Mopro veut faire fleurir l'underground

Musique | Tout nouvel outil mis à disposition des artistes pour nouer des liens directs avec leurs fans comme les professionnels, Mopro est l'œuvre de Marc Weistroff (ancien des crew DeLaBreak et Lyondrumming), parti un temps officier à l'étranger avant de revenir à Lyon se consacrer à ce nouveau projet novateur.

Sébastien Broquet | Mardi 7 juin 2016

Photo : © DR


Peux-tu résumer en quelques mots en quoi consiste Mopro ?
Mopro est un service en ligne qui permet aux musiciens, producteurs et labels indépendants de bâtir une relation pérenne avec leurs fans. On se concentre sur le plus vieux réseau social des Internets, le plus libre, celui sur lequel est présent tout le monde : l'email.

À qui s'adresse Mopro ?
À toutes celles et tous ceux qui travaillent dans le monde de la musique. Que ce soit des petites associations organisants des soirées, des DJs, des podcasters, des labels ou des agences de promotions. Tout le monde à partir du moment où tu veux créer et maintenir un lien direct avec ton public.

Comment on s'inscrit, comment on l'utilise ?
On s'inscrit en moins d'une minute sur le site après avoir choisi sa formule d'abonnement. Après ça, on est guidé dans ses premiers pas pour importer ses contacts, envoyer une promo, un mailing ou créer un téléchargement gratuit. Les gros points forts sont la clarté du système et la simplicité d'utilisation. Pas besoin d'être geek ou d'avoir une formation en marketing.

En quoi Mopro est-il novateur par rapport aux autres ?
Le service intègre pas mal de fonctionnalités dédiées aux producteurs de contenus audio. Avant, il fallait avoir plusieurs comptes payants différents. Ici, en un seul endroit, tu peux créer tes vidéos Youtube, envoyer des mails à tes fans, tes promos aux DJs ou aux radios et créer ta prochaine campagne de téléchargement gratuit pour récolter de nouveaux fans. Tout ça avec les meilleures pratiques actuelles du Web.

En quoi Mopro s'oppose au système régissant les réseaux sociaux ?
En rendant nos utilisateurs indépendants face aux réseaux sociaux et en leur permettant de créer leur véritable following. Facebook ou Soundcloud t'offrent la possibilité de bâtir ton following sur leur plateforme. Mais tu remarqueras que tu ne peux jamais contacter directement ces gens-là, car les contacts appartiennent au réseau, pas à toi. Tu es donc dépendant de la santé de la plateforme et de ses algorithmes. Ça donne des catastrophes lorsque certains disparaissent (qui se souvient de MySpace ?) ou que les usagers désactivent leur compte. En 2016, les gens passent de moins en moins de temps sur leurs fluxs et de plus en plus de temps sur leur email ou sur leur App de messagerie instantanée. Sur Mopro, l'utilisateur garde le contrôle de ses listes de contact. Tu peux quitter le service demain et emporter tous tes contacts avec toi.

Est-ce un outil pour retisser du lien humain en s'opposant à la dictature de l'algorithme ?
J'aurais jamais dit mieux. Imaginons un artiste qui veut communiquer une information sur Facebook à ses fans. L'algorithme s'immisce immédiatement dès le bouton “publier” cliqué en décidant si oui ou non le message doit être diffusé. S'il n'est pas diffusé, c'est un acte de “soft-censure” dont l'un des buts est de maximiser les profits du réseau social. C'est aussi un acte de manipulation car l'algorithme choisit ce qui mathématiquement a le plus de chance de te faire rester sur le réseau social et d'augmenter la probabilité que tu cliques sur une pub. Pas de ça chez nous. En revanche, on aide l'artiste à cibler au mieux à qui il ou elle veut envoyer son message. Si demain tu joues à Bruxelles, par politesse tu ne vas pas envoyer un mail à tes fans du Japon. Pas d'algorithme là-dedans, les humains restent en contrôle. Il ne faut pas oublier que le lien humain est super important entre l'artiste et son public. Amanda Palmer le montre magnifiquement bien dans son livre.

