Les aventuriers de l'arche perdue

Jerôme Dittmar | Mercredi 24 octobre 2012

Le jeu vidéo à Lyon / C'est l'histoire d'un âge d'or : bâti sur l'explosion de la micro dans les 80's, Infogrames a donné naissance au jeu vidéo lyonnais. Durant près de vingt ans, grâce au studio de Bruno Bonnell, la région est devenue l'un des acteurs majeurs du médium en France. Alors que la société, reprenant le nom d'Atari en 2003, devenait l'un des principaux concepteurs et éditeurs des 90's, le château de carte s'est écroulé ces dernières années, et beaucoup de studios sortis du giron d'Infogrames, comme Eden Games, se sont effondrés après plusieurs échecs.

Comment Lyon, eldorado du jeu vidéo, a-t-il pu voir sa côte dégringoler ? Pour Romuald Capron, directeur général d'Arkane Studios, dernier grand développeur local à créer des jeux coûteux tel que Dishonored, tout ceci est aussi question d'économie mondiale (la crise aidant) et de cycles, dont celui de l'industrie, avec ses machines aux succès parfois éphémères : « De nombreux studios se sont positionnés sur la Wii et ont fait beaucoup d'argent avec, sans anticiper son déclin rapide. » Mais pourquoi la relance est-elle si difficile alors que notre vivier est important ?  

Une réponse revient sans cesse : le Canada. Pour Emmanuel Oualid, directeur administratif chez Ivory Tower, studio fondé en 2007 par des anciens d'Eden et étroit collaborateur d'Ubisoft (dernier grand éditeur en France), si Lyon reste fort en compétitivité, impossible de lutter contre le Québec en terme de charges ou d'impôts : « Il y a le cercle vertueux, ce que vit le Canada, et le cercle vicieux, que vit actuellement la France et en particulier Lyon. » 

Comme le souligne aussi Romuald, certains projets peuvent ainsi bénéficier jusqu'à 40% de réduction en crédit d'impôt outre-Atlantique. Difficile de lutter, surtout quand l'Europe restreint ses aides selon des critères discutables comme la recommandation du jeu selon l'âge. 

Si la situation est préoccupante, restent des opportunités, notamment pour de petits studios tels que Blossom Minds ou Brain Slap (des anciens d'Eden), visant le marché du téléchargement qui a connu un boum avec l'explosion du smartphone. Pascal Biren, designer chez ce dernier : « Le secteur en France est désavantagé par rapport à l'étranger, mais cela vaut surtout pour les studios devant lever des fonds importants. Ceux constitués de petites équipes aux budgets plus modestes sont moins en concurrence économique. » 

La survie serait donc d'en revenir à des jeux indépendants, permettant au passage une plus grande liberté créative vitrine du savoir faire français ? Bien que le cas d'Arkane soit à part, puisque les Lyonnais ayant un second studio au Texas ont intégré un gros éditeur américain (ZeniMax), Romuald continue de voir en Lyon un tissu important qu'il faut aider financièrement, mais aussi faire fructifier. Même constat pour Pascal, qui sans croire à un nouvel âge d'or, espère bien qu'avec ces plus petites structures la ville retrouve son dynamisme d'antan. 

Jérôme Dittmar

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

L'assassin qu'on mérite

CONNAITRE | À chaque art sa spécificité constitutive. La musique a le son, le théâtre a la mise en scène, la bande dessinée a le découpage... Le jeu vidéo, lui, a (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 25 octobre 2012

L'assassin qu'on mérite

À chaque art sa spécificité constitutive. La musique a le son, le théâtre a la mise en scène, la bande dessinée a le découpage... Le jeu vidéo, lui, a l'interactivité. À partir de là, le monde se divise grossièrement en deux catégories : d'un côté les produits, qui perpétuent un modèle ; de l'autre les œuvres, qui s'interrogent sur l'essence même de ce modèle. Dishonored invente une troisième voie, en cela qu'il mérite une place dans un musée alors qu'il n'est qu'un jeu d'infiltration parmi d'autres, pas plus critique que ne le furent ses prédécesseurs ou que le seront ceux, nombreux, qui s'en réclameront. À quoi cela tient-il ? Plus encore que les précédentes réalisations d'Arkane Studios, à une parfaite adéquation entre le fond et la forme. Entre la volonté de permettre au joueur d'écrire l'histoire de Corvo, garde impérial déterminé à faire tomber les conspirateurs qui lui ont fait porter le chapeau du meurtre de sa souveraine, à sa façon (dans le calme ou dans la précipitation, avec brutalité ou avec raffinement), et entre les moyens qui lui sont conférés à cet effet, fussent-ils individuels (de la possibilité de s'incarner dans un animal à

Continuer à lire

Force et déshonneur

CONNAITRE | Attention, événement : le jeu vidéo le plus stimulant de l'année n'est pour une fois ni japonais, ni américain. Il est lyonnais, s'appelle "Dishonored" et doit une bonne partie de son excellence à son univers, aussi dense qu'atypique. L'occasion d'un tour du propriétaire avec Sébastien Mitton, directeur artistique chez Arkane Studios, d'une critique et d'un état des lieux de la création vidéoludique locale.

Benjamin Mialot | Mardi 23 octobre 2012

Force et déshonneur

En quelques mots, c'est quoi Dishonored ?Sébastien Mitton : L'aventure se déroule dans une sorte de Londres alternatif qui s'appelle Dunwall. Le personnage qu'on incarne y fait son retour au terme d'une enquête à la recherche d'une solution pour éradiquer la peste qui dévaste la ville. L'impératrice, dont il est le garde du corps, est très vite assassinée sous ses yeux. Accusé à tort, il échoue en prison, dont des loyalistes vont l'extirper avant de lui donner des indices quant à l'identité des conspirateurs impliqués dans le crime. À partir de là débute sa vengeance. Elle prend la forme d'un jeu d'action à la première personne, qui fait autant la part belle à des combats viscéraux, notre spécialité, qu'à l'exploration. Quelle était votre première intention ?On voulait faire un jeu plus épique que ce qu'on avait fait précédemment et s'éloigner de la fantasy. D'autant que ce n'est personnellement pas un genre qui m'intéresse plus que ça, il y a trop de redite. Moi, ce que j'aime, c'est créer des mondes originaux. Viktor Antonov, notre responsable du design visuel, partage cet

Continuer à lire