Razzle : les raisons d'un refus

ACTUS | Gérard Collomb s'oppose à l'ouverture du Razzle, qui souhaitait ouvrir une salle de concerts et un restaurant sur un ancien bateau-phare. Si le projet est attirant, tout n'est pas si simple en coulisses.

Sébastien Broquet | Mardi 7 février 2017

Photo : © Razzle


Une pétition ayant dépassé les 10 000 signataires, des réseaux sociaux indignés, des affiches placardées dans la ville : la non ouverture du Razzle a agité le petit monde des cultures alternatives, depuis le mardi 31 janvier et l'annonce sur Facebook et sur notre site de l'abandon de ce projet qui avait fédéré une large part de la scène locale autour de lui. La semaine dernière, l'équipe du bateau-phare, par la voix de sa co-directrice Rihab Hdidou, nous confiait son incompréhension : « Il semble que ça bloque tout en haut, au niveau de Gérard Collomb, qui n'a jamais voulu nous recevoir et s'opposerait à notre projet. On voudrait juste savoir pourquoi. »

Le Razzle, c'est ce bateau-phare qui souhaitait depuis plus de trois ans amarrer sur les berges du Rhône ou de la Saône et ouvrir au plus vite pour proposer son alléchante programmation musicale mais aussi culinaire. Une salle de 300 places, un programmateur clubbing fondateur du réputé label BFDM, un restaurant tenu par un chef étoilé, une terrasse pour les apéros prolongés : tout est attirant dans ce projet, d'où l'incompréhension légitime face au refus de laisser ce bateau s'installer.

La version officielle communiquée par la Métropole est simple : sur le secteur fluvial du Grand Lyon, il n'y a plus d'emplacements disponibles en fixe. Ce que confirme Romain Blachier, en charge de la Culture dans le 7e, lui-même demandeur :

Je souhaite accueillir le Sonic, on manque de salles dans notre arrondissement. Eux sont d'accord, ils pourraient développer leur modèle économique, ouvrir le midi. Mais on ne peut pas conclure. D'ici à deux ans, les cartes seront peut-être rebattues, il faut que la Métropole accélère sur ce dossier de manque de linéaire fluvial.

Du côté de la Métropole, on affirme surtout vouloir développer la circulation « des bateaux à passagers et ne pas souhaiter accroître le nombre de bateaux stationnaires. »

Le refus date d'août 2016

Roland Bernard, conseiller délégué en charge du Fleuve et de ses Aménagements, affirme avoir envoyé dès le 17 août 2016 « une lettre à M. Mona Van Cocto, le directeur du groupe Batofar pour lui indiquer ne pas pouvoir donner une suite favorable à sa demande d'installation de la péniche Razzle car aucun emplacement correspondant à ses attentes n'était disponible. »

Le Razzle a décidé de passer outre ce courrier officiel et de continuer à avancer, sur la foi d'un accord oral, comme nous l'affirmait la semaine dernière Rihab Hdidou. M. Bernard s'en offusque :

Un accord oral ? Certainement pas. Ils ont tout fait à l'envers, ont acheté le bateau, entamé des travaux, sans vérifier la disponibilité d'un emplacement ni solliciter une autorisation. Ils sont venus me voir en dernier. Un bateau comme ça, on ne peut pas le mettre n'importe où, à cause des nuisances sonores, du besoin de places de parking !

Un appel d'offres est toutefois envisagé auprès des communes du Grand Lyon afin de savoir si l'une d'elles souhaite accueillir le Razzle. L'équipe, persuadée de faire aboutir son projet qui recueille une large adhésion, établit une programmation et entame des discussions avec la mairie de Caluire, qui n'aboutissent pas.

Mis devant le fait accompli, Gérard Collomb s'est braqué face à ce « forcing » qui fait suite à des maladresses au lancement du projet, selon plusieurs élus et connaisseurs du milieu culturel lyonnais : l'équipe, parisienne au départ, n'a pas su frapper aux bonnes portes. Avant de rectifier le tir en embauchant des acteurs locaux.

Et il y avait un os : « le passif de Mona Van Cocto, le propriétaire » nous confirme Roland Bernard. En effet, une note rédigée par un ancien collaborateur du maire de Lyon détaille des soucis relevés à Bordeaux autour de l'Iboat et surtout à Paris au Batofar. « On parle d'embauches illégales, de salaires non versés, d'artistes non payés » nous confie un proche du maire. Et d'un conflit avec les autorités portuaires de Paris, Haropa, que la Métropole a pris soin de consulter au préalable. Rihab Hdidou, à son tour, s'insurge :

On a suivi le cheminement conseillé. Beaucoup de choses colportées sur Mona ne sont pas de son fait ou sont fausses : il avait confié la gérance du Batofar à une équipe, avant de reprendre la main et d'assainir la gestion face aux problèmes. Et chaque projet est différent, le Razzle est porté par nous, ici : nous allions signer trente contrats en CDI. On nous fait payer notre appartenance à un groupe pour des problèmes anciens d'une autre société, le Batofar. Aujourd'hui, dans chaque ville, tout va bien : Alain Juppé (NdlR : maire de Bordeaux) et Anne Hidalgo (NdlR : maire de Paris) nous ont fait des courriers pour soutenir le Razzle.

Des courriers que nous avons effectivement pu consulter.

Dans une impasse

« Le maire de Lyon n'est pas un fossoyeur. Mais impossible de favoriser un projet pas clean, même s'il est innovant comme le Razzle » poursuit Roland Bernard, qui indique que le préfet, au fait de problèmes à Bordeaux, est effectivement intervenu quand « ils ont voulu forcer le passage et venir s'installer sans autorisation. M. Delpuech a fait savoir qu'il y aurait une procédure judiciaire immédiate. »

Rihab Hdidou s'en défend fermement : « Nous n'avons jamais eu l'intention d'arriver à Lyon sans autorisation. Nous espérions pouvoir faire venir le bateau et patienter au Port Herriot en réalisant les finitions des travaux, en attendant de trouver une solution. Nous étions prêt à payer un loyer au Port pour ça. Mais même là, on nous en a empêché en nous prêtant des intentions que nous n'avions pas. Sans preuve, encore une fois. »

Du côté du Sucre, accusé par certains acteurs du milieu de la nuit (mais pas par le Razzle, qui s'en démarque et assure avoir de saines relations avec Arty Farty) de vouloir conserver un monopole, on s'insurge par la voix de son directeur, Cédric Dujardin :

Quand on entend que c'est la faute du Sucre si le Razzle n'ouvre pas, c'est aberrant. Nous sommes un soutien à tout ce qui peut être bénéfique pour notre ville, je n'ai pas peur de la concurrence, bien au contraire. Je suis ravi qu'il y ait une émulation. Beaucoup nous pensent protégés. Peut-être parce que nous sommes très visibles, et que la politique sociale et culturelle que l'on mène fait des jaloux ? Sans parler du fait que le travail que l'on réalise au quotidien avec le commissariat du 2e arrondissement ne doit pas bien passer aux yeux de tous. C'est très frustrant.

Le projet étant passionnant, certains élus ont essayé la semaine dernière de convaincre le maire de revoir sa position, louant le travail de l'équipe lyonnaise du Razzle. Mais M. Collomb, dans une situation où il n'y a déjà pas de linéaire fluvial disponible, se refuse à faire une exception pour un propriétaire à l'image écornée.

Roland Bernard poursuit : « Ce n'est pas en mettant la pression comme ils le font actuellement que ça va s'arranger. Cette affiche sur les murs de la ville, c'est de la plus grande stupidité. » Des affiches dont Rihab Hdidou dément fermement être à l'origine, rétorquant : « On était plein de bonnes intentions. On ne nous a jamais laissé défendre notre projet. »


Razzle présente : Alex Cameron

+ Better Person
Sonic En face du 4 quai des Étroits Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Vincent Carry : « mon seul engagement citoyen sera européen, pour Place Publique »

Politique | Vincent Carry, directeur du festival Nuits sonores, fait partie des 22 signataires du manifeste publié le 6 novembre par Place Publique, nouveau mouvement politique citoyen dont les figures de proue sont Raphaël Glucksmann ou Claire Nouvian. Président du comité de soutien de Gérard Collomb lors des dernières municipales, il nous explique qu'il ne s'engagera plus au niveau local, mais au niveau européen.

Sébastien Broquet | Mercredi 14 novembre 2018

Vincent Carry : « mon seul engagement citoyen sera européen, pour Place Publique »

Place Publique a été lancé le 6 novembre. Vous faites partie des premiers acteurs de ce… mouvement, parti ? Vincent Carry : Place Publique est un mouvement de citoyens et d’activistes œuvrant pour différents projets autour de sujets d’inquiétude majeurs. Ce sont des gens qui portent des actions de terrain, qui ont décidé de passer de l’ère de l’inquiétude à l’ère de la responsabilité. De se dire que l’on ne pouvait pas rester dans cet état de fatalisme, tétanisés en regardant la situation se dégrader. En particulier sur deux points : la gigantesque crise écologique d’une part, et la crise démocratique de l’autre, qui se traduit par un basculement de pays vers des régimes nationaux populistes, ce que l’on n’imaginait pas il y a quelques mois encore possible. Je pense évidemment à l’Italie et au Brésil. C’est de ce constat partagé qu’est né Place Publique, suite à la rencontre entre des personnes qui se connaissaient de par leurs actions : Thomas Porcher, Claire Nouvian, Raphaël Glucksmann, Caroline Kamal… Tous se sont rassemblés,

Continuer à lire

Razzle : ça coince !

Clubbing | Le Razzle devait ouvrir le 19 janvier. Il n'en a rien été, et il semble que ce ne sera jamais le cas : l'équipe n'a pas réussi à obtenir d'emplacement où amarrer son bateau-phare à vocation culturelle.

Sébastien Broquet | Mardi 31 janvier 2017

Razzle : ça coince !

« En fait, c'est simple : on ne comprend pas. » déclare, désabusée, Rihab Hdidou, co-directrice du Razzle avec son conjoint, Christophe Clément. Ce bateau-phare devait ouvrir ses portes le 19 janvier dernier, autour d'un projet à haute valeur culturelle ajoutée : du clubbing, des concerts alternatifs, un restaurant de nuit tenu par un chef étoilé lyonnais, une terrasse pour des rendez-vous festifs... La programmation établie sur plusieurs semaines a été entièrement annulée ces derniers jours, à l'exception de deux concerts déplacés à l'Ayers Rock Boat et au Sonic. Après, nada : le bateau est toujours à Marseille, même si les travaux sont terminés. Pour rien ? Aujourd'hui, pour les initiateurs du projet, l'aventure touche à sa fin : « J'ai perdu espoir. Je pense que le Razzle n'ouvrira jamais à Lyon. Nous sommes abattus. » poursuit Rihab. Mais la raison du blocage reste obscure. Ce qui était un atout pour le public est devenu un problème insurmontable : le Raz

Continuer à lire

Du mouvement pour les salles de spectacles

Lieux de Culture | Ça bouge du côté des salles de l'agglomération : le CCO s'apprête à déménager tout en insufflant de la créativité à un projet d'envergure, le Razzle repousse son ouverture et le 6e Continent cherche des solutions pour éviter la tourmente.

Sébastien Broquet | Mardi 10 janvier 2017

Du mouvement pour les salles de spectacles

Le Razzle L'ouverture était prévue le week-end du 20 janvier, un nouveau festival, Transfer, devait s'y dérouler en partie en février et une large part de la programmation était déjà établie : l'on attendait avec impatience de vous en conter plus sur ce lieu qui risque fort de prendre rapidement une place prépondérante dans la vie nocturne (un restaurant de nuit est également prévu sur le bateau) et culturelle de la ville, nombre d'activistes et collectifs locaux ayant déjà été contactés, mais malheureusement, la nouvelle est tombée il y a quelques jours par le biais d'un post sur leur page Facebook : le Razzle repousse son ouverture à une date ultérieure. « Malgré les efforts importants déployés par nos équipes et nos nombreux soutiens, nous faisons face à plusieurs imprévus techniques qui nous empêchent de maintenir l’inauguration aux dates annoncées. Nous sommes évidemment très déçus et nous faisons le maximum pour vous accueillir à bord du Razzle le plus rapidement possible. » est-il communiqué. Certains concerts sont en cours de relocalisation dans d'autres salles de la v

Continuer à lire

Une rentrée foisonnante

Les concerts à venir | Une nouvelle salle (le Razzle, dont l'ouverture est repoussée) et un nouveau festival (Transfer) marquent cette rentrée des classes côté concerts, l'agglomération étant dotée d'une offre toujours aussi foisonnante. Faites vos choix !

Sébastien Broquet | Mardi 3 janvier 2017

Une rentrée foisonnante

Du côté des festivals Aux Nuits de Fourvière, l'on a commencé à dévoiler quelques noms : ainsi, c'est Lamomali qui ouvrira les festivités ; si ce nom ne vous dit encore rien, sachez que sont ici réunis deux virtuoses de la kora, Toumani et Sidiki Diabaté, autour de M (Matthieu Chedid) pour un projet dédié au Mali, en compagnie également de la chanteuse Fatoumata Diawara et du rappeur Oxmo Puccino (du 1er au 3 juin au Grand Théâtre). Le transversal Titi Robin sera lui en résidence à l'Épicerie Moderne pour préparer une création donnée live dans le cadre du festival, sur la scène de l'Odéon, le 5 juillet. Enfin, Vianney est annoncé le 24 juillet au Grand Théâtre. Côté Nuits Sonores, l'on peut noter les dates : du 24 au 28 mai. Et le changement de lieu : ce sera dans l’ancienne usine Fagor-Brandt, dans le quartier de Gerland. Les noms viendront plus tard. Plus proche de nous, le Reperkusound (au Double Mixte du 14 au 16 avril) a lâché une grande partie de sa programmation : des cartes blanches prometteuses, dont une à

