Aline Sam-Giao, nouvelle directrice générale de l'ONL et de l'Auditorium

Sébastien Broquet | Jeudi 29 décembre 2016

Photo : © DR


C'est donc Aline Sam-Giao qui devient directrice générale de l'Orchestre national de Lyon et de l'Auditorium Maurice Ravel, en remplacement de Jean-Marc Bador, comme l'a annoncé ce jeudi Audrey Azoulay, la ministre de la Culture.

Depuis 2008, Aline Sam-Giao était administratrice générale de l'Orchestre des Pays de Savoie, aux côtés du chef Nicolas Chalvin, après avoir accompagné l'ensemble baroque Le Poème Harmonique du côté de Paris. Âgée de 40 ans, chevalier des Arts et des Lettres, elle a également été partie prenante du Festival Berlioz.

Selon le communiqué envoyé par le ministère conjointement avec la mairie de Lyon, « son projet est fondé sur la recherche de l'excellence artistique, de l'ouverture à la diversité des publics de la musique et des esthétiques les plus variées. Elle entend miser sur le dynamisme et l'innovation (...). Elle poursuivra ainsi le travail de diffusion et d'animation de la vie musicale aux côtés des autres institutions et festivals lyonnais. »

De son côté, Jean-Marc Bador rejoint l'Orchestre Philharmonique de Radio France comme délégué général.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Aux Célestins et à l’Auditorium de Lyon, de lourds déficits

Crise Sanitaire | Certes très subventionnées, les structures culturelles en régie directe de la Ville de Lyon n’en sont pas moins fortement impactées par la crise sanitaire, car elles ne peuvent bénéficier d’aucun dispositif d’aide. Les Célestins tablent sur un déficit de 600 000€ en 2021, l’Auditorium affiche déjà un trou de 2M€ pour 2020. Toutes deux en appellent à l’État pour pallier la rupture d’égalité avec d’autres établissements aux missions similaires.

Nadja Pobel | Vendredi 12 mars 2021

Aux Célestins et à l’Auditorium de Lyon, de lourds déficits

« Même si on rouvre en mai et juin, avec une jauge dégradée d’environ 50%, fin décembre la perte de recette de billetterie du théâtre s’élèvera à 600 000€ » affirme Pierre-Yves Lenoir, co-directeur du Théâtre des Célestins. Du côté de l’Auditorium de Lyon, son homologue Aline Sam-Giao estime à un million d’euros ses pertes à la fin de l’année civile avec la même hypothèse de reprise — fatalement très aléatoire —, qui se cumuleront avec les deux millions de déficit sur 2020. Aux Célestins, le dernier exercice s’est terminé à l’équilibre notamment grâce au fonds de soutien de la Ville de Lyon ; et parce qu’ils n’avaient pas prévu de jouer dans la grande salle entre avril et

Continuer à lire

Jean-Marc Bador, la force tranquille

MUSIQUES | Jean-Marc Bador, le discret et efficace directeur général de l’Orchestre national de Lyon, est en poste depuis fin 2012. Arrivé dans un contexte difficile après le mandat houleux de Laurent Langlois mais pleinement dans ses fonctions cette saison, ses partis pris rassurent. Pascale Clavel

Pascale Clavel | Mardi 25 mars 2014

Jean-Marc Bador, la force tranquille

Jean-Marc Bador ne sort pas de nulle part : acteur des débuts de La Folle Journée de Nantes, il est passé par l’Orchestre de Bretagne puis l’Orchestre de Chambre de Paris, qu’il a su moderniser et singulariser. A quelques jours d'un beau programme maritime - on y entendra notamment La Mer de Debussy, symphonie impressionniste parmi les plus jouées du compositeur, et Towards the Sea II, sublime illustration pour flûte, harpe et cordes du Moby Dick de Melville imaginée par le Japonais Toru Takemitsu - c'est un homme passionné, visionnaire et généreux que nous rencontrons.  Vous êtes à Lyon depuis peu. Que diriez vous de l’ambiance de la ville ? De sa culture ?Jean-Marc Bador : Je suis content d’être à Lyon, c’est une ville dans laquelle je me sens bien. Une ville qui investit 20% de son budget dans sa culture et qui fait en sorte de porter des institutions culturelles de très haut niveau, ce n’est pas si courant. Pour être plus spécifique sur l’établissement, c’est aujourd’hui l’un des plus beaux à diriger en France. L’ONL est le seul orchestre symphonique de grande taille qui di

Continuer à lire

Ça bouge chez les classiques

MUSIQUES | Signe d’une grande et belle vitalité artistique, cette saison encore les plus grands interprètes seront à Lyon. De Grame à l’Auditorium en passant par l’Opéra, Piano à Lyon et tant d’autres, tous s’y mettent pour proposer à public exigeant toujours plus, encore mieux. Petit tour d’horizon… Pascale Clavel

Pascale Clavel | Vendredi 20 septembre 2013

Ça bouge chez les classiques

Quelle autre ville que Lyon peut s’enorgueillir d’abriter en son sein autant de propositions musicales généreuses et surprenantes ? Pour son 31e Festival de musique baroque, Eric Desnoues surprend encore et fait venir à Lyon les immenses Savall (le 12 octobre à la Chapelle de la Trinité), Jaroussky (le 12 décembre), Minkowski (le 15 avril) et Herrweghe (le 11 juin). Cerise sur le gâteau, il accueillera le 20 mars le chef d’orchestre japonais Masaaki Suzuki, qui dirigera des cantates de Bach. Suzuki à la baguette et le Kapellmeister renait de ses cendres. Piano à Lyon, qui se délocalise pour une saison salle Rameau, offre de son côté dix concerts de haute volée, Jérôme Chabanne ayant tissé un programme où anciens et nouveaux se croisent. Gautier Capuçon et son complice Frank Braley reviendront ainsi ébouriffer le public lyonnais le 7 février tandis que l’hypnotique Alexandre Tharaud se frottera à l’Adagietto de la 5e symphonie de Mahler - qu’il a lui même transcrit pour piano - le 24 avril. Les Percussions Claviers de Lyon, quant à

Continuer à lire