Dance Machines

MUSIQUES | Repères / Avant les Klaxons, la dance music a plusieurs fois chatouillé le rock anglais. Souvent depuis la terre Sainte de Manchester. Exemples. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mercredi 7 mars 2007

New Order Après Movement (1981) qui répand encore les cendres froides de l'ancien groupe des Mancuniens, Joy Division, New Order se tourne d'un coup vers la vogue de l'électro-pop, une musique glacée et sucrée qui fait frétiller à coups de synthés. La légende raconte qu'une erreur de branchement d'un synthétiseur produisit ce son saccadé caractéristique entendu pour la première fois sur le single Eveything's gone green puis sur le révolutionnaire Blue Monday (1983). Pendant plus de dix ans, New Order réussira l'exploit considérable de faire danser puristes new wave et lecteurs de Sylvia Plath. Avant un retour fracassant (et très rock) en 2001 via Get Ready. Happy Mondays Fin des années 80 : quand ils ne vendent pas toutes les drogues possibles dans les clubs de Manchester, les Happy Mondays occupent leur temps très libre à mélanger tous les morceaux entendus lors de leurs transactions nocturnes. Basse funky, chœurs gospels, guitares pop, voix branleuses, intenables rythmes house ou world, les Mondays se retrouvent aux commandes d'une des plus redoutables machines à groove de l'Histoire. Et passent en un temps record du statut de dealer à celui de leader (avec les Stone Roses) de la très dansante scène Madchester. Preuve que les Mondays n'ont jamais su choisir leur camp, ils furent N°1 des charts américains en catégorie rock (1990) et dance (1992). Le tout en chantant faux. The Chemical Brothers Mancuniens nostalgiques d'une ère Madchester qui a bercé leur adolescence The Chemical Brothers sont parmi les premiers, au mitan des 90's, à faire du rock avec des platines. Chez eux le gros son techno et l'intransigeance velue des guitares font mieux que bon ménage. La preuve, ils n'hésitent pas à s'entourer de leurs idoles rock (Bernard Sumner de New Order, Noel Gallagher d'Oasis, Richard Ashcroft de The Verve) pour donner corps à leurs délires. Les fans de techno adorent, les amateurs de rock crient au génie et tout le monde danse frénétiquement sur les biens nommés Block Rockin' Beats ou Out of Control, hymnes telluriques à déchausser les dents.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter