Harcèlement : Rue89Lyon dévoile de tristes dessous à l'Université Lyon 2

Vincent Raymond | Mardi 7 septembre 2021

Photo : Capture d'écran © Rue89Lyon


Alors que s'ouvre la rentrée universitaire, l'Université Lyon 2 se trouve éclaboussée par une affaire sordide dévoilée par une enquête très étayée (et en trois volets) signée Oriane Mollaret et publiée par Rue89Lyon. Le pure player révèle qu'une enquête — administrative, celle-là — a été ouverte le 19 avril par l'institution à propos de l'un de ses mandarins, Jacques Gerstenkorn, après que des étudiantes l'ont signalé à la cellule anti-discrimination, harcèlement, violences sexuelles et sexistes créée… un mois plus tôt. Ponte de la filière d'études cinématographiques, par ailleurs fondateur du festival Doc en Courts, l'enseignant se voit reprocher un « comportement abusif » allant « du harcèlement à l'agression sexuelle » par plusieurs victimes présumées témoignant longuement, pour la plupart à visage découvert — également sollicité par Rue89Lyon, le professeur mis en cause répond par un laconique : « il se trouve qu'une enquête administrative est en cours et qu'il n'y a qu'à l'issue de cette enquête que j'aurais la possibilité de m'exprimer. »

Après le premier volet paru lundi 6 septembre empilant les témoignages, le deuxième — tout aussi glaçant — évoque « 15 ans d'omerta » à Lyon 2 (parmi la hiérarchie et les confrères) et le dernier prévu mercredi 8 septembre dévoilera les coulisses de l'enquête.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Doc en Courts

Festival | Dix-neuvième édition pour le seul festival de courts métrages documentaires de Lyon, désormais co-organisé par l'Aquarium et l’Université Lyon 2 ! Connaissant (...)

Vincent Raymond | Mardi 10 décembre 2019

Doc en Courts

Dix-neuvième édition pour le seul festival de courts métrages documentaires de Lyon, désormais co-organisé par l'Aquarium et l’Université Lyon 2 ! Connaissant actuellement une recrudescence d’affection auprès des cinéastes mais aussi des publics, le genre se décline à l’envi, donnant lieu en marge de la compétition à des soirées thématiques prometteuses : Doc is rock en ouverture, Doc en Cours #1 et #2 avec les étudiants des masters de Lussas et de Lyon 2, la série de portraits Combats ordinaires en avant-première et enfin une rencontre autour des trésors du documentaire. Cela fait, vous pourrez prendre des paris pour le palmarès avec la programmation ad hoc. Doc en Courts À l’Aquarium Ciné-Café ​du mercredi 11 au dimanche 15 décembre

Continuer à lire

17e Doc en Courts, un festival qui a la vie longue

ECRANS | Lors du dernier Festival du Film court, on avait noté la coutumière sous-représentation du genre documentaire dans la compétition européenne — deux films (...)

Vincent Raymond | Mardi 12 décembre 2017

17e Doc en Courts, un festival qui a la vie longue

Lors du dernier Festival du Film court, on avait noté la coutumière sous-représentation du genre documentaire dans la compétition européenne — deux films sur quarante-huit —, éclipsé par la fiction. Mais ne jetons pas l’anathème sur la vaillante manifestation villeurbannaise : la majorité des festivals généralistes ont pris l’habitude de programmer les documentaires ainsi que les films expérimentaux ou de création dans des sections parallèles. Pour des raisons très diverses, allant de la lisibilité globale de leur sélection à la crainte de voir un brûlot politique faire scandale en étant primé pour des raisons compassionnelles, militantes, morales — bref, non cinématographiques (Fahrenheit 9/11, vous vous souvenez ?). Voilà pourquoi des festivals comme Doc en Courts, totalement dédié aux films n’obéissant pas à une définition normative du cinéma, existent. Créé au tournant du siècle par des universitaires de Lyon 2,

Continuer à lire

Collectif Anonyme : « nous voulons créer un réseau de vin antifasciste »

Salon Rue89Lyon des Vins Naturels | Présent ce week-end du côté du palais de la Bourse pour le salon Sous les pavés, la vigne, le Collectif Anonyme prône la permaculture, l'engagement politique et le refus de la hiérarchie au cœur des vignes, tout en soignant la qualité de ces vins réalisés sans dogme.

Adrien Simon | Dimanche 6 novembre 2016

Collectif Anonyme : « nous voulons créer un réseau de vin antifasciste »

Parlez nous de vos vignes… Collectif Anonyme : En ce moment, nous sommes trois à travailler 10, 5 hectares de vignes. Celles-ci sont principalement situées à Banyuls, mais nous avons aussi un hectare situé à côté de Laroque-des-Albères. Nos vignobles suivent les contours des montagnes, sur des parcelles assez raides, les parois rocheuses forment des terrasses qui surplombent la Méditerranée. Nous avons récupéré des vignobles abandonnés, ou mal gérés, et nous avons travaillé dur pendant quelques années pour les réhabiliter. Par la suite, nous avons acquis de très beaux vignobles, plus productifs. Certaines parcelles étaient exploitées en agriculture conventionnelle et le sol était dur comme du béton, mais au fil du temps, les graminées et les mauvaises herbes sont revenues, le sol a changé, a commencé à revivre ; sa couleur est passée du rouge au brun foncé ou noir. Nos vignes sont enherbées. Avec les végétaux, le sol semble vert en hiver, et vire au jaune quand l’été arrive. Au printemps, il est couvert de fleurs - c’est beaucoup mieux que le rouge-béton ! Vous pratiquez la permaculture… Et la bio

Continuer à lire

Enivrez-vous avec Rue89Lyon

CONNAITRE | Quand ils n'arpentent pas le pavé sur les traces d'édiles battant la campagne (au sens clinique de l'expression), nos camarades de Rue89Lyon le creusent à (...)

Benjamin Mialot | Mardi 27 octobre 2015

Enivrez-vous avec Rue89Lyon

Quand ils n'arpentent pas le pavé sur les traces d'édiles battant la campagne (au sens clinique de l'expression), nos camarades de Rue89Lyon le creusent à la recherche de pieds de vignes non traités au souffre – ou de pièces de barbaque découpées selon des procédés moins barbares que ceux ayant cours dans le Gard, ainsi qu'ils nous l'apprirent aux Subsistances cet été. En collaboration avec leurs collègues franciliens et Antonin Iommi-Amunategui, auteur du blog d'actualités œnologiques No Wine Is Innocent, ils exposeront leurs dernières trouvailles à l'Embarcadère le temps d'un week-end (dimanche 1er et lundi 2 novembre) où les dégustations – courtoisies d'une cinquantaine de vignerons responsables, ainsi que de quelques brasseurs et distillateurs d'alcools forts – seront le ferment de discussions (dans un premier temps) modérées – avec des cavistes lyonnais et des auteurs maîtrisant les arcanes du jargon vinicole. À noter que vous pourrez aussi entretenir votre système cardiovasculaire (et votre couperose) la veille, au Sonic, dans le cadre d'un before organisé par Wine & Noise – sur fond d'une country non moins terr

Continuer à lire