Original Watts : des planches et des galettes

Disquaire & BD | Un disquaire ou un libraire ? Les deux mon capitaine ! Des vinyles et des bandes dessinées, ce sont les deux composants de Original Watts, cette boutique atypique et pourtant tellement évidente : quels sont les deux ingrédients d’un bon week-end de février ? Vous l’avez dans le mille.

Lisa Dumoulin | Mardi 6 février 2018

Photo : (c) Anne Bouillot


On a failli passer devant sans la remarquer tant l'échoppe est discrète, sur quelques petits mètres de trottoir. Les platines devant la vitrine et les rayonnages de BD nous ont tapé dans l'oeil, le temps que l'information monte au cerveau, on fait quelques pas en arrière et on pousse la porte. Dans la boutique tout en longueur, sont alignés d'un côté des vinyles, de l'autre des bandes dessinées. Sur du mobilier en bois de palette et métal réalisé sur mesure par New old factory, un copain des proprios. On comprend vite que Original Watts, c'est une histoire de famille.

C'est Xavier et David Barnier, deux frères. David a fondé la maison d'édition Original Watts il y a 6 ans. Grand fan de BD, il est aussi pompier professionnel dans la vie. A la même période, son frère Xavier commence son activité de disquaire sur les marchés de la ville de Lyon, en itinérant, le week-end “je présentais déjà un peu de BD, surtout du Comics”. C'est lui qui tient la boutique et David participe aux salons, comme Angoulême la semaine dernière.

La maison édite peu, mais bien. “On se concentre avant tout sur des propositions de qualité, autant dans le choix des titres que dans la confection.” Dans son catalogue on trouve la légende vivante Jean-Yves Mitton, père de moult super-héros français qui a longtemps travaillé aux éditions Lug, édité en format d'origine, le single, fin et souple. Ils viennent aussi de rééditer Putain d'usine, adaptation du roman de Jean-Pierre Levaray par Efix, dont la première édition était épuisée. Ce dernier était en dédicace le week-end dernier. “Pour varier le graphisme et les thèmes” ils proposent aussi une sélection de bandes dessinées d'autres éditeurs, notamment Mosquito et Sarbacane.

Quand la musique est bonne

Côté vinyles, Xavier se veut généraliste, même s'il a ses affinités : “musique du monde, jazz, musique afro-américaine, même si j'écoute aussi pas mal de rock, je suis curieux. Je suis attaché à l'occasion, même si je développe le neuf. En occasion on a moins la main sur ce qu'on rentre, mais parmi les dernières commandes en neuf on trouve Moshi, un saxophoniste de jazz qui s'est baladé pendant deux ans en Afrique, à Madagascar, qui en a sorti cet album Moshi qui est magnifique, Wizards of Ooze, de l'acid jazz belge des années 90 donc c'est plutôt funky, Hugo TSR, du rap français plutôt conscient et très bien, Nilamayé, une formation colombienne dont le maestro est lyonnais.”

On aperçoit aussi Omar Souleyman, les compils Habibi Funk “c'est des allemands qui déterrent des trésors, dans les années 70-80 tout le monde était embarqué dans un mouvement un peu funky même au Maghreb, au Moyen-Orient, il y a des perles qui sont sorties, du groove libanais, égyptien, là ils rééditent tout ça.” Côté label, Xavier évoque Sublime Frequencies “de la musique syrienne, irakienne, tunisienne, de Madagascar… ils font beaucoup de collectes. Soit ils partent sur la route, c'est très roots, soit ils font des rééditions.” En tout, il référence près de 3000 disques et respecte tous les genres “Ça fait bien longtemps que je ne parle plus de bonne musique et de mauvaise musique”. Amen.

Original Watts
3 rue des Capucins, Lyon 1er
09 51 13 08 22

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Efix, le type à la typo

Bande Dessinée | Graphiste, illustrateur polyvalent, spécialiste en « petits mickeys et lettrages », mais aussi expert en battles dessinées, Efix a fêté il y peu vingt ans de BD… ce que sa juvénile silhouette ne laisse pas supposer. Un bonheur ne venant jamais seul, il va investir sous peu la ville de Givors à l’initiative du Lyon BD Festival pour une intervention qui a des airs de rétrospective…

