La vague de Sébastien Lefèvre déferle sur Bellecour

Fête des Lumières | Il avait déployé des oriflammes pont Lafayette, hissé un homme digital au sommet de l’antenne de Fourvière, Sébastien Lefèvre s’apprête à faire déferler une gigantesque "Vague" sur Bellecour. Entretien.

Nadja Pobel | Jeudi 2 décembre 2021

Photo : © Ville de Lyon


Bien avant de participer à la Fête des Lumières, vous avez commencé votre métier de créateur lumière en travaillant pour des compagnies d’arts vivants…
Sébastien Lefèvre : J’ai fait des études de chimie et biologie, fait des stages en entreprise et ce milieu ne correspondait pas du tout à ma projection dans la vie. Je me suis formé à la technique du spectacle et j’ai découvert la lumière puis j’ai été diplômé de la Rue Blanche [NdlR : devenue l’ENSATT]. J’ai tout de suite travaillé avec des compagnies : les Trois-Huit, Philippe Delaigue, Claire Rengade, Émilie Flacher, Yuval Pick, Alessandro Sciaronni (Turning, Augusto)…

Et dans quelques jours vous participerez pour la neuvième fois à la Fête…
J’ai commencé en 2004, place Bahadourian, dès le début de la Fête dans la configuration actuelle. Et comme éclairagiste, ça donnait envie de faire des choses personnelles. On se donne pour des chorégraphes, metteurs en scène, on se met au service du travail de l’autre et je le fais d’autant plus que la Fête me permet de me réaliser sur d’autres travaux. Travailler pour le spectacle vivant est tellement riche que ça me nourrit pour faire mes installations.

Avec La Vague, vous poursuivez le travail lié au mouvement d’Oriflammes et Sous le vent.
Mon idée est de changer le paysage de l’immensité de la ville sans aller précisément quelque part, d’où l’idée de travailler sur des ponts. Avec Oriflammes, je voulais voir comment les fanions se transformaient selon la manière dont ils étaient éclairés. Quand il y a eu un concours pour le pont Schumann, j’ai proposé de grandes voiles blanches (12 m de haut par 2 m de large). J’ai adoré. Il y avait pas mal de vent cette année-là et c’était impressionnant de se balader. Le flux du vent qui passe dans les drapeaux crée des ombres, c’est très dynamique. Et puis une année, j’ai refait Oriflammes à Singapour en utilisant la musique d’un copain, Jocelyn Mienniel — flûtiste jazzman compositeur de La Vague — et ça a très bien marché. Ça m’a fait réaliser la notion de flux, de boucles incessantes à la Philip Glass du projet. C’est comme ça que j’ai travaillé sur La Vague, avec des flux de lumières qui circulent au milieu des drapeaux. C’est une installation très vivante. Tout est mou. On a trois grandes tours qui montent à 20 m et tout ce qui va être accroché dessus est fait de cordage blanc. Sans vent, ce sera statique et ça marchera, avec du vent, ce sera vraiment très dynamique grâce aux 350 voiles.

Pourquoi les voiles sont blanches ?
Car la lumière va amener la couleur, beaucoup de couleurs acidulées. Je suis au centre de la Fête des Lumières et c’est une grosse installation (80 m de long) que je veux festive. En journée, l’installation sera aussi impressionnante je pense. On verra plus la machine. Ça enserre en fer à cheval la statue de Louis XIV. C’est plutôt une installation à 180°. Idéalement elle est visible dans le sens de circulation Victor Hugo / Hôtel de Ville par le côté Rhône. Mais ce sera bien à l’envers aussi.

Quel est la part de l’importance de la lumière dans la réussite de cette œuvre qui est aussi une sculpture ?
Je travaille un objet sculptural pour que la lumière dedans fonctionne super bien. Les drapeaux vont créer des ombres et des reliefs. La lumière va rajouter une dynamique. Ce sont des couches superposées : la musique crée des flux continus, le vent dans les drapeaux en fait d’autres, la lumière qui balaye l’ensemble en crée encore. C’est vraiment un orchestre et tout le monde va dans le même sens.

Ce sera sous forme de boucles ?
Il y a sept minutes de musique avec des plages d’une minute dont cinq sont un solo de flûte et deux plus orchestrées. J’ai préféré jouer sur le renouvellement des rythmes plutôt que d’avoir une grosse pièce. À chaque fois il y a un thème. Quant à savoir si elles s’enchaînent, oui sauf à ce que l’organisation de la Fête, pour une meilleure déambulation, ne le souhaite pas. Pas besoin d’écouter la boucle de son du début à sa fin. On peut y assister à n’importe quel moment.


La Vague

Par Sébastien Lefèvre et Jocelyn Mienniel
Place Bellecour Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Jordi Gali, un chorégraphe en Lumière aux Subs

Fête des Lumières | Le chorégraphe Jordi Galí est programmé aux Subs lors de cette Fête des Lumières.

