et journaux d'époque (le fameux Libé "fondateur").

L'histoire de "Lyon Capitale du rock" s'arrête en 1983, le changement d'époque est là, nombre de groupes se séparent à l'orée des 80's, épuisés par une ascension météorique (Starshooter), les exigences stériles du business (Ganafoul, Killdozer) ou les inévitables divergences esthétiques (Marie et les Garçons), vaporisant peu à peu l'effet "capitale". Mais pour certains, comme Carte de Séjour (avec le succès de Douce France en 1986), l'aventure continue, ou commence (L'Affaire Louis Trio naît en 1982), les salles fleurissent enfin peu à peu et d'autres esthétiques ne vont pas tarder à installer durablement Lyon sur la carte des musiques actuelles. Mais ça évidemment c'est une autre histoire. Pas moins capitale.

Lyon capitale du rock – 1978-1983
À la Bibliothèque de la Part-Dieu jusqu'au 21 septembre


Lyon capitale du rock 1978-1983

(Re)découvrir l'effervescence de cette époque... lieux, groupes, radios, pour redonner la parole et rendre hommage aux témoins et acteurs de ces années
Bibliothèque de la Part-Dieu 30 boulevard Vivier Merle Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Christophe Simplex : « de l'inédit, rien que de l'inédit »

Lyon, capitale du rock | Musicien, collectionneur compulsif de matière lyonnaise et véritable historien du rock d'ici, Christophe Simplex a monté en 2019 le label Simplex Records, maison portée sur l'artisanat local et l'édition d'inédits et autres trésors cachés de la scène locale des années 60 à 80. Rencontre avec ce puriste quelques semaines après la sortie de la quatrième référence du label, disque d'inédits assez ravageurs du combo 80's Floo Flash, et avant celle qui mettra à l'honneur le Villa Borghese de Gérard Maimone.

Stéphane Duchêne | Vendredi 5 février 2021

Christophe Simplex : « de l'inédit, rien que de l'inédit »

Vous êtes une figure plutôt connue de la scène lyonnaise. Pour commencer peut-on revenir sur votre parcours ? Christophe Simplex : j'ai commencé avec un fanzine, M. Hublot, en 1989 et fait beaucoup de radio, toujours centré sur le rock lyonnais. Pas mal de presse écrite nationale aussi puisque j'ai travaillé pour Jukebox Magazine pendant une vingtaine d'années. Parallèlement à ça, j'ai été chanteur dans différents groupes, notamment Les Inoxydables dans les années 90 avec lesquels j'ai fait un album. Et dans les années 2000, le groupe Deuce qui a duré une quinzaine d'années : deux albums et beaucoup de concerts. Comment vous est venu l'idée de créer Simplex Records ? J'ai toujours été intéressé par le rock lyonnais et toujours collectionné les disques. À partir des années 90, je me suis mis à collectionner ceux de groupes lyonnais sur la période année 60-début 90, notamment des vinyles. Ça m'a amené à m'intéresser aux studios lyonnais qui existaient dans les a

Continuer à lire

Ganafoul retrouvé et sidér...ant

Rock Story | En septembre, les Givordins de Ganafoul, tête du pont de la faste période "Lyon capitale du rock", ont réédité "Sider-Rock" un album jusque-là inédit de 1975, témoignant de leurs débuts, en quintet et en français. Un petit morceau d'Histoire pour les amateurs de rock en acier trempé.

Stéphane Duchêne | Mercredi 4 novembre 2020

Ganafoul retrouvé et sidér...ant

Sur la photo de famille princière de la fameuse Lyon capitale du rock de la fin des années 70, gravitant de plus ou moins loin autour du punk et dont on aime par chez nous agiter le souvenir fiérot, Ganafoul avait pris soin, par goût (quoi d'autre ?), de s'assoir quelque peu à l'égard. Sur le trône notoirement vacant d'un genre encore peu exploré dans l'hexagone : le hard rock. Ce truc-là, ce drôle de machin à guitares ramenardes, poitrails saillants et cheveux en cascades, n'appartient alors quasi exclusivement qu'aux anglo-saxons, Led Zeppelin et AC/DC en tête. Rien que cela fait déjà de Ganafoul, qui doit son nom signifiant "comme un fou" en patois givordin, une originalité. Au départ un quintet, francophone — c'est important pour la suite — formé par le trio instrumental Édouard "DooDoo" Gonzales (guitare), Philippe "Fourmi" Veau (basse) et Yves Rothacher (batterie) vite complété par le guitariste Jack B

Continuer à lire

À la Bibliothèque de la Part-Dieu, haut les filles !

Culture Rock | Parmi les événements placés en annexe de son exposition consacré à l'âge d'or du rock lyonnais, la BmL invite Sophie Rosemont à venir présenter son livre Girls rock, indispensable piqûre de rappel sur l'importance (quantitative et qualitative) des femmes dans l'Histoire du rock.

Stéphane Duchêne | Mardi 4 juin 2019

À la Bibliothèque de la Part-Dieu, haut les filles !