Vincent Raymond | Vendredi 5 février 2021

Efix, le type à la typo

« Bonjour messieurs-dames… Oh ! Pardon messieurs ! » De sa voix douce, Efix s’empresse de rassurer la vieille dame confuse de sa méprise : « c'est pas grave, j’ai l’habitude… Et puis, avec le masque, hein… » Déambuler avec Efix et sa longue crinière au vent (…enfin, quand il y a du vent) vous permet de confirmer deux de ses traits de caractère soulignés par Mathieu Diez, le directeur du Lyon BD Festival : la bienveillance — « l’un des types les plus foncièrement gentils dans le sens le plus noble du terme que j’ai rencontrés en quinze ans » — et la volubilité — « chaque fois qu’il m’écrit, je dois bloquer une demi-heure car il ne sait pas faire un mail de moins de 2000 signes, même pour dire juste bonjour, mais je le fais avec plaisir parce qu’à chaque fois je me plonge avec ses mots dans son âme de poète et il me fait rire comme personne. » Allons au-delà des qualités humaines. L’illustratrice Sandrine Deloffre voit en lui « le BG du 9

Continuer à lire

VinylesMania : Vinyle, Vidi, Vici au Musée de l'Imprimerie

Graphisme | Au long d'une exposition sacrément futée et fureteuse, le Musée de l'Imprimerie et de la Communication Graphique célèbre le retour aussi triomphal et paradoxal du vinyle ces dernières années, remonte à sa genèse et en explore les singularités. À voir les oreilles grandes ouvertes. Et prolongée jusqu'au 29 août.

Stéphane Duchêne | Mercredi 21 octobre 2020

VinylesMania : Vinyle, Vidi, Vici au Musée de l'Imprimerie

On pourrait appeler "paradoxe du vinyle" le fait qu'un objet symbole du matérialisme moderne ayant connu une extinction de masse se mette à revivre sur le marché alors même que la dématérialisation a triomphé de tous les supports. On a longtemps pensé que le CD, cette invention sonore si révolutionnaire et si pratique, avait définitivement supplanté le disque vinyle. Puis la dématérialisation a fait son œuvre avec l'arrivée du téléchargement (ah, cette époque où il fallait une journée pour télécharger un fichier mp3), puis des plateformes de streaming, et l'industrie du disque a plongé, ringardisant définitivement la forme évoluée du disque. Au final, c'est le dinosaure vinyle qu'on a ressorti des glaces de l'oubli et du grenier de papy pour repeupler les rayons des disquaires et les salons domestiques. Tout cela parce que la dématérialisation, grande pourvoyeuse de nostalgie et de paradoxal désir de possession, a fait du 33t répudié un fétiche, un totem d'appartenance à une caste de (plus ou moins) passionnés. Et si l'on veut comprendre (ou pas) pourquoi, il faut se rendre à l'exposition

Continuer à lire

D’autres vies que les nôtres

Bande Dessinée | La BD offre au lecteur la possibilité de déménager à chaque image, en le faisant changer de case. Et quand elle est biographique, elle lui permet aussi de changer de vie. Ça ne se refuse pas, en ce moment…

Vincent Raymond | Lundi 20 avril 2020

D’autres vies que les nôtres

Yolo. Vous frissonnez à la perspective de voire paraître à la rentrée des tombereaux de romans hermétiques interrogeant la problématique du moi physique confronté à une surface contrainte, mais ouvrant concomitamment à la verticalité abyssale de l’insondable cosmogonie existentielle ? Vous avez raison : la presse a vu éclore les premières feuilles de ces camuseries de comptoir sous les plumes soudainement bucoliques de citadins et citadines hors-sol, pressés de partager l’extraordinaire insolite de leur existence. Au moment où le pays — le monde entier — est censé partager le même quotidien reclus, d’aucuns s’empressent de nous faire comprendre que leur banalité n’a rien de commun avec la nôtre ; laissons-les à leur exceptionnelle… exception. À leurs autobiographies creuses ne cherchant même plus à se déguiser en autofictions, préférons celles et ceux qui sacrifient à l’exercice décidément plus humble de la biographie — même si, à travers leur sujet, il parlent toujours un peu d’eux-mêmes. Avec une mention spéciale pour les auteurs de BD. Parce qu’ils ont autant l’habitude de l’endurance solitaire que du travail en collaboration, cette école de modesti

Continuer à lire

Marion Montaigne : « Et en plus, Thomas Pesquet a de l’humour »

Bande Dessinée | L’autrice de la désopilante et néanmoins érudite série Tu mourras moins bête a collé aux basques du charismatique astronaute Thomas Pesquet durant son entraînement. Encore un peu et elle partait en orbite avec lui…

Vincent Raymond | Mardi 12 décembre 2017

Marion Montaigne : « Et en plus, Thomas Pesquet a de l’humour »

