She Is Morning : le before work disappointing

Tendance | « Inspirant », « génial » et « révolutionnaire ». Les articles sur les before work, ce nouveau concept qui consiste à se lever plus tôt pour faire la fête, du yoga ou simplement bruncher avant d’aller travailler, sont enthousiastes. Nous, un peu moins. On a testé celui du She Is Morning le 29 avril dernier, entièrement dédié aux femmes souhaitant « voir le matin d’une autre façon. » Le prochain aura lieu fin octobre.

Julie Hainaut | Mardi 11 octobre 2016

Photo : © Graind’elle


5h45. Le réveil sonne. Après avoir enfilé son café et avalé son jogging, on enfile son jogging et on avale son café, on dévale les escaliers, on croise son voisin qui rentre de soirée, on court après le tram, on reprend son souffle dans une rame quasi-vide, on (re)jette un œil au programme — petit-déj sain, ateliers détente — qui donne rendez-vous de 6h30 à 9h30 « à toutes les femmes qui veulent oser un réveil dynamique, sain, fun, et commencer leur journée inspirées, relaxées et surboostées ! ». A priori, c'est mal parti, on est déjà en nage et on a raté l'arrêt.

6h25. Une quinzaine de femmes en leggings sont déjà sur place, un thé détox dans une main, une pâtisserie sans gluten dans l'autre. Une DJ mixe (trop fort). Tout le monde a l'air heureux. On se croirait dans une immense pièce de théâtre, on cherche la caméra cachée par son rédacteur en chef, en vain. A priori, tout le monde est là de son propre chef. On demande à l'une des organisatrices si le concept est adapté aux mamans. « Oui, elles peuvent laisser leur enfant à leur mari ». Ok, et quand elles n'en n'ont pas ? « À leurs parents, ou grands-parents, il y a toujours quelqu'un pour garder votre enfant ! ». Ok. Le ton est donné.

6h30. Charlotte Pignal, fondatrice de She Is Morning, monte sur une chaise, se présente, nous informe que « c'est hyper courageux d'être là » et qu'on est « extraordinaires ». Elle précise le programme : quatre ateliers de 30-40 minutes ponctués de pauses sans gluten. On saura à la fin que l'on a le temps de ne participer qu'à trois ateliers parmi ceux proposés (yoga, sophrologie, autohypnose, et « moins cogiter = plus d'énergie »).

7h. On débute avec l'atelier sophrologie, on apprend à détendre son "triangle de vigilance" (la nuque), on alterne exercices de concentration et "pompages" (lever d'épaules) pour libérer les tensions. Ça fonctionne, malgré les clics assidus de la photographe et la DJ qui mixe décidemment bien trop fort.

8h. Après avoir picoré des baies de goji et échangé avec les autres participantes sur le concept — certaines ont pris des RTT pour assister à l'événement —, on décide de tester l'atelier d'autohypnose. La coach Christel, qui pratique « une approche humaniste de la discipline », nous convainc de notre capacité naturelle à « l'auto bien-être » : on a réussi à faire abstraction de la musique et on se détend vraiment.

9h. Un fromage blanc orné de Granolas et d'amandes dans le gosier, on file à l'atelier « moins cogiter = plus d'énergie ». La coach est spécialiste en « Communication Relationnelle et Mécanismes humains ». Elle distribue une ficelle à chaque participante en demandant d'effectuer des nœuds (sous-entendu un nœud = un problème), puis fait un tour de table afin de nous « analyser ». Vient notre tour. Nous avons décidé de laisser la ficelle vierge. Malheur. « Tu devrais prendre du recul » assène la coach. Ah. Ok. Ne pas faire de nœud = du mal à se remettre en question. Méprisant, condescendant, moralisateur, jugeant. Tout ce qu'on aime.

9h30. Fin du before work. Résultat des courses : les tensions relâchées au premier atelier se sont amplifiées au dernier, on n'a toujours pas trouvé la caméra cachée et on prendrait bien l'apéro, histoire de décompresser.

She is morning
Prochaine édition : le 27 ou le 28 octobre, date et lieu en cours d'actualisation sur le site.

Tarif : 32 euros

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Desjeuneur : c'est brunch tous les jours !

Restaurant | Nom de zeus ! Cette ville déborde de fainéants ! Pour preuve : le succès rencontré par ce café anglo-saxon, où l’on peut breakfaster... jusque 18h ! Bien sûr, ça se passe à la Croix-Rousse.

Adrien Simon | Mardi 19 septembre 2017

Le Desjeuneur : c'est brunch tous les jours !

Nous voilà sur l'ultime faux-plat avant le plateau de la Croix-Rousse : la rue des Pierres Plantées, cailloux qui empêchaient, jusqu'au siècle dernier, les attelages de dévaler la montée de la Grande-Côte. Devant le tout neuf Desjeuneur, un passant sceptique pense : « encore l'un de ces non-lieux à l’accent anglais, où boire des kawa scandinaves et ultra-dilués, dans une ambiance de showroom Ikea. » Que nenni, badaud aigri ! Ce nouveau café est bourré de qualités. La première d’entre elles étant de servir le breakfast à toute heure. Une proposition qui comblera : aussi bien l’oisif noceur cherchant un petit déj’-éponge de début d’après-midi, le jetlagger en quête de repères et du goût de l'Amérique, le runner performeur monté au trot en meute flashy qui doit reremplir ses stocks de glycogène. Le Desjeuneur s’est donc mis en tête de répondre à ce besoin saugrenu : pouvoir manger des œufs au plat, du lard grillé, du granola, une montagne de pancakes au sirop d’érable, à 10h, midi, ou 17h, quel que soit le jour de la semaine. Il vaut même mieux éviter d'y venir le week-end, quand le lieu est littéralement pris d’assaut pour le brunch

Continuer à lire

Diploid, le nouveau coffee shop qui dépote

Coffee Shop | Déco ultra-inspirante, Granola maison exquis, voisin de table charmant : on ne sait plus ce qui nous a le plus séduit mais on conseille vivement ce nouveau repaire à petit-déjeuner.

Julie Hainaut | Mardi 13 juin 2017

Diploid, le nouveau coffee shop qui dépote

Il n’y a rien de plus important, dans une journée, que l’apéro – si vous nous lisez assidument, vous l’aurez remarqué – et le petit-déjeuner – qu’on aime gourmand et si possible agrémenté de litres de café pour tenir jusqu’à l’apéro, justement. On connaît tous les coffee shops de la ville – ou presque, il en ouvre un par semaine – mais, honnêtement, on préfère largement prendre son p’tit noir au café du coin en lisant la presse, qu’au sein d’un énième spot tendance où défilent les blogueuses mode en quête de followers sur Instagram (#humour). Et on a appris l’ouverture de Diploid, le deuxième coffee shop de Camille Dumas et Robin Perraud, les heureux parents de Slake, qui a déjà un an. On a vu quelques photos sur les réseaux sociaux : pas d’ampoules à filament, pas de déco ultra-épurée et pas de murs bleu canard, mais une tapisserie tropicale, du carrelage à l’ancienne et des luminaires en bambou tout doux. Alors on s’est décidé et on a poussé la porte du 18 rue de la Platière, qui abritait jusqu’à l’hiver dernier le charcutier-traiteur Moinon. Et on n’a pas été déçu – on préf

Continuer à lire

Sur le Bout de la Langue : les Enfants sont toujours gâtés

Salon de Thé | Le célèbre glacier de la place Sathonay change de propriétaire et se transforme en agréable repaire à goûters : Sur le bout de la langue.

Adrien Simon | Mardi 6 septembre 2016

Sur le Bout de la Langue : les Enfants sont toujours gâtés

Des hordes d'écoliers se ruent sur un coin de la place Sathonay en fin d'après-midi, en cette rentrée scolaire. Ils foncent chez un glacier bien connu : Les Enfants gatés. Mais, attendez ! On ne reconnait plus le mobilier. Et l'enseigne a changé... Ce sont bien des cornets qui continuent de défiler.... Mais l'affaire vient de changer de mains, et d'enseigne : Sur le bout de la langue, désormais. Guillaume et Clio tenaient une fameuse boulangerie-pâtisserie à Montpellier : le Palais Saint-Lazare. Mais ils souhaitaient se concentrer sur les douceurs, arrêter le pain. Et emménager à Barcelone. Les voici dans le 1er arrondissement de Lyon... Les glaces continueront d'être réalisées sur place, selon les recettes des Enfants gâtés. Pas de changement flagrant de ce côté. Et, même si tous les parfums ne sont pas encore proposés, il y a déjà de quoi s'amuser : sorbet citron vert-basilic, glace gianduja-noisettes ou encore myrtille-framboise-violette (2, 50€ une boule, 4, 50€ les deux). Mais outre la décoration — les murs mis à nu, le mobilier chiné dépareillé, comme ces tables en métal et marbre ou ces chais

