Sauvetage in extremis du Musée Urbain Tony Garnier

Politique Culturelle | En mars dernier, la direction du Musée Urbain Tony Garnier s'alertait de sa situation économique critique et, en l'état, estimait sa fermeture imminente. La Ville de Lyon était dos au mur. Elle vient de réagir et augmente, comme promis il y a dix-mois, sa dotation.

Nadja Pobel | Vendredi 13 avril 2018

Photo : © DR


La Ville de Lyon a fait savoir aujourd'hui qu'en plus des 75 000€ déjà attribués annuellement (montant inchangé depuis une dizaine d'années), elle attribuera 15 000€ supplémentaires au musée. S'ajoutent les 20 000€ et le loyer gratuit concédés par le Grand Lyon Habitat, ainsi que les 30 000€ de la Région.

La Ville avance qu'elle pourra aussi, « sur des projets spécifiques, apporter un financement complémentaire comme cela s'est fait en 2017 pour la scénographie de l'exposition temporaire » et que par ailleurs « Grand Lyon Habitat va augmenter sa contribution pour des prestations spécifiques liées à la rénovation des murs peints du Musée Urbain. »

Enfin, la DRAC maintient sa participation (7000 € annonce la ville, mais en réalité la DRAC verse 9000€ depuis deux ans) et permet au Musée de se positionner sur l'appel à projets "Patrimoine 20e siècle" afin d'obtenir un financement supplémentaire.

Soulagement

Du côté du musée, ces annonces sont accueillies avec soulagement mais sa directrice, Catherine Chambon, reste prudente car cette augmentation sera mise au vote du Conseil municipal en juillet prochain. Si cela est acté comme promis, ces 90 000€ seront perçus dès cette année et reconduits en 2019 et 2020.

La direction du musée affirmait qu'il manquait 30 000€ pour que le fonctionnement du lieu soit assuré. « La Ville, relate Catherine Chambon, nous a dit oralement que si les autres partenaires ne mettaient pas les 15000€ restant, elle pourrait faire un effort supplémentaire ».

Concernant le Conseil régional, l'élue à la culture, Florence Verney-Carron est venue pour la première fois au musée la semaine dernière et, rapporte Catherine Chambon, a exprimé sa volonté de remonter à une participation de 35 000€ comme c'était le cas jusqu'en 2015. « Nous rencontrons le nouveau directeur du service de la culture de la Région la semaine prochaine, mais quoi qu'il en soit, rien ne sera voté avant juin » poursuit-elle.

Du côté de Grand Lyon Habitat, la question d'une hausse de subvention n'a pas encore été évoquée mais « compte tenu de la situation, je pense qu'ils feront un petit effort sans que je n'ai la moindre idée du montant » dit-elle encore. Enfin à la DRAC, un effort pourrait être consenti selon les échanges que Catherine Chambon a pu avoir avec le représentant de l'État, passant de 9000 à 10 000€

In fine, « nous sommes satisfaits car la Ville a compris que le musée etait certes un équipement de quartier mais qu'il rayonnait sur l'ensemble de la ville et du territoire » affirme la directrice, « l'alerte a été entendue mais rien n'est fixé, tout est soumis au vote ». Tous ces montants ne concernent que le fonctionnement de ce musée privé associatif au budget annuel total de 204 000€.

La Ville annonce dans son communiqué de ce jour qu'en 2019 seront commémorés les 150 ans de la naissance de Tony Garnier qui, à Lyon, a imaginé et bâti ce quartier dit des États-Unis mais aussi le stade de Gerland, la Halle qui porte son nom ou encore l'hôpital Édouard Herriot.

Impensable donc que le Musée Urbain disparaisse. « Il sera, pour cela, associé aux différents temps forts sur le territoire (expositions, colloques, visites thématiques...) » prédit encore la Ville de Lyon et « cette dynamique devrait se traduire par une exposition temporaire spécifique sur Tony Garnier au sein du Musée Urbain à l'automne 2019. »

Cela demande un financement annexe comme nous le précise Catherine Chambon qui y travaille actuellement : « il faudra re-solliciter tout le monde pour cet événement et on ne sait pas ce qu'on aura. J'ai demandé une somme à la Ville, la même à la Région et on ira chercher du mécénat. » La Ville de Lyon s'engage à l'accompagner dans ces démarches.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cité Tony Garnier : patrimoine squatté

Musée Urbain Tony Garnier | Dans le quartier des États-Unis, le patrimoine de la cité ouvrière est de plus en plus en proie aux squatteurs. Le musée urbain Tony Garnier alerte et Grand Lyon Habitat se défend.

Nadja Pobel | Mercredi 22 juillet 2020

Cité Tony Garnier : patrimoine squatté

« Ça fait 43 ans que j'habite ici et y'a jamais eu ça » nous dit une résidente de la Cité des États-Unis. Comprendre : l' agression qui s'est terminée dans le sang le 28 juin et une autre du même acabit une dizaine de jours plus tard. Bien sûr, ce quartier du 8e arrondissement lyonnais n'est pas le Bronx et aucun mort n'est à déclarer. Cependant, le Musée Urbain Tony Garnier a reçu des lettres de doléances de ses voisins qui dénoncent une « insécurité totale », des « allers et venues toutes les nuits », du « tapage nocturne » et menacent de bloquer le paiement de leurs loyers. L'ensemble de plus de 1500 logements, repartis en douze îlots, construits dans les années 30 d'après les plans de Tony Garnier, connaît une phase massive de rénovation. Et donc une non-relocation des appartements laissés vacants. Grand Lyon Habitat — qui

Continuer à lire

L’Habitat habité au Musée Tony Garnier

ARTS | Menacé d'une déplorable fermeture imminente faute de moyens suffisants, le musée urbain Tony Garnier continue néanmoins de proposer des expositions aussi accessibles qu’utiles et intelligemment menées. Celle sur l’habitat des français, des taudis aux Habitations à Bon Marché, ne déroge pas à cette règle.

Nadja Pobel | Mardi 20 mars 2018

L’Habitat habité au Musée Tony Garnier

Après dix-huit mois consacrés au confort moderne puis au béton (et à toutes ces incidences sur la massification de l’habitat), le Musée Urbain Tony Garnier poursuit son remarquable travail pour mieux comprendre comment le XXe siècle s’est adapté en France à un changement civilisationnel fondamental - la bascule du monde rural vers le monde urbain – et comment cette population, de plus en plus dense, a pu être logée. Si quelques panneaux explicatifs éclairent des points précis (le rôle fondamental de l’Église, celui du patronat qui a abrité pour mieux les contrôler les ouvriers…), cette exposition est avant tout immersive. Il s’agit de ressentir comment on vivait au début du siècle, avec la reproduction d’une pièce de vie sous les toits quasiment dans ses dimensions originelles. Avec une collecte réalisée auprès des Lyonnais, voici un lit, des édredons peut-être vus chez vos ancêtres, une fenêtre type ré

Continuer à lire

Le béton, l’autre matière grise

ARTS | Autour d’un sujet peu glamour, le béton, invention clé des Trente Glorieuses, le musée Tony Garnier a élaboré une remarquable exposition qui fait confiance à l’intelligence de ses visiteurs.

Nadja Pobel | Mardi 13 octobre 2015

Le béton, l’autre matière grise

Au cœur d'un quartier des années 1930 si typique de l’habitat moderne, le musée Tony Garnier dresse au fil des années un très solide état des lieux de la fabrique de l’urbanisme. Sa précédente exposition sur le confort moderne se penchait sur l’apparition de la consommation de masse. Exit cet aspect social pour évoquer la construction même des immeubles, question technique qu'il a le mérite de traiter frontalement. Sacré béton explique pour commencer que l'apparition de ce matériau remonte à l’ère romaine, bloc extrait du chantier de l’Antiquaille à l'appui. Heureuse et simple manière de relier Lyon à son histoire doublement millénaire et de tracer une ligne entre deux arrondissements, les 5e et 8e, qui ont manifestement plus de choses en commun qu’on ne le croit. L’évolution de son utilisation se lit ensuite sur une tablette à activer soi-même. Lieux de plaisance au XIXe siècle (Tête d’Or, Hyde Park, Central Park…), ponts dans l’après-guerre mais aussi, bien sûr, bâtiments publics et privés

Continuer à lire

Retour vers le futur

ARTS | Au cœur de la cité Tony Garnier, le musée du même nom propose une délicate et précieuse immersion dans les balbutiements de la société de consommation, lorsque le culte de l’objet répondait à un besoin urgent d’hygiénisme et d’allègement des corvées. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 18 mars 2014

Retour vers le futur

Suce-poussière, thermoplasme électrique, frigidaire… Le confort moderne esquissé dans l’entre-deux-guerres renvoie tout d’abord à un vocabulaire au charme désuet - il désigne ici respectivement un aspirateur, une sorte de bouillotte guérisseuse et un frigo. Dans un espace à deux étages, anciennement un commerce de «nouveautés» du quartier, le musée urbain Tony Garnier présente un nombre importants de pièces d’époque mais évite l'écueil de la surabondance. Au contraire : entre panneaux d’informations, objets en vitrine et photos, il laisse place à la déambulation et à l’immersion. Comment c’était avant ? Le XXe siècle naissant voit se mettre en application les préceptes d’hygiénisme pensés au siècle précédent. Le confort ne peut plus être réservé aux seuls riches, le travailleur y a droit aussi, comme le souligne dès 1904 un des fondateurs du mouvement HLM, Émile Cheysson. Dans les usines, les femmes ont remplacé les hommes partis au front, leur temps de ménagère doit donc être rationnalisé et leurs gestes sériés. Cuisine intégrée, grille-pain, mini-laveuse, cocotte-minute, aspirateur, moulin-légumes, fer à repasser, fer à friser… font dans cette optiq

Continuer à lire