Le paradis des astronomes en culotte courte

Planétarium de Vaulx-en-Velin | Dans la cour de récré dès la rentrée, vos enfants feront de vous des stars, si vous les emmenez du côté de Vaulx-en-Velin, au Planétarium : quel autre parent pourrait rivaliser ? Les vôtres auront marché sur la Lune et construit une fusée...

Antoine Allègre | Mardi 18 octobre 2016

Photo : © Cité de l'Espace


« Papa, d'où elles viennent les étoiles ? »

Dans la vie d'un parent, cette question finit par tomber de façon sentencieuse. Et cette interrogation met en lumière vos notions en cosmogonie du commun des mortels, qui sont malheureusement limitées au ras de la croûte terrestre. Dieu merci, il existe dans la métropole lyonnaise des équipements de haute volée qui ne feront plus passer les géniteurs/trices pour des astrophysiciens du dimanche.

En premier lieu : le Planétarium de Vaulx-en-Velin. Inauguré en 1995, le site a eu droit en 2013 à un sérieux lifting. Dans sa salle de projection disposant d'un dôme écran à 360° et de 15 mètres de diamètre, on perce — en famille — les insondables secrets des phénomènes célestes. Dans l'exposition permanente baptisée Du Big Bang au grain de sable, on en apprend plus sur la conquête spatiale ou encore sur la formation de notre univers grâce à des outils interactifs et immersifs.

En parallèle à ce parcours bien balancé, le Planétarium propose à ses juvéniles visiteurs des laboratoires et des ateliers. Les enfants à partir de 3 ans pourront participer à des séances d'astronomie — il y en a même pour les pitchounes d'à peine plus d'un an et demi. Les 5-12 ans, à des ateliers dans le labo afin de, par exemple, fabriquer leur propre fusée. Tellement bien. Il y en a vraiment pour tous les âges.

On a marché sur la Lune

Ouverte au public depuis le 1er octobre dernier, la dernière exposition temporaire de la maison ne déroge pas à la règle : Expérience Lune. Découpée en trois parties, elle permet de mieux appréhender notre satellite qui est, à ce jour, le seul objet extraterrestre où l'homme a posé son 42 fillette. Dans son premier volet appelé Les conquêtes lunaires, on comprend mieux la rivalité entre Russes et Américains.

Un documentaire sur Neil Armstrong retrace, comme si vous y étiez, son arrivée sur la Lune. Un autre vous fera faire revivre le voyage Terre/Lune des missions Apollo. Une foultitude d'objets personnels de l'équipage sont disposés dans des vitrines afin de rendre l'immersion encore plus totale. Le deuxième parcours Expériences Lunaires invite le jeune public à mieux comprendre la géographie accidentée de la surface lunaire ainsi que sa face cachée, ceci grâce à une animation pratique où l'on peut manipuler une maquette détaillée. Plus étonnant, cette expérience olfactive où l'on découvre la véritable odeur de la Lune. Et si jamais éclipses et autres interactions entre Terre, Lune et Soleil vous dépassent totalement, vous pourrez enfin briller en société avec vos nouvelles connaissances.

Troisième et dernière partie de cette ambitieuse expo temporaire (qui s'achèvera le 9 août 2017) : Imaginaires Lunaires. On y fait le tri entre imaginaire collectif et véracité de son influence sur nos vies. Lors d'une visite virtuelle, on gambade au cœur d'une base lunaire futuriste. Grâce à un logiciel, les jeunes apprentis explorateurs spatiaux pourront créer leur propre base pour ensuite la voir exister sur écran. Comme au cinéma !

Les enfants sont vraiment gâtés car les 7-12 ans pourront tester le simulateur AstroJump (imaginé et expérimenté précédemment du côté de la Cité de l'Espace de Toulouse) et dire aux copains dans la cour de récré : « on a marché sur la Lune. » Grâce à cet astucieux système de vérin mobile, ils découvrent la sensation de légéreté liée à l'apesanteur. Des vrais petits moonwalkers dignes de la mission Apollo qui partent à l'aventure sur un parcours d'énigmes et d'épreuves. Attention cependant, pour monter sur l'AstroJump, il faut mesurer entre 95 cm et 1, 65 mètres et peser entre 12 et 48 kg. Seulement dix enfants par session d'une heure chacune peuvent kiffer comme les vrais. Désolé, les parents.