Vous voici donc devenue une spécialiste de la vulgarisation scientifique… Marion Montaigne : (rires) On m’a demandé un jour si j’avais décidé de prendre ce créneau parce qu’il y avait un vide… Je suis incapable de faire une étude de marché ! Je fais ce qui me botte, et je constate qu’il y a une curiosité en retour. Avant d’entreprendre cet album sur Thomas Pesquet, j’ai été tentée de me “mettre un peu en danger” et de m’essayer à la fiction. Mais quand un boulanger sait bien faire la baguette, il ne se lance pas dans la charcuterie (rires). Et puis, pouvoir rencontrer un astronaute, c’est le fruit de huit ans d’évolutions. Cela ne serait pas arrivé au bout d’un an de blog. Peut-être que je m’améliore… Comment expliquer l’engouement inédit pour Thomas Pesquet ? C’est vrai qu’on n’a pas autant parlé de Claudie Haigneré en 1996 ni de Léopold Eyharts en 2008. Là, ce sont les réseaux sociaux qui ont fait le gros du travail. Et le fait qu’une coupole soit arrivée en 2008 dans la station spatiale permettant de faire des photos hallucinante

Continuer à lire

La BD à Lyon : des gaufriers au pays des bugnes

Bande Dessinée | Formation, création, édition, distribution… Si la BD dispose aujourd’hui à Lyon d’un réseau d’énergies et de talents aussi enthousiaste que dynamique, elle ne le doit pas au hasard, mais à un patient labeur.

Vincent Raymond | Mercredi 26 avril 2017

La BD à Lyon : des gaufriers au pays des bugnes

Mi-octobre, la France sera l’invitée d’honneur de la kolossal Foire du Livre de Francfort, où une belle délégation d’auteurs de bande dessinée est attendue. LyonBD y sera pour, notamment, dévoiler son nouveau projet numérique : Ping-Pong — un dialogue transmedia entre illustrateurs français et allemands dans la lignée des Webtrip déjà publiés. Auparavant, en juin, le 12e festival lyonnais aura accueilli plus de 230 auteurs et au moins autant de visiteurs que les années précédentes (80 000 en 2016). Sans compter la fréquentation des expositions BD en cours… Une toute petite décennie aura suffi à Lyon pour être reconnue à l’international comme la nouvelle place forte hexagonale de la BD, taillant des croupières à la capitale angoumoisine — pourtant riche de l’antériorité de son prestigieux festival et d’une somptueuse Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, qui semble ronfler benoîtement sur ses lauriers passés. Mathieu Diez, directeur du LyonBD festival, évoque modestement « un alignement de planètes ». Toute métaphore astronomiq

Continuer à lire

Speed dépôt : de la bière, des vinyles et de la bonne humeur

Boutique | Que vous n’aimiez ni les vinyles ni la bière ne compte guère : poussez la porte du 35 bis de l’avenue Berthelot, Benjamin Magnon s’occupe de vous convaincre de l’utilité d’un tel lieu. Promis, ça fonctionne.

Julie Hainaut | Mercredi 30 novembre 2016

Speed dépôt : de la bière, des vinyles et de la bonne humeur

Un lieu XXS, des tas de vinyles improbables, des DVDs aux noms parfois douteux, d’autres plus pointus, des bières du monde ou faites maison, un maître des lieux singulier : on ne sait pas vraiment comment qualifier l’antre de Benjamin Magnon, ex DJ, mais une chose est certaine, Speed Dépôt vaut le coup d’œil. Je suis anti grand magasin, je sélectionne chaque objet, je connais tous les gens qui viennent ici, et si je ne les connais pas, ils deviennent rapidement des potes Parce que si les petites mousses et les disques sont la marque de fabrique du lieu, d’autres curiosités viennent titiller les mirettes, comme cette figurine de Chichi, ces lunettes loupe – dont le stock restant a été laissé par un copain qui passait par là –, ces bidons d’huile d’olive crétoise – déposé par la voisine de retour de vacances – et ces multiples affiches – dont "Allez les Belges", on est d’accord, d’ailleurs. « Je suis anti grand magasin, je sélectionne chaque objet, je connais tous les gens qui viennent ici, et si je ne les connais pas, ils deviennent rapidement des potes » explique celui

Continuer à lire

Lyon BD Festival : le plein de super

Bande Dessinée | Pendant que l’immense machine angoumoisine se prend bide sur bide, au grand dam des auteurs et du public, Lyon BD Festival continue de se muscler. Une décennie seulement après sa création, l’incontournable rendez-vous lyonnais est devenu plus fécond que jamais.