Combien d'inscrits à ce jour ?
Plusieurs dizaines de labels ou d'artistes se sont inscrits depuis le lancement officiel fin mars. Et bien sûr, les milliers d'autres qui écoutent les promos. téléchargent les morceaux gratuits ou reçoivent des newsletters. Les retours sont excellents, c'est un bon début.

D'où t'es venu cette idée ? De la difficulté à œuvrer à la promotion de Polaar, le label que tu as monté avec Flore ?
Il y a effectivement une part de frustration comme point de départ du projet. Mais c'est aussi une volonté de faire fleurir l'underground. En mettant à disposition des outils efficaces et peu onéreux, les petites structures ont plus de chance de perdurer. C'est ce que j'espère faire.

www.mopro.io

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

L'aphone et la Flore : on a écouté "Rituals"

Le disque | Si la pudeur a tendance à enfouir nos émotions au plus profond de nos âmes, il est des rites qui peuvent les faire rejaillir spontanément. Comme un chaman le (...)

Gabriel Cnudde | Mercredi 9 septembre 2020

L'aphone et la Flore : on a écouté

Si la pudeur a tendance à enfouir nos émotions au plus profond de nos âmes, il est des rites qui peuvent les faire rejaillir spontanément. Comme un chaman le ferait, enveloppé de fumée et des échos de sa propre voix bouclée en litanies incessantes, Flore va chercher loin en elle ce qu'elle a de plus intime. Aphone, c'est à des rythmiques complexes, à des sons tantôt urbains, tantôt sauvages et à des basses souvent lourdes qu'elle confie la tâche de nous livrer ses émotions. Sa colère est aussi brute sur Numen que sa mélancolie est sincère sur You were there. Jamais rassasiés, tous ces êtres de la faune électronique nous incitent à nous-mêmes plonger dans la transe, à fouiller en nous ce qu'il reste de viscéral, de non-dit. C'est peut-être là que repose le vrai tour de force de Rituals : parvenir, avec une base quasi exclusivement électronique, à offrir un ressenti si profondément organique. À écouter à fond. Et aphone. Flore, Rituals (Pol

Continuer à lire

Flore : « je me permets plus d'audace »

Dancefloor | Cinq mois après la sortie de son deuxième album, Rituals, la DJ lyonnaise Flore continue de défendre ce projet dans un contexte forcément particulier. Épilogue d'une recherche artistique née en 2013 et préalablement matérialisée sur un live et trois EP's, ce nouvel album dit beaucoup de l'évolution de sa créatrice.

Gabriel Cnudde | Mercredi 9 septembre 2020

Flore : « je me permets plus d'audace »

Ton second album, Rituals, est sorti dix ans après son grand frère, RAW. Qu'est-ce qui motive, après tout ce temps, à créer et défendre un projet d'une telle envergure ? Flore Morfin : Il s'est passé plein de choses. Le premier album était sorti un peu dans la douleur, les relations avec le label avaient été assez compliquées. À sa sortie, il y avait eu de très bons retours, mais très peu de dates. À ce moment-là, la musique électronique était en pleine mutation avec l'explosion du dubstep qui avait tout terrassé sur son passage. Du coup, je suis ressortie de cette expérience avec la gueule de bois. En même temps, c'est aussi ça qui m'a poussé à créer mon label. Ça a pris un petit moment puisqu'il est apparu cinq ans après la sortie de l'album. Je ne voulais pas le créer toute seule, je voulais trouver le bon associé. Quelques années après la sortie de cet album j'ai commencé à travailler sur la première forme de Rituals qui était en fait un live audiovisuel et qui augurait déjà ma phase de mutation musicale. C'est parce qu'il y a eu ce projet-là qu'il y a eu l'envie de sortir des disques issus de ce live.

Continuer à lire

Flore : quai du Polaar

Portrait | Elle s'est fait sa place, à part, dans le petit milieu lyonnais des musiques électroniques. Celle d'une artiste obstinée, passionnée et indépendante. Talentueuse, surtout. Vendredi, Flore squatte les quais du Rhône pour une nouvelle party Polaar : voici son parcours.

