La Première Plantation, ou l'art de se planter

Cocktails | Ne jamais se fier aux apparences : c’est ce qu’on retiendra de ce nouveau bar à cocktails spécialisé dans le rhum.

Julie Hainaut | Mardi 12 septembre 2017

Photo : © Anne Bouillot


Elle avait pourtant bien commencé, cette histoire. Lui et moi, on était fait pour s'entendre, c'était couru d'avance. Je rentrais de vacances, la tête dans les nuages, il était là, frais et dispo, prêt à me faire atterrir et revenir à la réalité en douceur.

Dès l'entrée, il m'avait séduite à coup de déco brute esprit récup', de cocktails détonnants – le LPP Swizzle et The Epicurian sont idéaux pour contrer la canicule ou récupérer d'un jet lag –, et de mixtures improbables – la liqueur Falernum réalisée à partir de clous de girofles et de café, entre autres, est exquise.

L'assiette veggie (15 € pour trois artichauts marinés, cinq olives, deux grammes de courgettes marinées, une cuillère à café de houmous, une autre de tapenade) m'avait déçue, mais il avait su me réconforter : « les produits viennent d'Italie, la qualité est top » avait-il alors précisé, sous la houlette de ses deux créateurs, Gabriel Desvallées et Matthieu Henry.

Mais l'histoire s'est compliquée. Il disait avoir choisi de s'installer « dans un arrondissement underground. » Le 6e, underground, vraiment ? Il entendait imposer une ambiance de « jungle, là où les plantes prennent le dessus sur la ville ». À peine cinq se couraient après. Je n'ai rien dit, j'ai voulu laisser sa chance au produit.

Puis il a commencé à tenir des propos douteux.

« Mon nom, La Première Plantation, est une référence aux plantations de canne à sucre (le rhum en est issu) dans les colonies françaises. Je cherche à retranscrire l'esprit colonial, un esprit à la cool, une époque où l'on savait recevoir. »

Je suis restée interdite, j'ai cru qu'il avait ajouté de la drogue dans l'un des cocktails, j'ai repris mes esprits et j'ai creusé. Peut-être avais-je mal entendu, finalement. Peut-être avait-il prononcé « l'esprit commercial » et que la chute de la pression atmosphérique dans l'avion avait eu raison de mon ouïe. Non. Il a persévéré. « C'était cool, la colonisation ? » me suis-je indignée. « Dans l'esprit, oui, carrément, ça représente une période sympathique, il y avait du travail à cette époque accueillante. » Je me suis offusquée : « et la partie esclaves, là-dedans ? ». « Ah, on a mis quelques photos dans les toilettes. » m'a-t-il rétorqué.

Des gouttes ont commencé à couler le long de mon visage – ce n'était pas la canicule mais un mélange de colère et de stupeur. J'ai quand même vérifié s'il n'y avait pas de caméra cachée – mon rédac chef est taquin –, il n'y en avait pas, j'ai payé, je suis allée me changer les idées à grand renfort de pintes et d'amis sur les quais, et je suis rentrée, la gorge nouée. Cette histoire qui avait si bien commencé avec des cocktails savoureux s'est mal terminée.

[Mise à jour jeudi 14 à 19h30 : le droit de réponse des gérants de La Nouvelle Plantation]

[Mise à jour jeudi 14 à 19h35 : nous sommes retournés voir les gérants de La Nouvelle Plantation pour discuter de nouveau avec eux : retour sur un bad buzz]

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Droit de Réponse

La Première Plantation | Nous faisons suite à l'article posté le 12 septembre 2017 sur Le Petit Bulletin signé par madame Julie Hainaut. Si nous acceptons les critiques (...)

La rédaction | Jeudi 14 septembre 2017

Droit de Réponse

Nous faisons suite à l'article posté le 12 septembre 2017 sur Le Petit Bulletin signé par madame Julie Hainaut. Si nous acceptons les critiques constructives sur notre travail, en revanche cet article appelle de notre part les observations suivantes. Nous sommes ouverts depuis le 21 août 2017, il s'agit de notre première affaire. Notre volonté a été d'ouvrir un bar à cocktails, un lieu d'échanges, de partages, convivial autour du rhum, sa culture et son histoire. Contrairement à ce que a été retranscrit dans l'article, notre établissement n'a jamais eu la volonté de faire une quelconque apologie de la période colonialiste, période que nous condamnons. Le nom "Première Plantation" est une référence aux plantations de canne à sucre dont le rhum est issu. Ce nom fait également référence au fait que cette ouverture est une première pour nous, une première plante, notre premier établissement. Le mot plantation n'a dans notre esprit aucune con

Continuer à lire

La Première Plantation, retour sur un bad buzz

Polémique | L’article que nous avons publié mardi sur notre site, évoquant le bar La Nouvelle Plantation, a interpellé plusieurs de nos lecteurs, scandalisés par certains (...)

Sébastien Broquet | Jeudi 14 septembre 2017

La Première Plantation, retour sur un bad buzz

L’article que nous avons publié mardi sur notre site, évoquant le bar La Nouvelle Plantation, a interpellé plusieurs de nos lecteurs, scandalisés par certains des propos tenus par les interviewés. L’ampleur prise par le bad buzz et les insultes voire menaces physiques envers les patrons du lieu qui en découlent nous amènent à revenir sur ce sujet. L’article en question, rédigé par Julie Hainaut, correspond à des faits : elle s’est rendue sur place, s'est présentée en tant que journaliste du Petit Bulletin et les propos cités, enregistrés, ont été prononcés lors de l’interview. Il ne s’agit pas ici de réfuter l’information initiale : nous assumons pleinement notre travail de journaliste et cet article. Pour reprendre une citation fort connue d’Albert Londres, il est de notre devoir de porter la plume dans la plaie. Faire de la période coloniale un argument de communication, c’est une plaie qu’il fallait mettre à jour. Nous sommes retournés (Sébastien Broquet, rédacteur en chef du journal) voir le

Continuer à lire