La Mère Brazier débarque aux Docks de Vaise

Épicerie-comptoir | Entre le néo-quartier de l’industrie et le pôle multimodal de la gare de Vaise, le chef étoilé de la Mère Brazier installe sa boulangerie et offre à voir et à acheter sa cargaison d'épicerie fine.

Adrien Simon | Mardi 10 janvier 2017

Photo : © Anne Bouillot


L'installation d'un chef de renom est désormais un argument (ou un "produit d'appel") dans le déploiement de nouveaux projets urbains. C'était l'objectif de l'installation à la Confluence de l'étoilé Le Bec (échec...). Le néoquartier de l'Industrie à Vaise a de son côté accueilli, dans sa première phase de développement, le groupe Bocuse (L'Ouest puis Ouest express). On n'y attendait pas forcément une autre star de la cuisine lyonnaise. C'est pourtant à quelques rues de là que le col tricolore Mathieu Viannay vient d'installer son nouveau et ambitieux projet. Il arrive avec sous le bras l'image de marque et le poids historique de la Mère Brazier (il dirige le restaurant de la rue Royale depuis 2008) : la photo de la mythique cheffe lyonnaise s'affiche en grand, en noir et blanc, sur l'un des murs extérieurs.

Cette épicerie-comptoir a, de loin, de faux-airs de mini-corner "gourmet" de grand magasin : des rayonnages de boîtes, bocaux et bouteilles rares, un stand de boulangerie, un étal de fromages, un autre de charcuterie. Une bonne partie des produits frais est fabriquée sur place : le pain, les pâtisseries et viennoiseries, et puis le paté-croûte, élaboré selon la recette du 1er arrondissement, là où est la maison-mère.

Un midi, dès la semaine d'ouverture, quand le grand chef himself était encore là à trancher le jambon blanc, on a voulu s'essayer, sur tabourets hauts, aux sandwiches et salades. On s'est jeté sur un truc saucicélophané qui ne payait pas de mine, et dont le descriptif nous aurait fait fuir partout ailleurs : un pain au lait garni de saumon et cresson. Le poisson vient de chez Vianey (l'excellent poissonnier de la Croix-Rousse) et est gravlaxé sur place, la tartinade à la ciboulette est faite de faisselle de Bresse, et le pain sort du four, ce qui donne finalement un assemblage délicieux.

Après avoir ramené son petit plateau plastique dans le coin dédié à la mastication, on peut encore craquer pour un verre de vin, comme le Patrimonio d'Yves Leccia, servi par une sommelière (une vraie, avec un pin's grappe de raisin). Oui, il y a ici un mélange des genres assez déroutant, tant dans le dispositif, que dans la diversité des produits (au déjeuner, baguette-rosette ou caviar osciètre ?)

Mais le plus épatant reste l'épicerie fine. On trouve sur les étagères les mêmes trésors que dans les meilleures cuisines de resto lyonnaises. Par exemple, les flacons d'Alexis Muñoz, expert en huiles d'olive, receleur de chefs étoilés. Au même rayon : les produits de l'Huilerie Beaujolaise, les vinaigres artisanaux de l'Anjou, les cornichons français de la maison Marc (qu'on croque à l'Élysée). Passons les pâtes Garofalo ou les sauces Panzani-Viannay (plus chères qu'au Casino d'en face), qui voisinent de petits pots en plastique blanc, contenant les très recommandables épices des Saveurs du Cachemire.

Un peu plus loin, on peut se ruer (comme Brad Pitt) sur les confitures alsaciennes de Christine Ferber, voire sur les tablettes de chocolat de Bernachon ou de Bouillet. Évidemment, on trouve aussi ici nombre de vins et spiritueux. En fouinant un peu : les magnifiques Fiefs Vendéens de Thierry Michon, les superbes Silex de Dagueneau ou les surprenant Sydres de Bordelet.

Est-ce que tout cela est hors de prix ? Pour un p'tit déj', par exemple : la baguette est à un euro, la plaquette de beurre Bordier à cinq, et le pot de confiot' requiert un billet de dix. Donc oui, on peut logiquement trouver ça cher. Quoiqu'on évite ici les marges terrifiantes pratiquées dans certaines échoppes chics proches de Bellecour ou Lafayette...

Épicerie-Comptoir Mère Brazier
53 Rue de St Cyr, 9e
Tous les jours de 8h à 20h (13h le dimanche)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Lyon Street Food festival revient

Street Food | Le Lyon Street Food festival #2 revient début septembre aux Subsistances

Lisa Dumoulin | Jeudi 6 juillet 2017

Le Lyon Street Food festival revient

Le Lyon Street Food festival revient les 8, 9 et 10 septembre aux Subsistances après le succès de la première édition. Cette année les invités sont Hong Kong, la Colombie dans le cadre de l’année France-Colombie mais aussi Puebla au Mexique, dont la gastronomie est classée au patrimoine de l’Unesco (c’est le seul pays avec la France). Des chefs et cuisiniers de tous horizons viennent donc préparer des plats “de rue”, aux côtés de nos chefs lyonnais tels Les Apothicaires, Mathieu Viannay, Christian Têtedoie, Mamasan, Joseph Viola ou encore le grand Régis Marcon. Nouveauté cette année, le “sugar hangar” dédié aux pâtisseries et mets sucrés, la “cocktail factory” avec des spécialistes de la mixologie (L’Antiquaire, le Black Forest Society, le Groom, la Vermuteria) et aussi un BBQ corner et des food trucks. Mai

Continuer à lire

Jacotte Brazier : l’héritière

Portrait | Sa grand-mère Eugénie – la fameuse Mère Brazier – fut l’une des plus célèbres cuisinières de la gastronomie française, couronnée de trois étoiles dans ses deux restaurants, en 1933. Jacqueline Brazier, Jacotte pour ses amis, entend préserver son patrimoine culinaire et sa mémoire à travers l’association qu’elle a créée, Les Amis d’Eugénie Brazier, qui fête ses dix ans.

