Le Nouvel Institut Franco-Chinois ouvre ses portes à Lyon

La Chine à Lyon | Le Nouvel Institut Franco-Chinois (NIFC) entend renforcer les liens entre Lyon et la Chine et devenir un acteur incontournable de la scène culturelle lyonnaise. Le point avant son inauguration, le 15 septembre.

Julie Hainaut | Mardi 6 septembre 2016

Photo : © Anne Bouillot


En 1921, le Fort Saint-Irénée a hébergé la première "Université chinoise" (comprenez campus, et non un lieu de formation : les étudiants chinois y étaient simplement hébergés). Aujourd'hui, il abrite encore des logements pour étudiants mais également le NIFC, créé et inauguré en 2014 par Xi Jinping, président de la République populaire de Chine, Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères et Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, dans le but d'en faire « une plateforme d'échanges pluridisciplinaires. »

Après deux ans de travaux, le lieu s'apprête à ouvrir ses portes. Ses ambitions sont de trois ordres : économiques (faciliter les investissements chinois à Lyon et inversement), universitaires (favoriser les partenariats entre les facultés) et culturelles. « Le Nouvel Institut Franco-Chinois entend valoriser l'histoire commune entre Lyon et la Chine et promouvoir la création contemporaine chinoise » annonce sa directrice, Candice du Chayla. « Le grand public n'est pas au courant que la ville de Lyon abrite un tel trésor historique. »

Faire (re)vivre la culture chinoise à Lyon

Derrière la statue imposante offerte par le maire de Canton, représentant les deux fondateurs de l'Institut en 1921 entourés des étudiants les plus emblématiques de l'époque, se niche la salle d'exposition séparée en trois zones distinctes : un espace entièrement dédié à l'art contemporain, une salle de projection — mettant en avant les vidéos de l'artiste en résidence et une vidéo d'archives —, et un coin retraçant l'histoire de l'université dont la scénographie a été réalisée en collaboration avec Christian Sermet et Hélène Lafont-Couturier du Musée des Confluences.

L'accès à l'étage se fait par l'extérieur, après avoir traversé un jardin sinisant, des aqueducs et une mini-maison privatisable entièrement décorée à partir de mobilier chinois. Il comprend une salle de réunion mise à la disposition des entreprises mécènes, des espaces dédiés aux étudiants chinois et une bibliothèque ouverte à tous. « On y déniche des ouvrages d'archives, des romans chinois, des livres de dessin… en langue française et chinoise. L'idée est d'en faire un lieu de passage » précise la directrice. Des événements ponctueront l'année, dont un festival de la gastronomie fin novembre, et un festival de cinéma en juin 2017.

Quid de la censure chinoise ?

Le communiqué de presse est clair : « une programmation ambitieuse et diversifiée d'expositions temporaires révélera au public la création foisonnante de jeunes artistes, pour la plupart encore inconnus en Europe, incarnant le visage résolument moderne de la Chine d'aujourd'hui ». La directrice aussi : « nous accueillerons trois fois par an un artiste chinois récompensé par Yishu 8, la Maison des Arts de Pékin, avec qui nous avons noué un partenariat. L'idée est de mettre en avant des artistes contemporains chinois parfois connus, parfois non, parfois très expérimentés, parfois moins, mais dont le travail mérite d'être exposé. »

Mais une question nous turlupine. La censure l'emportant souvent sur la liberté d'expression (artistique notamment) en Chine, la liberté de culture sera-t-elle respectée au sein du NIFC ? « Il n'y a pas de censure ici » assure Candice du Chayla. « La commission culturelle présidée par Christine Cayol, co-fondatrice de la Maison des Arts de Pékin, Georges Képénékian, 1er adjoint au maire de Lyon, Hélène Lafont-Couturier, Françoise Petit, 7e adjointe au maire du 5e arrondissement et moi-même juge les artistes uniquement sur leur travail artistique. Nous sommes sur un site qui traverse l'histoire, qui se veut apolitique et areligieux ».

Aura-t-on alors l'opportunité, dans ce lieu qui a reçu l'appui et le soutien politique de Xi Jinping et de Liu Yandong, vice-première ministre du gouvernement chinois, de voir les œuvres du génial Ai Weiwei, désigné en 2011 par le magazine britannique Art Review comme la figure la plus puissante de l'art contemporain, artiste engagé qui a survécu à 81 jours de détention et à une surveillance permanente des autorités chinoises ? Ou encore celles de Zhang Hongtu, dont la peinture Bird's Nest, in the Style of Cubism, représentant le stade national de Pékin et où les mots "Tibet" et "Human Right" étaient inscrits, avait été saisie à la douane chinoise en 2008 ? Réponse dans les mois qui viennent.

Le Nouvel Institut Franco-Chinois
2 rue Sœur Bouvier, 5e
Tél. : 04 72 40 56 09
5 € l'entrée au musée
www.ifc-lyon.com

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les 100 ans de l'Institut Franco-Chinois avec Guillaume Degé

Art Contemporain | Il y a cent ans, la Chine installait sur la colline de Fourvière sa première université à l’étranger, et créait (avec la coopération de la ville de Lyon) (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 11 juin 2021

Les 100 ans de l'Institut Franco-Chinois avec Guillaume Degé

Il y a cent ans, la Chine installait sur la colline de Fourvière sa première université à l’étranger, et créait (avec la coopération de la ville de Lyon) l’Institut Franco-Chinois. Celui-ci reçut, entre 1921 et 1946, quelque 470 étudiants, en quête de savoirs et de technologies occidentaux. Le petit musée qui est consacré à cette histoire singulière vient de rénover ses espaces et son parcours, constitué d’une poignée de salles thématiques : reconstitution d’une chambre d’une étudiante en littérature, évocation de la bibliothèque de l’institut, présentation de quelques pièces asiatiques de la collection Guimet… Pour ce centième anniversaire, le Nouvel Institut Franco-Chinois a invité l’artiste (et sinologue) français Guillaume Degé à exposer ses gouaches sur papier chinois et ses céramiques récentes. Les premières laissent libre cours à des formes qui oscillent entre monde minéral et monde végétal, évocations sexuelles masculines et féminines, couleurs acidulées et tons de gris… Un univers non figuratif

Continuer à lire