Lyon : un week-end d'art contemporain grâce au Mai d'Adele

Art Contemporain | L’association Adele propose un grand week-end d’art contemporain, avec une multitude de visites accompagnées dans des lieux d’art lyonnais et régionaux. La plupart sont gratuits.

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 17 mai 2021

Photo : Anne-Lise Coste à l'URDLA © DR


À l'occasion de la réouverture des musées et des galeries, Adele (réseau d'art contemporain) marque le coup avec quatre jours de parcours artistiques accompagnés, dans le Grand Lyon (mais aussi dans la Loire, l'Ain et le Beaujolais). Le tout se décline par secteurs géographiques : Vieux Lyon, Terreaux, Pentes de la Croix-Rousse, Villeurbanne, etc. Trente-six lieux sont concernés mais, contre toute attente, les meilleures expositions seront à découvrir dans les petits plutôt que dans les grands. Pour les grosses expos des musées d'art contemporain, il faudra patienter : jusqu'en juillet à l'Institut d'Art Contemporain de Villeurbanne avec l'exposition personnelle de l'artiste et cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul (du 1er juillet au 31 octobre), jusqu'à l'automne au Musée d'Art Contemporain avec l'exposition de la photographe Delphine Balley. Actuellement, les deux structures présentent des expositions collectives de jeunes artistes et diplômés de l'École des Beaux-Arts. Non sans intérêt, d'ailleurs.

Écritures dansantes

Parmi le programme touffu du Mai d'Adele, nous conseillons quelques moments forts… Et, d'abord, de reprendre le chemin des expositions sous l'impulsion révoltée et énergique d'Anne-Lise Coste qui a taggé les cimaises de l'URDLA (jusqu'au 16 juillet) avec ses estampes d'écritures colorées qui sont autant de cris et d'appels à : l'imagination, la danse, la parole, la poésie, la résistance… Un geste graphique aussi simple que roboratif !

Jeune artiste intéressée elle-aussi par les liens entre art et écriture, mais au style beaucoup plus sobre, Flore Saunois a fait une résidence à la BF 15 le temps d'un confinement. Elle y expose plusieurs œuvres jouant discrètement de quelques paradoxes perceptifs.

C'est aussi le résultat de toute une résidence dans une galerie que l'on pourra découvrir à Slika avec l'exposition du jeune artiste autrichien Mafia Tabak. Artiste de rue, il a voulu ré-insuffler dans un espace clos la même énergie que dans le graffiti, et proposer aussi une forme d'exposition singulière en tentant de reconstituer l'ambiance conviviale d'un… restaurant ! Ses toiles et ses dessins sont placés sous le signe de la liberté et de la profusion.

Carnaval des sensations

Plus austère, mais pas moins passionnant, le photographe franco-vénézuélien Mathieu Asselin présente son travail au long cours sur la tristement célèbre entreprise bio-chimique Monsanto. Des images entre démarche artistique et démarche documentaire que l'on peut découvrir au Bleu du Ciel (jusqu'au 9 octobre)… À quelques encablures, à la galerie Françoise Besson, Marine Joatton se Lève avant les fleurs (titre de son exposition). Où l'on retrouve, sur toile ou sur papier, le singulier univers de l'artiste, baigné des joies et des peines de l'enfance, aux traits aventureux et aux couleurs libres. Un printemps des formes et un carnaval des sentiments. « Je peins, dit l'artiste dans un entretien, pour provoquer des émotions chez les autres, distinctes des miennes. Mais à la base il y a toujours une émotion, plus exactement des myriades d'émotions. Cela touche à quelque chose de très sensible. »

Le Mai d'Adele
En différents lieux d'art de Lyon du jeudi 27 au lundi 31 mai

Programmation complète et réservation en ligne sur le site www.adele-lyon.fr


Mathieu Asselin

Monsanto : une enquête photographique
Le Bleu du Ciel 12 rue des Fantasques Lyon 1er
Jusqu'au 9 octobre 2021, Vernissage le 20 mai à partir de 18h00, du mercredi au samedi de 14 h 30 à 19h et sur rendez-vous pour les groupes


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lyon : cinq expositions à voir en juin

Bons Plans | Des frères Flandrin à l’entreprise de bio-chimie Monsanto, en passant par l’enfance vue par Marine Joatton, le mois de juin est placé sous le signe de la diversité, dans les musées et les galeries du Grand Lyon.