Continuer à lire

Le Razzle en approche

Nouveau Lieu | La fin de l’arlésienne serait-elle proche ? Il semblerait que oui, à l’écoute des indiscrétions filtrant de ci, de là : le Razzle, ce fameux bateau-phare sensé illuminer la nuit lyonnaise, est en approche et bientôt prêt à accoster.

Sébastien Broquet | Mardi 20 septembre 2016

Le Razzle en approche

Si l’on ne sait pas encore où s’installera le Razzle, nouveau phare dans la nuit lyonnaise, ce ne sera pas au pied du musée des Confluences comme initialement évoqué, du moins pour l’instant. Le lieu d'implantation sera dévoilé dans quelques semaines. Ce que l’on sait, c’est qu’une ouverture au public est envisagée pour le jeudi 19 janvier 2017, avec trois jours de mini-festival en guise de lancement jusqu'au samedi 21 janvier. Les mois nous séparant de ces grands débuts correspondent au temps nécessaire à la mise aux normes de ce vieux bateau qui n’avait plus navigué depuis longtemps, qui est actuellement en travaux au chantier naval de Marseille où il est arrivé début juin, qu'il quittera pour rejoindre Lyon courant décembre prochain. Ce qui laissera le temps à l’équipe en place de finaliser dans les normes les demandes d’autorisation en cours, comme nous l'indique un proche du dossier. Il

Continuer à lire

La Fête des Lumières en mode fan zone

Fête des Lumières | L'organisation de la Fête des Lumières 2016 se précise : dans une conversation avec les lecteurs de nos confrères de Salade Lyonnaise s'étant déroulée au Sofitel en (...)

Sébastien Broquet | Samedi 17 septembre 2016

La Fête des Lumières en mode fan zone

L'organisation de la Fête des Lumières 2016 se précise : dans une conversation avec les lecteurs de nos confrères de Salade Lyonnaise s'étant déroulée au Sofitel en cette fin de semaine, le maire Gérard Collomb a donné des précisions et indiqué que les animations seraient concentrées sur la Presqu'île et protégées par un dispositif d'accès et de sécurité semblable à celui utilisé pendant l'Euro de football avec les fan zones, en version élargie. Nous allons rassembler les animations de la Fête des Lumières en presqu'île avec un dispositif type "Fan Zone".#SaladeLyonnaise #FDL2016 — Gérard Collomb (@gerardcollomb) 16 septembre 2016 De son côté, le parti qui a peur de tout et de tous, réclame purement et simplement l'annulation par la voix de Christophe Boudot, président du groupe Front National au conseil régional Auv

Continuer à lire

Collomb, avant / après

ACTUS | Municipales / Gérard Collomb, maire (PS) de Lyon dresse le bilan de son action dans le domaine culturel et évoque ses projets pour un éventuel second mandat. Propos recueillis par Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Mardi 26 février 2008

Collomb, avant / après

Petit Bulletin : Les budgets investis pendant votre premier mandat ont-ils changé la vie culturelle à Lyon ?Gérard Collomb : Nous sommes à 20% du budget de fonctionnement de la Ville pour la culture, ce qui veut dire que nous subventionnons beaucoup. Nous avons par ailleurs investi 100 millions d’euros, donc je pense que cela a effectivement changé la culture à Lyon… Nous avons souhaité que les grosses structures puissent s’ouvrir sur les petites dans une dynamique de «portage», par exemple quand le ballet de l’Opéra de Lyon soutient les Pockemon Crew… Nous avons ouvert un certain nombre de structures comme le Théâtre du 8e ou les Subsistances, qui ont permis d’accueillir des formes nouvelles de création. L’une des premières décisions que nous avons d’ailleurs été amenés à prendre a été d’installer Guy Walter aux Subsistances. À l’époque, cela avait provoqué un certain remous… Dans votre programme, vous suggérez de créer des friches artistiques, qu’entendez-vous par là ? À l’époque, si j’avais eu à prendre la décision de refaire ou de ne pas refaire les Subs, je leur aurais donné un caractère plus brut. Quand

Continuer à lire