Vincent Raymond | Mercredi 1 juin 2016

Lyon BD Festival : le plein de super

Les plus de 200 illustrateurs, scénaristes et coloristes attendus cette année au Lyon BD Festival savent bien qu’ils n’auront pas à apposer leur signature jusqu’à épuisement sur des albums, ni à pester contre les remises de prix. Choyés par une équipe noyautée depuis l’origine par des consœurs et confrères lyonnais (ça aide), nombre d’entre eux sont des habitués. Certains ont même été sollicités pour co-construire l’événement en participant aux projets ou créations présentés durant le week-end. Ainsi, Obion montrera le fruit de sa résidence au musée Gallo-romain (qu’il publie en album), des auteurs français et espagnols se rencontreront et se raconteront dans l’exposition Influences croisées, quand Jimmy Beaulieu, Rubén Pellejero ou Jean-Yves Mitton croqueront des œuvres au Musée des Beaux-Arts… Entre deux spectacles (Lincoln sur scène) ou BD-concerts (Boulet et Inglenook), Lyon BD initie à nouveau une grande exposition avec la complicité du scénariste JC Deveney. Après la question de la parité en BD (Héroïnes), le festival célèbre les super-héros à travers les éditions Lug, décisives dans l’essor des comics Marvel en France. Le panorama proposé retra

Continuer à lire

Didier Tronchet signe son Que sais-je ? (ou presque)

CONNAITRE | Didier Tronchet est un homme de goût. Une preuve ? Ce Nordiste voyageur a préféré à l’exotisme équatorien — très surfait, demandez autour de vous — le charme (...)

Vincent Raymond | Mardi 22 mars 2016

Didier Tronchet signe son Que sais-je ? (ou presque)

Didier Tronchet est un homme de goût. Une preuve ? Ce Nordiste voyageur a préféré à l’exotisme équatorien — très surfait, demandez autour de vous — le charme incomparable de notre métropole rhodanienne ; une ville qui pousse le raffinement jusqu’à nommer une de ses artères du 6e arrondissement en son honneur (ou quasiment). Illustrateur, cinéaste, romancier, scénariste, le père de Raymond Calbuth et Jean-Claude Tergal offre parfois à sa prolifique plume de plaisantes diversions, en rédigeant pensées, chroniques et autres aphorismes gouvernés par l’absurde élémentaire. Traitant de tout (donc de n’importe quoi), classés dans l’anarchie d’un désordre analphabétique, ces billets ont été réunis en une sotie (forcément inégale) et justement baptisée L’Univers à peu près, petit imprécis de culture approximative. Entre deux considérations sur l’anatomie, le croustillant de la chips ou le devenir du monde gouverné par les poulpes, le lecteur ne manquera pas d’apprécier l’usage que l’auteur fait de la langue française — qu’il tient en haute estime : les plus savoureuses des entrées sont “Procrastination” et ”Langage”. Si « mal nommer les choses

Continuer à lire

Les soirées du 23 au 29 septembre

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : le bal pop du Sucre, Shed au Transbordeur et Jonas Kopp à la Plateforme.

Benjamin Mialot | Mardi 22 septembre 2015

Les soirées du 23 au 29 septembre

26.09 Bal pop de la Casbah «Un samedi par mois, le Sucre fait son bal, avec la complicité de la joyeuse équipe du Pop Up Market.» nous annonce le rooftop. Pourquoi pas ? Surtout que le premier (après un coup d'essai à la Noël 2014), écho à la prochaine édition marocaine de Nuits Sonores, s'annonce pour le moins dépaysant. Ceci grâce à Jannis Stürtz, digger teuton qui, sous le nom de Habibi Funk – et via le label qu'il a co-fondé, Jakarta Records –, exhume les trésors cachés du funk et du psyché maghrébins des années 60 et 70. Une démarche d'utilité publique, complémentaire de celle de Brian "Awesome Tapes from Africa" Shimkovitz.

Continuer à lire

Force et déshonneur

CONNAITRE | Attention, événement : le jeu vidéo le plus stimulant de l'année n'est pour une fois ni japonais, ni américain. Il est lyonnais, s'appelle "Dishonored" et doit une bonne partie de son excellence à son univers, aussi dense qu'atypique. L'occasion d'un tour du propriétaire avec Sébastien Mitton, directeur artistique chez Arkane Studios, d'une critique et d'un état des lieux de la création vidéoludique locale.