À l'exception de la regrettée Marie (et de ses Garçons), on ne compte guère de femmes à l'exposition Lyon capitale du rock proposée actuellement par la Bibliothèque municipale de Lyon. Est-ce à dire que le rock est exclusivement une affaire d'hommes ? Qu'à l'époque en tout cas, il l'était ? L'Histoire, essentiellement racontée par les (mâles) dominants tendrait à le prouver. Sauf qu'il ne faut pas gratter longtemps la surface de cette Histoire écrite au masculin pour que tombe l'évidence : les femmes et le rock c'est une histoire aussi vieille que le rock lui-même. Aussi loin que les premières notes de Rosetta Tharpe et Trixie Smith, pionnières (bien plus qu'on ne le sait) amazones de ce genre musical genré. C'est ce que tend non pas à démontrer – il n'y a pas lieu de le faire – mais à simplement montrer, décrire, raconter, la critique Sophie Rosemont (Rolling Stones, Les Inrocks, France Culture). Un travail de fourmi qui aurait pu donner lieu à un épais dictionnaire (les

Continuer à lire

3 questions à Cyrille Michaud, co-commissaire de l'exposition

Lyon capitale du rock | Le bibliothécaire musical à la BML et co-commissaire de l'exposition nous raconte la génèse de l'exposition.

Stéphane Duchêne | Mardi 21 mai 2019

3 questions à Cyrille Michaud, co-commissaire de l'exposition

Quel a été le point de départ de cette exposition ? Cyrille Michaud : La rencontre avec le photographe Jean-Paul Bajard qui nous a montré les photos qu'il avait prises dans les années 70 et 80. On était d'abord parti sur l'idée d'une exposition de ses photos, assez modeste à l'espace patrimoine de la bibliothèque. Pour l'agrémenter nous avons fait des appels à collecte dont le succès a été tel (environ 1500 propositions de pièces) qu'on a revu notre ambition à la hausse en investissant la galerie. On a assez vite déterminé quel discours on voulait faire passer, notamment sur ce contexte difficile : qu'est-ce que c'était faire du rock à cette époque. Il était alors évident de commencer en 1978, à partir de l'expérience du Rock'n'Roll Mops avant de dérouler ce récit chronologiquement jusqu'en 1983 en mettant en lumière les groupes phares de l'époque sur lesquels on avait beaucoup de documentation. Pourquoi avoir choisi cette date butoir, sachant que certains groupes importants comme Carte de Séjour ou L'Affaire Louis Trio ont eu du succès après cette date ? On s'est surtout basé sur les années de sortie de

Continuer à lire

Le rock au Frigo : dans le sillage d'Electric Callas

Capitale du rock | C'est une époque que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître et à vrai dire les moins de 60 ans non plus. Il fallait sans doute avoir 20 ans en 1978 (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 21 mars 2017

Le rock au Frigo : dans le sillage d'Electric Callas

C'est une époque que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître et à vrai dire les moins de 60 ans non plus. Il fallait sans doute avoir 20 ans en 1978 pour avoir vécu la chose autrement que par la légende. À savoir l'ébullition musicale qui secoua Lyon dans les années 70 et 80, avant et pendant l'ère Frigo. Ainsi lorsque Libération titre : "Lyon Capitale du rock en 1978", le quotidien ne croit pas si bien dire. Depuis quelques années, s'y ébat rageusement une poignée de groupes qui connaîtront leur heure de gloire une nuit de juillet 78, lors d'un concert baptisé New Wave French Connection à Fourvière qui verra se produire, outre Téléphone, Bijou ou Au bonheur des Dames, les Lyonnais de Starshooter (menés par Kent), Electric Callas, Ganafoul et Marie et les Garçons. Ces derniers viennent d'enregistrer à New York avec John Cale et se sont produits en première partie des Talking Heads et de Patti Smith. Opérant alors un léger virage disco, Marie et ses boys reçoivent ce soir là non pas une pluie de coussins mais de canettes. C'est le point culminant de cette

Continuer à lire

Punk attitude

MUSIQUES | Soirée / «Attitude»... c'est l'un des meilleurs morceaux du groupe comète Marie et les Garçons. Soit cinq copains du Lycée Saint-Exupéry à Lyon qui, en 1975-1976, (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 20 novembre 2009

Punk attitude

Soirée / «Attitude»... c'est l'un des meilleurs morceaux du groupe comète Marie et les Garçons. Soit cinq copains du Lycée Saint-Exupéry à Lyon qui, en 1975-1976, apprennent à jouer ensemble et deviendront, l'espace d'une poignée d'années, l'un des groupes phares de la New Wave et du punk français. On y comptait notamment Marie Girard à la batterie, Patrick Vidal au chant (toujours actif dans la musique aujourd'hui, entre électro, house et rock), Erik Fitoussi (aujourd'hui libraire) et Christian Faye à la guitare. En 1978, le groupe enregistre un 45 tours («Rebop») produit par John Cale, joue en première partie des Talking Heads ou de Patti Smith, enregistre un 33 tours à New York et, l'été, se risque au Théâtre antique de Fourvière où un public rageur l'accueille avec force jets de cannettes de bière ! On ne joue pas «impunément» une musique au fond assez singulière et travaillée, sous l'influence du Velvet Underground, des Talking Heads et de Television... La reformation éphémère du groupe (sans Marie décédée en 1996, et remplacée à la batterie par sa fille Diane Ziggy), pour un set d'une demi-heure, sera l'événement de la soirée organisée au Marché Gare par l'Institut d'art cont

Continuer à lire