Nadja Pobel | Mardi 30 novembre 2021

Jordi Gali, un chorégraphe en Lumière aux Subs

C’est une illustration du chemin que cherche à prendre cette première Fête des Lumières de la nouvelle mandature : accorder de la place à de grands artistes qui ne sont pas spécialistes de la lumière, mais qui ont une capacité de l’intégrer à leur créativité. C’est le cas de Jordi Galí qui présente aux Subs 20 Watts pendant et au-delà des quatre jours de festivités. Le danseur catalan (auprès de Maguy Marin, Anne Teresa De Keersmaeker, excusez du peu) a fondé en 2007 la compagnie Arrangement Provisoire qu’il co-dirige désormais avec Vania Vaneau. Habitué aux constructions monumentales dans l’espace public conçues avec des habitants ou occupants du territoire, il s’est ici allié, depuis septembre, à des artisans menuisiers, designers et à une trentaine de personnes en parcours d’inserti

Continuer à lire

Pour la Fête des Lumières, une année de transition

Fête des Lumières | C'est la première Fête des Lumières de l’ère post-Collomb, qui l’aura événementialisée au maximum. Toujours flamboyante sous la municipalité verte, l’édition 2021 s’ouvre à de nouveaux artistes et tente de pousser les barrières de son périmètre de sécurité imposé, du côté de Blandan.

Nadja Pobel | Mardi 30 novembre 2021

Pour la Fête des Lumières, une année de transition

À première vue, lors de l’annonce début novembre de la programmation 2021, il n'y avait pas de grands changements pour cette Fête des Lumières. Toujours ramassée en Presqu’île pour cause de périmètre de sécurité post-attentats 2015, toujours sur quatre jours avec les mêmes édifices et espaces mis en lumières. Pourtant, à y regarder de plus près, exit les noms des mastodontes qui régnaient sur la ville : Yves Caizergues, Skertzò, Damien Fontaine (qui était dans la cathédrale Saint-Jean ces dernières semaines) ou encore les Theoriz Crew et Benedetto Bufalino. Les reverra-t-on ? « La porte est ouverte à tous, nous confie Romain Tamayo, chargé de projet Fête des Lumières à la Ville de Lyon, on choisit chaque année les meilleurs projets ». Avec 60% de

Continuer à lire

Fête des Lumières 2021 : une nouvelle ère à bas-bruit

Fête des Lumières | Du 8 au 11 décembre la Fête des Lumières version élus EELV ressemblera aux précédentes avec les mêmes sites éclairés. Mais elle renouvelle en revanche grandement les artistes conviés pour plus de proximité et s'adresse aux petits dans le parc Sergent Blandan.

Nadja Pobel | Lundi 8 novembre 2021

Fête des Lumières 2021 : une nouvelle ère à bas-bruit

Il se dit « tellement content de pouvoir enfin parler de la Fête des Lumières ». Après y avoir cru jusqu'au bout l'an dernier et avoir dû l'annuler pour cause de crise sanitaire, Grégory Doucet présente enfin sa première Fête en tant qu'édile, le « premier grand événement culturel et festif gratuit et dans l’espace public de l'ère post-Covid » dit-il avec des pincettes sachant que les contaminations font encore des vagues — oubliant en route que le Tour de France (culturel en un sens) est déjà passé par Lyon en 2020. À première vue, cette Fête ne diffère pas des éditions menées sous les mandatures de Gérard Collomb et pilotées de main de maître par Jean-François Zurawik, dont le nom n'a pas été prononcé ce lundi matin lors de la conférence

Continuer à lire

La Vague

ECRANS | De Dennis Gansel (All, 1h48) avec Jürgen Vogel, Frederick Lau…

Christophe Chabert | Vendredi 27 février 2009

La Vague

L’Allemagne contemporaine est très forte pour ausculter son passé par le biais du cinéma. Le jeune réalisateur Dennis Gansel prend un autre chemin, en se demandant si ce passé pouvait se reproduire aujourd’hui. Avec La Vague, il met en scène la semaine de cours d’une classe de lycée travaillant sur l’autocratie (comment naît une dictature ? De quel terreau a-t-elle besoin pour prospérer ?) La leçon devient rapidement pratique, les élèves, guidés par leur prof, se prennent au jeu en formant un mouvement baptisé La Vague (avec salut, emblème et uniformes à la clé). La démonstration cinématographique, basée sur un fait réel survenu en Californie dans les années 60, est implacable : le passé peut resurgir à tout moment. Mais Gansel, qui tenait ici un matériau riche, amoindrit la portée de son film en construisant un récit limite caricatural. Les ados semblent tout droit sortis d’une mauvaise sitcom, chacun étant dans un rôle extrêmement bien défini (le beau gosse, l’intello, le mal dans sa peau…). On a vu plus fin. Aurélien Martinez

Continuer à lire