Benjamin Mialot | Mardi 23 octobre 2012

Force et déshonneur

En quelques mots, c'est quoi Dishonored ?Sébastien Mitton : L'aventure se déroule dans une sorte de Londres alternatif qui s'appelle Dunwall. Le personnage qu'on incarne y fait son retour au terme d'une enquête à la recherche d'une solution pour éradiquer la peste qui dévaste la ville. L'impératrice, dont il est le garde du corps, est très vite assassinée sous ses yeux. Accusé à tort, il échoue en prison, dont des loyalistes vont l'extirper avant de lui donner des indices quant à l'identité des conspirateurs impliqués dans le crime. À partir de là débute sa vengeance. Elle prend la forme d'un jeu d'action à la première personne, qui fait autant la part belle à des combats viscéraux, notre spécialité, qu'à l'exploration. Quelle était votre première intention ?On voulait faire un jeu plus épique que ce qu'on avait fait précédemment et s'éloigner de la fantasy. D'autant que ce n'est personnellement pas un genre qui m'intéresse plus que ça, il y a trop de redite. Moi, ce que j'aime, c'est créer des mondes originaux. Viktor Antonov, notre responsable du design visuel, partage cet

Continuer à lire

Deslile aux trésors

CONNAITRE | Bande dessinée / «La naïveté est le visage de la vérité». Guy Delisle aurait voulu illustrer cette affirmation de Victor Hugo, il ne s'y serait pas pris (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 18 novembre 2011

Deslile aux trésors

Bande dessinée / «La naïveté est le visage de la vérité». Guy Delisle aurait voulu illustrer cette affirmation de Victor Hugo, il ne s'y serait pas pris autrement qu'avec ses chroniques en terres répressives. Le quatrième recueil, fraîchement paru chez Delcourt, ne dit pas autre chose. Réalisé à Jérusalem (après Shenzhen, Pongyang et Rangoon), il voit cet animateur de formation, devenu sans le vouloir un maître de la BD de reportage, faire ce qu'il fait de mieux : ne pas chercher à rivaliser avec les ténors de la géopolitique séquentielle, type Joe Sacco. Autrement dit partir de rien et privilégier la fluidité narrative, fort de son expérience cinématographique, plutôt que se murer dans une enquête de terrain approfondie et s'échiner à représenter au grain de sable près les étendues qui s'offrent à son regard. Bref, se laisser porter par les découvertes, les plus fortes (celle du mur de séparation) comme les plus triviales (sa rencontre avec la secte des Samaritains), et par les aléas de la vie de père expatrié, courtoisie d'une compagne affiliée à Médecins sans frontières. Au risque que le résultat, égalemen

Continuer à lire

La plus grande bande dessinée du monde

CONNAITRE | 111 dessinateurs, 11 scénaristes et 1000 cases pour raconter l'histoire d'un sauvage découvrant les outils et techniques qui ont permis à l'homme de se (...)

Dorotée Aznar | Mardi 24 mai 2011

La plus grande bande dessinée du monde

111 dessinateurs, 11 scénaristes et 1000 cases pour raconter l'histoire d'un sauvage découvrant les outils et techniques qui ont permis à l'homme de se représenter : ce ne sont pas les chiffres d'un magnum opus estampillé Taschen, mais ceux du Record du monde de la plus grande bande dessinée qu'entendent établir le festival Lyon BD et ses partenaires samedi 28 mai. Une occasion unique de voir en action, le long des berges du Rhône et aux côtés de créateurs de la trempe de Sylvain Ricard (Chess), Kris (Notre mère la guerre), James (Backstage) et Denis Lapière (Alter Ego), la jeune garde des écoles graphiques locales

Continuer à lire

Nos petites bulles - Mars 2011

CONNAITRE | Chaque mois, la sélection BD du Petit Bulletin. Mars 2011 : où il est question de Polina, de Min-sun, de Mick et Keith, de Lucky et de Philémon. Voici les BD qui ont retenu notre attention le mois dernier. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Lundi 2 mai 2011

Nos petites bulles - Mars 2011

Polina (Casterman)Scénario et dessin : Bastien Vivès«Il faudra bien un jour que Bastien Vivès arrête de réciter ses cours d'animation». Ne vous laissez-pas abuser par ces idioties dont les blogs sont féconds, Bastien Vivès est l'un des plus prodigieux auteurs de sa génération. Il vient de le prouver avec "Polina", élégante et émouvante plongée dans le milieu de la danse classique. Un contexte où se déploie son incroyable capacité à capter et rendre les mouvements des corps, fussent-ils gracieux, maladroits ou douloureux. Mais ce chef d'œuvre n'est pas seulement graphique : en s'intéressant au parcours de la dénommée Polina Oulinov, de ses premiers petits pas sous la direction du rude et exigeant Bojinski à l'apogée de sa carrière, Vivès signe une passionnante étude de la relation professeur-élève et sur la finalité de l'art en tant que négation d'un apprentissage sacrificiel. Dommage que l'éditeur ait laissé passer autant de fautes. Sous l'eau, l'obscurité (Sarbacane)Scénario et dessin : Yoon-sun ParkMin-sun, huit ans, ne partage pas l'obsession des autres enfants de son âge : devenir, comme sa grande sœur et l'un