Le Planétarium
Place de la Nation à Vaulx-en-Velin

Expérience Lune
Au Planétarium jusqu'au 9 août 2017
Voyage cosmique (séance d'astronomie + accès à toutes les expositions et aux labos) Plein tarif : 9€. Moins de 12 ans : 7€
Balade cosmique (accès aux expositions et aux labos) Plein tarif : 7€. Gratuit pour les moins de 6 ans


Expérience Lune


Planétarium Place de la Nation Vaulx-en-Velin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Planétarium bientôt rouvert

Science | Mardi 23 juin, le Planétarium, situé à Vaulx-en-Velin, rouvre ses portes et l'ensemble des activités sera « organisé dans le respect des recommandations (...)

Nadja Pobel | Dimanche 21 juin 2020

Le Planétarium bientôt rouvert

Mardi 23 juin, le Planétarium, situé à Vaulx-en-Velin, rouvre ses portes et l'ensemble des activités sera « organisé dans le respect des recommandations sanitaires. » La réservation est désormais indispensable car la jauge en salle immersive est limitée à 50 personnes et le port du masque est obligatoire. Jusqu'au 5 juillet, le Planétarium sera ouvert du mardi au vendredi de 13h30 à 17h30 et le week-end de 10h30 à 17h30 avec au programme : - Expositions Space Dreams et Histoire d’Univers - Des séances d’une durée de 45 minutes parmi lesquelles Découverte du ciel en temps réel, entièrement animée par un médiateur scientifique - Visites de l’observatoire toutes les 15 minutes en petit groupe De nouveaux horaires s'appliqueront à partir du 7 juillet et seront communiqués sur www.planetariumvv.comdis

Continuer à lire

Planète Vaulx-en-Velin

ACTUS | Grâce au soutien sans faille de la mairie de Vaulx-en-Velin, le Planétarium a très récemment inauguré son exposition permanente. Dans un espace agrandi, il y est question de science bien sûr, mais aussi d’art, de poésie et surtout d’humanité. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 25 février 2014

Planète Vaulx-en-Velin

«On n'apprend qu’en observant, car on ne peut pas prendre une galaxie et la tourner pour l’étudier» affirme Hélène Courtois. La dynamique marraine du Planétarium de Vaulx-en-Velin, experte scientifique et membre de l’Institut de physique nucléaire de Lyon sait, par sa modestie, se mettre à hauteur du public et rendre intelligible son savoir. C’est précisément avec cette envie-là qu’à été construite l’exposition permanente du lieu, inaugurée voilà un mois à peine, soit dix-neuf ans après son ouverture. Intitulée Histoire d’un univers, du Big Bang au grain de sable, elle entend rien moins qu'embrasser l’histoire commune de l’humanité sans en gommer la complexité. En guise d'entrée en matière, le visiteur est ainsi invité à marcher dans un tunnel symbolisant la diversification progressive de l'univers, du Big Bang à l'apparition de l’homme. Un bruit blanc résonne pour contrecarrer l’idée selon laquelle un gigantesque "boom" aurait accompagné cette mutation in fine assez calme. Volontiers lyrique, Hélène Courtois la qualifie même de «symphonie». Il faut dire que dans ce parcours sur deux étages, l’art n’est jamais loin de la science. À la

Continuer à lire

Le point, c’est tout

ARTS | Pour sa réouverture après travaux, et avant l’inauguration d'une exposition permanente fin janvier, le Planétarium accueille "XYZT", fascinant travail d’Adrien Mondot et Claire Bardainne conçu à partir de la notion de point. Une expérience interactive absolument réussie. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Jeudi 14 novembre 2013

Le point, c’est tout

Il est ingénieur informaticien, comme on dit parfois en raccourci d’un métier lénifiant. Elle est plasticienne, scénographe et designer graphique, une triple profession à faire se pâmer les hipsters. Ils n’avaient rien pour se rencontrer et pourtant, depuis 2010, ils font route commune au point que le nom de la compagnie du premier, Adrien M, s’est doublé d’une certaine Claire B. À Poitiers, à Bussang mais surtout sur la scène nationale de l’Hexagone de Meylan, en périphérie grenobloise, ils composent à quatre mains des objets insolites, notamment le spectacle-conférence Un point c’est tout et l'exposition XYZT qui, deux ans après son invention, se retrouve au Planétarium. Simplement nommer les lieux où leur travail est accueilli (théâtres, comme celui des Célestins, dans le cadre cette semaine du festival Micro Mondes, sites scientifiques mais aussi scènes plus arty à l'image de celle des Subsistances) montre à quel point leurs œuvres sont à la croisée de disciplines

Continuer à lire