Urban Village, la nouvelle pop de Soweto

Sono Mondiale | Le quatuor sud-africain a publié cette année un premier album soyeux et délicieusement pop, inspiré de divers courants artistiques rayonnants sur sa terre natale, pour en faire une œuvre trouvant parfaitement sa place sur le toujours aussi bien nommé label parisien No Format.

Sébastien Broquet | Mardi 30 novembre 2021

Photo : © Justice Mukheli


[mise à jour du jeudi 2 décembre : le concert de Urban Village est reporté à une date ultérieure « en raison des interdictions de voyager actuellement imposées à l'Afrique du Sud » a communiqué l'Opéra de Lyon]

D'Afrique du Sud, il nous vient plus souvent des variantes que des variants, si l'on cause musique et non virus : ce pays, depuis toujours, a su s'emparer de tous les styles de sons pour en proposer sa propre version (du jazz d'Abdullah Ibrahim à la deep house de Culoe de Song), en inventant quelques-uns au passage (le formidable kwaito porté par Boom Shaka & co, le gqom plus récemment...). Et il y a aussi toute une scène, ancienne, mariant la pop et le folk aux musiques traditionnelles des différentes régions de ce grand pays d'Afrique australe — l'on se souvient ainsi de Freshlyground, emmené par la pétillante chanteuse Zolani Mahola qui interprétait le fameux Waka Waka (This Time for Africa) de la coupe du monde de football 2010 en compagnie de Shakira, ou des plus lointains Juluka. Tout juste signé sur le merveilleux label No Format (Ballaké Sissoko, Oumou Sangaré...), le groupe Urban Village s'inscrit dans cette veine, très folk, très pop, intégrant des sonorités et rythmes de mbaqanga, de maskandi ou de zoulou rock à leur mixture.

Façonné par les jam-sessions

Le quatuor vient de l'immense township de Soweto, du quartier de Mzimhlope plus précisément, s'épanouit dans l'acoustique et ne néglige pas d'explorer des pistes mélangeant racines villageoises, héritage zoulou et sons urbains — le tout se malaxant et triturant dans des clubs où l'on peut jammer la nuit durant. C'est là où durant sept ans s'est façonné cet Urban Village si abouti aujourd'hui, où la guitare dirige l'ensemble et la flûte se faufile, où le chant de Tubatsi Mpho Moloi — parfois scandé, parlé, héritage d'une scène spoken words et poésie sonore puissante en ce pays où elle servit aussi à propager discrètement idées politiques et espoirs de jours meilleurs sous l'Apartheid. Ce disque se révèle être une petite merveille pop tellement les mélodies accrochent celui ou celle qu'y s'y perdrait un instant, tel le morceau Madume qui résume à lui seul tout ce paragraphe en quelques minutes. Parfait ambassadeur d'un album enregistré en conditions live en Afrique du Sud avant d'être mixé par Frédéric Soulard, déjà à l'œuvre derrière Jeanne Added. De l'Urban Village au village global, il n'y a qu'un pas de danse.

Urban Village + DJ Lerato
À l'Opéra Underground le samedi 4 décembre à 19h



Opéra de Lyon Place de la Comédie Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter