Marc Bonny : « Il y aura des films en plus au Comoedia »

Exploitation | Marc Bonny fête en septembre les vingt ans de sa société de production et distribution Gebeka — qui a décroché deux César pour Ma vie de Courgette. En octobre, il ouvre trois nouvelles salles au Comœdia et sort Zombillénium. 2017 est une belle année, pas encore achevée…

Vincent Raymond | Vendredi 25 août 2017

Photo : © DR


Mi-octobre, le Comœdia ouvre trois salles de plus. Après beaucoup de rebondissements…
Marc Bonny
: Au départ, je m'étais intéressé à l'Odéon, mais sans solutions architecturales pour les sorties de secours, ni possibilité de faire plusieurs salles, j'avais laissé tomber. Ce projet d'extension est alors arrivé en 2011. Il était initialement plus ambitieux en terme de fauteuils, avec deux salles en bas et une grande en haut. L'annonce de la reprise de la Fourmi et des CNP par l'Institut Lumière a alors été faite ; je savais qu'ils seraient positionnés sur le même créneau que nous. Cette nouvelle concurrence étant une grosse inconnue, j'ai revu la capacité à la baisse avec trois salles plus petites, sur un même niveau, pour baisser le coût de l'opération, à environ 2 millions d'euros. Il faut savoir que pour ce type d'investissements, les salles Art et Essai bénéficient d'aides fortes du CNC et de la Région. Le risque est donc balisé.

Avec neuf écrans, y aura-t-il une inflexion dans la programmation ?
MB
: Non : on va continuer à faire ce pourquoi on a repris le Comœdia il y a onze ans. Il y aura des films en plus (ceux qui ont toute leur place et qu'on ne pouvait pas accueillir), et aussi — surtout — on pourra en garder d'autres plus longtemps ou avec d'avantage de séances.

Quel est l'objectif en terme de fréquentation ?
MB
: Quand on a rouvert, il nous a fallu trois ans pour monter en puissance et atteindre notre niveau de fréquentation actuel [300 000 spectateurs par an, NDLR]. Là, on espère 20 à 25% de plus immédiatement, parce que le site existe, qu'il est identifié, qu'il fonctionne et qu'il a des outils de communication. Je ne vois pas pourquoi il y aurait du délai.

Votre société de distribution Gebeka souffle vingt bougies. Que contient son catalogue aujourd'hui ?
MB
: Sur les 100 films qu'on a sortis, certains partent — parce qu'ils n'étaient qu'en 35mm et que ça ne valait pas le coup financier de les faire basculer en numérique ; d'autres s'arrêtent parce qu'on n'a plus les droits. Mais il reste autour de soixante films. Dont Kirikou et la Sorcière, de Michel Ocelot, qui était sorti en décembre 1998. Et justement l'année prochaine, nous allons faire une ressortie pour Noël de ce film emblématique de l'animation française : Kirikou a vingt ans, et il est vaillant. Nous sommes en discussion avec Michel Ocelot pour qu'il fasse un court-métrage spécial bonus dans le style Princes et Princesses en théâtre d'ombre se passant en Afrique avec des animaux. On s'est vus avec le producteur de Kirikou pour mettre ça en route.

2017 a débuté par le sacre de Ma vie de Courgette aux César, confirmant son triomphe en salles. La récompense pour tous les risques pris…
MB
: Si l'exploitation est une activité relativement stable (à 5% près), la production et la distribution sont davantage en dent de scie : cela dépend des projets. Après les vraies déceptions qu'ont été Dofus et 108 Rois Démons, Ma vie de Courgette nous a remis du baume au cœur — et au compte en banque (rires) ! Pour la fin 2017, nous avons deux sorties importantes : Drôles de petites bêtes, d'après les livres d'Antoon Krings le 13 décembre, clairement pour les 4-8 ans. Avant, le 18 octobre, Zombillénium, présenté à Cannes hors compétition, à Annecy en ouverture et à Angoulême. Celui-ci n'a pas de cible précise : à partir de 8 ans et pour les jeunes adultes.

Comment s'est faite la rencontre avec Arthur de Pins, l'auteur de la BD et réalisateur ?
MB
: Son producteur, Henri Magalon m'a contacté en premier, il y a quatre ou cinq ans — c'est aussi long que de faire des salles de cinéma ! — et je suis devenu coproducteur. J'ai pas mal suivi la fabrication. Arthur est venu plusieurs fois à Lyon, et on va le faire revenir avant la sortie.

Menez-vous d'autres projets au long cours ?
MB
: Je me suis intéressé à La Vallée des Loups, le documentaire que Jean-Michel Bertrand a tourné dans les Hautes-Alpes — il vient d'obtenir le Prix du Public au festival du film des Diablerets, la référence dans ce domaine. Il prépare une suite montrant comment les louveteaux sortent de la meute pour aller fonder la leur, La Marche des loups. Ce sera un film poétique, jeune public et familial sur la faune sauvage. Le sujet m'intéresse et le personnage est fascinant. Il faut au moins trois ans de travail. Jusqu'à présent, je n'ai pas trop fait ce genre de projet. C'est aussi ce qui m'attire dans l'animation : j'essaie de trouver des choses différentes.


