Folamour, le bob s'éclaire

House | Troisième album et passage à la maison, au Transbordeur, pour le Lyonnais Folamour, king de la house music élargissant le spectre de ses influences via son dernier album.

Sébastien Broquet | Jeudi 4 novembre 2021

Photo : © DR


L'homme au bob a fait du chemin depuis ses soirées house concoctées avec les collectifs Touche Française puis Moonrise Hill Material, au Petit Salon en particulier, où il tâte alors des platines et convie les références du genre que sont Kerri Chandler, Moodymann et affine ainsi sa vision d'un genre profondément imprégné de gospel, de soul et de disco. Folamour, c'est lui dont on parle, débute alors une carrière de DJ et bientôt de producteur qui va le mener haut puisqu'on le retrouve les années suivantes sur les line-ups de festivals comme de clubs — Concrete, Rex Club, Machine du Moulin Rouge par exemple — partout autour de la planète. L'oreille éduquée jeune au groove sous toutes ses formes, il en a d'autant mieux assimilé les racines de cette house music dont il fait le cœur battant de DJ sets finement ciselés. Le label manager de For Heaven Use Only, après tant de dates et deux albums (Umami en 2017, Ordinary Drugs en 2019, tous deux conçus comme des concept albums sur le thème de l'équilibre puis du voyage intérieur), une Boiler Room — ce The Voice des Djs — remarquée, était en pleine ascension quand vint l'année 2020 qui, évidemment, a coupé l'élan. Ou retardé l'envol : puisque la signature pour la distribution sur une major (Columbia, qui appartient désormais à Sony et a dans son catalogue du Ray Charles et du Aretha Franklin, ce qui a dû lui plaire) a permis de peaufiner la sortie de ce troisième album que Folamour vient donc cette semaine défendre au Transbordeur, à la maison, juste après un Olympia parisien.

Installation immersive au Transbo

Un disque baptisé The Journey qui marque assurément une évolution, une nouvelle étape pour un producteur peu enclin à la répétition — il a ainsi abandonné ou presque le sampling, omniprésent à l'époque de Umami, pour mieux développer ses instrumentations et harmonies sur ce disque — où l'envie d'élargir le champs des possibles est manifeste, quittant en partie le dancefloor pour s'imprégner, à rebours, de toutes les influences initiales de ce poly-instrumentiste (guitare, basse, percussions, batterie) qui vont donc du jazz à la soul. Ainsi du premier single dévoilé, Just want happiness, morceau downtempo aux ambiances folk, parsemé de trompette, qui nous a beaucoup rappelé certaines œuvres de Tommy Guerrero par exemple. La collaboration avec Zeke Manyika, chanteur (et batteur) du Zimbabwe, écrite en shona, amène une couleur africaine, et deux Anglais posent aussi leurs voix : SG Lewis et la chanteuse Tertia May. Un album plutôt apaisé, parfois dansant, souvent évanescent et certainement lumineux, qui n'atteint pas encore les sommets que l'on attend de cet artiste, mais laisse espérer de beaux lendemains — et d'une soirée excitante puisque Folamour présentera au Transbordeur son projet "Power to the PPL", une installation audiovisuelle immersive.

Folamour
Au Transbordeur le vendredi 12 novembre à 23h30


Folamour


Transbordeur 3 boulevard Stalingrad Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les soirées du 6 au 12 mai

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : la release party du numéro 100 du magazine "Hétéroclite" au Lavoir, Tolouse Low Trax au Terminal et la label night Moonrise Hill Material au Sucre. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 5 mai 2015

Les soirées du 6 au 12 mai

07. 05 Hétéroclite fête son n° 100 Pour une fois, débutons cette sélection par un peu de copinage. Nos amis d'Hétéroclite, «mensuel gay et lesbien mais pas que» qui depuis bientôt dix ans réussit le pari de décrypter et défendre la culture LGBT tout en s'affranchissant de ses clichés, fête leur centième numéro. En ces temps de désaveu du papier et de la pensée, ce n'est pas un mince exploit. Ils le fêteront dignement au Lavoir Public avec une résurrection de Pressing, le talk-show théâtral itinérant qui précéda le lieu et, surtout, un mix de la plantureuse et érudite Rihanna Foutre, l'égérie du magazine. On y sera.

Continuer à lire

Kubrick, jusqu’à plus soif…

ECRANS | Après avoir fait ressurgir le Taxi Driver de Martin Scorsese mercredi dernier, UGC Ciné-Cité Confluence, dont la programmation est assez baroque, s’offre (...)

Christophe Chabert | Lundi 9 septembre 2013

Kubrick, jusqu’à plus soif…

Après avoir fait ressurgir le Taxi Driver de Martin Scorsese mercredi dernier, UGC Ciné-Cité Confluence, dont la programmation est assez baroque, s’offre rien moins que sept Kubrick en alternance cette semaine — avec en bonus la reprise de Room 237, documentaire peu apprécié par ici sur les exégètes cinglés de Shining. Il s’agit bien sûr du prestigieux catalogue Warner, incluant 2001, odyssée de l’espace — meilleur film de tous les temps, même si j’en vois qui braillent au fond de la classe — Lolita, Orange Mécanique, Full metal jacket, Barry Lyndon, Eyes wide shut et donc Shining. Au cas où certains n’auraient toujours pas vus ces monuments-là sur grand écran, où s’il y en a encore qui ont des reproches à leur faire — on vise particulièrement ceux qui ont des réserves sur Eyes Wide shut, qui nous émeut aux larmes à chaque vision — il n’y a même pas à barg

Continuer à lire

Ça va cogner !

ECRANS | Ceux qui, dans un moment de distraction, n’auraient pas suivi le principe de la programmation cinéma de Quais du Polar à l’Institut Lumière cette année, (...)

Christophe Chabert | Vendredi 23 mars 2012

Ça va cogner !

Ceux qui, dans un moment de distraction, n’auraient pas suivi le principe de la programmation cinéma de Quais du Polar à l’Institut Lumière cette année, risquent d’être surpris d’y trouver Docteur Folamour et Fight club. Il est vrai que ces deux films n’ont pas grand-chose (sinon rien) à voir avec le genre policier, même pris dans son sens le plus large. Éclaircissement nécessaire : les invités littéraires ont eu cette année carte blanche pour présenter un film de leur choix, polar ou pas, et c’est ainsi que les chefs-d’œuvre de Kubrick et Fincher seront commentés par, respectivement, Dan Fante et S. J. Watson le samedi 31 mars. Un amusant raccourci pourrait d’ailleurs les réunir, la charge explosive et brutale contre la société de consommation signée David Fincher trouvant quelques échos dans la satire mordante de la guerre froide orchestrée, trente-cinq ans avant, par Stanley Kubrick, ne serait-ce que dans leur peinture au vitriole d’une Amérique où la folie destructrice se loge au cœur du système (démocratique chez Kubrick, nerveux chez Fincher). Les autres chapitres de cette programmation verront Michael Connelly présenter

Continuer à lire