Continuer à lire

Prochain Ciné Brunch ce dimanche

ECRANS | Ce dimanche 10 mai à 10h45, c'est Ciné Brunch au Comoedia ! Rappel du principe : notre critique cinéma maison, Christophe Chabert, vous présente les bandes (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 7 mai 2015

Prochain Ciné Brunch ce dimanche

Ce dimanche 10 mai à 10h45, c'est Ciné Brunch au Comoedia ! Rappel du principe : notre critique cinéma maison, Christophe Chabert, vous présente les bandes annonces de quelques sorties attendues, introduit une avant-première top secrète, puis vous invite à en discuter autour d'un gueuleton au Bistrot Comoedia. Deux formules au choix : le pack Ciné Brunch : 15, 90 € le film seul : 4, 90 € http://www.cinema-comoedia.com

Continuer à lire

Un Ciné-brunch pour les 100 ans du Comoedia

ECRANS | Rappel : demain, dimanche 28 septembre, au Comoedia, nous vous donnons rendez-vous à 10h45 pour notre désormais traditionnel Ciné-Brunch. Un Ciné-Brunch un (...)

Benjamin Mialot | Samedi 27 septembre 2014

Un Ciné-brunch pour les 100 ans du Comoedia

Rappel : demain, dimanche 28 septembre, au Comoedia, nous vous donnons rendez-vous à 10h45 pour notre désormais traditionnel Ciné-Brunch. Un Ciné-Brunch un peu particulier, puisqu'il se tient dans le cadre des 100 ans du cinéma de l'avenue Berthelot.Le programme reste toutefois le même : présentation, par Christophe Chabert et bandes annonces à l'appui, des films les plus attendus des prochains mois  projection en avant-première d'un film mystère ; brunch, courtoisie du Café Cousu. A ceci près que le brunch est complet. Il reste toutefois des places pour la projection, au tarif de 4, 80€ (à réserver directement au guichet du Comoedia). A demain !

Continuer à lire

Prochain Ciné Brunch le 16 février

ECRANS | Notre prochain Ciné Brunch se tiendra dimanche 16 février à 10h45. On vous rappelle le déroulé de ce rendez-vous dédié aux cinéphiles intrépides et organisé avec la (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 6 février 2014

Prochain Ciné Brunch le 16 février

Notre prochain Ciné Brunch se tiendra dimanche 16 février à 10h45. On vous rappelle le déroulé de ce rendez-vous dédié aux cinéphiles intrépides et organisé avec la complicité du Comœdia et du Café Cousu - Présentation des bandes-annonces des films les plus attendus ;- Projection d'un film-mystère en avant-première ;- Brunch autour duquel vous pourrez échanger avec les équipes du journal et du cinéma. Il vous en coutera 15, 80 € pour la totale (film + brunch) ou 4, 80€ pour le film uniquement. Dans les deux cas, direction les caisses du Comœdia (13 avenue Berthelot, Lyon 7) pour les préventes.

Continuer à lire

Pacôme Thiellement, yogi pop

CONNAITRE | Essayiste érudit et volubile, Pacôme Thiellement propose une approche sacrée et exégétique de la culture pop et de ses totems, nourrie par les lectures mystiques. Une démarche tout entière contenue dans le recueil d’articles "Pop Yoga". Stéphane Duchêne.

Stéphane Duchêne | Lundi 9 décembre 2013

Pacôme Thiellement, yogi pop

S’il fallait un livre pour entrer dans l’univers de Pacôme Thiellement, auteur d'ouvrages sur Nerval, Lost, David Lynch, Led Zeppelin, Zappa, les Beatles, Pop Yoga serait sans doute celui-ci. Riche de 42 articles, l'ouvrage documente au mieux la cohérence de l'approche analytique des marottes précitées – et de bien d'autres : théologie et théophanie (apparition ou révélation d’une divinité ou d’un caractère divin), démonologie, gnose (à la fois doctrine promettant à ses adeptes la connaissance de Dieu par une révélation intérieure et connaissance ésotérique parfaite et initiatique contenant tous les savoirs sacrés). «Une méthode pour accéder à l’union par l’étude active des œuvres de la pop culture», voilà en quoi consiste le «Pop Yoga» de Pacôme Thiellement, soucieux de rendre à la culture de masse sa dimension mythologique, les mouvements, les transcendances et les liens invisibles qui la traversent. Pour l'auteur, le «Pop Yoga» est un « ta’wil » : l'acte, tel que défini dans la religion musulmane, de «ramener une parole vers le résultat qu’on veut lui donner en expliquant son sens ou en déterminant ses effets

Continuer à lire