Plongeons À la Piscine

Restaurant | Ce sera incontestablement LE spot de l’été, au bord de l’eau - chlorée. Un café-restaurant au-dessus de la piscine du Rhône ! Où l'on nous promet bonne bouffe et bon son.

Adrien Simon | Mardi 6 juin 2017

Le centre nautique Tony Bertrand, c'est le nom officiel de l'immense navire à quatre grands mats, surmontés de soucoupes volantes (en fait des projecteurs) et aux deux bassins extérieurs qui, aux beaux jours, débordent (corps et cris ; plongeons et bastons). C'est dans cette piscine du Rhône (comme on préfère la nommer) qu'est né le festival Nuits Sonores.

En mai 2003, la première soirée d'inauguration se tenait sous l'auvent monumental en béton, tout comme deux ans plus tard la carte blanche à Manchester, ou le midi-22h de Laurent Garnier. Après les récents travaux de rénovation qui ont permis l'ouverture hivernale aux baigneurs olympiques, un bout du bâtiment était resté en friche. Quand il fut question d'y faire entrer un restaurant, Arty Farty (qui organise Nuits Sonores) associé au Café Cousu, a sauté sur l'occasion. Avec la prétention de créer un lieu de vie - pas façon Deligny, mais mixant néobistrot, coffee shop, bar à vins et café comptoir - ouvert toute la journée et toute l'année.

L'agence LFA et Mickael Fabris ont créé un intérieur lumineux, entièrement vitré, pavé en granito blanc, éclairé de quelques plantes vertes, meublé-décoré sans excès (tables en pin brut, chaises de classe). Parmi les nombreuses initiatives qui devraient y prendre place on ne sait pas encore ce que donneront les ateliers pour enfants (animés par Monsieur Simon, notre collaborateur Antoine Allègre), les repas thématiques un dimanche sur deux (organisés par Jean Cook - le premier c'était "couscous pour tous", le second dédié au Portugal) ou les résidences de chefs étrangers. On n'a pas encore pu goûter aux playlists collaboratives, proposées par tout un chacun, diffusées dans la journée avant d'être mises en ligne - pour l'instant on passait The Knife en entrée, et Barbara avec le poisson. Mais on peut parler de ce qu'il y a d'ores et déjà dans les assiettes.

Pour les remplir on retrouve une large troupe, composée (entre autres) : en cuisine et en semaine de Delphine et Pierre, exfiltrés d'étoilés, le dimanche de Gaëlle, vue au Lapin Blanc à Paris, en salle de Camille, croisée au bistrot des Fauves à Lyon. Qui servait un soir, à la table d'hôtes seize places, un imposant filet de lieu noir, brillant, à tremper dans le pesto, surmonté de feuilles d'ail des ours encore vivantes, et accompagné de millet, cuisiné comme un risotto.

Et un midi, un juteux poulet rôti avec polenta et carottes du marché (du quai Augagneur) dans une formule déjeuner imparable. Le dimanche, on brunche : d'une assiette salée, dont on retiendra la très bonne salade de quinoa, boulgour, pastèque, grenade, et amandes, puis d'un buffet à volonté de sucreries (carrot cake et banana bread, notamment).

Tous les jours, on boulotte des planches de charcut' d'Yzeron et de fromages de l'Autre côté de la rue, à arroser d'un verre de vin cosmique : la Renaissance de Viret ou le Fusette Altesse de Pellerin. L'apéro se passe sur l'incroyable terrasse qui, avec son exposition plein soleil et sa vue panoramique (grand bain à gauche, Presqu'île en face), ne devrait pas désemplir de tout l'été.

À la Piscine
8 quai Claude Bernard, Lyon 7e
Du mercredi au dimanche de 7h30 (9h le samedi, 10h le dimanche) à minuit (20h le dimanche)
Formule déjeuner 19€ ; menu 29€ ; brunch 20€

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Pistache, le resto au-dessus de la piscine du Rhône, ferme définitivement

Restaurant | À La Piscine avait périclité à l'automne 2019. C'est au tour de Pistache de jeter l'éponge. Le restaurant situé en surplomb de la piscine du Rhône restera vide cet été.

Sébastien Broquet | Mercredi 7 juillet 2021

Pistache, le resto au-dessus de la piscine du Rhône, ferme définitivement

Le lieu va finir par avoir l'image d'un spot maudit. Après l'échec de À La Piscine, restaurant porté par la société Swimming Poule (émanation de Arty Farty qui collaborait alors avec le Café Cousu sur ce projet), fermé à l'automne 2019, c'est son éphémère successeur, Pistache, qui a jeté l'éponge un an plus tard. En cause : une économie initialement fragile, et évidemment la crise Covid qui a coupé net l'espoir d'une potentielle émergence. Nouvelle incarnation du lieu qui se voulait plus classique après les expériences novatrices et marquantes de À La Piscine portées en particulier par le fringant Andrea Pétrini, Pistache était géré au quotidien par le groupe Darwin (Maison Mère, Monkey Club, Soda Bar, Solal et depuis peu la friche La Cité des Halles dans le 7e) qui avait rejoint le projet en octobre 2019 — toujours avec Swimming Poule, suite à une réorganisation et

Continuer à lire

Regain : on dirait le sud

Restaurant | Après la fermeture il y a plus d’un an d’A la piscine, Thomas Rolland et Benjamin Sanchez rebondissent près des Terreaux avec Regain. Dans un espace presque chic, ils envoient un menu déjeuner bien roulé.