Sébastien Broquet | Mardi 14 février 2017

Flore : quai du Polaar

« Quand je ne fais pas de la musique, tu me vois tripatouiller du terreau. » Flore Morfin ne s'appelle pas ainsi par hasard. Sur son balcon, une mini-jungle soigneusement entretenue, des nénuphars... veillent sur le home-studio installé dans son appartement du plateau de la Croix-Rousse. L'été dernier, elle a fait le buzz en obtenant la certification Ableton (ce logiciel phare de la composition en musiques électroniques) : une première en France pour une femme ; et seulement la 7e dans le monde. « Ça m’a surpris. Cette question-là, on me la pose tout le temps. J’y réfléchis et j’y suis sensible, mais ça m’a fait halluciner de réaliser à quel point peu de femmes veulent participer à ce genre d’étape, même si elles sont nombreuses à utiliser ces outils. Je me suis dit que c’était important de le faire savoir, car peut-être que beaucoup de femmes n’osent pas ou n’y pensent pas. » C'est aussi un symbole, pour celle qui a débuté à une ère où il fallait apprendre sans tutoriels sur YouTube. En 1996, son premier choc avec les musiques électroniques, c'est Björk. Avec son fr

Continuer à lire

Insomniaque : les 3 soirées de la semaine

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 26 avril 2016

Insomniaque : les 3 soirées de la semaine

29.04.16 LE PETIT SALON DEETRON Digne héritier d'Eric Borgo, longtemps le meilleur ambassadeur de la techno groovy en Suisse, Sam Geiser alias Deetron a pris le relais avec vigueur et talent, mariant classiquement (mais efficacement) les influences de la house de Chicago avec celles de la techno de Détroit. Discret comme un banquier genevois, efficace comme un horloger de Berne où il vit, Deetron est largement reconnu par ses pairs qui le convient souvent à œuvrer en tandem ou en remixe, de DJ Hell à Romanthony. Précis. 04.05.16 LA MARQUISE POLAAR #23 Gros line-up pour cette nouvelle édition de la soirée menée de main de maître par Flore & Marc : c'est Branko, le producteur des magiques Buraka Som Sistema, qui officiera derrière les platines. Auteur ces dernières années d'anthems rebondissants, passeur d'un kuduro relifté à la sauce global bass, collaborateur occasionnel de Diplo et MIA, boss du fûté label Enchufada, Joao Barbosa de son vrai nom est l'un des artistes les plus affriolants d

Continuer à lire

Les soirées du 9 au 15 septembre

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer : Ikonika à La Marquise, la première Ravesodie au Box Boys et N1L à l'Atelier Sumo.

Benjamin Mialot | Mercredi 9 septembre 2015

Les soirées du 9 au 15 septembre

11.09 Polaar Cette fois c'est la bonne : initialement annoncé pour la fin juin, le second volet de la déclinaison vinyle du Ritual de Flore sera disponible le 22 septembre. Et audible lors de la prochaine Polaar (à La Marquise), où la dame présentera également la nouvelle signature de son label, Hoodrat, jeune Lyonnais versé dans l'art rebondissant du Jersey club (du breakbeat à casquette snapback, en gros). Olive sur la pizza champignons-fromage, c'est la Londonienne Ikonika, égérie renfrognée de l'avant-garde bass music – grâce à son approche paradoxalement très candide de la mélodie – qui complète l'affiche.

Continuer à lire

Insomniaque - Soirées du 5 au 11 novembre

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : le lancement du label Polaar chez Groovedge, Paul Woolford et Midland au Sucre, et MM/KM et Container au Club Transbo. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 4 novembre 2014

Insomniaque - Soirées du 5 au 11 novembre

07.11 Polaar dans le shop Revenue sur le devant de la scène avec Ritual, projet qui la voit mettre au jour les liens telluriques qui unissent musiques industrielles et folklores africains, Flore en présentera cette semaine une transcription discographique – à savoir un EP 3 titres aussi envoûtant qu'un rite chamanique à base de décoctions de lubrifiants industriels – chez les diggers de Groovedge. Un rendez-vous d'autant plus notable, même s'il n'est pas tout à fait nocturne (encore que, depuis l'équinoxe...), que le disque en question marque l'éclosion du label Polaar, du nom des soirées que la dame organise par ailleurs. 07.11 Fight Club #2 Ce doit être une première dans cette rubrique : cette

Continuer à lire