Go Mex

GUIDE URBAIN | Comme le dit le fameux proverbe mariachi : si tu ne vas pas au Mexique, le Mexique viendra à toi. Que ce soit par la voix de Brian Lopez ou par les tacos du Go Mex, nous nous sommes piqués cette semaine d’une envie de faire monter le cactus dans la salsa. Arriba ! Stéphanie Lopez

Stéphanie Lopez | Jeudi 12 avril 2012

Photo : Stéphanie Lopez


Parmi l'affligeante constellation d'enseignes aseptisées qui composent l'insipide Pôle Confluence, nous avons sauvé une adresse, qui, contre toute attente, cuisine de l'authentique qui fait ventre. Dans ce tout nouveau fast food lancé par un chef mexicain, nous sommes certes bien loin des vieilles pierres de Palenque et des casas typiques aux murs bariolés, mais la trilogie tacos-burritos-guacamole peut se targuer d'une certaine authenticité. Côté cuisine, le chef Enrique Gomez Moro reste fidèle à ses origines, en préparant lui-même toutes les sauces, marinades et totopos. Même si son Go Mex joue la carte du frichti pris sur le pouce, Señor Moro est un vrai cuistot, formé à l'Institut Bocuse avant d'œuvrer chez Ducasse et au Royal Monceau.

Frichti aux frijoles

L'air de rien, c'est donc une vraie part de patrimoine culinaire mexicain qui se prépare ici, sous les yeux du client pressé ou de la shoppeuse en pause déjeuner. On choisit sa galette de base (tacos ou burrito), sa viande, ses garnitures (riz, haricots frijoles, légumes fajidas, salade, crudités…) et une sauce plus ou moins relevée (on recommande la salsa verde, qui ne chipote pas sur le piment chipotle). Tous les ingrédients sont frais, parfumés des notes de coriandre et d'achiote typiques des plats que l'on mange au Mexique. Pas de couverts ni de vaisselle pour dresser le guacamole : ce sont les galettes qui servent d'assiette, voire de sandwich si on roule le tout comme dans une crêpe. Pas de Pepito non plus pour qui voudrait finir sur une petite note sucrée, mais un choix de pâtisseries, panna cotta, salades de fruits… Go Mex économise en service ce qu'il redistribue dans la galette de maïs : pour huit euros le burrito garni, on est calé en poulet Pibil et haricots noirs jusqu'au lendemain soir. C'est sûr que le cadre clinique ne remplacera jamais la saveur d'une escale à Uxmal, mais pour un avant-goût de Yucatan, ce fast food au taquet du tacos vaut bien d'autres adresses plus assises (on mange mieux là, par exemple, qu'à La Casa Y El Tequila).

GO MEX
Pôle Confluence, 112 Cours Charlemagne, Lyon 2e
(04 72 04 41 95)
Formules à 9, 90€ et 11, 90€

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Mexique à l'assaut des Pentes

Restaurants | Les accros aux tacos se ruent vers les Terreaux, où deux restaurants de cuisine mexicaine viennent d'ouvrir simultanément.

Adrien Simon | Mardi 14 novembre 2017

Le Mexique à l'assaut des Pentes

Les madames Irma des tendances culinaires nous avaient prévenu : la mode du taco arrive en France, depuis le Mexique, via les USA. Précision utile : on ne parle pas ici du french tacos, la galette de blé pliée en parallépipède remplie de viande et de frites, snack né à Vaulx-en-Velin et qui, après Grenoble est en train de contaminer toute la France. Mais bien du taco américain, dont la base est une petite tortilla souple (et non pas frite comme dans les kits vendus en supermarché), fabriquée à base de masa harina, une farine de maïs nixtamalisée - procédé méso-américain qui consiste traditionnellement à cuire les grains de maïs dans de l'eau mélangée à de la cendre. Une cantine à tacos vient donc d'ouvrir en face du coffee shop historique de Mokxa, place du Forez - l'étonnante place toute ronde (regardez le ciel) traversée par la rue des Capucins. L'affaire est tenue par Enrique Gomez, qui fit ses classes à l'Institut Paul Bocuse et chez quelques chefs étoilés (notamment chez Ducasse à Londres), avant d'ouvrir un fast-food (mexicain) à la Confluence. Et désormais cett

Continuer à lire