Adrien Simon | Lundi 5 juillet 2021

Regain : on dirait le sud

2018. Le festival Attable, co-organisé par Arty Farty (Nuits Sonores) devait envoyer le signal au reste du monde d’une cuisine lyonnaise à nouveau « dans le coup ». L’événement désignait le 7e arrondissement comme l’épicentre d'un tremblement gastronomique en cours. La Piscine du Rhône abritait alors un superbe spot accueillant de jeunes chefs étrangers qui dépotent, souvent à peine extirpés de restos bien placés au 50 Best (classement mondial, dont Andrea Petrini, l’ancien sélectionneur de À la Piscine fut l’un des chairman). Au quotidien, la bouffe était envoyée par Benjamin Sanchez (étudiant en relations internationales, reconverti cuistot, passé par le Café Sillon — décidément !) et Thomas Rolland

Continuer à lire

Clap de fin pour À la Piscine, qui devient Pistache

Restaurant | Le restaurant lancé initialement par Arty Farty et le Café Cousu, À La Piscine, change de nom et de concept et devient Pistache, désormais géré au quotidien par l'équipe de Darwin, déjà à la tête de la Maison Mère.

Sébastien Broquet | Lundi 21 octobre 2019

Clap de fin pour À la Piscine, qui devient Pistache

C'est fini pour la formule initiale du restaurant À La Piscine, dont le chef Benjamin Sanchez a cuisiné son dernier repas il y a quelques jours. C'est désormais sous le nom de Pistache que ce lieu à la magnifique terrasse en bordure du Rhône va continuer à vivre. Ce changement de nom est concomitant à une réorganisation et à un ajustement de l'actionnariat : la société Swimming Poule, exploitant originel du spot, est rejointe (et non remplacée) par le groupe Darwin (gérant déjà la Maison Mère, le Monkey Club, le Soda Bar et Solal) qui va désormais en assurer l'exploitation. Avec une nouvelle carte, des horaires aménagés et un nouveau chef : ouverture prévue ce jeudi 24 octobre. Le nouveau chef se nomme Jonathan Alvarez et il a été formé chez Piège, Pic et Rostang avant de créer son restaurant à Annecy. On l'a aussi vu par ici du côté du Café Arsène. Si du côté de Pistache on déclare que l'on « s’inscrit dans la continuité du lieu pensé par Swimming Poule, distillant une cuisine de partage, inventive et urbaine », il est à noter que c'est une petite et rare décepti

Continuer à lire

À La Piscine plonge dans le grand bain

Restaurant | Le projet porté par Arty Farty prend vie. Le restaurant À La Piscine ouvre ses portes ce vendredi 12 mai, dans un cadre au fort potentiel : la (...)

Corentin Fraisse | Vendredi 12 mai 2017

À La Piscine plonge dans le grand bain

Le projet porté par Arty Farty prend vie. Le restaurant À La Piscine ouvre ses portes ce vendredi 12 mai, dans un cadre au fort potentiel : la piscine du Rhône. Son équipe veut remettre le partage, la convivialité et la famille au centre de la table. Dans un cadre magnifique au bord du Rhône, on pourra manger à toute heure, en étant bercé par des playlists en accord avec les différents moments de la journée. Atmosphère conviviale, décoration astucieuse et épurée, des prix abordables (moins de 30€/menu), un large choix de bières et une carte des vins de la vallée du Rhône... Tout est réuni pour que la sauce prenne : on revient plus en longueur sur le sujet dès que l'on a testé. À La Piscine Quai Claude Bernard, Lyon 7e Ouvert de 7h30 à minuit du mercredi au vendredi ; le samedi de 9h à minuit ; le dimanche de 10h à 20h

Continuer à lire

La piscine du Rhône à la page

Patrimoine | À Lyon, il faut bien se l'avouer, la saison estivale n'est pas des plus agréables lors des grandes chaleurs... Constamment à la recherche du moindre signe de fraîcheur, il est cependant possible d'échapper à l'insolation grâce à la piscine du Rhône.

Maïté Revy | Mercredi 6 juillet 2016

La piscine du Rhône à la page

Conçue par l'architecte lyonnais Alexandre Audouze-Tabourin à l'occasion de la candidature de Lyon aux Jeux olympiques d'été de 1968 et inaugurée en 1965, la piscine du Rhône, reconnaissable de loin avec ses pylônes en béton servant d'éclairage nocturne, s'est métamorphosée il y a peu. À commencer par son nom : exit l'ancienne appellation "piscine", parlons plutôt du Centre nautique Tony Bertrand, partie intégrante du patrimoine lyonnais. Rénovés entre 2012 et 2015, les bassins n'ont rien à envier aux piscines municipales les plus grandes. Pour les amateurs de loisirs aquatiques, le premier bassin a été conçu avec bains bouillonnants, jeux d'eau, rivière à contre-courant et toboggans, le tout dans un cadre idéal offrant aux visiteurs une vue imprenable sur la ville. Cet été, un panel d'animations aquatiques est proposé aux baigneurs : aquabike, football area, skim board et bien d'autres encore. Pour les plus sportifs, férus de nages de tous styles, le bassin olympique de 50x21 mètres permet de faire des longueurs face à madame Fourvière (un petit luxe !). Et ce même en saison hivernale, puisque la grande nouveauté de ce centre nautique est que la température

Continuer à lire