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 3 juin 2021

Lyon : cinq expositions à voir en juin

Aller voir ailleurs La galerie photo Le Réverbère a eu des envies d’ailleurs et a proposé à (presque) tous ses photographes de présenter un petit ensemble d’images autour de cette thématique. L’ailleurs ici peut être bien sûr le voyage lointain, mais aussi l’ailleurs intime et nocturne avec deux photographies prises depuis une voiture par Julien Magre, l’ailleurs des images avec un travail sur leur texture par Serge Clément, l’ailleurs dans le temps avec des images anciennes de Bernard Plossu. Envie(s) d’ailleurs ! Au Réverbère jusqu’au 31 juillet La fratrie Flandrin Auguste, Hippolyte et Paul Flandrin ont marqué la scène artistique lyonnaise du XIXe siècle, et au-delà. Artistes et frères, ils furent aussi et surtout complices dans leurs projets de création, formant une sorte de collectif familial. Le Musée des Beaux-Arts propose de (re)découvrir leurs œ

Continuer à lire

Cinq expos à voir en janvier

Bons Plans | Vues ou pressenties comme intéressantes, voici notre sélection de cinq expositions à ne pas manquer en cette nouvelle année dans les musées et les galeries de la région.

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 31 décembre 2018

Cinq expos à voir en janvier

Un peuple de l'herbe, les coléoptères On les chasse de nos cultures agricoles, on les loue pour leur symbolisme religieux, on les mange, on les représente dans des œuvres d'art, on en fait même parfois, au Japon, des animaux de compagnie... Les 387 000 espèces de coléoptères répertoriées sur la planète (coccinelles, doryphores, scarabées, lucioles, hannetons...) constituent un véritable monde dans le monde ! La petite exposition qui leur est consacrée jette un quadruple regard sur ces bestioles étonnantes : scientifique, relationnel (les liens entre les humains et les coléoptères), mythologique et artistique. Passionnant ! Coléoptères, insectes extraordinaires Au Musée des Confluences jusqu'au 28 juin 2020 Plier, frotter, suspendre, cacher L'artiste allemande Katinka Bock déploie à Villeurbanne un univers plastique très singulier, composé pour l'essentiel de sculptures faites de matériaux bruts et de gestes très simples (plier,

Continuer à lire

Traits étranges au Musée d'art moderne de Saint-Etienne

MAMC Saint-Étienne | Le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne ouvre trois nouvelles expositions consacrées à trois artistes peu connus explorant sur papier l'idée d'inquiétante étrangeté.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 15 novembre 2016

Traits étranges au Musée d'art moderne de Saint-Etienne

Décidément le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne aime le dessin et les univers ambigus, et l'on ne s'en plaindra pas, tant la qualité des expositions y est grande ! Cheminant dans le cabinet d'arts graphiques, nous pensions, par exemple, Marine Joatton (née en 1972) inspirée par Jérôme Bosch ou Lewis Carroll, mais l'artiste nous précise que ses gouaches et ses pastels sont nés d'intuitions sans modèle. « J'aime à me surprendre moi-même et je n'ai jamais d'idée de départ » dit-elle à propos de sa drôle de peuplade mi-humaine mi-animale dispersée en "portraits" de groupe ou individuels sur les cimaises. Parmi des fonds nébuleux et quasi oniriques, ses personnages hybrides nous jettent des regards exprimant toute une gamme de sentiments : de la drôlerie enfantine et naïve à l'angoisse la plus désespérée et solitaire. Machines à voir Ailleurs, c'est toute une gamm

Continuer à lire