Continuer à lire

Nos petites bulles - Noël 2010

CONNAITRE | Parce que la Noël est le meilleur moment qui soit pour compléter une collection, retrouvez ci-dessous une sélection de dix intégrales, rééditions et coffrets méritant de figurer dans toute bonne bibliothèque de bédéphile. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Dimanche 19 décembre 2010

Nos petites bulles - Noël 2010

Sky Doll – Decade 00>10 (Soleil)Scénario : Barbara Canepa Dessin : Alessandro BarbuciTriptyque de science-fiction narrant la quête d'identité d'une bimbo mécanique capable de rêver (imaginez du Disney sous la plume d'un Asimov accroc aux bonbons acidulés), "Sky Doll" ressort dans ce que l'on pourrait appeler une édition définitive : outre les trois volumes initiaux, l'ouvrage embarque un prologue, une galerie d'hommages par la crème de l'illustration et de l'animation, un artbook et un spin-off inédit. Qui dit mieux ? Green Manor – Intégrale (Dupuis)Scénario : Fabien Vehlmann Dessin : Denis BodartAu très select "Green Manor", les gentlemen ont cela de particulier qu'ils aiment à résoudre des énigmes policières et relater des crimes, quand ils ne sont pas eux-mêmes au cœur d'affaires des plus sordides. De cette assemblée où le flegme le dispute au machiavélisme, Vehlmann et Bodart tirent seize historiettes d'un cynisme et d'une précision narrative à toute épreuve. Edgar Allan Poe et Conan Doyle auraient apprécié. Pascal Brutal – Coffret Tomes 1

Continuer à lire

Nos petites bulles - Décembre 2010

CONNAITRE | Chaque mois, la sélection BD du Petit Bulletin. Décembre 2010 : où il est question d'un voyage hyper low-cost, d'une retraite mal anticipée, d'une ambulance qui a tiré le mauvais numéro, d'espions qui s'aimaient et d'une guerre des étoiles. Voici les BD qui ont retenu notre attention le mois dernier. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 14 décembre 2010

Nos petites bulles - Décembre 2010

Trop n'est pas assez (Ça et Là)Scénario et dessin : Ulli LustOn n'est pas sérieux quand on a 17 ans, dit le poète. Ulli Lust, Autrichienne de naissance et Berlinoise d'adoption, l'a pris au pied de la lettre. À l'orée de sa majorité, en bonne punk éprise d'indépendance, elle s'est en effet embarquée avec son amie Elli dans un voyage à faire passer Pékin Express pour une promenade digestive : direction l'Italie, sans argent et sans papiers d'identité. Le résultat ? Un voyage qui forma sa jeunesse, y compris à ses dépens, et qu'elle raconte ici avec une franchise et une pudeur forçant le respect. Car on ne se marre pas des masses, à la lecture de "Trop n'est pas assez". Bien sûr il y a de belles rencontres et des combines amusantes. Mais elles ne sont rien en comparaison des traces, tant physiques que mentales, qu'ont laissées les habitants de la «jungle de testostérone» (macs, mafiosi, pauvres types...) arpentée par Ulli et Ed deux mois durant. Des traces dont le seul souvenir, à peine atténué par le naturel du trait de l'auteure, suffit à resserrer le nœud entourant notre estomac. La Position du tireur couché (Futuropolis)

Continuer à lire

Nos petites bulles - Novembre 2010

CONNAITRE | Chaque mois, la sélection BD du Petit Bulletin. Novembre 2010 : où il est question de peinture, de communisme, d'architecture, d'un petit lapin blanc et d'un grand soldat. Voici les BD qui ont retenu notre attention le mois dernier. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Jeudi 25 novembre 2010

Nos petites bulles - Novembre 2010

Le Fils de Rembrandt (Sarbacane)Scénario et dessin : RobinPas facile la vie de «fils de», surtout quand on a pour père, certes un génie pictural, mais surtout un fêtard invétéré, doublé d'un piètre gestionnaire, triplé d'un incontrôlable coureur de jupons. C'est pourtant celle qui échoit au jeune Titus suite au décès prématuré de sa mère. Pétillantes et touchantes comme pouvaient l'être celles du Petit Nicolas de Sempé (le trait leste et plein de vie de Robin y est pour beaucoup), les joies et galères du bambin sont évidemment l'occasion de dessiner en creux les portraits d'un artiste et d'une époque. Trois niveaux de lecture, ce n'est pas rien et ce n'est fort heureusement pas trop, Robin se gardant bien d'étouffer le lecteur sous les détails historiques et biographiques. Du coup, les deux cents pages du "Fils de Rembrandt" défilent comme un spaghetti dans les bouches de la Belle et de son Clochard, absorbé que l'on est par ce que dévoile cette lorgnette frappée du sceau des passionnantes éditions Sarbacane. Asterios Polyp (Casterman)Scénario et dessin : David MazzucchelliL'événement BD

