Guillaume Barth à la Fondation Bullukian : Un artiste qui ne manque pas de sel

Art Contemporain | Guillaume Barth expose à la Fondation Bullukian deux de ses projets singuliers, aux confins de l'art, de l'écologie et de la philosophie. Où le sel devient planète, et les arbres musiciens...

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 18 juin 2019

Photo : Elina © Guillaume Barth


Le 5 janvier 2015, une nouvelle planète est "découverte" par l'artiste Guillaume Barth : Elina, surgie en plein désert de sel bolivien à 3700 mètres d'altitude. En quelques jours, l'astre éphémère se dissout dans les eaux de pluie... Il aura fallu trois semaines à Guillaume Barth et deux autres artistes, aidés par de nombreux indiens Ayamaras, pour composer cette planète de trois mètres de diamètre, à partir de briques de sel et de techniques artisanales indiennes. Il en reste aujourd'hui plusieurs photographies impressionnantes, exposées à la Fondation Bullukian, où la grande sphère blanche, notamment, se reflète sur une mince couche d'eau, au beau milieu du silence et de l'immensité. Elina est l'un des nombreux projets un peu fous du jeune artiste né en 1985 à Colmar, grand globe-trotter. Projet à la croisée d'enjeux plastiques, écologiques et géopolitiques (le site bolivien est convoité par de nombreuses multinationales pour ses réserves de lithium).

Concert de bois

Plus proche de nous géographiquement mais pas moins fou, le projet Concert pour une nouvelle forêt a obtenu le Prix Bullukian 2017 et a débuté dans une forêt de Stuttgart en Allemagne en 2016. Là, après un changement climatique brutal, Guillaume Barth sauve du gel une centaine de pousses de chêne qu'il met en terre et en pots dans son atelier. Soit une nouvelle forêt de 130 jeunes chênes à chacun desquels l'artiste attribue un nom ! Mieux, il leur lit des histoires, leur joue des morceaux de musique, partage leur quotidien, leurs interactions et ce qu'il considère comme les signes discrets de leur communication propre... À partir de ces données et de ces patientes et étonnantes observations, il imagine aussi plusieurs pièces musicales au piano. Ses notes et dessins, les jeunes chênes en pots et la musique sont exposées à la Fondation Bullukian. L'ensemble n'est pas seulement séduisant pour les yeux et les oreilles, il est aussi une réelle tentative de briser les frontières entres règnes humains et végétaux. Et ce, dans la continuité des recherches scientifiques et philosophiques d'un Emanuele Coccia ou d'un Philippe Descola, par exemple.

Guillaume Barth, Concert pour une nouvelle forêt
À la Fondation Bullukian jusqu'au 27 juillet


Guillaume Barth

Concert pour une Nouvelle Forêt. Installation immersive
Fondation Bullukian 26 place Bellecour Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Et l’anthropologie Descola…

Sciences Humaines | Prestigieux invité de la Fête du Livre, l'anthropologue Philippe Descola tente dans ses travaux de dépasser l'opposition occidentale entre culture et nature. Un grand courant d'air frais pour les sciences humaines et pour la pensée tout court.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 5 mars 2019

Et l’anthropologie Descola…

Normalien né en 1949, auteur d’une thèse dirigé par Claude Levi-Straus sur les relations des Jivaros Achuar d’Amazonie avec leur environnement, professeur au Collège de France, Philippe Descola est, chez les anthropologues, une véritable star ! Son ouvrage Par-delà nature et culture, publié en 2005, l’a fait connaître un peu au-delà de ce cercle. Comme son titre l’indique, le livre phare de Descola vise à dépasser la coupure occidentale classique entre la nature et la culture. « Où commence la culture et où s’arrête la nature lorsque je prends un repas, lorsque j’identifie un animal par son nom, ou lorsque je cherche les traces des constellations dans la voûte céleste ? » s’interroge, pince sans rire, l’anthropologue lors de sa Leçon inaugurale au Collège de France. Ouvrir le club aux non humains Avec la bonhomie et le sérieux d’un universitaire chevronné, Philippe Descola tente rien moins, dans ses reche

Continuer à lire

Le labyrinthe personnel de Daniel Steegmann Mangrané

Art Contemporain | Découvert à la Biennale d'Art Contemporain 2018, Daniel Steegmann Mangrané présente à Villeurbanne sa première grande exposition personnelle. Une invitation à une expérience singulière des lieux et de... soi-même !

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 5 mars 2019

Le labyrinthe personnel de Daniel Steegmann Mangrané

À Paris, il y a plusieurs années, nous avions pu découvrir une exposition thématique sur le vide, ou encore une rétrospective sans aucune œuvre consacrée à Rikrit Tiravanija... À l'Institut d'Art Contemporain de Villeurbanne, Daniel Steegmann Mangrané n'est pas allé jusque là, mais presque. On y parcourt des salles vides de tout objet, et "contenant" essentiellement de l'ombre et de la lumière, des plis et des dé-plis d'espace. L'artiste a réaménagé l'ensemble de l'architecture intérieure du musée, dessinant ici des angles aigus avec de grandes cimaises obliques, aménageant là quelques passages étroits entre deux cloisons, ouvrant ailleurs des puits de lumière qui nous font, subjectivement, penser à ceux du Corbusier au Couvent de la Tourette... C'est, ainsi, à une expérience de l'espace et de la méditation solitaire que nous invite l'artiste, à rebours de toute idée d'accumulation voire de surconsommation. « J

Continuer à lire