Julie Hainaut | Mardi 28 février 2017

Jacotte Brazier : l’héritière

Elle nous reçoit chez elle, à la Croix-Rousse, rouge aux lèvres, yeux rieurs et sourire jusqu’aux oreilles. Elle nous sert un thé dans sa cuisine où elle ne cuisine jamais – ce qu’elle aime avant tout, « c’est goûter » –, nous enjoint de jeter un œil aux photos de chasse de son père Gaston – « il adorait chasser avec son ami Paul Bocuse » – et se désole que la statuette d’Eugénie Brazier que l’écrivain Frédéric Dard lui a offert, vienne tout juste de se casser : « ce n’est pas grave, je la recollerai, elle a le cuir dur, ma grand-mère. » Jacotte, 73 ans, a mille idées à la minute, des bons plans improbables – la bière est bien plus saine et économe qu’un spray coiffant classique pour faire tenir des boucles –, un débit kalachnikov à faire pâlir un acteur de la Comédie française et s’amuse de tout. L’accoucheur, lors de sa naissance le 23 novembre 1943 un mois avant terme avec « une jaunisse du diable », avait prévenu : « si elle vit, elle aura une santé de fer ». Et une énergie d’enfer. L’école de la vie Dans les années 20, sa grand-mère Eugénie Brazier tient deux restaurants : un au co

Continuer à lire

Aux Subsistances, la street cred' sauce Hong Kong

Lyon Street Food Festival | Au premier Lyon Street Food Festival ce week-end, l'on croisera la route des meilleurs food trucks du coin mais pas seulement : des Apothicaires à la Mère Brazier, les top chefs de la ville se la jouent street credibility. Fameux.

Adrien Simon | Mardi 20 septembre 2016

Aux Subsistances, la street cred' sauce Hong Kong

Les food trucks lyonnais se radinent ce week-end aux Subsistances, pour un festival de trois jours autour de la "gastronomie nomade". Les habitués des marchés lyonnais seront ravis de retrouver le bar à jus l’Estanco, le triporteur de Trop Chou ou encore The Rolling Cantine (photo). Ce dernier transformé pour l’occasion en jonque flottante, afin de coller au thème de cette première édition : Hong Kong. Les camions-cuisines assureront le ravitaillement des visiteurs dans la cour, et l'on retrouvera sous la grande verrière des cuisiniers sédentaires s’essayant eux aussi à la bouffe en barquette : les cuistots très en vue du Café Sillon (le dépotant-déroutant resto du 7e), de La Bijouterie (qui joue déjà avec les dim sums dans le 1er), et des Apothicaires (le nouveau spot à ne pas manquer du 6e) y officieront. Tous promettent de se mettre au diapason hongkongais, avec du côté de Tabata et Ludovic Mey (les Apo

Continuer à lire

La gastronomie à toutes les sauces

ARTS | Érigée au rang de quasi religion à Lyon, la gastronomie est enfin disséquée dans l’exposition «Gourmandises !» du musée Gadagne. Retour sur l’histoire de ce mythe "made in" gone, zoom sur le menu de l’expo et décryptage de ce bonbon ô combien d’actualité et local : la papillote. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Jeudi 15 décembre 2011

La gastronomie à toutes les sauces

«Capitale mondiale de la gastronomie». L’appellation claque comme un trophée. Cette petite phrase sésame a été prononcée par le critique gastronomique Curnonsky (pseudonyme de Maurice Edmond Saillant) en 1934 au sortir de Chez Vettard (cuisinier de feu le Café Neuf place Bellecour) et est devenue le titre même d’un de ses ouvrages. Pourtant la réputation de la nourriture lyonnaise n’est alors pas nouvelle. Rabelais s’est inspiré de cette cuisine pour écrire Gargantua et Pantagruel ; Stendhal prétendait ne connaître qu’une chose que l’on fasse bien à Lyon : «On y mange admirablement bien et, selon moi, mieux qu’à Paris». Il faut dire que Lyon est au bon endroit : sur l’axe fluvial nord-sud par lequel transite des produits lors des foires du Moyen-Âge et qui en font un centre d’approvisionnement et de consommation. Parallèlement, les métiers de bouches se développent donnant parfois leur nom aux rues (rue de la Fromagerie, de la Poulaillerie). Lyon bénéficie aussi des spécialités locales alentours d’excellente qualité : les volailles de Bresse (seule AOC au monde pour le poulet), les poissons et grenouilles de la Dombes et des lacs savoyards, les fruits

Continuer à lire