Ma vie de courgette

De Claude Barras (Sui-Fr, 1h06) animation Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux.
Lumière Fourmi 68 rue Pierre Corneille Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Trois salles toutes neuves au Comœdia

Exploitation | Il aura fallu six années pour porter la capacité totale du Comœdia de 980 à près de 1200 fauteuils. Une durée moins liée aux contraintes du chantier qu’aux (...)

Vincent Raymond | Mardi 29 août 2017

Trois salles toutes neuves au Comœdia

Il aura fallu six années pour porter la capacité totale du Comœdia de 980 à près de 1200 fauteuils. Une durée moins liée aux contraintes du chantier qu’aux impondérables. Lorsque l’INPI quitte ses locaux du 7e arrondissement à l’automne 2011, Marc Bonny saute sur l’occasion. N’ayant pas la capacité d’acheter la parcelle seul, il fait offre commune avec le promoteur Eiffage, qui souhaite bâtir un hôtel rue Raulin et utiliser les parkings sous le cinéma. L’INPI est séduit et un permis de construire unique est accordé pour l’ensemble du chantier. L’architecte des Bâtiments de France pose alors ses conditions à Eiffage : conserver intacts des éléments de façade et les voûtes souterraines. Deux ans de blocage suivront. Lorsqu'un accord est trouvé, Marc Bonny doit repenser ses plans : l’Institut Lumière s’est glissé dans le jeu en reprenant

Continuer à lire

"L’École des lapins" : terrier, c’est fou !

ECRANS | de Ute von Münchow-Pohl (All, 1h16) animation…

Vincent Raymond | Mardi 4 avril 2017

Lapin urbain, Max rêve d’intégrer un gang trop cool. Mais un coup du sort l’expédie dans la légendaire école où ses congénères s’exercent pour devenir lapins de Pâques en protégeant l’œuf d’or sacré convoité par de fourbes renards… Voici un joli conte de saison, remettant au goût du jour la tradition germanique du lapin pascal (censé distribuer des œufs à la place des cloches ou des poules), et démontrant les vertus de la rigueur et de l’entraide, bien supérieures aux illusions promises par une vie de plaisirs égoïste — un fond certes bien moral ; mais c’est le propre du conte. L’animation fluide, la tonalité lumineuse de la palette choisie et le caractère primesautier des personnages, rendent le film particulièrement attachant. Visible dès 7 ans, s’il n’abêtit pas le jeune public, il ne cherche pas non plus à gagner les grands ados à sa cause en instillant d’artificiels niveaux de lecture parallèles. Pas de méprise toutefois : cette réussite ne nous dissuadera pas de croquer avec gourmandise des lapins en chocolat.

Continuer à lire

Table ronde de l’écrit à l’écran

ECRANS | Comment transformer ses mots en images ? Vaste problématique à laquelle tout scénariste se confronte. Pour tenter d’élucider ce mystère et d’initier les (...)

Vincent Raymond | Mardi 14 mars 2017

Table ronde de l’écrit à l’écran

Comment transformer ses mots en images ? Vaste problématique à laquelle tout scénariste se confronte. Pour tenter d’élucider ce mystère et d’initier les apprentis auteurs de cinéma, trois associations (Enjeux sur image, Prémisses et L’Accroche Scénaristes) organisent une table ronde au cours de laquelle interviendront des autorités en la matière : Michel Fessler, dont la plume a signé La Marche de l’Empereur, Jean-Pierre Améris (réalisateur des Émotifs anonymes), Alexandre Ferré, délégué général adjoint du Festival international des scénaristes de Valence ou encore Marc Bonny, hôte de la réunion en tant que patron du Comœdia mais également coproducteur de Ma vie de Courgette. À vos stylos ! Au Comœdia le samedi 18 mars à 10h30

Continuer à lire

Ma vie de Courgette : l'envers du décor

L'Expo | Après avoir dévoilé l’univers de Wes Anderson et son Grand Budapest Hotel, le Musée Miniature & Cinéma épluche celui de Courgette, tourné à quelques arrêts de bus de là. Quand on dit que le circuit court a du bon…

Vincent Raymond | Mardi 18 octobre 2016

Ma vie de Courgette : l'envers du décor

Dix années. C’est la durée qui s’est écoulée entre la découverte par Claude Barras du roman de Gilles Paris et la sortie du film qu’il lui a inspiré. Une décennie, quasiment une petite vie, pour concevoir et accomplir une œuvre dont chaque seconde aura nécessité d’être disséquée en une suite d’images minutieusement composées, photographiées, puis rassemblées pour donner l’harmonieuse illusion du mouvement… Un film en stop motion est, décidément, une drôle d’espèce cinématographique, ontologiquement contrariante : non seulement il dévore des quantités absurdes de temps pour en restituer une quintessence par la ruse, profitant de notre rémanence rétinienne ; mais en plus, il fait disparaître toutes les traces apparentes de sa chimérique création. Résultat ? Après la phase de tournage, poupées-marionnettes et décors sont rendus à leur état d’objets inanimés… c’est-à-dire inutiles, et promis à la destruction. Les précieux éléments de Ma vie de courgette auraient connu ce funeste destin si l’un des producteurs Marc Bonny, en voisin lyonnais du Musée Miniature & Cinéma, n’avai