Continuer à lire

SPÉCIALES DEDICACES

CONNAITRE | Bande-dessinée / A l'orée du printemps, trois rendez-vous illustrent la vitalité graphique et thématique de la bande-dessinée contemporaine, de l'uchronie guerrière à la fable sociale réaliste. Un, surtout, est à ne pas manquer : l'accueil de Grazia La Padula et Tony Sandoval par la Fnac Part-Dieu. Benjamin Mialot

Dorotée Aznar | Vendredi 12 mars 2010

SPÉCIALES DEDICACES

Joli doublé que la venue de l'Italienne Grazia La Padula et du Mexicain Tony Sandoval, dessinateurs dont les travaux dégagent une candeur et une fantaisie d'ordinaire plus répandues dans le secteur de l'illustration jeunesse que dans celui de l'art séquentiel. En cela, ils ne pouvaient trouver meilleur interlocuteur que l'éditeur Paquet et sa collection Blandice, réservée aux one-shots à forte personnalité graphique. Sandoval en est l'un des fers de lance et son petit dernier, Un regard par-dessus l'épaule, le conforte dans cette position : sans l'élégance de son trait et sa maîtrise du grand écart entre enfantillages et gore, cette histoire de gamin suivant un mystérieux homme en imper à travers visions d'horreur et tableaux oniriques serait de suite moins digeste. La faute au scénario de Pierre Paquet, qui voit de belles idées (des fées des fontaines vivant dans la crainte des jets de pièces des touristes, par exemple) et un ton très personnel plier sous le poids de métaphores lourdes de sens et d'une narration en mode freestyle. Lewis Carroll peut toutefois reposer en paix, la conclusion, inattendue et poignante, sauve la mise, nous évitant au passage de culpabiliser d'avoir vu

Continuer à lire

Festival de la BD

CONNAITRE | Du 5 au 7 juin, le palais du commerce s'emplit de bulles pour la 4e édition du festival de BD. La Belgique sera à l'honneur avec une histoire du jazz vue (...)

Nadja Pobel | Mercredi 27 mai 2009

Festival de la BD

Du 5 au 7 juin, le palais du commerce s'emplit de bulles pour la 4e édition du festival de BD. La Belgique sera à l'honneur avec une histoire du jazz vue par des auteurs wallons et bruxellois et les lutins bleus de Peyo seront également de la partie pour célébrer les 50 ans des Schtroumpf. Ce festival accueille évidemment aussi des éditeurs (Bamboo, Makaka...) et des auteurs comme la dessinatrice Pénélope Bagieux révélée via son blog et désormais bien placée dans les tableaux de vente. Son trait simple mais pertinent en fait une observatrice complice et piquante des filles trentenaires. À noter que le festival off se déroule dans divers lieux de Lyon jusqu'au 14 juin.

Continuer à lire

Neuvième art contemporain

ARTS | Expo / Ouvrant ses portes à la BD, le Musée d’Art Contemporain accueille cinq auteurs aux œuvres singulières et contrastées. Une exposition qui abolit les frontières du 9e art en prouvant, si nécessaire, qu’il vaut bien les 8 premiers. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Vendredi 13 février 2009

Neuvième art contemporain

Comics, romans graphiques, adaptations cinématographiques en pagaille, sanctification d’auteurs cultes, la BD est aujourd’hui le dernier chic. Loin de demeurer le territoire exclusif des geeks ou des grands enfants amateurs de jeunes reporters à houppette jaune et culotte bouffante, la BD, toute 9e qu’elle soit, est désormais un art à part entière. Et donc, comme il se doit, en voie d’institutionnalisation. Il ne lui restait donc qu’à entrer au musée pour être figée dans le marbre de l’éternité et de la respectabilité. C’est désormais chose faite avec l’exposition Quintet, à l’initiative du Musée d’Art Contemporain, qui offre à cinq auteurs un espace propre d’exposition communiquant avec les quatre autres. Mais Thierry Prat, commissaire de l’expo, passionné de BD, récuse formellement la supposée nouveauté du raccourci «La BD entre au Musée». Pour lui, il y a longtemps que la porte du musée a été franchie par le 9e art «En la matière, nous avons même été des pionniers, dès les années 80. Pour nous, la BD a toujours eu sa place dans l’univers pictural». Francs-tireursDe fait, Quintet va plus loin que la simple exposition BD : comme le souligne Thierry Prat, les ci

