Si vous n'aimez pas la ville, si vous n'aimez pas la montagne…

Tour de France | Par où arrivent-ils ? Où s’en vont-ils ? Décryptage des routes qu’empruntera le peloton à Lyon. Et projection de victoires.

Nadja Pobel | Vendredi 11 septembre 2020

Photo : © DR


Un Tour c'est un grand chambardement. Éviter donc de prévoir votre déménagement ce week-end des 12 et 13... Voici où il faudra vous poser pour être aux avant-postes. Et voir, s'il est encore en course, Thibaut Pinot, notre Ocaña à nous, la classe et la scoumoune égales à l'Espagnol gersois.

Samedi 12 : 14e étape – Clermont / Lyon – 194 km

Parti de Clermont-Ferrand, le peloton va traverser Tassin et aborder Lyon par la côte de La Duchère aux alentours de 17h40. Une bonne bosse toute courte (1, 4 km) et un pourcentage décent (5, 6 %). Voilà de quoi culminer à 264m d'altitude, exactement comme quelques minutes plus tard sur la côte de la Croix-Rousse (via la montée de l'Observance), elle aussi en 4e catégorie, histoire que Benoit Cosnefroy grappille quelques pois supplémentaires. Reste le boulevard des Canuts, le cours d'Herbouville et une arrivée devant Boulanger. C'est Peter Sagan qui chope en premier la timbale de la ménagère.

Dimanche 13 : 15e étape – Lyon / Grand-Colombier - 174, 5 km

Exit le marché du dimanche, rendez-vous à Gerland, entre Palais des Sports et Ninkasi, pour un village départ verrouillé, quoiqu'avec un peu de chance, les affreux panneaux occultants installés au départ de Nice auront été oubliés en route pour apercevoir la fête. Après le départ de la caravane à 10h40, le peloton part en balade le long du Rhône sur l'avenue Leclerc avant de s'engouffrer sur Berthelot, plus rapide que le tram. Le départ réel sera donné sur la rue Jean Mermoz qui lèche l'aérodrome de Bron par le nord à 12h50.

Chassieu, Genas, Pusignan puis l'Isère et l'Ain car, en ligne de mire, se dressent le col de la Biche et le massif du Jura. Le col du Grand Colombier n'est entré dans l'histoire du Tour qu'en 2012 et a été visité depuis déjà trois fois (Thomas Voeckler — qui n'était pas encore motorisé — Rafal Majka et Warren Barguil y ont basculé en tête). Cette année, le chrono s'arrête là-haut, à 1501m, au bout de 17 bornes hors catégorie. Et puisque Roglic, en jaune depuis Laruns, a coincé dans la montée de la Croix-Rousse, c'est Thibaut Pinot qui s'impose et sauve son Tour. Discrètement.

PS : Vous ne verrez pas le vainqueur lever les bras : « on va barricader l'arrivée 400 m avant et 400m après donc l'arrivée va se faire à huis clos malheureusement » a déclaré Grégory Doucet lundi 7 septembre sur BFM. Covid, quand tu nous tiens…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lyon : un Tour de France dans le rétro

#Velotaf | Ce 12 septembre le Tour s'arrête à Lyon pour la 17e fois seulement (en 107 éditions). Retour sur l'Histoire de la Grande Boucle à Lyon, riche, malgré tout, de quelques grands moments.

Stéphane Duchêne | Jeudi 10 septembre 2020

Lyon : un Tour de France dans le rétro

1903-1904 : Maurice Garin, à jamais le premier Lyon est la première ville étape de l'Histoire du Tour. Y triomphe le premier vainqueur d'une course bientôt mythique : Maurice Garin. C'est la préhistoire de la Grande Boucle (six étapes pouvant excéder les 450 km, sur des vélos de facteur, dopé à la vinasse). Celle qui sépare Montgeron de Lyon en fait 467. Maurice Garin et son compagnon d'échappée Émile Pagie font le choix gagnant de ne pas s'arrêter au ravitaillement dans une auberge de la Nièvre. Pagie chutant à 200m de la ligne après 18h de course (ce qu'on appelle communément la poisse) Garin l'emporte à Lyon. Il gagnera le Tour. L'année suivante il regagne à Lyon et le général d'un Tour devenu fou où les spectateurs attaquent les adversaires de leurs favoris. Garin et quelques autres seront d'ailleurs rayés des tablettes de cette édition. La fin des 1900's : des années pas folles De 1907 à 1910, le tracé du Tour est immuable et réserve peu de suspens (il longe les frontières et fait un crochet à Lyon). Solide coureur, Marcel Cadolle l'e

Continuer à lire