Continuer à lire

"Ma vie de courgette" : gratin d’amour sauce résilience

Le film | Avec ce portrait d’une marmaille cabossée par la vie retrouvant foi en elle-même et en son avenir, Claude Barras se risque sur des sentiers très escarpés qu’il parcourt avec une délicatesse infinie. Un premier long-métrage d’animation en stop motion vif et lumineux ; un chef-d’œuvre.

Vincent Raymond | Mardi 18 octobre 2016

Que vous soyez un enfant de 5 ou de 105 ans, accordez sans tarder un peu plus d’une heure de votre vie à cette grande œuvre ; elle vous ouvrira davantage que des perspectives : des mondes nouveaux. Ma vie de courgette est de ces miracles qui redonnent confiance dans le cinéma, qui prouvent sans conteste que tout sujet, y compris le plus sensible, est susceptible d’être présenté à un jeune public, sans qu’il faille abêtir les mots ni affadir le propos. « Tout est affaire de décor » écrivait Aragon en d’autres circonstances, ce film l’illustre en traitant successivement d’abandon, d’alcoolisme et de mort parentaux, des maltraitances enfantines, d’énurésie, d’éveil à l’amour et à la sexualité… un catalogue de tabous à faire pâlir le moindre professionnel de l’enfance. Des thématiques lourdes, attaquées de front sans ingénuité falote ni brutalité, amenées par le fil éraillé de l’existence des petits héros du film : Courgette et ses amis vivent dans un foyer, où ils tentent de guérir de leurs traumatismes passés. Où on les entoure de l’amour et l’attention dont ils ont été frustrés.

Continuer à lire

Dofus - Livre 1 : Julith

ECRANS | De Anthony Roux & Jean-Jacques Denis (Fr, 1h47) avec les voix de Sauvane Delanoe, Emmanuel Gradi, Laetitia Lefebvre…

Vincent Raymond | Mardi 2 février 2016

Dofus - Livre 1 : Julith

Exception notable dans la constellation des jeux de rôle en ligne ET des mangas, Dofus est une création 100% tricolore — cela ne lui décerne pas d’office un brevet d’excellence, mais mérite que l’on s’intéresse à son cas. Déjà décliné avec succès dans une série animée télévisée, son univers heroic fantasy, aux arcs narratifs entre Star Wars (pour le côté orphelin à pouvoirs héritier de puissances maléfiques) et Dragon Ball (pour l’aspect quête en meute baroque et les acolytes grotesques dragueurs) passe au tableau supérieur en s’offrant le grand écran grâce à Gebeka. Sans rivaliser avec ces vis sans fin (ont-elles d’ailleurs jamais eu un commencement ?) que sont Naruto ou One Piece, ce qui s’annonce comme un premier opus trouve sa place et son rythme ; il peut même se gagner un public plus adulte que la cible de base, ravi d’y trouver un second niveau de lecture. Un brin coquin, comme le veut la tradition, mais plus goguenard qu’égrillard… VR

Continuer à lire

Un premier centenaire pour le Comœdia

ACTUS | Inauguré en 1914, détruit lors des bombardements de la deuxième guerre mondiale, reconstruit puis fermé par le circuit UGC en 2003 avant d’être repris par Marc Bonny en 2006, le Comœdia fête ses 100 ans durant tout le mois de septembre… et prépare déjà l’avenir. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 2 septembre 2014

Un premier centenaire pour le Comœdia

«Un cinéma peut mourir. Le Comœdia a d’ailleurs failli mourir deux fois…» dit Marc Bonny, aujourd’hui propriétaire du cinéma de l’avenue Berthelot, un siècle après son ouverture sous le nom du "Berthelot". «Aujourd’hui, d’ailleurs, il est plus facile de fermer un cinéma que d’en ouvrir un» complète-t-il. Il sait de quoi il parle… Lorsqu’il décide de racheter le Comœdia, le cinéma est à l’abandon depuis décembre 2003, date à laquelle UGC avait décidé de fermer le site pour se concentrer sur ses autres écrans et préparer, déjà, l’ouverture du Ciné Cité Confluence. L’inauguration a lieu en novembre 2006 et, huit ans après, le lieu a trouvé sa place et sa vitesse de croisière — entre 310 000 et 330 000 spectateurs annuels, une programmation basée sur le cinéma art et essai, le jeune public, le cinéma de répertoire et une association au long cours avec des événements comme Lumière ou Hallucinations collectives et des acteurs culturels comme les Célestins, le TNP, le TJA ou ses voisins du CHRD.   Cinéma bombardé, mais cinéma libéré ! La vie du Comœdia n’a pas été un long fleuve tranquille. A

Continuer à lire