Continuer à lire

«Je ne suis pas un artiste»

ARTS | Entretien / Gilbert Shelton, 68 ans, né à Dallas (Texas), créateur de la série Fabulous Freak Brothers et expatrié en France depuis 1984. Propos recueillis par Antoine Allegre

Jerôme Dittmar | Jeudi 12 février 2009

«Je ne suis pas un artiste»

Petit Bulletin : Qu'est-ce que ça vous fait de voir vos planches accrochées dans un musée d'art contemporain ?Gilbert Shelton : Je suis flatté d'être dans un grand musée. Je n'y avais jamais pensé. J'ai dû mal à imaginer que ma bande-dessinée puisse être exposée dans un musée. Pour ce qui est du travail de Blanquet, Ware et Masse, c'est autre chose. Ça a vraiment sa place, ils sont tellement perfectionnistes. La plupart des artistes ont un style. Moi, je n'en ai pas. Je fais un peu n'importe quoi. Mes lignes sont crades, un peu comme celles de Vuillemin mon dessinateur français préféré. Il est très doué. Cela vous a étonné de figurer au casting de Quintet ?J'avais fait ma toute première exposition à Palma de Majorque en septembre 2008. J'avais mis toutes mes œuvres dans une boîte en carton. Les gens du musée étaient choqués à mon arrivée parce que je n'avais pas plus protégé mes dessins. A l'université du Texas où j'ai étudié l'histoire de l'art à côté de Janis Joplin, j'ai été éditeur et rédacteur pour la revue étudiante The Texas Ranger. Puis j'ai voulu faire de la bande-dessinée pour les journaux hebdomadaires. Il y en avait beaucoup à l'époque. J'é

Continuer à lire

Breakdowns

CONNAITRE | ART SPIEGELMAN Casterman

Dorotée Aznar | Vendredi 28 mars 2008

Breakdowns

Art Spiegelman est devenue une référence dans le monde de la bande dessinée avec la parution de Maus, un album récompensé par le Prix Pulitzer dans lequel il évoquait la Shoah et la déportation de ses propres parents à travers une puissante parabole animalière peuplée de chats (les nazis) et de souris (les Juifs). Cette œuvre majeure a parfois occulté le reste de sa trajectoire et notamment l'importance qu'il a eu dans la production underground américaine des années 70. Ses diverses contributions aux revues alternatives avaient été réunies dans un album, Breakdowns, très peu diffusé à l'époque, qui paraît pour la première fois en France dans une édition certes un peu onéreuse mais absolument superbe. Cet album, dans lequel on devine les prémices du style Spiegelman, se trouve complété par deux parties qui nous éclairent sur son parcours personnel et artistique. La première est constituée de planches récentes dans lesquelles il revient sur ses années de formation, l'affirmation de son univers, ses rencontres importantes, ses influences majeures, sa vision de la bande dessinée ; la dernière est une sorte d'essai graphique visant à expliquer les enjeux de cette nouvelle édition de Bre

Continuer à lire

Boulevard de la BD

CONNAITRE | Bande dessinée / Pour sa deuxième édition, le festival de la bande dessinée de Lyon investit à nouveau la Croix-Rousse pour un week-end dédié au 9e art sous toutes (...)

| Mercredi 4 juillet 2007

Boulevard de la BD

Bande dessinée / Pour sa deuxième édition, le festival de la bande dessinée de Lyon investit à nouveau la Croix-Rousse pour un week-end dédié au 9e art sous toutes ses formes. La Place de la Croix-Rousse présentera un «espace franco-belge» dans lequel se succèderont quelques-uns des héritiers (parfois assez lointains) de cette école. Parmi eux, on retrouvera les deux frères Jouvray, Jérôme et Olivier, qu'on suit de très près depuis la découverte de leur excellente série, Lincoln, mais aussi beaucoup d'autres artistes, scénaristes ou dessinateurs : Efix, Nicolas Pothier, Philippe Pellet, Eric Stoffel... Ne manquez pas la présence de Christian Rossi, illustrateur à qui l'on doit la série W.E.S.T (Dargaud) dont le dernier volume, El Santero, a confirmé la qualité et la singularité. Cette plongée dans certains grands évènements de l'histoire des États-Unis à la charnière du XIXe et du XXe siècle (cette fois-ci l'occupation de Cuba par les Yankees) s'avère aussi palpitante qu'intelligente. En plus des rencontres avec les auteurs, le festival propose également un coup de projecteur sur un certain nombre d'éditeurs (Akileos, Theloma), des expos ou des animations liées à la BD, tandis que

Continuer à lire